Le grand plan d’E Macron pour sauver la France !

E Macron vient de mettre en scène le grand retour de l’Etat stratège qui va investir l’argent qu’il n’a pas dans des projets industriels portant sur 10 objectifs et notamment la relance du nucléaire, l’hydrogène vert, les médicaments innovants, l’agriculture, la robotique, les semi-conducteurs, le numérique et les startups.

Le but affiché est la réindustrialisation de la France, alors que la crise sanitaire a mis en évidence notre dépendance vis-à-vis de l’étranger pour des produits aussi basiques que des masques ou du paracétamol.

L’essentiel de l’enveloppe prévue de 30 Md€ sur 5 ans de ce plan sera dédiée aux technologies d’avenir afin « d’augmenter la capacité de l’économie française à croître par l’innovation”.

Il y a en fait deux volets :

– le premier porte sur la production industrielle,

– le deuxième concerne la production d’énergie.

L’intention est louable mais les méthodes adoptées sont malheureusement inadaptées pour plusieurs raisons et notamment :

– Le come-back de l’Etat stratège n’est pas assuré du succès car l’Etat fonctionnaire n’est en aucun cas le mieux placé pour estimer quels sont les productions industrielles les plus adaptées et par conséquent il n’est pas apte à estimer quels investissements il faut réaliser !

– Il va y avoir inévitablement des effets d’aubaine c’est à dire que certains industriels en mauvaise posture vont profiter de l’occasion de recevoir de l’argent gratuit dans le but d’améliorer leur situation sans aucun résultat concret,

En outre, et malgré les sommes en jeu, il est peu probable qu’elles soient suffisantes pour espérer redresser une situation bien dégradée depuis … des dizaines d’années. Pour tout dire, il en faudrait bien plus !

La production industrielle

E Macron a bien constaté les délocalisations des constructeurs en fustigeant leur responsabilité mais en occultant évidemment les très lourdes responsabilités de l’Etat fonctionnaire !

Car ce n’est pas de gaité de cœur que ces délocalisations ont eu lieu ! Elles sont intervenues parce que les couts de production (entre les salaires, les charges sociales et la fiscalité) étaient trop élevés. C’est ainsi que toutes les Renault Clio sont fabriquées en Turquie parce que, produites en France, elles seraient trop chères et invendables !

E Macron a fixé comme objectif une production de deux millions de véhicules électriques et hybrides en France d’ici la fin de la décennie en proclamant que “La révolution du véhicule électrique est en marche” sauf, nous l’avons vu, pour …la gendarmerie !

Seulement, contraindre les constructeurs à produire des voitures électriques sans qu’ils soient assurés de les vendre alors que le marché de l’auto est en train de s’écrouler (le client commençant manifestement à se poser des questions quant à la pérennité du modèle tout électrique) n’est pas nécessairement une « stratégie gagnante » !

En outre, cette mutation obligée vers la voiture électrique concerne aussi les batteries, qui sont actuellement produites pour l’essentiel en Asie. Trois projets d’usines sont en cours de développement en France mais Stellantis (Peugeot-Fiat) et Renault ont chacun leur stratégie industrielle !

E Macron veut imposer une coopération industrielle entre Renault et Stellantis mais cela ne relève nullement de sa compétence et tous les essais antérieurs se sont soldés par … des échecs (voir l’association pour le moteur PRV) !

La production d’énergie

Elle serait orientée selon deux axes avec d’une part la production d’hydrogène et d’autre part la construction de petites centrales nucléaires.

a-l’hydrogène

E Macron veut que la France devienne le leader européen de l’hydrogène vert en 2030, avec la technique de l’électrolyse et de fait, il a annoncé la construction de deux “gigafactories” pour produire cet hydrogène vert.

Cet hydrogène devrait servir aux voitures à pile à combustible et à l’alimentation des camions, bus, trains et avions car il faut  “massivement investir pour décarbonner” l’industrie.

Seulement, se bercer de mots creux, utiliser des mots sans signifiant, copier le style E Musk  ne mène en fin de compte nulle part !

Le problème est que nous avons vu que l’hydrogène n’est pas une source d’énergie mais une source de dépense d’énergie puisque l’énergie récupérée est inférieure à l’énergie dépensée pour la produire. Ce faisant, et malgré toute la conviction qu’il peut y apporter, il se borne à répéter les idioties proférées précédemment par Bruno Le Maire !

En outre, là encore il part du principe que l’énergie nécessaire à cette électrolyse est gratuite ; ce qui est loin d’être le cas et rend de ce fait l’ensemble du projet totalement futile !

En outre, il compte faire voler en 2030 (soit 5 ans plus tôt que ne le propose Airbus) un avion bas carbone, avec de l’hydrogène ou avec un carburant artificiel qui n’existe pas à ce jour !

Cela n’est carrément pas réaliste puisqu’on ne tient compte ni des capacités de production (qui n’existent pas pour l’instant) ni des coûts de production et il semble bien, en l’espèce, qu’ils soient tout simplement prohibitifs !

En fait, l’avion à hydrogène ou bas carbone n’est rien d’autre que de la propagande à destination de l’électorat écologiste car, il faut le dire, c’est infaisable en l’état actuel de la technologie !

Mais l’écologiste étant, par définition, un ignorant doctrinaire, le caresser dans le sens du poil de ses convictions peut toujours être utile pour … 2022 !

En tout état de cause, E Macron peut bien proposer une accélération du calendrier mais il reste une évidence : ce n’est pas lui qui va fabriquer l’avion ni lui qui va résoudre les difficultés techniques … qui peuvent s’avérer insurmontables !

b-les centrales nucléaires de petite taille

E Macron opère, sans le dire, un revirement évident et tourne résolument, sans toutefois l’exprimer, le dos aux éoliennes dont on sait qu’elles ne sont pas la solution à nos besoins d’énergie.

Il a déclaré vouloir faire émerger d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille.

Cette idée, au demeurant excellente, n’est pas nouvelle mais avait été bloquée par le complexe industriel et administratif français : il s’agit en fait de recycler des réacteurs de sous-marins nucléaires pour lesquels nous avons une bonne expérience.

Le gros avantage de ces petits réacteurs est que les difficultés industrielles sont beaucoup moins complexes à gérer, les délais de construction beaucoup plus courts et la maintenance beaucoup plus simple que pour les très grosses centrales !

En outre, tout le monde a à l’esprit les échecs retentissants du réacteur finlandais et de la centrale toujours en cours de construction à Flamanville.

La vision soviétique des très gros réacteurs est clairement un échec couteux !

Quelles conclusions ?

Tout ça sent bon la propagande électoraliste en vue de 2022 mais ne tire aucune conclusion des effets négatifs des décisions politiques qui ont été imposées aux industriels !

E Macron fait le constat d’une France low-cost condamnée aux bas salaires et à des politiques publiques de réparation sociale parce qu’elle a été appauvrie par sa désindustrialisation ; laquelle est pourtant bien en rapport direct avec l’action de l’Etat qui tout fait pour couler l’industrie française qui, a-t-on estimé dans les années 80 dans les ministères, ne servait à rien !

N’oublions pas non plus que la transition écologique a été décidée par des politiciens sous la pression d’écologistes qui, sous couvert de protection de la planète, sont surtout des idéologues néo-communistes ; elle n’a jamais été décidée par les industriels surtout que bien souvent les normes qui leur sont imposées, même si les objectifs peuvent être regardés comme louables, sont inatteignables (voir la future norme euro 7 pour l’automobile) !

La solution est-elle alors de ne rien faire ?

Non, mais plutôt que d’adopter une solution dirigiste bien dans la tradition de l’administration française, il vaudrait mieux laisser les entreprises libres d’agir et diminuer la pression fiscale qui pèse sur elles plutôt que de tenter de les orienter autoritairement par le biais de subventions ; mais ça l’administration ne sait pas faire … pour les mêmes raisons clientélistes et de mise en état de sujétion que celles portant sur la population !

Car, on sait ce qu’il va se passer !

-l’odeur de l’argent gratuit des subventions va entraîner des dépenses dans des projets qui ne mèneront nulle part,

-il y aura un inéluctable « effet saupoudrage » des fonds distribués dans trop de projets dont l’administration n’est nullement en mesure d’apprécier la pertinence ou la faisabilité !

On sent d’ailleurs d’ores et déjà poindre les plaintes des constructeurs auto qui ne vont pas tarder à prétendre à ces aides parce qu’ils n’y arrivent plus et qu’ils vont être obligés de fermer des usines et, horreur, de licencier du personnel à 6 mois des élections présidentielles alors que le taux de chômage (le vrai) se situe déjà au plus haut !

E Macron a beau vouloir se transformer en un devin apte à prévoir l’avenir de la France à l’échéance de 20 ans, tout cela sent surtout bon la lourde planification à la soviétique et le contrôle tatillon de l’administration … avec le succès que l’on sait !

Car, les échecs passés et retentissants de l’Etat stratège ne laissent rien augurer de bon !

Alors, parler d’innovation c’est bien mais il faut être conscient qu’E Macron n’est pour rien dans les progrès techniques, il n’est ni ingénieur ni industriel ni investisseur et l’argent qu’il va dépenser, c’est le vôtre !

Mais, de tout cela, E Macron s’en moque, ce qu’il vise c’est juste sa réélection !

Bien cordialement à tous !

Απο την Ελλαδα – Πoρτο Χελι (De la Grèce – Porto Xeli)

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 thoughts on “Le grand plan d’E Macron pour sauver la France !

  1. Excellente conclusion.

    Ce matin, les motards ont bloqué la circulation au centre ville pour faire passer un cortège de guignols au mepris de règles de conduite et de vitesse.

  2. Tellement vrai…
    Démagogie et irresponsabilité sont des fondations qui annoncent la ruine de l’édifice avant même sa construction.
    Amicalement.

  3. Rappel Pourquoi la France est en déclin !=
    Les peuples forts sont ceux qu’anime, dans la vie publique, l’esprit d’Union, de Respect, de discipline, et d’un comportement exemplaire des dirigeants politiques. Le comportement est plus important que les objectifs et d’ailleurs Le Général Charles De Gaulle l’avait non seulement compris mais imposé à toute son équipe ministérielle. Car sans un comportement exemplaire une nation ne pourra pas réaliser les objectifs. Un pays est cultivé non en raison de sa fertilité ou de son économie, mais en raison de sa liberté !
    Tout cela permet à la nation de présenter un corps solide, les peuples forts sont ceux qui possèdent, dans la vie privée, l’esprit d’audace et d’initiative de sorte que l’individu s’y développe et entreprend sans cesse. Les peuples qui possèdent ces qualités s’élèvent, les autres déclinent et le plus ou moins d’instruction n’a rien à y voir.
    Lino Ventura contre le monde moderne, écoutez=
    https://www.youtube.com/watch?v=0fxeqZVKqwI

    1. La triste réalité française depuis 1970 dont les partis politiques sont les 1er responsables=
      -La chute de l’agriculture française et ce n’est pas fini (France2 12 janvier 2018), « Historiquement, la France était la grande puissance agricole européenne […], aujourd’hui elle a rétrogradé en 5e place ». cliquez pour écouter la suite : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/video-l-angle-eco-la-chute-de-l-agriculture-francaise_2548377.html

    2. La réponse des élus devrait passer par la valorisation de solutions basées sur l’innovation et l’investissement, les économies de gestions à réaliser et non, par le traditionnel ‘nouvelles taxes’ et arrosages de subventions fiscales, et non par le développement de la peur. Pour les dirigeants d’un pays le temps long doit primer sur les solutions de court terme”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *