Archives de catégorie : Société

Sous cette rubrique vous trouverez tous les billets dénonçant la situation actuelle et proposant éventuellement des solutions.
C’est un spectre très large, qui va bien au-delà du contrôle fiscal. Ceux qui ont vécu un contrôle fiscal comprendront l’intérêt de cette rubrique.
Une fois passée la violence du choc, la mort économique et sociale qui suit, si le contrôlé est encore en vie, s’il n’a pas commis sous la pression l’irréparable, il ne souhaite qu’une chose : que plus jamais personne ne puisse subir une telle violence, aveugle et mensongère.
C’est alors qu’il éprouve le besoin de témoigner, mais aussi de tenter de reconstruire, en faisant part de ses émotions et de son expérience.
Il s’agit donc d’une rubrique vaste, ouverte, susceptible de faire avancer les choses pour plus de justice, plus d’égalité et plus d’humanité dans la participation à l’impôt.

La France file un mauvais coton !

La France file un mauvais coton !

Un grain de sable peut enrayer le plus sophistiqué des dispositifs. Un dissident peut faire obstacle au plus tyrannique des Etats. Les dirigeants de l’Union soviétique craignaient plus que tout les dissidents. C’est la raison pour laquelle tout individu ayant manifesté une simple opinion contraire à la ligne du parti était expédié en Sibérie ou en hôpital psychiatrique. La France  de Macron s’approche dangereusement de cette méthode de gouvernement. Jusqu’à présent, ceux qui sont jugés dangereux par le pouvoir d’Etat n’étaient frappés que d’interdiction médiatique. Depuis que le pouvoir ne jure, contre le coronavirus, que par la vaccination, ceux qui la refusent se voient interdire d’exercer leur profession. Demain, si une nouvelle offensive du virus survient, il n’est pas impossible qu’une coercition de plus grande ampleur s’abatte sur les dissidents.

Bien entendu, la ligne apparemment raisonnable imposée par l’Etat emporte l’adhésion du plus grand nombre. La vaccination et le pass sanitaire ne révoltent pas une majorité de citoyens. Et ceux qui défilent tous les samedis dans la rue ont quelque peine à justifier leur opposition à ces mesures. Certes le fait d’être privé, à défaut de présenter un document sanitaire, d’une vie normale est contraire à tous les principes démocratiques. Mais chacun devine, à défaut de le comprendre vraiment, que la protestation populaire vise moins l’obligation non dite mais réelle d’être vacciné que l’autoritarisme du pouvoir en toute matière et son complet manque d’empathie envers les Français. Mais on ne peut manifester efficacement dans la subtilité. Il y faut un adversaire carrément désigné. Le front anti-Macron qui s’est constitué sous le couvert du refus sanitaire souffre de l’incompréhension d’une majorité de citoyens et s’étiole pour cela au fil des samedis.

Et pourtant la véritable motivation des manifestants est tout à fait justifiée. La France est en train de s’éloigner des rivages démocratiques et file un mauvais coton. Il faut interrompre cette dérive le plus vite possible, car les libertés perdues ne se retrouvent que très lentement.

En vérité, la crise démocratique actuelle n’est pas récente. Elle s’est aggravée brutalement en raison de la pandémie, mais la plupart des mécanismes délétères étaient en place depuis longtemps. La date du 12 mai 1960 vous dit-elle quelque chose ? C’est celle du décret qui a mis la médecine libérale sous le joug de la Sécurité sociale. C’est ce jour-là que s’est préparée la mesure interdisant aux médecins la prescription de l’hydroxychloroquine. Et ainsi de suite …

Le processus de domestication de la médecine a inauguré celle du peuple. Tant il est vrai qu’il n’est pas de peuple libre sans une médecine libre. Notre combat contre le monopole de la Sécurité sociale n’a pas d’autre fondement. Ceux qui ne s’y sont pas associés parce qu’ils croyaient aux bienfaits du remboursement des soins n’ont pas voulu comprendre que les patients étaient remboursés avec leur propre argent ! «  Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes », a dit Bossuet.

« Jusqu’ici, ça va », disait, à chaque étage devant lequel il passait celui qui tombait du haut d’un gratte-ciel. Les Français ne font rien d’autre actuellement, même si certains, plus lucides que la majorité, stigmatisent le drame en cours. La résignation française est-elle désormais acquise ? L’histoire n’est pas encore écrite, même si certains s’y emploient dans le silence des ministères et des officines.

Grain de sable, dissidence, à qui reviendra l’hommage de l’histoire aux sauveurs des libertés françaises ? Ici, ce n’est pas la gloire, fût-elle posthume, qui compte, mais l’urgence du combat.

« Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », a dit Tocqueville. Choisissons bien notre cause et relevons-nous. C’est cela la clé du renouveau de la France !

Claude Reichman

Lithium la pénurie … déjà ?

Dans un récent article, je vous avais mis en garde contre la tentation de céder aux sirènes écologistes et aux oukases du gouvernement incitant à l’acquisition d’une voiture électrique que ce soit par le biais d’aides (payées par les impôts des autres) ou de contraintes pour ne pas dire d’interdictions pures et simples de circulation (avec les ZFE notamment).

Or, que nous dit-on au détour d’un article de la revue auto Caradisiac ?

Les constructeurs auto craignent une pénurie de lithium !

Je vous rappelle que ce métal entre pour une bonne part dans la composition des batteries des voitures électriques.

On ne peut pas savoir pour l’instant si cette information est fondée ou pas mais, de deux choses l’une :

-soit l’information est fausse et alors il ne s’agit que d’une manipulation destinée à faire monter les cours du lithium en organisant une pression sur la spéculation ; comme c’est d’ailleurs le cas actuellement à propos d’un certain nombre de matières premières agricoles, minières ou même de produits industriels parce que la peur de la pénurie est bon incitateur d’achat,

-soit l’information est vraie et alors il y a de quoi franchement le prendre avec beaucoup d’ironie car cela signerait, à plus ou moins court terme et sauf technologie de substitution pour la fabrication des batteries, la fin prématurée de cette technologie.

Ainsi donc, après avoir atteint juste quelques pourcents de part de marché (8% de parts de marché sur les cinq premiers mois de l’année 2021), et encore à coup de subventions massives et de distorsions organisées du marché, la voiture électrique à batterie lithium arriverait déjà à son terme ; et cela après avoir, au nom de l’écologie, massacré la Terre pour extraire ce métal, extrêmement toxique et dangereux (il provoque des incendies quasiment impossibles à éteindre) mais aussi d’autres métaux tous aussi toxiques tels que cadmium, cobalt.

On serait déjà arrivé au bout des ressources !

On pourra toujours recycler les batteries usagées, ce que l’on ne fait pas pour l’instant pour des raisons de couts ; lesquels couts risquent d’handicaper encore plus ce type de véhicule dont le prix, constitué pour une bonne part par cette fameuse batterie, viendrait alors à s’envoler !

Tout cela est juste risible pour ne pas dire ridicule surtout que, face à ces incertitudes, les autorités européennes ont d’ores et déjà décidé d’interdire les véhicules thermiques à compter de 2035 pour n’autoriser que les seules voitures électriques !

Etat des lieux

En tout état de cause, il convient de se montrer extrêmement prudent à propos d’une technologie abusivement et faussement présentée comme écologique dont l’avenir ne semble même pas assuré !

Car, on a beau nous dire qu’il s’agit d’une révolution technologique, il faut être bien conscient qu’il s’agit en fait d’une véritable régression à la fois technologique et financière qui a été imposée par les politiciens aux constructeurs automobiles.

La voiture électrique n’apporte rien de plus par rapport au véhicule thermique ; ce serait même plutôt le contraire …

– cette technologie n’est pas aboutie notamment parce que, contrairement à ce qu’on vous affirme, le rendement des batteries est très mauvais ; d’où l’obligation, pour obtenir une autonomie qui ne soit pas juste ridicule mais qui reste quand même  aléatoire en fonction de la météo, d’installer d’énormes batteries qui handicapent sérieusement les véhicules et ne les rend aptes qu’à un service local.

On sait aussi que la technologie va changer pour passer des batteries à électrolyte liquide à des batteries solides, qu’elles s’usent et parfois beaucoup plus vite qu’on peut le croire et qu’enfin il existe une obsolescence rapide de ces véhicules faute d’obtenir, à l’échéance de dix ans, une batterie de seconde monte !

-ces voitures restent réservées à des personnes disposant d’un pouvoir d’achat largement au-dessus de la moyenne compte tenu de leur prix très largement supérieur à une voiture thermique même … si l’on vous assure que les prix vont diminuer.

-sans parler des bornes de recharge dont l’absence ou les défaillances rendent incertain chaque déplacement un peu important pour ne pas dire précaire. Pour l’instant, 80% des recharges sont effectuées à domicile ou sur le lieu de travail et seulement 20% sur des bornes publiques critiquées pour leur complexité liée à la multiplicité des cartes de recharge nécessitant de nombreux abonnements, à l’absence de compatibilité des prises, à des modalités de tarification complexes ; sans compter des couts de recharge aux bornes publiques en sensible augmentation à tel point que cela fait douter de la bonne affaire …

Conclusion

Evidemment, cette information est à prendre avec beaucoup de circonspection surtout si l’on raisonne à son propos par analogie avec les pénuries maintes fois annoncées de pétrole (Cf le Club de Rome dans les années 1970) ; lequel continue toujours de couler à flots !

Mais le pouvoir a décidé d’enfoncer le clou et d’imposer cette  technologie basée sur une conception faussée de l’écologie puisque la pollution liée à leur fabrication, bien réelle, ne se voit pas ; ce qui nous permet de comprendre que le confort des bobos urbains votant écolo supporte aisément que la pollution soit produite ailleurs conformément au principe NIMBY (not in my backyard – pas dans mon jardin).

Quant aux politiciens, qui ont adopté par pure vision électoraliste, les utopies délirantes des écologistes doctrinaires (dont on sait qu’ils sont surtout adeptes d’un néo communisme régressif et intransigeant), ils ne voient pas de problème au-delà des urnes qui vont les porter au pouvoir !

Alors vous pouvez imaginer quel est leur souci à propos de l’écologie …

Evidemment, les écolos n’hésiteront pas, en cas d’échec, à se redéployer sur la voiture à hydrogène, autre marotte écologique mais aussi autre impasse technologique !

Et vous verrez qu’un jour, après avoir constaté qu’une part notable de la population n’aura plus les moyens de faire face à ces couteuses lubies, ils organiseront des réunions de type grande consultation nationale pour expliquer comment … se passer de voiture !

Bien cordialement à tous !

Απο την Ελλαδα – Λερος (De la Grèce – Leros)

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

Douce France

Serons-nous dans la compétition engagée entre le monde libre et le monde sous croyance — communiste, écologique, musulmane ou autres — du côté du second, en compagnie des allemands, des Russes et des Chinois, ou du côté des premiers, en compagnie des anglais, des Australiens, des Américains, probablement des Japonais et d’une partie importante de l’Asie ?

C’est la première question que pose l’affaire des sous-marins Australiens.

La deuxième question est de savoir si la chamaillerie entre ces deux mondes restera diplomatique et intellectuelle ou si malheureusement elle débouchera sur la prochaine guerre mondiale ?

Évidemment je n’ai pas de réponse à ces deux question. Comment le pourrais-je ?

Par contre, puisque l’on me prend à témoin, j’ai un ressenti.

D’abord, je trouve insupportables ces annonces politiques de “contrat du siècle” lorsque l’on signe un partenariat industriel et commercial. Elles donnent l’impression que le client du contrat est le pigeon que l’on vient de plumer. Impression injuste et évidemment fausse, nul à ce niveau ne signant un contrat non équilibré. Pourquoi alors laisser penser à la population que l’on a bien eu les Australiens ? Parce que c’était le cas ? On peut le croire avec ce type d’annonce factice.

Objectivement, vus les enjeux, choisir entre des sous-marins ordinaires fournis par un pays en faillite morale et financière et des sous-marins de catégorie supérieure fournis par un pays qui fonctionne normalement ne me paraît pas scandaleux.

Dans ces conditions, faire tout un ramdam pour le fournisseur tapageur — que s’avère être la France ici — au moment de la rupture du contrat me paraît être la signature de l’absence de sincérité de celui-ci.

Normalement, l’industriel sûr de son produit a de la compassion pour le client qui passe à côté de ses propositions et non cette espèce de hargne mesquine qui nous est donnée à voir. Qui plus est, l’industriel trahi peut motiver, si nécessaire ,les raisons de sa compassion, c’est ce que nous attendons ici.

En revanche, que les dédits prévus, ou légitimement dus, soient exigés de celui qui casse le contrat qu’il avait signé — s’il l’a signé — rien de plus normal.

Enfin, je ne vois pas l’intérêt de prendre la population à témoin lors de ce genre de contrat industriel. Quel serait son rôle dans l’esprit de ceux qui l’impliquent ? D’aller défendre ce contrat, casquée et armée, dans des tranchées face aux Anglais ?

Très peu pour moi.

Bien à vous.

De qui Macron se moque-t-il ?

Si nous avions encore des doutes, ils sont levés.

Le jeune Macron est bien un jeunot qui ne connait rien de la vie. Gardons lui encore l’hypothèse de l’incompétence et de la bonne volonté, car s’il s’agissait de cynisme ce serait horrible parce que synonyme de violences assurées à court terme.

Il vient de se pencher, probablement par avidité électorale, sur le sort des trois millions de travailleurs indépendants qui font, seuls contre tous, marcher la France.

Il leur propose :

De protéger leur patrimoine personnel.

De qui ? Du fisc, qui en gros est leur principal prédateur ? Donc de lui-même ?

Il ne s’étend pas sur le sujet.

          – De rendre l’assurance complémentaire obligatoire.

Il s’étonne que seul 45.000 couillons y adhèrent sur trois millions. Alors il promet une remise en échange de l’obligation de s’assurer à sa boutique. Il ne parle pas de libérer le secteur des assurances maladies.

          – De leur offrir le chômage et une bonne retraite.

En ce qui me concerne pour la retraite, après 40 ans de cotisation c’est 450€ par mois, saisis par le fisc. Pour le chômage pour cause de manque de revenu, il va être surpris tant vont y avoir droit. Il va vite être obligé de faire semblant… ses poches sont vides.

          – De leur donner des formations.

Il n’a jamais vu un travailleur indépendant. La grande différence entre un travailleur indépendant et un fonctionnaire c’est justement… qu’il travaille. Et qu’il vit de la vente de son travail. Dans ces conditions il est obligé d’évoluer chaque jour qui passe. Le travailleur indépendant s’auto-forme constamment.

Alors là, Macron au chevet des travailleurs indépendant c’est l’aveugle qui veut faire traverser la route au borgne.

N’a-t-il pas compris que les travailleurs indépendants ne lui demandent rien, n’attendent rien de lui, au contraire le font vivre ?

Inutile qu’il la fasse parrain mafieux qui protège, ça ne va pas passer.

Ce que veulent les travailleurs indépendants c’est que cesse le racket fiscal qui les tue, que cesse le poids d’une administration débile qui les étouffe.

Les travailleurs indépendants veulent être libres, c’est pour cela qu’ils sont indépendants.

C’est ce que leur a promis la révolution, c’est ce que leur promet la constitution, c’est ce que Macron et ses amis leur volent  : la liberté.

Ils ne font pas l’aumône, ils n’ont pas besoin du fric que Macron n’a pas, qu’il leur promet et qu’il ne donnera pas, où alors en le prenant au préalable dans leur poche, ce qui est un comble.

Jeune Macron, foutez-nous la paix. Allez jouer dans votre beau jardin de l’Elysée tant qu’il y a un peu de soleil. Vous n’êtes pas obligé de vous mêler de la vie de ceux qui ne vous demandent rien, qui ont juste besoin de la liberté qu’on leur rogne chaque jour un peu plus, y compris vous et vos promesses.

Vous perdez votre temps, ils ne sont pas achetables.

Occupez-vous de vos chiens de Bercy, achetez-leur des muselières, éloignez-les des travailleurs indépendants, le pays sera alors vite remis debout, vous pourrez partir en vacances en famille. Libérez les travailleurs indépendants de l’URSSAF.

Vous avez du pain sur la planche, mais pas comme ça…

Bon, un billet pour rien… mais il fallait le faire.

Bien à vous. H. Dumas

L’ÉTAT

Lorsque Louis XIV pense et agit selon la formule qui lui est attribuée “L’Etat c’est moi” il pose les bases de la révolution à venir, même dans le cas où il n’aurait pas réellement prononcé cette phrase.

Parce que nul ne peut prétendre imposer aux autres sa volonté à quel titre que ce soit.

L’Etat, s’il existait, ne pourrait être que la volonté commune et unanime d’un groupe.

Toute la difficulté consiste à recueillir et à exprimer cette volonté.

Une chose est sûre, les frontières qui enferment les individus en un lieu donné ne prédisposent pas ceux-ci à une unité de pensée.

C’est même probablement le contraire puisqu’alors il faudrait admettre que la géographie, les montagnes, les fleuves, l’herbe, les plages et les plaines seraient des autorités spirituelles s’imposant à l’homme, or on ne leur connaît pas cette faculté.

L’idée d’Etat présuppose un projet de pensée partagé.

Quelle est la meilleure façon de compiler un projet de pensée à travers lequel un groupe d’êtres humains pourra agir et vivre, chacun se considérant comme membre d’un État ?

C’est le problème.

Il y a plusieurs tentatives de solution.

La croyance.

C’est un ciment susceptible de créer un État. Staline l’avait compris lorsque provocateur il déclarait “Le Pape, combien de divisions ?”. Ne gouvernait-il pas lui-même un État en partie basé sur la croyance ?

Mais il faudrait que la croyance soit librement partagée, ce qui n’est jamais le cas. Il faudrait aussi qu’elle puisse être évolutive, dans le même sens pour tous, ce qui parait irréalisable.

Le territoire

Nous avons vu que c’est absurde.

La démocratie.

Elle est au terme de son utopie. Lorsque les frontières sont apparues, avatar de la propriété privée généré par le passage de la cueillette à l’agriculture, elles ont donné l’impression de pouvoir regrouper une pensée commune.

Rapidement les faits s’avérèrent contraires à cette idée. Les plus forts alors contraignirent les plus faibles. Cette contrainte pris abusivement le nom “d’Etat”.

Puis, difficilement, on passa du pouvoir individuel au pouvoir majoritaire en prenant le nom de démocratie. Pour autant les élus de la démocratie peuvent-ils revendiquer le droit d’employer la force sur un opposant, même unique ? Non. Cependant ils le font, la démocratie n’est donc qu’un pis-aller.

L’Etat se cherche.

Le regroupement par conviction est la solution, tous les jours les réseaux sociaux nous en font la démonstration. Mais, ils sont virtuels.

Reste à les répartir géographiquement de façon équitable par rapport aux ressources naturelles, puis à faire en sorte qu’ils s’acceptent dans leurs différences, qu’ils n’entrent pas en guerres, et enfin qu’au fil de ses réflexions chacun puisse passer de l’un à l’autre.

Le chantier est là. Je n’ai pas entendu dire que les hommes de bonne volonté soient déjà en route pour le mettre en œuvre. Attendons…

Pendant cette attente il est probable que nous devrons affronter quelques guerres, à moins que les réseaux sociaux, qui font si peur aux hommes de l’Etat traditionnels, s’engagent dans la voie de l’organisation des “ÉTATS DE PENSÉE”.

Alliés aux jeunes générations ils en ont peut-être les moyens.

Bien à vous. H. Dumas