Archives de catégorie : Société

Sous cette rubrique vous trouverez tous les billets dénonçant la situation actuelle et proposant éventuellement des solutions.
C’est un spectre très large, qui va bien au-delà du contrôle fiscal. Ceux qui ont vécu un contrôle fiscal comprendront l’intérêt de cette rubrique.
Une fois passée la violence du choc, la mort économique et sociale qui suit, si le contrôlé est encore en vie, s’il n’a pas commis sous la pression l’irréparable, il ne souhaite qu’une chose : que plus jamais personne ne puisse subir une telle violence, aveugle et mensongère.
C’est alors qu’il éprouve le besoin de témoigner, mais aussi de tenter de reconstruire, en faisant part de ses émotions et de son expérience.
Il s’agit donc d’une rubrique vaste, ouverte, susceptible de faire avancer les choses pour plus de justice, plus d’égalité et plus d’humanité dans la participation à l’impôt.

LE “POUTOU” DE LA MORT

“La richesse c’est le vol”.

La pensée de M. Poutou est émouvante. Il serait bon toutefois qu’il soit plus précis. De quelle richesse veut-il parler ?

Larousse en répertorie sept.

Les richesses scientifiques, intellectuelles, humanistes sont-elles des vols ?

La richesse de l’Amazonie est-elle volée au désert de Gobi ?

En ce qui concerne le vol, là aussi il faudrait que M. Poutou soit plus clair. Quoique, même si lorsqu’il parle de vol Larousse pense en premier aux déplacements aériens, on peut supposer que M. Poutou, lui, désigne les manœuvres consistant à subtiliser des objets à quelqu’un à son insu.

En réalité M. Poutou veut probablement parler du capital, mais gardons son mot qu’il croit plus populaire, plus vendeur de ses salades : la richesse.

Prenons donc un exemple.

Poutou a un salaire de 1 800€ par moi. D’une nature heureuse, il ne se fait pas trop de bile, il préfère les séries télé à la gestion de sa paperasse, la pétanque au jardinage, couvrir ses proches de petits cadeaux que de conseils, un bon verre de rosé à un quart Vittel, etc…

Bref, à la fin du mois il est plutôt en léger découvert à sa banque.

Son voisin M. Pinaud serait plutôt son inverse et avec le même salaire, son jardin et sa vie bien réglée, il met 1 000€ de côté par mois. A qui aura-t-il volé le capital de 12 000€ qui sera en sa possession à la fin de l’année ?

L’histoire peut se répéter à toutes les échelles, elle sera toujours la même, y compris pour ce qu’il appelle les “hyper-riches”.

La richesse, qu’elle soit économique ou culturelle, est d’abord une accumulation, puis une transmission, elle est la base de tout progrès.

La richesse issue du vol, car elle existe évidement, est existentiellement éphémère. Nul ne peut s’enrichir sans fournir à ses clients une prestation, ou alors il est un Etat et il pille des assujettis c’est autre chose. M. Poutou mélange un peu les genres, ses connaissances et son expérience sont limitées.

Sans la richesse — l’accumulation et la transmission — pas de culture, pas de science, pas de civilisation, pas de progrès, et pas d’économie évidemment.

Poutou n’est pas un précurseur, avant lui Lénine, Pol Pot, Mao, Hitler ont tenu ce discours et sont passés à l’acte. On suppose qu’il les préfère à Musk, Arnaud, Gate et Bezos. Chacun ses goûts et ses affinités.

Mais quand même, M. Poutou appelle au vol des biens du riche, ou disons à leur restitution anonyme, c’est à dire pas à ceux à qui ils auraient été volés mais à lui et à ses supporters, donc il appelle en réalité au pillage qu’il dénonce. Ensuite il réclamera la révolution culturelle, la lutte contre les richesses de la pensée…

On connaît, et on sait comment cela se termine. Balzac l’a dit : “Après le vol suit le meurtre”.

La liberté d’expression c’est bien, mais l’appel au meurtre c’est quand même limite.

Poutou croit-il sincèrement ce qu’il raconte ? Ceux qui l’écoutent le croient-ils ?

Hélas je pense que oui.

Je pense qu’une large majorité partage la vision de Poutou, seul le seuil de qualification du riche les différencie. La définition du riche, pour tous, étant celui qui gagne ou possède plus que soi.

Selon où l’on est placé les riches sont donc plus ou moins nombreux. On est toujours le riche de quelqu’un.

Le droit de voler — donc de tuer — les riches que réclame impunément Poutou est indéfini et illimité. Il est partagé par le plus grand nombre. Il s’affiche publiquement par l’intermédiaire de Poutou. Il se concrétise par la délation qui explose. Demain on pille, après-demain on tue.

C’est le début de la fin.

Les sourires niais des personnes présentes à l’émission où s’est exprimé Poutou, l’absence de contradiction structurée, d’indignation, valent complicité.

Bien à vous. H. Dumas

Le pire est toujours possible….

“Le Pass Vaccinal sera maintenu tant qu’une menace pèsera sur les hôpitaux”. Ou encore “Il faut que les hospitalisations soient compatibles avec un fonctionnement normal des hôpitaux”. C’est le Ministre de la Santé qui le dit.

Dans ce cadre “techno-lumineux”, la majorité parlementaire s’apprête, probablement, à voter massivement, comme un seul homme, une interdiction des tremblements de terre et des éruptions volcaniques qui auraient, soi-disant, une fâcheuse tendance à engorger les hôpitaux.

Maintenant, nous avons enfin une certitude, les risques que nous courrons en recevant un vaccin en phase de test sont exclusivement liés aux difficultés de nos hôpitaux qui sont les plus chers du monde, lequel monde nous les envie frénétiquement.

Ces risques vaccinaux n’ont rien à voir avec notre santé, qu’on se le dise.

Et, si les vaccins ne nous soignent pas fatalement, ils améliorent surement la discussion entre les hospitaliers et leurs patrons politiques. Donc c’est une réussite puisqu’il s’agit de la fonction principale attendue de ces vaccins.

Vu comme cela, les conséquences éventuellement néfastes des dits vaccins deviennent marginales, sont des dégâts collatéraux supportables.

C’est tout, rien de plus. Incroyable, non ?

Tout ça pour ça !!!!

Restez chez vous et prenez du doliprane, c’était donc ça.

Ne venez à l’hôpital que le plus tard possible, en phase terminale si possible, encore ça.

Les chiffres épouvantables déversés par nos journaux nuit et jour, les émissions alarmistes, le confinement, l’interdiction de travailler ou de s’amuser, de se détendre, de se déplacer, la litanie des morts, l’exhibition des souffrances, c’était ça aussi.

La ruine de l’économie, de l’école, du lien social, l’apogée de la délation, encore ça.

La France vaste hôpital en tout lieu en toute heure, obsédée par la maladie avec l’hospitalisation en guise de terminus, toujours ça.

Les médecins interdits de soins, qui pourraient s’inquiéter des patients adressés à l’hôpital et juger des résultats, c’est aussi ça.

Oui mais, l’hôpital c’est le sacre de la fonction publique, de l’égalitarisme, de l’empathie, du don de soi des autres, l’emblème de notre réussite, la justification des charges qui tuent. Cela vaut bien un petit vaccin, et qu’importe l’avenir de chacun si l’hôpital y trouve son compte. Applaudissez, merci.

Ce qu’il y a de bien avec les tricheurs c’est qu’iIs finissent toujours par ne pas pouvoir s’empêcher de craner, d’éventer leur tricherie.

On y est, Véran est le premier, les autres vont suivre, les cocus fermeront la marche, il ne manquera pas grand monde, cinquante millions de vaccinés : ça s’arrose. Non cinquante un millions, je m’étais oublié… merde, je suis vacciné.

Et oui, j’avais oublié que : il n’est pas certain, mais il est toujours possible… le pire.

Cette vérité a tendance à se faire discrète, pourtant c’est elle qui devrait guider notre réflexion, elle est plus utile que la confiance, mais … elle oblige à bosser à plein temps.

Bien à vous. H. Dumas

EDF menteur récidiviste ?

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer avec vous les procédés pour le moins contestables d’EDF en ce qui concerne la présentation de ses factures. ici et

J’ai une maison très isolée sans jamais avoir perçu un centime d’aide (que je n’ai pas demandée).

J’ai peu d’appareils électriques mes gros consommateurs étant le frigo, le circulateur du chauffage (au bois), la box internet, l’ordinateur, des ampoules basse consommation et la machine à laver une fois par semaine (je n’ai pas la télé). En outre, je suis absent plusieurs mois par an (puisque je suis en Grèce).

De ce fait, mes factures d’électricité sont très basses et je peux prétendre pratiquer l’écologie bien plus que certains moralisateurs.

Cela ne m’empêche pas de constater qu’EDF persiste à vouloir berner sa clientèle captive (parce qu’en France le marché est faussement libéralisé) en présentant de manière constante des affirmations qui sont sans fondement voire carrément mensongères !

La dernière facture, reçue ce jour, en est encore une fois un excellent exemple.

Précision : Je suis toujours à la facture papier parce qu’EDF n’ayant jamais répondu à mes demandes d’explication, il n’y aucune raison que je réponde à leur demande de dématérialisation …

Celle-ci est accompagnée de plusieurs feuillets dont l’un m’a amené à faire une petite vérification.

Fact cheking

Conformément à une détestable habitude, certains médias publics (France info et France inter en particulier, mais aussi le Monde et Libération) ont mis en place des vérificateurs (décodeurs) qui vous « aident à démêler le vrai du faux » dans une action dénommée par les pays de langue anglaise « fact checking » (contrôle des faits) notamment à propos d’affirmations qui circulent sur internet ou plus simplement proférées par des personnages publics (politiciens ou autres).

Soyons lucides, il s’agit essentiellement d’instruments de propagande destinés à contrebalancer des idées qui iraient à l’encontre de la vérité officielle ; même si, évidemment, il circule sur Internet nombre d’affirmations fausses ou complotistes.

Ce feuillet d’accompagnement contient donc plusieurs vignettes dans lesquelles EDF fait la part entre le vrai et le faux de certaines affirmations.

Il est connu que les fonctionnaires et les énarques adorent les tableaux Excel et autres camemberts. Nous avons donc droit à un petit tableau dans lequel on nous explique :

« En France, le prix de l’électricité est parmi les moins chers d’Europe ».

Cette affirmation est souvent relayée par nos ministres fonctionnaires, Bruno Le Maire en tête !

Mais comme ce dernier ne connait rien à l’économie, on peut se permettre de mettre en doute des affirmations de ce type assénées de manière constante ; surtout lorsque cette affirmation est faite sans aucune justification.

Ce tableau nous présente les données : tarif TTC en €/MWh pour les clients résidentiels (particuliers).

Précision MWh : mégaWatts/h unité de référence.

France                                  193

Zone € hors France          248

Italie                                    226

Espagne                              232

Belgique                             270

Allemagne                         319

j’observe d’ores et déjà qu’EDF utilise des échelles différentes pour votre facture (en kWh) et le tableau (en MWh). Je n’ose imaginer que c’est juste pour « embrouiller le client » et l’empêcher de faire une comparaison utile avec sa propre facture ?

Effectivement, à lire le tableau, l’électricité française semble la moins chère …

On doit donc en remercier EDF, notre vaillante administration ainsi que nos sensationnels ministres fonctionnaires qui nous permettent d’avoir l’électricité la moins chère d’Europe ! Cela compenserait quelque peu le fait que la France est le pays le plus imposé d’Europe !

Sauf que si vous lisez votre facture vous vous apercevez que cette affirmation est loin d’être vraie !

Serait-ce encore un mensonge de votre appareil administratif destiné à « faire passer la pilule » des factures d’électricité ?

Une règle constante en mathématiques est qu’une affirmation est vraie tant qu’elle n’a pas fait l’objet d’une preuve inverse.

J’ai donc procédé au fact checking des fact checkers et malheureusement je ne suis pas du tout arrivé au même résultat qu’affirmé par EDF !

Précision liminaire pour éclairer cette distinction obscure entre kiloWatt et kiloWattheure : le KiloWattheure est une unité d’énergie tandis que le kiloWatt est une unité de puissance.

Un appareil de 2 500 W (2,5 kW) utilisé à puissance maximale pendant 2 h aura consommé 2,5 kW × 2 h = 5 kWh en tout.

Bien évidemment, ce qui nous intéresse c’est l’énergie consommée.

Démonstration :

Ma facture pour 6 mois est de 70.53€ TTC tandis que ma consommation dument relevée par mon compte Linky est très précisément de 109 kWh.

A partir de ces données, il est alors facile de faire la vérification de l’affirmation d’EDF !

70.53€/109 kWh = 0.647 €/kWh

Pour dissiper toute ambiguïté, je vais me livrer à une petite explication à destination de ceux qui ne maitrisent pas forcément très bien ces variations d’échelles entre MégaWatts et kiloWatts.

Le prix indiqué par EDF dans sa vignette étant en MWh il convient donc de convertir les kWh en MWh !

Ce n’est pas compliqué, il y a un million de Watts dans un MégaWatt alors que dans un kiloWatt il y a mille Watts. Il y a donc mille kiloWatts dans un MégaWatt et je dois donc multiplier ma facture par mille pour faire une comparaison utile et déterminer le prix en MégaWatt.

Fort de cette précision, je convertis donc ma facture pour constater que le prix TTC de l’électricité que je paie est de 647€/MWh soit donc bien plus que le double du prix le plus cher indiqué comme étant celui de l’Allemagne.

On peut légèrement modifier ce résultat en annualisant la facture et cumuler ces données avec celles de la facture du 15 juillet 2021 qui donnait 309 kWh pour un montant total de 99.70€.

Le total des deux factures est donc de 419 kWh pour 170.23€ ce qui nous donne :

170.23/419 = 0.41€/kWh(410€/MWh).

ce qui est sensiblement moins mais reste néanmoins très supérieur au prix allemand censé être le plus cher !

Faute d’explications précises de la part d’EDF quant au mode de calcul lui ayant permis d’aboutir aux données qu’elle met en avant, je m’en tiendrai à mon calcul basé sur des données tangibles fournies par EDF elle-même !

Patatra, l’affirmation d’EDF est démontée par un simple petit calcul qui permet de constater que, non, l’électricité vendue par EDF n’est pas la moins chère d’Europe et loin s’en faut !

Il semble bien même qu’elle soit LA PLUS CHERE !

L’affirmation d’EDF est donc au minimum tendancieuse (pour ne pas dire manipulée par le biais de l’utilisation de moyennes) soit … complètement fausse !

Bien évidemment, je vous encourage à effectuer la même démarche en consultant votre facture d’électricité afin de vérifier le montant réel du prix de l’électricité que vous payez.

Je pense que vous n’êtes pas au bout de vos surprises … et n’hésitez pas à le faire savoir !

Bien cordialement à tous !

 

 

Vaccins mortels

Voici un tableau récent et clair issu de l’organisation de pharmacovigilance des USA sur les décès juste après injection des vaccins à ARNm ou ADN contre le SARS-COV-2. D’abord par an depuis 30 ans (tous vaccins), puis par mois depuis un an, et par jour qui suivent l’injection.


La première courbe sur trente ans montre à quel point lancer des produits expérimentaux, mal conçus et testés trop vite, sans responsabilité et avec fraude dans les données aboutit à une catastrophe.

5500 personnes sont décédées dans les 48 heures suivant l’injection.
Tout cela est rassurant ! N’est-il pas ? Les vaccins sont en train de devenir plus dangereux que les derniers variants, surtout que la mortalité par Covid touche des personnes âgées alors que la criminalité vaccinale expérimentale touche tous les âges, même si cela reste plutôt les vieux qui ne supportent pas.

Confisquer la fortune des milliardaires

La presse, et les politiciens, adorent se saisir de sujets à propos desquels ils sont assurés de faire le buzz ou pire scandaliser l’opinion ; et Dieu sait si en France on peut facilement scandaliser l’opinion avec des histoires d’argent.

Car il est bien connu qu’en France, tout le monde méprise l’argent mais … tout le monde en veut et si possible de l’argent gratuit des autres … tout comme beaucoup de français veulent passer des vacances à Ibiza mais refusent que le ministre le fasse !

C’est l’expression d’une vision égalitariste des français qui jalousent leurs voisins qui en ont plus qu’eux au pays de ceux qui détestent les entrepreneurs ; surtout ceux qui réussissent !

En France, les seuls gains admis sont ceux du sport (football), du spectacle et spécialement du cinéma. En ce qui concerne les gains de la haute fonction publique celle-ci se garde bien d’exposer au grand public ses revenus réels (cela pourrait susciter des jalousies, n’est-ce pas M E Philippe ?) et limite sa communication au service public !

Forte de ce constat, l’ONG soi-disant écologiste mais surtout pédo-criminelle Oxfam a décidé d’user de ce moyen avec un rapport affirmant « que les dix personnes les plus riches du monde ont vu leur fortune doubler depuis le début de la pandémie. À l’inverse, les revenus du reste de l’humanité ont diminué ». « La fortune cumulée de l’ensemble des milliardaires a connu depuis le début de la pandémie de Covid-19 sa plus forte augmentation jamais enregistrée, de 5 000 milliards de dollars, pour atteindre son niveau le plus élevé ​à 13 800 milliards. »

Les personnes désignées à la vindicte populaire sont notamment E Musk (Tesla), Jeff Bezos (Amazon), Bernard Arnaud (LVMH), Bill Gates (Microsoft), Mark Zuckerberg (Facebook), Warren Buffett (Berkshire Hathaway), Larry Ellison (Oracle).

Oxfam propose donc, ni plus ni moins, qu’une « taxe exceptionnelle » de 99 % sur les revenus provenant de la pandémie des dix hommes les plus riches permettrait de « produire assez de vaccins pour le monde, fournir une protection sociale et médicale universelle, financer l’adaptation au climat et réduire la violence liée au genre. »

Ce faisant, Oxfam répand l’idée que la fortune de ces ultra riches serait illégitime et formule une demande de nationalisation mondiale qui ne pourrait se réaliser qu’avec la complicité des Etats ; ce qui est évidemment impossible, notamment parce que la plupart de ces entreprises sont américaines et qu’il n’est pas, dans la culture des Etats Unis, d’utiliser ces « techniques de gouvernement ».

Oxfam le sait et d’ailleurs son discours est essentiellement tourné vers les populations européennes, et françaises en particulier, susceptibles de faire un accueil favorable à ce genre de proposition.

Evidemment, Oxfam n’oublie pas  l’argument humanitaire (santé gratuite, …) afin de donner plus de « crédibilité » à ce discours extrémiste.

Ce faisant, Oxfam rejoint des partis politiques type LFI qui ne prospèrent qu’en agitant l’idée que s’ils arrivaient au pouvoir le monde irait beaucoup mieux parce qu’ils confisqueraient la fortune des riches pour la distribuer aux pauvres … en oubliant de dire qu’en spoliant les riches … on n’a jamais enrichi les pauvres !

Oxfam est une véritable organisation communiste puisqu’elle propose tout simplement la spoliation des riches et l’atteinte à la propriété privée par le biais d’une véritable opération de banditisme politique ; à la fois pour justifier son existence et pour rallier à sa cause tous les envieux, jaloux et autres rêveurs qui s’imaginent qu’ils vont pouvoir s’enrichir à bon compte en profitant des biens des autres !

Cette démarche, dont le but inavoué est d’exciter les ressorts les plus troubles de la psychologie humaine, et notamment un sentiment narcissique de victimisation, n’est évidemment pas très honnête ; surtout lorsqu’elle emprunte certains biais de raisonnement au moyen d’une présentation tronquée voire carrément fausse des faits.

On peut clairement parler ici de propagande … à des fins de pure manipulation des personnes auxquelles ce message est destiné. Le docteur Goebbels (ministre de la propagande du IIIème Reich) ne disait-il pas « un gros mensonge asséné suffisamment longtemps finit par devenir la vérité » ?

Cette stigmatisation de l’envolée de la fortune des riches agitée par Oxfam a été reprise, sans recul ni explication, par l’ensemble de la presse en particulier publique dans laquelle prolifèrent des « révolutionnaires de salon » aux salaires (très) confortables payés par les impôts des autres !

Une confusion, évidemment intentionnelle, entre revenus et patrimoine !

Oxfam explique que du fait de la crise il y a eu une envolée du patrimoine des ultra riches.

Seulement, un patrimoine n’est pas un revenu ; c’est seulement à partir d’un patrimoine que l’on peut tirer des revenus. On peut très bien avoir un patrimoine mais n’avoir aucun revenu … tout comme on peut n’avoir aucun patrimoine et avoir un revenu (ex les retraités qui perçoivent une pension) !

L’augmentation de la valeur d’une action de société cotée n’est pas un revenu si on ne vend pas ! Le fisc français, pourtant si prompt à taxer, le sait bien puisqu’il ne taxe la plus-value qu’en cas de vente.

Enfin, last but not least : un capital en actions ne peut être assimilé à une véritable richesse qu’à un « instant T » et il faut être conscient que sa valeur peut fluctuer fortement très rapidement. Une action de société n’est qu’un bout de papier, une part sur une société dont la valeur est fluctuante. C’est, normalement, un pari sur des revenus futurs de cette société (les distributions de dividendes).

Alors, certes, l’exubérant et fantasque E Musk adore manipuler l’opinion avec ses déclarations, mais si demain l’action Tesla s’écroule en bourse, sa fortune d’homme le plus riche du monde s’écroulera immédiatement !

A bien y regarder E Musk est surtout riche de la crédulité des « investisseurs » ou de ses fans (appelés followers) qui ont acheté, à n’importe quel prix, les titres Tesla en bourse.

La cause de l’augmentation de la fortune des personnes les plus riches !

Ici, la démarche d’Oxfam devient carrément malhonnête, car elle oublie de préciser, évidemment intentionnellement, un « détail » qui n’a pas pu lui échapper.

La cause de l’augmentation de la fortune des ultra riches est en rapport direct avec l’action des Etats et des banques centrales qui ont manipulé les taux d’intérêts et ouvert en grand les vannes du crédit et de l’impression monétaire pour permettre aux Etats surendettés de faire leurs fins de mois et ne pas se retrouver en cessation des paiements !

Beaucoup d’argent a été déversé par les banques centrales et celui-ci, plutôt que de dormir au fond d’une banque, cherche à se placer …

Les banques et les investisseurs cherchent donc du rendement à tout prix et, puisque les obligations ne rapportent plus rien du fait, là aussi, de la manipulation des taux d’intérêts par les banques centrales, pour assurer la solvabilité d’Etats surendettés qui ne pourraient pas faire face à une envolée des taux, on se rabat sur les actions et les matières premières !

Tout cet argent qui « s’investit » sur les actions de sociétés cotées a nécessairement provoqué une envolée des cours boursiers ; ce qu’on appelle un phénomène de « bulle ».

Le point d’orgue a été atteint lorsque l’Etat fédéral américain a distribué des chèques à la population, soit disant pour relancer l’économie après le confinement lié au Covid ; laquelle population s’est empressée d’aller jouer cet argent au casino boursier … provoquant des envolées de cours boursiers complètement déraisonnables (voir les titres GameStop, Dogecoin, …) !

Je parle intentionnellement de casino boursier parce qu’on n’est plus dans une logique d’investissement mais dans une mécanique de jeu où l’on prend de gros risques (tout en pensant qu’on n’en prend pas) pour gagner gros, très vite !

On se situe dans une spéculation effrénée et les cours de bourse des actions montent à des niveaux délirants ; il n’est qu’à voir la valorisation du titre Tesla qui se paie au moins 20 fois trop cher avec une capitalisation boursière supérieure à la capitalisation de tous les autres constructeurs automobiles du monde réunis alors que Tesla produit peu de voitures, comparativement aux autres constructeurs, et surtout ne gagne pas d’argent !

Les spéculateurs ne regardent plus le rapport entre le cours de bourse et le montant des dividendes versés (ce qu’on appelle en anglais le PER – Price earning ratio) mais considèrent seulement l’espoir que le titre va monter vite et très haut pour le revendre rapidement et en tirer une plus-value importante.

L’enrichissement des personnes les plus riches est donc un effet collatéral direct des politiques publiques d’émissions monétaires inflationnistes décidées par les Etats et les banques centrales !

Seulement, cette bulle va finir par exploser, même si personne ne connait la date, et on constatera alors que le vrai riche est celui qui possède des biens tangibles c’est à dire des terres, des immeubles, de l’or, du cash en banque ; pas des biens qui peuvent voir leur valeur disparaître purement et simplement du jour au lendemain du fait de la spéculation !

La proposition d’Oxfam au regard de l’histoire

Les révolutionnaires français de 1789 (décret du 02 nov 1789) ont confisqué les biens de l’église catholique qui possédait un patrimoine considérable. Devenus des biens nationaux, les biens du clergé ont servi de garantie pour l’émission des fameux assignats.

La confiscation par les révolutionnaires n’a nullement sauvé ni le pays ni les habitants puisque l’expérience des assignats s’est terminée par la faillite pure et simple du pays en 1797. N’oublions pas non plus que la révolution française a eu pour principale cause la faillite pure et simple de l’Etat qui était en cessation des paiements !

Les révolutionnaires bolcheviques l’ont fait aussi en 1917-1920 (ils avaient lu et relu l’histoire de la révolution française et y ont appliqué les mêmes méthodes) et on sait ce qu’il est advenu de l’URSS …

Le gouvernement français de F Mitterrand a fait de même en 1981 ; sans aucun résultat tangible autre que d’avoir couté, déjà, un pognon de dingue ; à tel point qu’il a fallu ensuite engager des procédures de privatisation.

Il faut donc arrêter de croire au père noël surtout lorsqu’il se présente sous la forme d’organisations gauchistes extrémistes dont le fonds de commerce est le vol des autres !

Mais il est évidemment plus facile de dire « on va distribuer la fortune des riches dont vous êtes les victimes » plutôt que « pour vous en sortir vous allez devoir travailler ! »

La confiscation des biens des riches n’enrichit jamais les pauvres. C’est même l’inverse car lorsqu’il n’y a plus de riches, il n’y a plus de capital à invertir dans les entreprises et un pays constitué exclusivement de pauvres est un pays fini !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.