Archives de catégorie : Société

Sous cette rubrique vous trouverez tous les billets dénonçant la situation actuelle et proposant éventuellement des solutions.
C’est un spectre très large, qui va bien au-delà du contrôle fiscal. Ceux qui ont vécu un contrôle fiscal comprendront l’intérêt de cette rubrique.
Une fois passée la violence du choc, la mort économique et sociale qui suit, si le contrôlé est encore en vie, s’il n’a pas commis sous la pression l’irréparable, il ne souhaite qu’une chose : que plus jamais personne ne puisse subir une telle violence, aveugle et mensongère.
C’est alors qu’il éprouve le besoin de témoigner, mais aussi de tenter de reconstruire, en faisant part de ses émotions et de son expérience.
Il s’agit donc d’une rubrique vaste, ouverte, susceptible de faire avancer les choses pour plus de justice, plus d’égalité et plus d’humanité dans la participation à l’impôt.

Lettre à mon sénateur

Monsieur le sénateur.

J’ai écouté votre déclaration récente sur Public Sénat à propos de l’obligation vaccinale des professionnels de santé.
Je suis professionnel de santé et j’ai étudié dans ma spécialité les bactéries, les virus et l’immunologie pendant toute ma carrière et j’ai refusé catégoriquement l’injection dans mon organisme d’un traitement génique expérimental dont le rapport bénéfice risque est aussi catastrophique.

Si on ne savait pas depuis des décennies que les virus à ARN mutent tout le temps.
Si on ne savait pas qu’un adulte contaminé peut fabriquer des dizaines de milliards de copies du coronavirus.
Si on ne savait pas que le taux de mutation est de 1/10000, c’est à dire que chaque personne contaminée produit au moins un million de variants, dont 250 environ sont transmissibles, avec une sélection de ceux qui sont insensibles aux éventuels vaccins.
Si les immunologistes n’avaient pas prévenu que les vaccins réalisés d’après des variants de coronavirus déjà disparus allaient en plus limiter la capacité du système immunitaire à s’adapter naturellement aux mutations du virus.
Si Pfizer et les autres fabricants n’avaient pas voulu garder secrets leurs dossiers d’expérience en vue des autorisations de mise sur le marché.
Si ces dossiers, rendus publics après une décision de justice, ne révélaient pas qu’il y avait plus de morts dans le groupe vacciné que dans le groupe témoin et des manipulations de chiffres éhontées et frauduleuses pour arriver à donner un taux d’efficacité de 95% alors que d’après les mêmes données des scientifiques sérieux arrivaient à 12%, sans aller jusqu’à vérifier comment les sujets étaient considérés porteurs ou pas du virus en l’absence de tests pour une majorité d’entre eux.
Si des morts par « pneumonie » n’avaient pas été classées hors cause covid dans le groupe vacciné à l’inverse du groupe témoin.
Si les groupes témoins n’avaient pas été vaccinés à leur tour au bout de six mois pour masquer les différences d’effets secondaires à moyen terme.
Si Pfizer et les autres fabricants n’avaient pas refusé de prendre la moindre responsabilité sur les conséquences négatives de leurs produits expérimentaux.
S’ils ne montraient pas dès ces expériences de phase trois initiale que leurs pseudo-vaccins n’empêchaient pas quiconque d’être contaminé et contagieux ni malade.
Si l’AMM n’avait pas été délivrée malgré l’absence de phase deux expérimentale sur animaux, donc les citoyens servent de cobayes.
Si les contrats d’achat n’étaient pas restés secrets.
Si notre « Président »  n’avaient pas jugé nécessaire de prendre des décisions sanitaires par un conseil de défense pour justement garder secrets les arguments et les raisons réelles des décisions prises, donc douteuses, peut-être inavouables, certainement anticonstitutionnelles.
Si le mécanisme parlementaire n’avait pas été piétiné méthodiquement.
Si le traitement précoce présenté par l’infectiologue le plus réputé au monde, au lieu d’être considéré comme la bouée de sauvetage de la population, et alors qu’il sauvait 99,6% des contaminés quand l’hôpital public dépassé tuait 25 % des malades pris tardivement en charge, soit 50 fois plus de décès, n’avait pas été interdit par un ministre de la santé dont la santé mentale mériterait une approche psychiatrique.
Si d’autres infectiologues, tels que les professeurs américains Harvey Risch, Peter McCullough et Pierre Kory n’estimaient pas que les traitements précoces auraient pu sauver 500000 personnes aux Etats Unis.
S’il n’était pas facile de calculer que ces mêmes traitements auraient pu préserver la vie d’au moins 40000 français s’ils n’avaient pas été interdits.
Si on ne constatait pas dans les pays occidentaux, dès janvier 2021 en Israël, que les campagnes de vaccinations étaient immédiatement suivies de pics épidémiques, preuve de l’inefficacité totale des vaccins à ARNm anti-SARS-COV2.
Si 290 sportifs vaccinés n’étaient pas morts subitement en pleine compétition.
Si les sportifs vaccinés n’étaient pas incapables de retrouver leurs performances antérieures au « vaccin ARNm », ce que l’on a pu constater lors du Tour de France 2022 par exemple.
Si une étude sur les femmes enceintes n’avaient pas montré que 82% des vaccinées dans les 6 premiers mois de grossesse avaient fait des fausses couches.
Si certains ahuris dramatiquement irrresponsables ne poussaient pas à la vaccination des enfants alors que leur risque de développer un covid est nul et que leur densité de récepteurs ACE susceptible de fixer le sars-cov-2 est plus d’un million de fois plus faible que chez un adulte, les rendant insensibles à ce virus et incapables de le transmettre, alors que les effets secondaires graves se multiplient et qu’il n’est même pas pensable de faire courir un tel risque aux jeunes générations.
Si le recueil des effets indésirables n’était pas largement entravé dans de nombreux pays, soit par des démarches administratives complexes et volontairement mal organisées, soit par des classements expéditifs pour ne pas apparaître liés aux vaccins à ARNm.
Si les données des organismes de pharmacovigilance, largement ignorées des médias principaux, ne montraient pas qu’en trente ans d’usage de vaccins, jamais on avait vu autant de décès liés à la vaccination (voir VAERS).
Si plusieurs études aux États Unis n’évaluaient pas autour de 200000 le nombre de décès depuis un an liés aux pseudo-vaccins à ARNm.
Si le décompte des morts des pseudo-vaccins à ARNm en Europe n’en était pas en approche de 50000.
Si la mortalité en Europe des personnes des groupes d’âge entre 0 et 14 ans et entre 14 et 44 ans, qui n’avait guère variée jusqu’en juin 2021 malgré l’épidémie, s’est retrouvé significativement au dessus de la moyenne depuis juillet 2021, sans autre explication que l’effet de la vaccination extensive.
Si on ne pouvait calculer dès à présent que les années de perte de vie liées à la vaccination par ARNm sont plus nombreuses que les années de perte de vie liées au Covid lui-même, qui touchait en moyenne des personnes âgées de 85 ans.
Si on ne constatait pas une recrudescence très marquée des maladies auto-immunes, phénomène assez logique quand on sait que les cellules recevant l’ARN messager de ces thérapies géniques deviennent anormales pour les cellules de notre système immunitaire, qui vont les attaquer et les détruire, même si elles font partie d’une paroi vasculaire, déclenchant une thrombose, mais le nombre de cellules, tissus et organes concernés n’a rien de limité ainsi que les conséquences et effets secondaires même mortels.
Si la recherche récente ne montrait pas que les pseudo vaccins à ARNm entraînent des « tempêtes cytokiniques » comme pouvaient également le faire les premiers variants du sars-cov-2 et des dérèglements graves du système immunitaire.
Si on n’avait pas laissé parler dans les médias des médecins qui avaient des conflits d’intérêt majeurs avec les entreprises pharmaceutiques.
Si les médias les plus écoutés ne s’étaient pas comportés comme des organes de propagande digne des régimes les plus fascistes , et avaient entretenu un débat neutre entre scientifiques après avoir mis à l’écart ceux qui avaient des conflits d’intérêt.
Si les scientifiques les plus réputés par leurs recherches, leurs publications et leurs nombres de citations n’avaient été honteusement harcelés médiatiquement et scandaleusement agressés administrativement dans leurs vies professionnelles.
Si des milliers de professionnels de santé n’avaient pas été interdits d’exercer de façon arbitraire, en totale contradiction avec les articles 23, 10, 11 et 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, signée par la France le 10 décembre 1948.
Si le directeur du NIAID, Antony Fauci, dont la position lui permet de distribuer selon son bon vouloir 57% du budget mondial de la recherche médicale, n’avait pas de ce fait à sa botte une majorité des chercheurs occidentaux, ne leur imposait pas de critiquer au maximum les vieux médicaments peu chers et déjà validés, et de favoriser au maximum des médicaments nouveaux, chers, expérimentaux et pas validés en efficacité et innocuité.
Si le même individu, collaborant avec nombre d’entreprises pharmaceutiques et la fondation Gates, ne finançait pas largement les revues scientifiques et les organisations de santé comme l’OMS, l’EMA, la FDA, etc….
Si le « scandale »  du Lancet n’avait pas montré que les plus grandes revues médicales étaient susceptibles de publier des articles entièrement frauduleux au service des Big Pharma.
Si les « Big Pharma » n’étaient pas coutumières de plaintes pour charlatanisme, tromperies sur indications, falsifications de données, corruption, en particulier Pfizer qui en vingt ans a dû payer plus de 4 milliards de dollars d’amendes et de dédommagements, sommes intégrées dans leur « business plan » sans aucun remord pour les millions de personnes qui perdent la santé ou la vie du fait de leurs impostures criminelles.
Si les tests PCR avaient été utilisés jusqu’à 35 cycles et non pas jusqu’aux 45 cycles largement utilisés qui donnaient de faux positifs.
Si les autopsies des morts susceptibles d’être liées aux vaccins n’avaient pas été interdites.
Si le consentement éclairé avant vaccination, obligatoire en particulier pour un traitement expérimental en essai thérapeutique de phase trois, avait été mis en place, conformément à l’article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui interdit conjointement la torture et les expériences médicales, pour ne pas voir se reproduire ce qu’avait fait les nazis sur des prisonniers.
Si la gestion de la pandémie par la peur d’une maladie « mortelle » ne ressemblait pas plus à un test de contrôle de la population à caractère autoritaire en dehors de toute règle républicaine, et à un test de Milgram sur le niveau d’obéissance des structures administratives, qu’à une démarche sanitaire devant une épidémie, elle déjà définie depuis des décennies.
Si tous ces faits que l’on retrouve dans les données épidémiologiques officielles, les publications scientifiques indépendantes de «Big Pharma » et des dossiers juridiques internationaux et surtout américains ne suffisaient pas pour se faire une opinion parfaitement claire et ne suffisent pas pour vous faire comprendre que ces faux vaccins expérimentaux constituent le plus grand scandale sanitaire de tous les temps, c’est que les décideurs gouvernementaux ne sont pas capables de s’informer efficacement de la réalité scientifique du présent, susceptible d’évoluer de jour en jour, ni de prendre des décisions adéquates concernant la santé personnelle de chaque citoyen en toute responsabilité des conséquences.
Si tous ces faits, dont un seul d’entre eux suffit pour mettre en question l’intérêt et l’autorisation de la pseudo vaccination aux ARNm, n’avaient pas existé, je me serais fait vacciner. Mais en l’état de nos connaissances, ces pseudos vaccins apparaissent beaucoup plus dangereux que le covid et il est hors de question que moi ou ma famille se fasse vacciner avec ces saloperies. Les vrais vaccins rendus obligatoires avaient suivi les procédures de validation et des années de recul pour être certains de leur efficacité et leur innocuité. Il y a eu des vaccins rejetés. Il est impossible de considérer les nouvelles thérapies géniques à ARN messager comme des vaccins classiques et sursoir aux principes de précaution inscrits dans les lois, y compris les droits fondamentaux de l’Humanité.
En restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, j’espère que vous vous éloignerez de la caste des criminels corrompus qui sévissent au gouvernement et je vous adresse mes salutations.
Dr Philippe Gault

Faire face

On parle beaucoup de la république de Weimar, antichambre de l’incroyable catastrophe que fût la dernière guerre mondiale.

L’idée qu’un petit trou du cul déclarerait tout seul une guerre mondiale étant absurde, il faut bien que pour des raisons rationnelles la situation soit arrivée à un point tel qu’effectivement un petit trou du cul… etc…

Sur le moment ces situations ne sont pas accessibles à l’analyse commune, sans quoi elles ne pourraient pas exister. La compréhension est occultée par les intérêts, les passions, les croyances, qui font écran. Ce n’est plus le cas après la catastrophe, quand l’histoire entreprend à son tour l’analyse des faits.

De ce que j’en sais, effectivement la situation de la république de Weimar était assez semblable à celle d’aujourd’hui.

Une dérive économique qui touche le plus grand nombre, lequel ne s’en sent pas responsable

Pour Weimar ce sont les conditions de l’armistice signée par l’Allemagne, que l’économie du pays ne peut pas assumer.

En ce qui nous concerne c’est la gabegie d’une structure irresponsable, composée de forces en partie inutiles et lourdes à financer, qui fait vivre la majorité du pays et donc ne peut être ni éradiquée ni limitée.

Une élite libérale au pouvoir, qui accepte de discuter de toute position, de toute opinion, jusqu’à un point de nécrose décisionnelle qui laisse le champ libre à la dérive économique et à la violence fiscale qui en découle.  

Pour Weimar c’est l’illusion de la relance par la dépense publique qui aboutira à l’effondrement de la monnaie. Nous n’en sommes pas là mais le drame se dessine.

L’impossible maitrise de la dépense publique par des libéraux dont c’est pourtant la religion, crée la confusion en même temps qu’elle paupérise les classes incultes économiquement mais confiantes dans le pouvoir ; pour qui le pouvoir est la seule solution, qui ne sont pas autonomes, à qui d’ailleurs on ne le demande pas au contraire.

Pour ces classes, majoritaires, l’élite libérale est illégitime, seul un pouvoir fort, qui ne discute pas, qui n’hésite pas, qui taille dans le vif, est acceptable. Pure folie…

Ainsi Weimar assiste au discrédit de la démocratie et à l’aspiration à deux régimes violents, le communisme et le nazisme. Les extrêmes qui se rejoignent, parti communiste et parti nazi, pour que finalement l’un tue l’autre pour contrefaçon.

L’arrivée de la violence à Weimar est symbolisée, selon les historiens, par l’assassinat de Rathenau, libéral pacifiste.

La violence est-elle là aujourd’hui sous une autre forme, le Bataclan, Charlie Hebdo ? Nous ne le savons pas, le recul nous manque.

Il faudra dix ans de statu quo, de non-décisions, pour qu’après l’assassinat de Rathenau la violence ait accès au pouvoir, en la forme du trou du cul fauteur de guerre Hitler. Qui agit en réalité sous couvert des allemands.

Il nous reste effectivement un peu de chemin à faire avant de basculer dans la guerre. Avant qu’un de nos trous du cul enflamme le monde avec notre assentiment.

Sauf si sur notre terreau préparé, la guerre arrive d’ailleurs… Si je ne me trompe pas, nombre de français voient Poutine comme l’homme dont ils rêvent pour prendre en main le destin du pays.

Faut-il s’inquiéter ? Probablement. Faut-il espérer une solution ? Sans doute que non.

Alors que faire ? Rien.

L’opinion publique est la seule patronne de notre collectivité, elle peut penser juste ou complètement délirer, chacun de nous n’a aucune prise sur elle quel que soit son niveau décisionnel.

Observons les ravages de l’orage, espérons être encore là au retour du printemps.

Pour cela une seule solution : faire face.

Ne pas avoir peur d’affirmer que la discussion, même si elle peut être stérile ou discrète, reste la seule solution. Soyons convaincus que la démocratie est la seule voie, parce qu’elle fait appel à l’intelligence et non à la force.

Même si nous ne comprenons pas pourquoi sur le moment, défendons la démocratie, de l’intérieur évidemment et de l’extérieur s’il le faut.

Les tricheurs ne me font pas peur, pourquoi feraient-ils peur, que sont-ils face au temps… rien. Ils ne justifient pas le recours à l’autocratie, aux trous du cul capables de déclencher la guerre pour notre compte.

Bien à vous. H. Dumas

Vingt ans sous menace fiscale

Roberto Saviano rend hommage à Salman Rushdie dont il partage le gâchis d’une vie sous menace depuis 2006, date de la parution de son livre sur la Camorra.

Il comprend la perte de vie d’une telle situation, pendant 16 ans pour lui et 33 pour Rushdie.

Il ne peut pas partager les coups de couteau qui ont atteint l’écrivain, mais il partage les conséquences de la décision qui les a tout deux déclarés cibles à abattre, l’impuissance de la collectivité à les protéger sans affecter leur liberté rendant leur vie insipide.

Je me demande si la vie sous les menaces fiscales qui m’affectent depuis vingt ans est différente de la leur.

Je crois que non.

Vous me direz que les Services Fiscaux ne me menacent pas de mort physique. Je pense que vous avez tort.

La perspective d’une dépossession totale de ses biens, de la misère engendrée, affecte gravement la santé. La mort alors n’a pas la brutalité d’un coup de couteau, mais plutôt l’oppression du poison ou de la longue maladie qui vous dévorent de l’intérieur, lentement, surement et douloureusement.

En réalité la différence tient au fait que dans leurs cas la collectivité les défend, dans le mien elle accélère le processus, prend fait et cause pour la menace, met à son service toute sa puissance pour exécuter la sentence largement aussi délirante que celle des ayatollahs ou des mafieux.

Puisque la preuve est rapportée que la collectivité ne peut pas les protéger sans aliéner leurs libertés, peu importe qu’au contraire elle soit du côté de ceux qui menacent. Finalement, elle devient neutre par rapport à la réalité et aux conséquences de la menace sur la vie.

Vingt ans sous menace fiscale, c’est vingt ans perdus.

Cela se concrétise de la façon suivante :

  • Plus de compte en banque libre, tous sont saisis au moins une fois par trimestre. Ils ne doivent en aucun cas être créditeurs.
  • Plus de banquier possible, votre banque sera désignée d’office par la Banque de France
  • Plus de crédit possible, que ce soit pour travailler ou pour consommer.
  • Tous vos biens soumis aux hypothèques légales et aux ventes forcées à des prix ridicules. Il vous faudra contrer ces actions dévastatrices, la plupart du temps vous serez face à un juge de l’exécution qui prend son pied à voir la cupidité des acheteurs et l’effondrement des propriétaires lors des ventes qu’il anime avec jouissance.
  • Vous devrez affronter le regard des autres, dont la grande majorité vous assimilera à un profiteur qui a triché fiscalement, car évidemment aucun tribunal, aucun magistrat, ne fera l’effort de juger objectivement votre cas. Le fisc a toujours raison… point barre.
  • Vous verrez alors votre psychisme doucement se déliter, vous ne pourrez plus croiser une belle voiture, une belle maison sans trembler pour son propriétaire, dont le calme vous paraitra le comble de la folle insouciance.
  • La peur sera pour vous une compagne de tous les jours, quand la sonnette de votre maison vous fera immédiatement penser aux huissiers, quand relever votre courrier reviendra à affronter exclusivement les lettres recommandées des services fiscaux qui alimenteront consciencieusement le puit sans fond de votre dette en accumulant les pénalités sur les impayés qu’ils provoquent tous les ans avec leurs impôts que vous ne pouvez plus payer du fait de leur fatwa initiale, ridicule et injustifiée.
  • Vous serez interdit de travail, votre situation de débiteur fiscal ne vous permettant plus de proposer vos compétences à qui que ce soit.

Alors oui, je ne vois pas de différence entre les fatwas des ayatollahs, des mafieux et des Services Fiscaux.

Je ne vois pas de différence entre l’enfer de ma vie, ou de celles de ceux qui sont dans mon cas et ils sont nombreux, et celle de Salman Rushdie. La fin n’est pas très loin pour moi. Mais elle n’intéresse personne, ne fera pas l’objet d’un communiqué.

Pourtant vous avez plus de chance, si ce n’est déjà fait, de rencontrer les menaces qui empoisonnent ma vie plutôt que celles qui empoisonnent les vies de Rushdie et de Saviano.

Bien à vous. H. Dumas

Bercy, ce pillard sans scrupule

La France est un espace de cocagne dont les occupants depuis des siècles se résignent à subir un pillage interne organisé par une minorité adoubée par la majorité.

Cette situation rocambolesque sème le malheur et la misère inutilement.

Le pire étant que les français sont parfaitement conscients de cette particularité qu’ils dénoncent sans succès depuis toujours, spectaculairement depuis 1789.

Hier c’étaient les nobles et l’église qui les pillaient, aujourd’hui ce sont leurs élus, leurs technocrates et Bercy qui s’y collent.

Le système est toujours le même, d’abord la propagande du devoir de solidarité, puis sur cette culpabilisation artificielle l’installation d’une force aveugle qui sème la terreur et récolte principalement à son profit le fruit du travail des français , laissant ceux-ci plus pauvres qu’ils ne le seraient naturellement et reléguant la solidarité à une gesticulation indigne et ridicule.

Tout cela ne se fait pas sans drame.

La force de Bercy est principalement son indifférence au drame, voire son plaisir à répandre la terreur.

Aujourd’hui il se trouve que l’avènement massif de l’information par internet découvre, telle la marée du siècle, les zones habituellement inaccessibles des meurtres fiscaux.

Ce blog, objet d’une fatwa fiscale par Bercy, permet à ceux qui le désirent de justement débusquer le pillard Bercy.

C’est ainsi que nous avons pu à l’occasion de la guerre en Ukraine souligner la dimension meurtrière de la dépossession matérielle pratiquée journellement en France par Bercy sur les français, puisque c’est cette arme qui a été la réponse de notre pays aux canons russes dans le cadre de l’aide à l’Ukraine considérée comme agressée.

Aujourd’hui un lecteur dénonce une des pires exactions de Bercy : la prise d’otage.

Maxime M. dans « Témoignage », sur ce blog le 12/08/2022, nous explique que dans le cadre du fameux   «foyer fiscal » il est poursuivi par Bercy pour une dette fiscale qui concerne exclusivement son épouse. S’il décédait demain se sont ses enfants qui en répondraient devant Bercy.

Le plus souvent ce sont des épouses ou des héritiers qui sont dans ce cas.

Cette situation s’appelle : une prise d’otage. Elle consiste à faire payer par un autre les conséquences des fautes dont on accuse une personne.

La prise d’otage est un acte interdit par la convention de Genève, que les différentes armées du monde pratiquent évidemment dans le cadre de leurs exactions.

Bercy en est le champion toute catégorie. Bercy pratique la prise d’otage journellement et à grande échelle.

Merci à Maxime M. de nous en donner un exemple clair. En même temps, cette dénonciation devrait amener Bercy, qui a horreur des projecteurs, à le désolidariser de son foyer fiscal dans le cadre de son affaire.

Nous lui souhaitons bonne chance.

Bien à vous. H. Dumas.

Chers Français, réveillez-vous !

Chers Français, réveillez-vous !

Michel Audiard était diplômé de l’université du 14ème. C’est-à-dire des bistrots et des rues du quatorzième arrondissement de Paris. Ce qui lui permit d’exprimer nombre d’aphorismes que l’on peut encore méditer aujourd’hui. Celui-ci par exemple : « Il y a des énergumènes à qui il faudrait interdire les professions honnêtes. »

Parmi les professions honnêtes, il en est une qui n’a pas cette réputation. Elle regroupe tous ceux qui participent à la vie publique et qu’on nomme globalement les politiciens. Certains sont élus, d’autres pas, mais tous aspirent à l’être ou à le rester parce que l’élection produit, comme le disait Bertrand de Jouvenel « une délicieuse expansion du moi ».

La profession de politicien est fondamentalement honnête parce qu’elle a pour vocation de travailler au bien commun de la population. Bien entendu une telle affirmation fait éclater de rire tout un chacun en France. « Le politicien n’est pas là pour servir, mais pour se servir », dit la vox populi française. Qui n’en pense toutefois pas moins, puisque nos compatriotes vénèrent les personnages politiques…jusqu’au moment où ils les vouent à l’exécration. Sic transit gloria mundi, disait l’adage romain.

Ce préambule était indispensable pour comprendre le triste état de la vie publique française. Comme toute communauté humaine, notre pays est confronté à de sérieux problèmes. Il ne s’agit plus, comme dans un passé immémorial, d’avoir de quoi manger, ni même d’échapper à la maladie, puisque la médecine a fait d’immenses progrès, mais tout simplement de vivre ensemble. Les populations primitives vivaient en hordes qui ne se supportaient pas les unes les autres. Les peuples modernes ne passent pas leur temps à se combattre férocement, mais ils cèdent encore trop souvent à ce terrible travers. Qu’on se réfère aux conflits mondiaux qui ont émaillé le vingtième siècle.

On pensait naïvement être sorti de cette malédiction, mais une certain Poutine a tenu absolument à marquer sa présence dans l’humanité en redonnant vie à la  tradition multiséculaire du massacre des hommes entre eux, cette définition incluant évidemment les femmes et les enfants. La majorité des citoyens occidentaux soutient le peuple ukrainien, mais il y a de nombreux Français qui détestent les Américains au point qu’ils étendent leur haine à ceux que ces derniers soutiennent, en l’occurrence les Ukrainiens.

Parmi mes grands étonnements, il y a cette haine de l’Amérique qui affecte certains Français. Certes, on n’aime jamais ceux qui vous ont aidés, mais de là à imputer aux Etats-Unis des volontés homicides, par empoisonnement ou par tout autre maléfice, qui les animeraient impitoyablement à notre égard, il y a un pas qu’on a du mal à comprendre.

En vérité, le peuple américain est plutôt indifférent à l’égard de l’Europe et de ses habitants. En ce moment, le dollar portant haut par rapport à l’euro, ils sont quelques-uns à nous rendre visite et se comportent plutôt bien à notre égard, du moins à ce que je peux constater à Paris. Il est vrai que je n’ai pas vérifié s’ils ont du poison dans leur poche.

Mais revenons à nos moutons, ceux qui paissent dans les prairies de la démocratie française. Un simple constat permettra d’y voir clair. Les politiciens français expriment dans leur quasi-totalité les désirs et les volontés des citoyens qui veulent vivre sans travailler, ou en faisant semblant. Du coup, toute mesure visant à augmenter la quantité de travail dans notre pays est repoussée impitoyablement dans les ténèbres de l’histoire, dans «  ces heures sombres du passé que nous ne voulons à aucun prix revoir ». Tranchons le mot : travail et nazisme veulent dire la même chose en français.

A ce stade de notre récit, nous devons constater soit que le peuple français souffre d’une incurable allergie au travail, soit que les politiciens qui en sont les hérauts ne sont que des imposteurs. Car dans toute une vie de travail, je n’ai rencontré que des compatriotes avec qui j’étais en accord, même si nous différions sur certaines modalités. Les autres, ceux que j’ai eu à combattre sans relâche, étaient des paresseux qui, affublés de costumes étatiques, ne pensaient qu’à faire « suer le burnous » aux libéraux, c’est-à-dire à tous ceux qui créaient la richesse de notre pays.

Aujourd’hui, les porteurs de burnous n’en peuvent plus, et leurs tortionnaires ne savent plus quoi faire pour les forcer à bosser. Alors montrons notre générosité. Il n’est pas question – nous sommes civilisés – d’attenter à la sécurité physique des tortionnaires. Mais simplement à leur sécurité mentale : supprimons le statut de la fonction publique à tous ceux dont le métier est aussi exercé par des travailleurs du secteur privé. Vous verrez tout à coup la France revivre. C’est notre vœu le plus cher.

Et comme par miracle, les médias entonneront des péans aux joies du travail et mépriseront les fainéants. Ce sera un juste retour des choses. En fait, la France sera remise à l’endroit. Et c’est ce dont elle a besoin.

Notre principal adversaire n’est pourtant pas le camp des paresseux. C’est «  l’inaction des gens de bien », comme le pensait Edmund Burke. Oui, chers et valeureux Français, réveillez-vous !

Claude Reichman