Tous les articles par Claude Reichman

Français, choisissez la liberté !

Français, choisissez la liberté !

Les crises se succèdent en France, marquant l’incapacité du pouvoir à régler les problèmes du pays. Les agriculteurs succèdent aux banlieues, qui succédaient aux gilets jaunes. Les salariés ne tarderont pas à entrer dans la danse. Tout le monde aura dansé, aucune difficulté n’aura trouvé de solution. Mais enfin, que se passe-t-il chez nous ? vont se dire bien des Français. Sur les plateaux de télévision, on n’aura pas davantage compris les évènements. Bref, on est dans le noir.

Pourtant la crise française peut s’expliquer aisément. Un pays moderne a certes des institutions complexes, car elles doivent permettre au pouvoir de résoudre des difficultés qui demandent de la part des acteurs publics une certaine technicité. Mais n’exagérons tout de même pas. Il y a, dans notre pays, comme dans tous les autres du monde occidental, des diplômés de l’enseignement supérieur qui sont capables de résoudre n’importe quel problème du monde moderne. Pourquoi les politiciens n’arrivent-ils pas à en faire autant ?

La réponse est tragiquement simple. On a mis à la tête de nos pays des jeunes gens (certains déjà devenus vieux) qui n’ont aucune expérience de la vie. Dans le monde romain existait le cursus honorum, parcours balisé qui menait les meilleurs d’une fonction à une fonction plus élevée et dotait les élus d’une expérience sans égale. En France, la troisième et la quatrième République fonctionnaient ainsi. Elles se sont l’une et l’autre mal terminées par la faute des chefs suprêmes. Car le processus de sélection s’arrêtait au moment où il fallait choisir le responsable ultime. Là, c’était un jeu de quilles. Il s’agissait plus de démolir les candidats au pouvoir que de choisir le meilleur. On a donc eu le plus mauvais.

Les hommes d’Etat sont rares. Il y faut de la culture et une vision. C’est ce qui nous a manqué depuis qu’il y a près de quarante ans la France a choisi, avec les autres Etats de la Communauté, de créer un marché intérieur, c’est-à-dire de supprimer toutes les frontières entre les Etats européens. Les conséquences allaient être évidentes en ce qui concerne nos institutions nationales. Elles allaient, les unes et les autres, se trouver en concurrence. Chacun sait que dans ce type de situation un tri sévère s’opère. Les institutions les moins performantes disparaissent au profit des plus efficaces. La France a cru qu’elle pouvait à la fois faire l’Europe du marché intérieur et conserver les institutions qui le niaient. Le résultat, nous le voyons aujourd’hui, est catastrophique pour notre pays. L’économie est exsangue, les hôpitaux sont dévastés, l’enseignement sombre dans la médiocrité, et tout le monde est mécontent. Tout cela parce qu’on a refusé avec horreur l’idée de concurrence.

Le refus le plus spectaculaire, et qui est finalement la cause de tout, est celui de mettre en concurrence la Sécurité sociale. Le traité européen de l’Acte unique, signé en 1986, prévoit que la Sécu, comme toutes les autres activités, serait mise en concurrence à partir de 1993. La France a mis toute son énergie à empêcher cette échéance. Or celle-ci était la condition de la survie de nos entreprises et du bien-être de nos citoyens, car les autres pays de l’Union respectaient (plus ou moins bien) cette disposition, qui les mettait en position avantageuse par rapport au nôtre dans la compétition internationale. Tranchons le mot : la France s’est suicidée pour sa Sécu !

Je suis bien placé pour en parler, car je me suis consacré à lutter pour l’application en France des dispositions européennes. Combat très difficile car mené non seulement contre les politiciens français et l’administration, mais contre la justice qui en l’occurrence n’a pas mérité son nom puisqu’elle a violé les lois sans le moindre scrupule. Plus de 500 000 Français ont pu, grâce à notre lutte, sauver leur entreprise en échappant à l’URSSAF et aux autres caisses sociales. Mais il reste encore trop de prisonniers de la Sécu. Ils n’ont pas osé se libérer. Il faut maintenant une grande libération nationale. Nous allons la mener. J’espère simplement que les Français se souviendront que le premier mot de la devise de la République est « liberté » !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (5 avis)
Loading...

Voici pourquoi la France est une dictature !

Voici pourquoi la France est une dictature !

Etre le chef procure de nombreux avantages. Que ce soit dans une tribu primitive ou dans une puissance mondiale. Mais peu importe la taille de l’empire. Ce qui compte, c’est d’être le premier. Les chimpanzés, nos plus proches parents, constituent des sociétés hiérarchiques. Les hommes aussi.

Pourquoi Poutine veut-il à ce point être le chef qu’il lui faut tuer Navalny ? Pourquoi Macron veut-il à ce point être le chef qu’il n’ait pas d’autre souci que d’empêcher Cnews d’émettre ? Pourquoi Biden veut-il absolument rester président des Etats-Unis alors qu’il est manifestement dans le cirage ? Cela dépasse l’entendement.

Les sociétés humaines n’ont jamais vraiment résolu le problème du pouvoir. En théorie, il n’y a aucun problème. Le pouvoir s’acquiert par des élections libres et se quitte au terme d’un temps défini. C’est la raison pour laquelle Pierre Desproges avait décidé d’aller vivre en théorie, puisqu’en théorie tout se passe bien. Alors qu’en réalité, tout se passe mal.

Un pays a le droit d’être appelé un grand pays quand il respecte les règles démocratiques. Sinon, il n’est qu’une grande puissance. Et cela n’a rien à voir. Les hommes les plus heureux sont les habitants des grands pays. Ils se savent à l’abri de l’arbitraire. Cela leur donne une tranquillité d’âme que très peu d’êtres humains ont ressentie depuis qu’homo sapiens existe, c’est-à-dire depuis au moins 300 000 ans. Si le paradis existe, il doit ressembler à une de nos grandes démocraties historiques. Je mets évidemment de côté l’aspect divin du problème. Il est évidemment hors concours. Simplement, il faut y croire.

Si bien que le principal souci et la principale occupation de l’homme est de rester libre. Evidemment, il faut d’abord le devenir. Cela implique d’immenses et constants efforts. Le problème a été à peu près résolu en Occident depuis deux ou trois siècles. Les hommes se sont affranchis des régimes monarchiques, qu’ils ont parfois maintenus à titre symbolique, et dans l’ensemble on peut considérer qu’ils ont réussi dans leur parcours vers la liberté. Il leur a pourtant fallu livrer des guerres terribles contre les dictatures, mais ils les ont gagnées.

Aucune victoire, dans ce genre de conflit, n’est définitive. La dictature est une vilaine maladie qui n’est jamais complètement éradiquée. Et il y a toujours des moutons humains pour lui demander de les protéger, alors même que personne ne les menace. Quand un candidat dictateur a réussi à persuader le peuple qu’il le protègera, le chemin du pouvoir lui est largement ouvert. S’il n’est pas trop bête, il y durera des décennies. Comme le désir de liberté finit toujours par se rallumer, le dictateur devra se doter de forces de répression bien armées et bien organisées. Et ne pas hésiter à en faire usage. Ce qui nous ramène à Poutine. Et à bien d’autres.

A ce stade de notre réflexion, se pose inévitablement un problème historique. Y-a-t-il des causes à la naissance des dictatures. En vérité, les causes sont multiples. Une guerre perdue, une crise économique, une catastrophe naturelle peuvent déséquilibrer gravement une société, au point qu’elle ne voit plus d’autre moyen de survie que de confier son destin à un dictateur. Une fois installé, il n’a guère de mal à rester en place, sauf s’il comment l’erreur de permettre au peuple de reprendre sa liberté.

Mais il y a une autre cause à la constitution d’une dictature. Et elle est infiniment plus importante dans le monde moderne : il s’agit de l’Etat. Il y a deux cents pays dans le monde, et tous se sont dotés d’un Etat. La plupart ne sont que très peu démocratiques, et beaucoup sont d’authentiques dictatures. Quand un Etat arrive au stade où il prélève – fût-ce pour en redistribuer une large part – la moitié ou plus de ce que le pays produit, il est définitivement le maître à bord, et le maître en toutes choses. Le citoyen ne peut rien entreprendre sans l’aval de l’Etat, et d’ailleurs il n’entreprend rien que l’Etat n’ait lui-même décidé. Mesdames et Messieurs, nous venons d’atterrir en France.

La France est donc une authentique dictature. Il ne lui manque pour mériter vraiment ce qualificatif qu’une légère inflexion de la liberté d’expression du peuple. C’est précisément l’étape que le pouvoir vient de décider de franchir en confiant à un organisme ad hoc le soin de déterminer les personnes qui pourront prendre la parole dans les médias. On entend bien quelques cris d’orfraie, émanant de ceux qui ont compris le verdict de silence qui les frappe, mais le peuple reste sage. Cela fait en effet bien longtemps qu’il ne parle plus en public, même s’il râle en privé.

La suppression de la liberté d’expression en France émane d’un pouvoir minoritaire, mais conforté par l’absence de majorité alternative. C’est son principal atout. Mais il en a un autre. De taille. La personnalité du président de la République. Un psychiatre universitaire italien de renom avait prévenu les Français : avec Macron, vous allez souffrir. Il voyait en effet en lui un psychopathe que rien n’arrêterait dans sa quête de pouvoir.

Tout accident a des causes multiples. L’accident français a suffisamment de causes connues pour qu’on le sache inévitable. La seule inconnue, et elle est de taille, est de savoir s’il y aura un accident dans l’accident. Qui changerait tout. Les dés roulent.

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (6 avis)
Loading...

La France est victime d’un coup d’Etat permanent !

La France est victime d’un coup d’Etat permanent !

Le socialisme, sous sa forme communiste, a profondément imprégné la mentalité européenne. L’Europe est encore loin d’en être guérie. Les Etats-Unis ont eux aussi subi cette influence, mais à un bien moindre degré. C’est la raison pour laquelle ils ont pu maintenir leurs dépenses publiques à un niveau acceptable pour l’efficacité économique. Le monde occidental, auquel il faut adjoindre le Japon, a ainsi pu conserver sa prééminence, même si elle semble parfois menacée par l’émergence des puissances asiatiques.

Le dictateur russe a été pris d’un frisson de toute puissance et nous ne savons pas bien lui résister, alors même que nous avons su abattre le nazisme et le communisme. Il y a en France, et dans d’autres pays européens, des soutiens de la Russie. Ce sont en fait des gens qui détestent l’Occident, sans qu’on sache vraiment pourquoi. Probablement parce qu’ils n’ont pas, dans nos pays, la place qu’ils pensent mériter. Peut-être aussi parce qu’ils trimbalent, dans les replis de leur inconscient, des miasmes de tendances racistes qui les font détester l’argent et l’économie libre, qu’ils assimilent à des comportements antichrétiens. Allez savoir !

Quoi qu’il en soit, le problème majeur de l’Occident est la place de ses élites dans la société. On le voit bien aux Etats-Unis où Donald Trump incarne les espoirs de ceux qui n’en peuvent plus d’une société où la bien-pensance de gauche (liée évidemment à un sens aigu de ses intérêts matériels) écrase tranquillement la dignité de ceux qui n’ont pas beaucoup plus que leurs bras pour s’en tirer dans la vie. Trump n’est évidemment qu’un opportuniste, mais la politique est faite de ce genre de personnage. Et il arrive qu’ils gagnent.

Bon an, mal an, l’Occident parvient à maintenir la liberté et la démocratie là où ses idées règnent. Mais tout cela est fragile. Rappelons-nous comment un pays civilisé comme l’Allemagne a pu tomber aux mains de la barbarie nazie. L’éminent penseur Friedrich Hayek explique cette catastrophe par l’emprise de l’Etat qui a soumis la société par des prélèvements obligatoires atteignant la moitié de la production et qui ont pour conséquence que rien ne peut se faire contre la puissance publique. Car la moitié de la production restant libre ne l’est pas en réalité, l’Etat édictant à tout propos ses règles dans l’ensemble de l’activité.

Par chance, d’autres éléments interviennent dans la survenue de la catastrophe totalitaire et parviennent à l’empêcher provisoirement. Il faut alors que les forces saines de la société se mobilisent et opposent un front résolu aux extrémismes. Cette bataille n’est jamais gagnée d’avance et la qualité humaine des dirigeants démocratiques fait beaucoup dans leur succès. Churchill, De Gaulle et Roosevelt furent portés à la tête du combat et celui-ci put être gagné. D’autres hommes n’auraient pas forcément obtenu le même résultat.

Ce long préambule nous a amenés à l’examen de la situation actuelle de la France. Elle est le pays civilisé où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés et où l’Etat intervient le plus. Elle est donc le pays le plus menacé par le totalitarisme. Le comportement de la minorité qui gouverne le pays a de quoi inquiéter. Ses représentants ont adopté un langage tout fait, dont l’expression la plus notable est dite lors des débats médiatiques, où tous les membres du pouvoir s’écrient en permanence : « Je ne peux pas vous laisser dire ! ». Tranchons le mot : les macroniens sont des dictateurs en puissance !

M. Macron lui-même a tout d’un dictateur. Il ne lui manque que le pouvoir d’imposer. Minoritaire au parlement, il ne peut compter que sur 250 000 gendarmes et policiers et 9 000 juges. Jusqu’à présent, cette troupe lui a suffi pour se maintenir en place. Il y a été puissamment aidé par le peu de consistance des oppositions. Mais il suffirait qu’un vrai mouvement de protestation se lève pour que le pouvoir soit emporté. « Pourvu que ça dure ! », disait la mère de Napoléon. Il est de fait que cela n’a pas duré.

L’histoire n’est jamais écrite d’avance, même s’il lui arrive de se répéter. On a cependant tout intérêt à méditer ses leçons si l’on ne veut pas être pris en défaut par les évènements. La France est en grand danger. Elle a laissé une immigration musulmane atteindre près de 20 % de la population, d’après l’Insee. Ces musulmans sont français. Ils ont donc tous les droits des citoyens. Beaucoup sont bien intégrés. Bien plus ne le sont pas. Tout l’enjeu de la vie démocratique français est là. Intégrer cette population dépend d’un seul facteur : son accès à l’emploi. Il ne peut s’agir d’emplois factices, mais de vrais emplois, dépendant d’une économie saine et libre. C’est la raison pour laquelle je me bats depuis des années pour faire appliquer par l’Etat français les règles sociales européennes, qui font de chaque citoyen non pas un assuré social mais un entrepreneur. Les lois sont votées. Il suffit de les appliquer.

La France est victime d’un coup d’Etat permanent qui consiste à ne pas appliquer les lois qui dérangent les idées du pouvoir. Chaque fois que j’en parle, je sens une immense gêne s’emparer de mes interlocuteurs. Beaucoup savent, tous se taisent. Parce que l’Etat est présent dans chacune de  leurs actions et qu’ils ont peur d’être mis à  l’écart. Je garde cependant confiance en notre pays : il a toujours su se redresser. Il le fera demain à nouveau !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (8 avis)
Loading...

Les troupes n’attendent plus qu’un ordre !  

Les troupes n’attendent plus qu’un ordre !

Je n’ai jamais eu le culte du chef, même si je sais que dans l’espèce humaine le mâle dominant est une réalité à laquelle on ne peut échapper. Les sociétés humaines sont des sociétés hiérarchiques, et l’histoire n’est que le récit des efforts de certains pour accéder au statut suprême. Puis pour y demeurer. Voyez les contorsions de Macron pour conjurer la fin de son mandat, fixé à un maximum de dix ans par la Constitution. Il ne cesse de dire que cette mesure est stupide !

Hormis Cincinnatus, retourné à sa charrue une fois son mandat terminé, on n’a guère d’exemples de chefs revenus paisiblement chez eux une fois leur pouvoir résigné. Les sociétés occidentales ont fini par trouver un modus vivendi avec le statut du chef. Nul démocrate ne doit tenter de le conserver s’il n’en a pas le droit. Les choses se passent plutôt bien à cet égard, quelles que soient les tentations. Mais c’est un combat permanent, car il n’est pas de plaisir supérieur à cette « délicieuse expansion du moi » qu’a si bien décrite Bertrand de Jouvenel.

Il n’empêche que la plupart des défaites sont dues à un mauvais chef. Il ne s’agit pas que des défaites militaires. Les échecs économiques, qui sont une forme de guerre, ne font pas exception à la règle. La France illustre parfaitement cette règle. Elle connaît en ce moment un véritable désastre, qui est le résultat de plusieurs décennies de mauvaise gouvernance.

Tout a commencé à la Libération, pour ne pas parler de la grave défaire militaire de 1940 et de l’occupation allemande. Les communistes ont réussi à effacer la période de collaboration avec l’occupant, qui n’était que l’application des consignes soviétiques, et qui prit fin avec la rupture du pacte germano-soviétique. Ils finissent la guerre dans le camp des vainqueurs et pèsent près du tiers des voix aux premières élections françaises suivant la Libération. De plus, note le général de Gaulle, ils sont armés. Leur doctrine va marquer les huit décennies suivantes, jusqu’à aujourd’hui. Et maintenant encore, la France est à bien des égards un pays communiste. Car la prise du pouvoir par les gaullistes en 1958 n’a rien changé à cet égard, bien au contraire.

Bien entendu, De Gaulle n’était pas communiste. Mais il avait le culte de l’Etat. Il voulait certes le limiter au tiers de la production, mais le système légué à ses successeurs a allègrement franchi toutes les limites et a pratiquement doublé sa surface. Avec des prélèvements de près des deux tiers sur la production de la nation, l’Etat est devenu le maître tout puissant des destinées françaises. Plus rien ne peut être fait en France sans que l’Etat n’y intervienne, fût-ce indirectement. Macron passe pour un libéral. Il ne l’est en rien. Pas un de ses projets, pas une de ses interventions ne laisse place à la liberté économique et à l’initiative individuelle. L’Etat ne laisse place à personne. L’Etat, c’est Attila réincarné.

Et comme de juste, ceux qui dirigent l’Etat sont les hauts fonctionnaires, qu’on a formés à cet effet. A ceci près qu’ils ne sont formés qu’à faire obéir d’autres fonctionnaires. Les hommes libres n’ont pas leur place dans ce système. Ils n’ont le choix qu’entre la servitude volontaire et la dissidence. Or celle-ci est sanctionnée férocement par la milice étatique à mesure qu’elle perd le contrôle de la situation et craint d’être emportée par l’émeute. L’Etat ne peut plus compter que sur 250 000 policiers et gendarmes et sur 9 000 juges. La question qui s’impose aujourd’hui est donc la suivante : jusqu’à quand cela va-t-il durer ?

Les bénéficiaires de ce système sont persuadés, une fois l’alerte passée, qu’il durera toujours. Même s’ils savent, dans leur for intérieur, qu’ils survivent plutôt qu’ils ne vivent. Mais en attendant, ils sont toujours là, et en France tout le monde à part eux vit mal. Evidemment, le temps humain se limite pour chacun de nous à la durée de sa vie. Et on peut désespérer de n’avoir plus rien à espérer. Pourtant, parfois, le miracle se produit. Et une nuit, pendant qu’on dormait, le grand soir est arrivé. Mais le temps des incertitudes n’est pas fini. De quel grand soir s’agit-il ? Celui de la liberté ou celui de l’extrême gauche ?

Chacun espère son grand soir et pas celui des autres. Avec l’idée largement partagée qu’il est le meilleur pour tous. Je n’en crois pas un mot. Le seul grand soir bénéfique à l’homme est celui de sa liberté. Toutes les doctrines qui veulent l’emprisonner et le guider sont mortifères. Mais elles peuvent trouver leurs fidèles, leurs fanatiques, leurs bourreaux convaincus qu’il faut tuer pour le bien commun. Les hauts fonctionnaires le pensent aussi. Ils ne voient pas comment leurs décisions pourraient ne pas nous rendre heureux. C’est à tous ces intolérants que nous sommes opposés dans un combat sans merci. Et c’est parce qu’il est sans merci que nous n’avons pas le doit de le perdre. Au nom de l’humanité, qui n’a guère plus que deux à trois millions d’années, ce qui est l’extrême jeunesse dans l’histoire de l’évolution, et qui signifie que notre espèce est encore très fragile.

Notre combat dépend maintenant d’un bon chef. La tentative des gilets jaunes, puis celle des agriculteurs, auraient pu réussir si elles avaient été bien commandées. L’adversaire est fragile. Il n’est fort que de nos maladresses. Ayons l’intelligence de nous doter d’un dirigeant intelligent et déterminé. Les troupes sont là. Elles attendent un ordre.

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (10 avis)
Loading...

Surtout, il ne faut rien changer !

Surtout, il ne faut rien changer !

En face de chez moi il y avait une droguerie. Un des employés arriva à l’âge de la retraite et cessa d’y travailler. Mais chaque matin, devant le magasin, il attendait l’ouverture et saluait ses collègues. Il allait ensuite boire un café au bistrot du coin, puis revenait prendre son poste devant le magasin. Il passait sa journée ainsi, incapable de vivre autrement.

L’homme est un être d’habitudes. Il déteste en changer. C’est la clé de tout régime politique. Seuls les bouleversements, qu’il s’agisse de guerres, de révolutions ou de tempêtes climatiques peuvent le faire vivre autrement. Par chance, ces évènements ne sont pas rares. Et l’homme peut ainsi évoluer.

Une population compte toujours une minorité entreprenante. Tout l’art des gouvernants consiste à l’annihiler. S’ils y échouent, le pays sombre dans l’instabilité politique, jusqu’à ce qu’un pouvoir fort rétablisse la stabilité. Fût-ce contre l’intérêt du pays. Ainsi va la vie des peuples.

La France a longtemps été une monarchie. Depuis deux siècles elle est en révolution. Mais le régime né après la fin de la deuxième guerre mondiale a aujourd’hui 80 ans et, s’il a été transformé en 1958 en faveur des gaullistes, il n’a en réalité pas changé depuis ces deux tiers de siècle. Il est resté pendant tout ce temps marqué par l’avancée permanente de l’Etat et de l’administration, et par la confiscation systématique, et sans cesse augmentée, des fruits du travail des citoyens. En fait c’est un régime totalitaire, de forme communiste, qui s’est durablement installé en France.

La vie publique française n’a pas d’autre thème que la répartition des rapines de l’Etat. Le premier groupe servi a été celui des fonctionnaires. D’autres groupes ont été réduits à la portion congrue comme les médecins, dans l’intérêt non pas des patients mais de la Sécurité sociale. De ce fait, on a de plus en plus de mal à se faire soigner en France. Mais la Sécu est toujours debout. Les groupes bien servis, comme les enseignants, sont trop nombreux pour vivre bien, mais ils tiennent à leur poste car ils y ont le droit de ne pas beaucoup travailler, grâce notamment aux incessantes vacances qu’exige la fatigue des bambins et que prennent aussi par solidarité les professeurs.

Un autre groupe tire bien son épingle du jeu. Il s’agit des retraités. Certains, qui vivaient d’activités indépendantes, sont miséreux, comme les agriculteurs et les commerçants. Mais la plupart des autres, qui étaient salariés, donc représentés par des syndicats aptes à mener des grèves, ont tiré leur épingle du jeu et vivent bien de leurs pensions. La plupart de ceux-ci ne se rendent pas compte que leur système de retraite, tout comme les civilisations dont parlait Paul Valéry, est mortel. Fondé sur le principe de la répartition, il ne peut distribuer que ce qu’il prélève, et quand le nombre de cotisants en vient à presque égaler celui des bénéficiaires, il n’y  a presque plus rien à répartir.

En ce moment un autre groupe se révolte, celui des agriculteurs, autrefois dénommés les paysans. Ils étaient le cœur de la population française. Ils ne sont plus que des employés de l’Union européenne, qui leur décerne leurs revenus. Mais l’Union est une puissance exportatrice, et si elle veut pouvoir le faire, il lui faut importer. De ce fait des produits étrangers viennent concurrencer ceux des agriculteurs français, et surtout ces derniers sont affectés d’une Sécurité sociale qui les ruine. Le charmant Attal est venu dans une grange leur servir lui-même un coup de rouge et a présenté en personne l’assiette de saucisson. Mais ils n’en sont pas plus riches et leur mort est proche.

Il est inutile de prolonger davantage l’exposé des malheurs français. Tout le monde a compris que notre pays a un besoin pressant de changement. Mais il ne le peut pas, car le régime politique qu’il s’est donné ne le permet pas, sauf à disparaître au profit de nouveaux chefs. De ce fait, rien ne bouge. Et ce sera ainsi jusqu’à ce qu’une révolution vienne tout bouleverser.

On peut dire de Paris ce que Fellini disait de Rome : c’est l’endroit le plus agréable pour attendre la fin du monde. Dire la fin d’un monde serait plus exact. C’est le monde français de la Libération qui est appelé à disparaître. Nous avons même eu l’idée d’élire à la tête du pays un jeune homme qui ne le représente en rien. N’ayant pas fait de service militaire, n’ayant eu pour copine que sa professeure qui avait vingt-six ans de plus que lui, n’ayant jamais eu d’enfants, bref n’ayant jamais vécu et fort seulement de la sagesse de sa grand-mère, il trône à l’Elysée et parle d’abondance pour ne rien dire, tel Néron ou Caligula, empereurs décadents ayant ouvert le chapitre ultime de l’Empire romain, que les invasions barbares allaient faire disparaître.

Une pièce de Pinter eut un immense succès à Paris, comme dans le monde entier, dans les années soixante. Jacques Dufilho y jouait le rôle d’un clochard que deux frères avaient recueilli et qui ne cessait de dire, toute la pièce durant : « Il faut qu’on s’organise ! ». Bien entendu, on ne s’est jamais organisé. Les spectateurs qui se sont pressés au théâtre et fait un triomphe à la pièce ne savaient pas qu’ils applaudissaient l’agonie de la France !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (4 avis)
Loading...

Macron adore nos souffrances !

Macron adore nos souffrances !

Si l’on demande à des Français de bonne foi s’ils ont le sentiment de vivre dans leur pays à une époque moderne, sans doute répondront-ils majoritairement par l’affirmative. Seuls les enragés diront que l’époque ne sera moderne que quand les riches auront disparu. Pourtant si l’on définit une époque moderne par l’existence d’une grande liberté individuelle, c’est-à-dire l’antithèse de la horde originelle, force est de constater que la France actuelle ne répond en rien à ce critère.

On peut s’étonner que le peuple « le plus intelligent de la terre » soit à ce point inconscient des faiblesses de sa civilisation. En fait, il s’est laissé imposer des contraintes qui ont fini par dénaturer la société. Bien entendu, ces contraintes ont toujours été présentées sous l’angle du progrès et de la justice sociale. L’exemple le plus frappant est celui de la médecine libérale, qui était la règle il y a moins d’un demi-siècle. Un simple décret, celui du 12 mai 1960, l’a placée sous l’autorité de la Sécurité sociale, avec laquelle les médecins devaient signer des conventions tarifaires qui faisaient disparaître la liberté d’honoraires, condition essentielle de l’indépendance, elle-même règle de base de la déontologie.

Le résultat de ce processus se constate aujourd’hui partout en France, où se multiplient les déserts médicaux. Oui, le décret du 12 mai 1960 a tué la médecine libérale. Nul ne doit s’en étonner. Car cette disparition était inévitable tout comme il est démontré que l’eau mouille. Nous sommes là dans la théorie de la facture. Celle que vous recevez un jour alors que vous avez oublié d’avoir acheté quelque chose. N’importe quel individu responsable le sait et prévoit ce moment. Or les Français se conduisent comme si celui-ci ne devait jamais arriver.

C’est l’habilité des collectivistes de savoir déguiser leurs manœuvres sous des dehors libératoires, alors qu’elles n’ont pas d’autre intérêt pour eux que de détruire l’autonomie des individus afin de les enchaîner au nouveau système. Et ils ont également adopté la méthode progressive, qui consiste à ne pas frapper un grand coup mais de multiples petits coups. Du moins là où ils n’ont pas la force suffisante. Sinon, ils cognent comme des sourds et la liberté trépasse à toute vitesse.

Le compromis français actuel repose sur un contrat implicite. Une forte minorité de Français laisse le régime Macron multiplier les mesures contraignantes à condition que leurs retraites soient maintenues à leur niveau et payées. Macron respecte scrupuleusement les termes de ce contrat. Sa réforme des retraites n’avait pas d’autre but que de rendre ce maintien possible en augmentant la durée de cotisation. Les retraités actuels ne seraient pas rejoints par de nouveaux retraités avant un délai supplémentaire et n’auraient donc pas à partager la manne.

Certains s’étonneront. Macron n’est pas collectiviste, diront-ils. Alors qu’est-il ? Il ne voit de réforme que décidée et exécutée par l’Etat, c’est-à-dire par l’organe de la collectivité. Il est donc bien collectiviste. A sa façon. Les marxistes donnent le pouvoir à la collectivité ouvrière. Macron le donne à la collectivité des hauts fonctionnaires et l’exerce solitairement. C’est donc un dictateur. Chacune de ses apparitions publiques le démontre. Il n’a plus la majorité à l’Assemblée nationale, mais il n’y a pas de majorité pour le renverser. Quand son mandat sera terminé, un autre dictateur le remplacera. Parce que le système est ainsi construit.

Les citoyens sont impuissants à inverser le cours des évènements. La majorité dépend de l’Etat pour sa rémunération, car même le secteur privé ne peut prendre aucune décision sans en référer à celui-ci. Quelques généraux retraités ont tenté de s’opposer à Macron. Il leur a sucré leur pension. Ils se sont couchés. Toute tentative d’organisation d’une force de contestation se heurte à la justice, qui l’étouffe dans l’œuf sous de fallacieux prétextes. Le système est bouclé, et bien bouclé.

Mais aucun système ne résiste à la perte des avantages que chacun en retire. Le système collectiviste français est à l’agonie financière. C’est pour cela qu’il dépense sans compter tant que la banque centrale européenne rachète ses emprunts. Les Européens savent très bien que sans la France il n’y a plus d’Europe, et ils ne parviennent pas encore à se faire à cette idée. Mais la France est à la merci d’un grand désordre social qui chassera ses gouvernants et mettra le pays sous la coupe de ses créanciers. D’ici là il faut se défendre pied à pied contre les permanentes avancées de la dictature étatique.

Les Français ont perdu leur liberté individuelle sous la poussée permanente de l’Etat. Chaque jour qui passe ajoute une contrainte de plus. Et chaque jour Macron nous inflige son rire sardonique. Il jubile de ce qu’il nous fait subir. Les puissants industriels qui ont ourdi le complot qui l’a amené au pouvoir commencent à se mordre les doigts. Ils comprennent enfin qu’ils seront à leur tout victimes du dictateur. Mais ils ne feront rien, car ils ont peur. Le mot de la fin : « Levez-vous orages désirés ! ».

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (6 avis)
Loading...

On ne triche plus aux boules !

On ne triche plus aux boules !

Il vient de se produire un miracle en France. D’un coup d’un seul toute l’ancienne classe politique a été frappée de vieillissement et ne va pas tarder à disparaître. La nomination de Gabriel Attal à Matignon est cause de ce miracle. Bien entendu, comme dans tous les miracles, il y a une question de foi. Dans le cas présent, et en ce qui me concerne, je n’ai foi ni en Macron ni en Attal. Mais je sais observer la vie. Et je vois bien les signes de la vieillesse marquer les visages de ceux qui ont gouverné la France ou aspiré à le faire. Comme le disait François Mauriac, on aperçoit sur leur face « les premiers fanons de l’âge ».

La France est le seul pays au monde où de tels évènements peuvent s’accomplir. Parce qu’elle a toujours été dirigée par une classe ceinte de l’onction divine. Celle que lui a conférée le baptême de Clovis et que ses successeurs ont su conserver intacte, même quand la République a succédé à la monarchie. « Je suis sacré ! », criait Mélenchon aux policiers venus perquisitionner chez lui. Le plus fort, c’est qu’il avait raison. Au moins du point de vue de sa fonction.

Nos gouvernants se croient tous sacrés. On n’y peut rien, c’est l’histoire. Alors quand il s’agit d’en changer, seul un miracle ourdi par le détenteur du pouvoir suprême peut provoquer le grand chambardement nécessaire. C’est ce que vient de faire Macron. Sans doute en étant très conscient de ce qu’il faisait. Car mal en point comme il l’était, il se disait certainement, comme tout le monde dans le pays, que seul un miracle pouvait le sauver, et nous avec. Eh bien voilà, c’est fait !

Le second miracle est celui de la parole. Attal parle en langues, comme on dit dans les Ecritures. C’est-à-dire qu’il utilise des mots que tout le monde comprend, au lieu du langage automatique des politiciens d’antan. Certes il y a d’antiques souvenirs dans son parler, mais chacun sait qu’il ne s’agit que de passerelles destinées à permettre le passage d’un monde à un autre. Et la France ébahie se met à écouter les nouveaux politiciens. Oh, ils ne sont pas nombreux. C’est le cortège d’Attal. Après tout, Jésus n’eut que douze apôtres. Alors quand un antique politicien se met à déverser des mots hargneux contre Attal, le peuple rigole et lui fait les cornes. Comme à un diable détrôné par l’Ange.

Certains vont me dire : Soyons sérieux ! Mais je le suis. Une telle révolution est la marque de l’humanité, qui évolue sans s’en rendre compte et change d’univers sans le savoir. Voyez ce qui se passe avec l’intelligence artificielle. Tout le monde croit qu’elle va rendre inutile l’action humaine. Alors certains se barricadent dans leur petit savoir, tandis que d’autres ont déjà tout largué et voguent vers l’univers paresseux que le paradis nous promet. Pendant ce temps, le véritable débat se tient entre les éditeurs de presse et les promoteurs d’intelligence artificielle pour savoir comment ces derniers indemniseront ceux qu’ils s’apprêtent à piller afin de revendre au monde entier le fruit de leurs rapines assaisonné à la sauce informatique.

Et la France dans tout ça ? Elle va changer. De dirigeants, de langage, d’univers. Elle va effacer huit décennies de malheur où elle a été prisonnière de mauvais bergers piqués au marxisme et au gauchisme et qui n’ont pas cessé de déverser leur folie intéressée dans les oreilles du peuple assommé de mensonges. Car la novation d’Attal, ce n’est pas une révolution, C’est un simple retour au bon sens. Le petit Attal n’est pas fou. Il croit que dans la vie il vaut mieux dire la vérité, même s’il sait très bien qu’elle n’est que la sienne. Mais que tout le monde va pouvoir le comprendre et le juger à l’aune du parler vrai, qui est le seul qu’homo sapiens comprend vraiment.

Si certains croient que l’évènement qui vient de tout changer est le fruit d’un plan savamment élaboré, ils se trompent. Il ne s’agit que d’un réflexe de sauvegarde, assez semblable au fond au cri poussé par l’enfant du conte d’Andersen : « Le roi est nu ! » Le cri d’aujourd’hui dit : « La France est folle ! ». Folle d’avoir écouté toutes ces cohortes de crétins prétentieux qui lui ont fait miroiter leur fausse compétence, leur authentique égoïsme, leurs mirobolantes promesses, et qui l’ont gouvernée depuis huit décennies. Bien sûr, il y eut De Gaulle, qui n’était pas fou, loin de là, mais qui a dû ruser dans ce monde de fous pour y ramener un peu de raison et de fierté nationale. Cela n’a pas suffi, loin de là. La catastrophe a repris sa marche insensée et voilà, tout est à refaire.

Soyons heureux de vivre ces moments. Cela redevient intéressant. On s’est copieusement emmerdé pendant ces années. Heureusement la vie privée a su faire oublier la vie publique. Mais il faut les deux. Bien sûr, rien n’est fait. Mais on va enfin pouvoir se parler, sans être assassiné de phrases toutes faites. Le bonheur des choses simples en quelque sorte. Dans une scène du « Gendarme de Saint-Tropez », les deux gradés jouent aux boules avec deux de leurs subordonnés. Et trichent effrontément. Eh bien, ça, c’est fini !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (5 avis)
Loading...

La liberté est un mot à la langue coupée !

La liberté est un mot à la langue coupée !

La liberté a beau être le premier mot de notre devise républicaine, elle n’en est pas moins, en France, un « mot à la langue coupée », pour reprendre l’admirable expression d’Henri Gougaud. Et comme les mots et les faits ont un rapport étroit, c’est la liberté elle-même qui est un droit exclu dans notre pays. Faites un test simple (et assez pénible j’en conviens). Ecoutez les débats pendant une journée sur les chaînes d’information et comptez le nombre de fois où le mot et l’idée de liberté sont prononcés. Le résultat est simple : jamais !

Les politiciens français n’utilisent pas plus le mot que le concept. Il n’est pas de meilleure preuve qu’ils ont renoncé à faire valoir ce droit fondamental de notre démocratie. En fait, un homme politique français est une sorte d’infirme qui boite bas, un homme à la jambe coupée. Le membre coupé lui manque parfois, il en grimace, mais que faire quand l’amputation fut volontaire, un suicide en quelque sorte ?

Dans un sketch, Raymond Devos parle d’une ville où tout le monde court. En France, tout le monde boite. Dans la ville de Devos, les gens courent parce qu’ils sont fous. Dans la France d’aujourd’hui, on boite non parce qu’on est fou, mais parce qu’on est raisonnable. A quoi servirait en effet de conserver des jambes indemnes si c’est pour marcher en faisant semblant de boiter pour ne pas déplaire aux idées dominantes ? Alors on se laisse amputer car cela facilite la vie. On est comme tout le monde, ce qui est une des caractéristiques d’homo sapiens. Il en a d’autres, mais celle-ci, qu’il partage avec les moutons et d’autres espèces, est dominante dans nos sociétés.

Pourtant des Français avaient conservé leurs membres intacts. Ils firent la Révolution. Et inscrivirent la liberté au premier rang des « droits naturels et imprescriptibles de l’Homme ». Et figurez-vous, cette phrase magique figure toujours au premier rang de notre Constitution. Mais oui, en 2024 ! Comme au 4 octobre 1958, date à laquelle cette dernière fut adoptée. Alors que s’est-il passé pour qu’elle ait disparu de notre vie ?

Il s’est passé que des colonies de rongeurs n’ont cessé de grignoter notre bien le plus précieux, dont aujourd’hui il ne reste que des ossements disséminés. Ces rongeurs ont ceci de particulier qu’ils ont un frénétique appétit de pouvoir. Que freine sans cesse la liberté des citoyens. Alors, comme on n’a pas le courage de proclamer urbi et orbi que « la liberté est supprimée », on en ronge méthodiquement tous les attributs, de sorte qu’au bout de ce festin prolongé, on est devenu maître du monde, c’est-à-dire du monde qu’on voit à faible distance.

Et cela leur suffit aux rongeurs. Après tout ils ont un champ de vision réduit à la taille de leur cerveau, qui ne suffit pas à remplir les 1400 centimètres cubes de la boîte crânienne humaine. Une vraie folie, cette boîte crânienne. Elle a plus que triplé de volume en moins de trois millions d’années, et on ne sait pas comment la remplir. Pas grave, on a créée l’Ecole d’administration qui, préfigurant l’Intelligence artificielle, a rempli de formules toutes faites la tête de nos pires crétins. A charge pour eux de rendre malheureux leurs congénères. Mission remplie, mon Général, peuvent-ils dire aujourd’hui.

Qui ne comprend dès lors qu’il n’est en France d’autre politique digne de ce nom que le rétablissement de la liberté et des trois autres droits naturels et imprescriptibles qui figurent avec elle dans la Déclaration des droits : la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. Imaginez que des citoyens se présentent devant la justice en contestant par exemple une imposition excessive en son principe en arguant de leur droit constitutionnel à la résistance à l’oppression. Que croyez-vous que fera le juge ? Se fondant sur des jurisprudences de rongeurs, il enverra balader le requérant avec pour viatique une énorme amende. Mais imaginez que ce ne soit pas un pauvre requérant isolé qui se présente devant le juge mais un groupe de citoyens déterminés et convaincus de la justesse de leur cause. Le juge posera une question à la juridiction supérieure qui posera elle-même, sans le dire, une question à l’instance politique. Qui, plus qu’inquiète d’une contestation à forme de révolution, nommera une commission de réforme de la fiscalité qui rapidement abandonnera ses travaux pour se rallier aux options des contestataires. C’est ainsi que les choses changent dans un pays non démocratique comme la France.

Assez rêvé, vont s’exclamer les boiteux. Mais non, braves et pauvres gens, on ne rêve pas. On se conduit en homme (et en femme, pour faire juste mesure). Rien ne nous empêche d’agir, sinon la peur d’agir. On peut la chasser. Il suffit d’un peu de dignité. Il n’est pas digne d’insulter ceux qui ne partagent pas votre vision du monde. Il suffit de les combattre avec les meilleurs arguments, ceux dont nous ont dotés la raison humaine et les lumières. Aucun combat digne de ce nom n’a été gagné par la haine. Laissons ce vil sentiment à ceux qui l’ont pour seul viatique. Leur place est réservée dans les poubelles de l’histoire. Ils s’y sentiront bien, n’ayant jamais vécu ailleurs.

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (7 avis)
Loading...

« Ma politique sera de vous rendre votre argent ! »

« Ma politique sera de vous rendre votre argent ! »

Il y a des textes qui entrent dans l’histoire. Parce qu’ils l’ont faite. Ainsi de la Déclaration des droits de l’homme de 1789, dont l’article 2 dispose : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » Ainsi également du traité de l’Acte unique européen de 1986 dont l’article 13 dispose : «  Le marché intérieur comporte un espace sans frontières intérieures dans lequel la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux est assurée selon les dispositions du présent traité. »

Ces deux textes suffisent à instaurer une démocratie moderne. S’ils n’y parviennent pas, c’est que les politiciens n’ont pensé qu’à les détricoter et, le plus souvent, y sont parvenus. Les plus enragés dans cette activité malsaine sont les politiciens français. Pour qui l’Etat est plus important que la démocratie. Pour les comprendre, il faut connaître l’histoire. La France n’a pu se constituer que grâce à son Etat, qui fut une monarchie pendant toute son existence jusqu’à la fin du 19e siècle et qui n’eut de cesse de s’agrandir à tout l’espace compris dans les frontières naturelles du pays. De là à ériger l’Etat en source éternelle du bien français, il n’y a qu’un pas que nos politiciens de toute tendance n’ont jamais hésité à franchir.

Un homme politique français ne peut qu’être hostile à l’Europe. Ils le sont donc tous. Y compris les pro-européens, qui ne voient dans l’Europe qu’une expansion de l’Etat français. Des 27 Etats qui ont constitué l’Union européenne, nous sommes les seuls de cet avis. D’où la crise européenne permanente que nous connaissons depuis l’origine. Et que nous connaîtrons tant que la France ne sera pas dirigée par des hommes politiques modernes, c’est-à-dire conscients des réalités.

Quand vous passez une journée devant votre télévision en regardant les chaînes d’information, vous avez le sentiment de vivre dans une île. Où ne parviennent que les vents sucrés des mers lointaines, mais aucun bruit en provenance des autres continents. Car notre pays est à lui seul un continent. Et les autres sont si loin que nous pouvons les ignorer sans qu’il en résulte le moindre dommage pour nous. Fernand Raynaud avait magistralement illustré cette réalité par son sketch « Restons Français », prononcé avec l’accent auvergnat qui n’est qu’une variante de l’accent valaisan. Avec un peu d’imagination, on pourrait se dire que Vercingétorix lui-même parlait avec cet accent.

Un pays peut parfaitement exister avec un Etat modeste, qui le défende et fasse respecter les règles de la vie commune et de l’économie. Tout le reste est gloriole de politicien, torse bombé et, à la fin, déconfiture. Et surtout si l’on accepte les atteintes perpétuelles aux principes de la Déclaration et de l’Acte unique, on finit par vivre dans une immense pétaudière où les proclamations agressives remplacent la vie démocratique et font régner un climat de guerre civile permanente. Nous en avons un magnifique exemple avec le surgissement dans notre vie politique d’un parti nommé « La France insoumise », qui pratique l’aboiement et le rictus comme mode d’expression permanent et à qui il ne manque que le slogan « La démocratie, c’est fini » pour entrer dans l’histoire des mouvements maudits.

Jacques Delors, qui vient de mourir, avait été l’un des instigateurs du marché unique. Mais il ne le voyait pas sans un attirail de commissions, de comités, de directives, de règlements, qui en ont empêché le développement harmonieux au service du peuple mais non des élites administratives. Il n’est pas étonnant que le peuple ait fini par prendre l’Europe en grippe, alors qu’elle est la meilleure condition de sa prospérité.

Le drame avec un comité, c’est que dès sa création, il veut prouver qu’il existe et émet donc des injonctions. Quelques années d’injonctions, et vous avez créé un enfer administratif. Ce qui entraîne en réaction, à des fins de simplification, la création d’autres comités destinés à lutter contre l’emprise du précédent et dont les injonctions s’ajoutant aux autres augmentent le fouillis légal et étouffent la vie démocratique. Le spectacle le plus comique auquel il m’ait été donné d’assister, c’est la mine réjouie et les déclarations enthousiastes des créateurs du nouveau comité et de ceux qui vont en devenir membres. Aux temps mérovingiens, on les appelait les nutriti, ce qui veut dire les nourris et le dit très bien.

Voilà donc de quoi la France est malade et la maladie dont elle a contaminé l’Europe. Comme nous avons une lourde responsabilité dans cette situation, il nous appartient à nous, Français, de prendre la tête des forces de guérison. Et pour commencer de nous doter d’un président de la République épris de liberté. C’est-à-dire qui n’arrivera pas avec dans ses mains des liasses de papier annonçant encore des comités magiques et des règlements miraculeux. Mais qui dira simplement : « Ma politique sera de vous rendre votre argent. » La recette du bonheur !

Claude Reichman

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (2 avis)
Loading...

Charles Gave va-t-il accepter de devenir président de la République ?

 Charles Gave va-t-il accepter de devenir président
                             de la République ?

Cela a commencé insidieusement, comme souvent dans les maladies. Dans plusieurs administrations de l’Etat, des fonctionnaires se sont plaints de fatigue, de légers malaises, d’étourdissements passagers.

Personne n’a pris cela très au sérieux, mettant ces symptômes sur le compte d’une envie de congés maladie. Mais le nombre de cas augmentant, une fois qu’on eut écarté l’hypothèse d’un nouveau moyen de grève, il fallut bien prendre l’affaire au sérieux.

Les médecins consultés évoquèrent avec prudence un mal psychosomatique sur fond de mécontentement social. Les directeurs d’administration durent enquêter sur les conditions de travail de ces fonctionnaires. Elles se révélèrent banales, et aucun d’entre eux ne mit en cause de mauvais rapports avec sa hiérarchie.

On en était là de cette enquête quand le malaise gagna chez les retraités. Ils n’avaient en général aucun point commun entre eux, puisque des retraités du secteur privé étaient frappés tout comme certains retraités de la SNCF ou d’EDF.

Le nombre de cas augmentant de façon très importante, le gouvernement commença à s’inquiéter sérieusement et fit appel à un aréopage de professeurs de médecine, chefs de service des hôpitaux. C’est là que l’affaire prit un tour stupéfiant et dramatique : ces sommités médicales ne purent entreprendre leur mission, étant à leur tour frappées du mal qu’elles avaient à diagnostiquer.

Après de longues hésitations, les autorités gouvernementales durent se résigner à une solution qui leur répugnait profondément : appeler au chevet de la maladie les médecins libéraux. Malheureusement ils étaient aussi souffrants que leurs collègues hospitaliers.

C’est alors qu’un homme avisé, du nom de Charles Gave, qui n’avait rien d’un médecin, mais qui tout au long de sa carrière d’économiste international avait pu se faire une idée assez précise des comportements humains dans la plupart des pays du monde, émit une hypothèse qui surprit par son audace. Selon lui, le point commun de tous les malades était qu’ils vivaient de l’argent public.

Notre homme, faisant preuve d’une modestie charmante, précisa qu’il n’avait rien d’un scientifique et qu’il était bien incapable de dire en quoi la monnaie, quelque forme qu’elle prît, pouvait être porteuse de germes, de miasmes ou de vibrations pathogènes, mais que si l’on voulait bien prendre en compte son diagnostic, il fallait s’attendre à d’importantes découvertes scientifiques sur les causes de cette épidémie.

Le mal progressait sans cesse, et de façon exponentielle. Les meilleurs épidémiologistes furent consultés. Quelques-uns d’entre eux qui n’étaient pas encore malades déclarèrent que si on voulait vraiment enrayer l’épidémie, il faudrait se résoudre à la solution adoptée pour la grippe aviaire, c’est-à-dire abattre tous les malades pour les empêcher de contaminer le reste de la population.

Charles Gave à nouveau consulté fit observer que dans le reste de la population, ceux qui ne vivaient pas d’argent public étaient en parfaite santé, au moins à cet égard, car pour leur santé économique, ajouta notre expert, les choses allaient nettement moins bien. Et d’ajouter cette phrase qui démontrait bien qu’il était un homme « plein d’infinie ressource et sagacité », comme le disait Rudyard Kipling : « Plutôt que de tuer des millions de gens, ne vaudrait-il pas mieux remplacer l’argent public par de l’argent privé, médicalement non contaminé ? »

« Mais de quoi vivront-ils, lui rétorqua-t-on, si on les prive d’argent public ? » « Pour ceux qui travaillent, répliqua l’économiste, de l’argent privé qu’ils gagneront. Pour ceux qui sont retraités et le plus souvent encore jeunes, du travail qu’ils reprendront. Et pour les autres de la véritable solidarité qu’un peuple doit aux victimes de catastrophes, et dans le cas précis, c’est bien d’une catastrophe qu’il s’agit, celle de la retraite par répartition. »

Il se passa alors dans le pays un évènement que nul n’aurait jamais pu prédire avant l’épidémie : les millions de Français qui avaient échappé à l’abattage grâce à la solution préconisée par Charles Gave manifestèrent leur enthousiasme envers sa personne et les solutions libérales qu’il avait recommandées et voulurent le hisser à la présidence de la République, alors même que celle-ci n’était pas vacante, ce qui ne représentait une difficulté pour personne.

Charles Gave qui n’aime rien autant que la réflexion, les bons livres et le rugby demanda à réfléchir. A l’heure où nous mettons sous presse, il réfléchit encore et se dit que tant qu’il réfléchira et ne prendra pas de décision, la France se portera bien.

Claude Reichman

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 4,75 sur 5 (4 avis)
Loading...

La guerre civile est déclarée !

La guerre civile est déclarée !

Cette fois, ça y est ! La guerre est déclarée. Entre les deux France, celle qui respecte la loi et celle qui ne veut que de la sienne. Autrement dit entre la population civilisée et les sauvages. Car il faut être sauvage pour refuser de s’incliner face aux arguments de l’autre et surtout pour refuser qu’une loi ne soit applicable que si elle vous convient.

Notons que pour l’instant les immigrés ne sont pas entrés en guerre, même s’ils sont le prétexte de celle-ci. C’est en effet la « loi immigration » qui est l’objet du courroux de la gauche. Ce que cette dernière lui reproche est pour l’essentiel que le Rassemblement national l’ait votée. De là à dire que ce parti en est le véritable inspirateur, il n’y a qu’un pas à faire, que la gauche a allègrement franchi. Mais ce qu’aucun politicien de gauche et souvent de droite ne veut admettre, c’est que l’inspiration de cette loi ne vient pas de quelque parti politique que ce soit, mais de l’immigration elle-même. Celle-ci est en effet en train d’emporter toutes les digues de notre société, à commencer par celle qui nous protège de la violence, puisque chaque jour quelqu’un est poignardé ou violé dans notre pays.

Un gouvernement quel qu’il soit ne peut accepter une telle situation sans réagir. C’est ce qu’a fait M. Macron. Mais il a utilisé tant de fumigations et de détours que la loi qu’il a voulue sans la vouloir apparaît comme fort peu efficace, voire inutile à nombre d’observateurs. Mais le pays considère à une très large majorité qu’elle va dans le bon sens et peut être utile. Malheureusement son application n’est même pas souhaitée par le président de la République, qui souhaite la voir réduite à un tas de cendres par le Conseil constitutionnel.

A ce stade de procrastination, on ne donne pas cher de cette loi. Elle risque fort de n’être plus qu’un petit tas de papiers déchirés par une bande d’énergumènes en liberté qui proclame son amour de la République à tout bout de champ et revêt l’écharpe tricolore pour aller aux toilettes mais qui se comporte comme une troupe de voyous, sans doute pour être mieux confondue avec celle qui dévaste le pays quand un des siens est victime des forces de l’ordre. De toute façon, il y a longtemps que la gauche avait décidé d’en découdre à la première occasion, sachant qu’elle ne pourrait accéder au pouvoir que par le désordre et le chaos, ses idées étant rejetées par une large majorité du pays.

L’occasion est donc venue avec cette « loi immigration ». Il est plus que probable que M. Macron va ruser en pénalisant financièrement les départements et les villes qui n’appliqueront pas la loi, mais il ne pourra éviter que les manifestants de gauche se déchaînent à toute occasion et pourrissent la vie de tous, réduisant les « pouvoirs » publics à un mot vide de sens. Qui ne comprend que cette situation ne peut que dégénérer et aboutir à un tel état de désordre et de violence que le pays ne verra plus d’issue que dans l’avènement d’un « homme fort ». Le 20e siècle nous a montré ce que de tels hommes forts sont capables de faire et les ruines qu’ils ne manquent pas de créer !

La Ve République a 65 ans. Elle a jusqu’à présent réussi à se maintenir grâce à l’autorité conférée à son président, depuis qu’il est élu au suffrage universel. Encore faut-il que ce président sache faire preuve de cette autorité, en la mettant au service de principes forts et admis par la société. Tel n’est pas le cas de M. Macron, qui parle sans cesse et que plus personne n’écoute. Le président n’est plus que le bavard de la République, et ce n’est pas lui qui saura rétablir la confiance du peuple dans les institutions. Il ne faut qu’un peu de bon sens pour en déduire que la France a besoin d’un vrai président. Par quels drames faudra-t-il passer pour qu’il puisse enfin surgir ?

L’histoire de la France montre que notre pays a d’immenses ressources humaines, qu’elle doit à son passé immémorial. Mais à force de les gâcher par des politiques destructrices, le pouvoir politique en a détruit bien des racines, ne serait-ce qu’en ne faisant plus enseigner à la jeunesse d’où elle vient ni ce qu’elle doit aux grands personnages et aux grandes idées qui ont bâti notre  pays.

Dans la période où nous entrons, l’engagement de chacun sera décisif. Nous ne devons plus nous contenter de regarder la télévision. Nous devons faire l’histoire. La tyrannie du statu quo nous a conduits à la triste situation actuelle. Au lieu de prendre de bonnes décisions, nous avons fait des dettes. Ce type de traitement se termine toujours mal. L’heure des choix est venue. Si nous ne choisissons pas, on choisira pour nous. Et nous le paierons tous ensemble de la misère, de blessures, de l’exil, de la mort.

La grande rupture entre Français est due à un phénomène que chacun  peut constater, mais dont on ne sait pas tirer les conséquences. Ceux qui s’indignent de la bien timide « loi immigration » sont des gens qui pratiquement tous vivent d’argent public. Ce qui signifie que cet argent qu’ils n’ont pas eu à gagner n’a pour eux aucune valeur. On peut le distribuer à la terre entière sans que cela prive quiconque. Cela peut paraître fou, mais c’est ce que ces gens pensent. La première mesure urgente est donc de demander à chacun de ceux qui refusent d’appliquer cette loi quelle est la nature de leur rémunération. Il ne s’agit pas d’inquisition, mais de vérité. Et de clarification du débat !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (3 avis)
Loading...

L’immigration n’est pas un problème insoluble !

L’immigration n’est pas un problème insoluble !

Il y a vraiment de quoi être inquiet ! Nous avons un président de la République, un gouvernement, 577 députés, 348 sénateurs, 175 membres du Conseil économique, social et environnemental, et une pléthore de hautes autorités, de hauts conseils, tous munis de fonctionnaires bien payés, bref nous ne sommes pas dépourvus d’hommes et de femmes chargés d’éclairer notre route et de prendre de bonnes décisions. Eh bien avec tout ce beau monde, notre pays ne sait pas quoi faire du problème de l’immigration !

Le dernier épisode de la vie parlementaire a débouché sur un refus de statuer sur le problème. Pas glorieux. Mais tout n’est pas perdu, une commission phosphore. Et pendant ce temps, tous les jours se produisent des agressions, des actes de sauvagerie, des crimes odieux. Tout cela sous l’œil éberlué des Français qui ne savent plus s’ils vivent encore dans leur pays !

Les drames ne surgissent pas par hasard. Ils arrivent tranquillement, de leur petit bonhomme de chemin, après des années d’impéritie et d’illusions. Quand ils surviennent, tout le monde se réveille et pousse des cris d’orfraie. Et puis on se rendort jusqu’au lendemain. En fait jusqu’au prochain drame. Quand arrive le drame final, c’est-à-dire quand les gens se battent entre eux dans tout le pays et que la haine est devenue le sentiment dominant, il ne reste plus qu’à attendre que la lassitude l’emporte, qu’il n’y ait plus assez de vivants pour se battre et que le pays passe sous la coupe d’un pays étranger.

Tel est l’avenir de la France. Qui va enfin pouvoir la réveiller ? Et surtout qui va enfin lui dire la vérité ? Or celle-ci est fort simple. Il suffit de monter sur la colline et de regarder ce qui se passe. Notre pays a fait un choix dramatique, qui a tout déterminé. Celui d’adopter un système social qui ruine ses entreprises, pousse à la paresse les citoyens et attire sur nos terres les habitants des pays peu développés à la recherche d’un sort plus enviable. Ruine, paresse, immigration, la recette du cocktail est simple. Le barman est tout trouvé : le président de la République quel qu’il soit depuis la disparition de Georges Pompidou, un fils d’instituteur auvergnat qui savait compter et voir les réalités.

Les joueurs de flûte qui lui ont succédé ont tous trompé les Français, en adhérant à la fiction d’un Etat social et généreux, dispensateur de gâteries à la terre entière, et en paradant devant l’univers admiratif, fiers comme Artaban d’être à la tête d’une puissance mondiale qui l’était chaque jour un peu moins. Le classement Pisa, des meilleures universités mondiales, pouvait bien devenir le classement Pizza chez nous où la nourriture est devenue une raison de vivre, comme nous l’explique si bien Le Figaro qui expertise à pages redoublées tous les lieux où l’on peut au mieux se remplir la panse ! Le Figaro ! Vous vous rendez compte ! Le seul quotidien de droite, devenu guide gastronomique !

François Fillon avait remporté la primaire de droite en proclamant sa volonté de supprimer le prétendu « modèle social français ». Dès le lendemain matin, sur le conseil du bon docteur Accoyer, qui n’en était plus à une inconséquence près, il calmait tout le monde en précisant qu’il ne s’agissait pas d’une priorité. Exit la réforme, et exit Fillon, sous les flèches d’un chasseur de têtes de la féroce tribu des Juges. Le livre de notre jungle est plein de ces histoires cruelles qui renvoient l’humanité à sa période cannibale.

Ce qui empêche la réforme en France, ce sont les médias. Ils repoussent les informations pouvant conduire à l’amélioration de la vie de tous comme le gouvernement a repoussé le traitement du professeur Raoult. Il s’agissait alors de savoir qui, dans notre société hiérarchique humaine, détiendrait l’autorité. Si Raoult parvenait à guérir le covid, il devenait un rival. Les politiciens se sont vus perdus. Et Raoult, au lieu de nous préserver d’une peste qui n’en était pas une, est devenu pestiféré ! Quant aux médias, ce n’est évidemment pas de leur propre initiative qu’ils pratiquent la censure, mais sur ordre du pouvoir à leurs propriétaires. Les réseaux sociaux ont beau vitupérer, leur crédibilité est faible de par leur médiocre contenu intellectuel.

La réforme sociale aurait eu lieu depuis longtemps en France si notre haute administration n’avait corrompu ses homologues de la commission européenne. Avec la bénédiction des politiciens français, trop heureux de sauver, fût-ce provisoirement, le monopole de la sécurité sociale. La seule fois où un homme politique français, Frédéric Lefebvre, est entré dans la partie, c’est-à-dire dans le combat pour le respect de la loi, les résultats sont été immédiatement favorables. C’est donc bien qu’il s’agit d’un problème politique. Depuis, il est rentré dans le rang et la loi aussi.

Pourtant, j’ai la conviction que tout va basculer bientôt dans le bon sens. Parce que le mensonge ne peut tenir éternellement. Et que la France n’a pas perdu toute raison. Les tordus sont certes partout, et notamment à l’Assemblée nationale, dans les médias et les réseaux, mais on peut les calmer aisément : par un peu de fermeté. Est-ce vraiment trop demander à nos compatriotes ? Je suis persuadé du contraire : ils ont une folle envie de « claquer le beignet à tous ces connards », comme me le disait un intellectuel de haut niveau touché par la grâce !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (6 avis)
Loading...

Quand Pascal Praud hurle à la mort !

Quand Pascal Praud hurle à la mort !

L’intelligence artificielle va-t-elle transformer le monde ?  Il est permis d’en douter quand on sait ce qui anime l’homme. Et qu’on voit les pires instincts se déchaîner à l’occasion d’un conflit de civilisation. Homo sapiens a conquis le monde. Il veut maintenant conquérir les astres. Ce qu’il devrait plutôt c’est conquérir la maîtrise de lui-même. Les Grecs l’avaient bien compris, qui repoussaient l’hubris comme une plaie mortelle.

Le sage n’a pour ambition que de se maîtriser. Il y faut une force d’âme peu commune. Ne pas refuser les plaisirs du monde tout en n’en devenant pas esclave est un beau défi. Auquel celui qui ne prétend pas être sage mais seulement raisonnable est confronté tous les jours de sa vie. Au plus haut degré, le défi est celui de conduire la nation. On entre alors dans le domaine des hommes d’Etat. Le citoyen sait d’instinct les reconnaître. Ce sont des hommes qui ne se préfèrent pas aux autres et qui aiment ceux qu’ils sont amenés à diriger.

Ces considérations ont été exprimées dans une émission de télévision française, alors même que celle-ci s’est fait une spécialité de ne jamais rien dire d’important. Celui qui les a tenus, Charles Gave, est un économiste et un financier qui a brillamment réussi dans la vie et qui, au soir de celle-ci, s’efforce de faire bénéficier autrui de ses lumières. De ce fait, rares sont les médias audiovisuels qui l’invitent à s’exprimer. Ce simple fait est de nature à inquiéter. Car quand on a en France un vrai penseur, on doit se précipiter pour l’entendre, vu le nombre d’histrions qui peuplent les plateaux et les inondent de leurs sottises. Mais non. Charles Gave n’est presque jamais invité.

Pascal Praud a voulu faire exception. Qu’il en soit félicité. Mais il a raté son interview. Qu’il en soit blâmé. Car il n’est pas difficile de réussir une interview de Charles Gave. J’en ai fait l’expérience. Avec lui, la règle s’exprime ainsi : « Laisse aller, c’est une valse », comme le disent tous les accordéonistes du monde. Au lieu de céder la place à la musique, Pascal Praud a voulu jouer la sienne et cela a suffi à nous priver de l’essentiel du message de Charles Gave. A la fin de son émission, Praud aurait dû faire l’annonce traditionnelle : « Mesdames et Messieurs, la pièce que nous venons d’interpréter a pour titre “Le mal français”. Elle est à l’affiche de tous les médias nationaux. Et n’a aucun succès nulle part ». Et chacun serait reparti de son côté en grommelant. Comme d’habitude.

Ce que Pascal Praud et ses commensaux n’ont pas voulu entendre de la bouche de Charles Gave, c’est que Macron n’est pas intelligent et n’aime pas les Français. On peut évidemment en discuter. Mais pourquoi hurler à la mort quand on entend de tels propos ? S’ils sont exacts, ils appellent à une réaction du peuple, visant peut-être à se donner un autre chef. Mais c’est précisément cela qui ne doit pas être dit ni entendu à la ronde. Car la France a oublié qu’elle fut un pays de liberté. Elle n’est plus qu’une vague dictature qui fait honte à son passé.

Ne nous y trompons pas. Le mensonge n’est pas éternel. Pas plus que les dictatures. Mais les dictatures et le mensonge font que le temps passe lentement. La dictature tsariste était moins féroce que la dictature communiste, mais Tchekhov en a admirablement peint l’ambiance lourde et l’interminable lenteur dans ses œuvres. Le Tchekhov français est encore inconnu. Sans doute se désespère-t-il, au fond de sa province, de ne pas voir son génie reconnu.

J’ai voyagé en Tchécoslovaquie pendant le printemps de Prague. Un jour, vers midi, nous avons fait halte devant une auberge. La salle était emplie de convives silencieux qui mangeaient des boulettes. Nous nous somme assis et avons demandé des boulettes. Il n’y avait d’ailleurs que cela. A un moment, un homme s’est levé de sa place et s’est adressé à nous en français : « Soyez les bienvenus chez nous. La France est le pays de la liberté, nous l’aimons et nous l’admirons. » Il avait les larmes aux yeux. J’y suis moi-même allé de ma larme. Il est parti vers son destin, qui malgré l’éphémère printemps de Prague, était menaçant.

Voilà la France. Voilà ce qu’elle est pour le monde. Alors quand Pascal Praud recevra à nouveau Charles Gave, dans un siècle ou deux, il pourra peut-être lui demander s’il a changé d’avis sur Macron et si les évènements dramatiques que la France a connus au fil des décennies l’ont surpris. Connaissant Charles Gave, je sais qu’il ne se défilera pas et dira avec force : « Je l’ai toujours dit, Macron n’a rien compris à la France ». Et étant un homme de culture il ajoutera : « Mais comme le disait Paul Valéry, de toutes façons on s’en fout ! »

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (7 avis)
Loading...

Seule compte l’action des patriotes !

Seule compte l’action des patriotes !

Il est très difficile de faire vivre les gens ensemble. Voyez comme on se dispute bien en famille. Et pourtant on est de la même origine et de la même religion. Oui, mais voilà, il y a les vexations, les fâcheries, les injustices – ou ce qu’on prend pour telles – les réussites des uns, les échecs des autres, et tous ces évènements de la vie qu’on ressent et que le plus souvent on refoule. Jusqu’à ce qu’ils ressurgissent, des décennies plus tard, et que la colère se déchaîne. Sous nos latitudes, après des siècles de christianisme et après quatre siècles de lumières, nous avons à peu près réussi à dominer nos pulsions. Il n’en est pas de même dans toutes les contrées. Alors quand vous vous mettez en tête d’importer chez vous des populations étrangères, issues d’autres civilisations, vous commettez une imprudence.

C’est exactement ce que nous avons fait en France, et dans la plupart des pays européens. Nous sommes en train d’en régler l’addition. Le jeune Thomas, 16 ans, n’a pas vécu les décennies précédentes et n’avait certainement pas d’idées très précises sur l’évolution des civilisations et le mélange des peuples. Mais il en savait assez pour ne pas se laisser importuner par de jeunes immigrés qui ne se sentaient pas assez français pour éviter d’aller « planter du blanc », comme on les a entendus le dire. Oui mais voilà, il y a à Gaza des Palestiniens qui sont allés planter du juif en Israël et qui ont pu servir d’exemple – de très mauvais exemple. Ainsi va l’humanité, de meurtres en meurtres, de crises en crises, de souffrances en souffrances, d’inguérissables malheurs en inguérissables malheurs.

Le rôle d’un homme d’Etat, c’est de savoir cela, de l’expliquer au peuple et de l’organiser pour que de tels drames ne se produisent pas. A certaines époques, les peuples ont de la chance. Un homme d’Etat naît en son sein, le peuple sait le reconnaître et lui confie le pouvoir. Tous n’ont pas cette chance. La France l’a eue parfois. Aujourd’hui, elle ne l’a plus. Mais tout n’est pas dit. Nous ne sommes qu’au début du drame. Qui sait si quelqu’un ou quelqu’une ne surgira pas.

Ce dont on peut être sûr, c’est que les actuels politiciens feront tout pour empêcher la venue d’une personnalité destinée à les remplacer. Quand ils en soupçonnent une, ils deviennent électriques. L’amour du pouvoir est la plus puissante des drogues. On n’y peut rien, c’est dans les gènes de l’humanité, dont les sociétés sont hiérarchiques, tout comme celles des chimpanzés ou des gorilles. Ou des loups. Ou de bien d’autres animaux. On se demande même si, chez les saints, il n’y a pas de bagarre pour être à la droite du Père.

Je ne pense pas qu’il suffira de prier pour que la Providence se penche sur la France et lui apporte un bon docteur pour la guérir de ses malheurs. Il est préférable que les hommes de bonne volonté s’organisent au cas où la destinée hésiterait à s’engager en faveur d’un peuple assez calamiteux pour avoir oublié jusqu’aux principes que ses aïeux avaient forgés de haute lutte. N’en prenons qu’un : le droit de propriété. Nos juges l’ont si allègrement violé que de toute part des étrangers pensent qu’en France ce que je prends est à moi et viennent joyeusement illustrer ce nouveau principe.

Les principaux adversaires des hommes de liberté et de devoir ne sont pas les politiciens mais les médias. Les politiciens ne viennent qu’en second, car ils vivent couchés devant les médias. Or les médias ne sont que quatre ou cinq personnes : leurs propriétaires. C’est à eux qu’il faut s’adresser. Avec l’énergie que donne l’imminence du péril. Pour un Bolloré qui a compris le danger pour la France (mais qui pourrait veiller un peu mieux aux invités de sa télévision et de sa radio), il y a une famille Dassault qui a fait de son Figaro un robinet d’eau tiède, un Bouygues ou un Drahi qui ont si peur d’être inconvenants qu’ils sont convenus.

La maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval, avait mal commencé quand on a appris le meurtre de Thomas. Mais elle s’est reprise et dit la vérité sur la situation dans sa commune. On doit la féliciter et la soutenir, d’autant qu’elle est menacée de décapitation. C’est une femme, Geneviève, qui résiste à Paris aux Huns d’Attila, c’est une femme, Jeanne, qui vole au secours du roi de France et le rétablit sur son trône, c’est une femme … Oui, gloire à nos compagnes, souvent plus courageuses que nous ! Mais si c’est un homme qui se révèle au milieu des Français, on lui souhaitera d’être bien accompagné.

En 2005, le jour où j’ai lancé la Révolution bleue, il y avait foule à Saint-Germain des Près. Rapidement, Sarkozy  a revêtu l’écharpe bleue … pour n’en rien faire. Il nous faut remettre l’ouvrage sur le métier. L’écharpe bleue est un beau symbole. Pendant des mois, des Français l’ont revêtue et ont clamé leur amour de leur pays. Mais peu importe la couleur : quand il s’agit de la France, seule compte l’action des patriotes !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (3 avis)
Loading...

Le pouvoir tient les Français pour l’ennemi !

Le pouvoir tient les Français pour l’ennemi !

La France, c’est bien connu, n’autorise pas les statistiques ethniques. Ce qui n’a pas empêché l’Insee de publier un rapport indiquant que le nombre total d’immigrants et de descendants d’immigrants en France se monte à 19 millions. C’est-à-dire à près de 30 % de la population. La plupart de ces personnes sont de sensibilité musulmane. Ce que ne nous dit pas l’Insee, c’est combien d’entre elles sont bien intégrées à la société française. A voir la situation de nos banlieues, on peut supposer qu’un fort contingent d’immigrants et de descendants d’immigrants ne se sentent pas français. Ces chiffres n’apprendront rien à nos gouvernants. Ils sont parfaitement au courant.

Ils sont même au courant depuis longtemps des risques qu’une immigration importante fait peser sur une société. Qu’on me permette un témoignage personnel. Ayant créé un syndicat médical libéral pour lutter contre la dérive socialiste des dirigeants de notre profession, nous fûmes reçus au ministère par le directeur de cabinet. Celui-ci, un énarque fort aimable nous expliqua qu’il nous fallait atteindre 10 % de l’effectif professionnel pour compter et qu’à 20 % nous serions incontournables, car on ne pourrait pas faire sans nous. Cet énarque eut une belle carrière, puisqu’il devint ministre des affaires étrangères. Ce qu’il nous avait dit, tous ses collègues et tous les ministres de la République le savaient.

Ces chiffres n’étaient pas propres à la population médicale, mais à toute population. Il s’agit en effet des règles bien connues de la constitution et de l’influence des foules. S’agissant d’une foule allogène, on ne peut la laisser croître sans prévoir les effets produits sur la population originelle. Les responsables politiques français ont donc laissé se développer la population musulmane immigrée en France en sachant pertinemment que cela produirait de graves effets dans le pays. Nous y sommes.

Si la grande majorité de la foule musulmane avait pu être intégrée, puis assimilée, il n’y aurait pas eu de crise grave. Mais pour cela il aurait fallu qu’on ne cassât pas de façon irresponsable tous les mécanismes d’intégration, en premier lieu l’école, le service militaire et le travail. Or l’école fut abandonnée aux syndicats enseignants et à leur corporatisme aveugle, le service militaire fut supprimé, et le travail détruit par le monopole de la sécurité sociale qui renchérissait tout les coûts de l’entreprise. Bref le modèle social français fit son œuvre !

Nous en sommes au point où de grandes décisions vont devoir être prises. La première est évidemment le rétablissement de l’ordre dans les banlieues et même maintenant dans les villes, où les troubles s’étendent. Cela ne suffira pas. Il faut d’urgence rétablir la compétitivité de notre économie, qui aujourd’hui ne crée que de faux emplois, pour la plupart subventionnés. Et ce n’est pas un service civil bidon qui remplacera un vrai service militaire où l’on apprend la discipline et à aimer son pays. Ce programme doit être celui de tout homme politique se présentant aux suffrages des Français. Sa réalisation n’est pas au dessus des forces de notre pays. Il n’y faut que de l’intelligence et de la détermination.

L’actuel président de la République se révèle chaque jour un peu plus incapable de conduire le pays. Le plus utile, serait qu’il démissionne et qu’une nouvelle élection ait lieu. Elle serait l’occasion d’un vrai débat et d’un profond renouvellement de la classe politique. La première condition à ce grand sursaut consiste dans le renouvellement de l’offre médiatique. Nous avons bien assez de chaînes de radio et de télévision pour que soient honnêtement offerts aux Français les données de la grande réforme qui s’impose. La raison peut l’emporter. Ayons confiance en nous !

La France est un pays corseté de règlements et d’injonctions contradictoires. La plus grave erreur de ceux qui l’ont gouverné depuis la naissance de la Ve République est d’avoir laissé l’administration s’emparer de toutes les commandes. Une administration ne sait pas réformer. Elle ne sait que s’obstiner. Voyez où nous en sommes : on nous conseille la meilleure façon de consommer et de réparer nos chaussettes tandis qu’on nous entraîne dans le puits sans fond de la décarbonatation. Au fou ! Et pas un humoriste pour le crier. Ils sont plus mauvais les uns que les autres. Que voulez-vous, ils sont nés dans un pays sur-administré et ne savent se moquer que des hommes libres.

Il a fallu envoyer le GIGN pour arrêter les voyous qui ont assassiné le jeune Thomas. Certains crient qu’il faut envoyer l’armée. C’est fait. Et après ? Faudra-t-il envoyer les blindés Centaure contre les délinquants des banlieues ou les retourner contre ceux qui réclament le rétablissement de l’ordre ? Le jeune Thomas a eu droit à un beau service religieux, mais pas à la présence d’un représentant de l’Etat. C’est bien que le pouvoir tient les Français pour l’ennemi. Un tel retournement de situation est le prélude d’une crise plus que grave. Mortelle. Ressaisissons-nous avant qu’il soit trop tard !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (4 avis)
Loading...

Nous ne sommes plus un pays normal !

Nous ne sommes plus un pays normal !

Dans un pays normal, Mme Hidalgo aurait démissionné pour avoir déguisé des vacances privées en mission municipale. Dans un pays normal, Macron aurait provoqué des élections législatives ou un référendum pour vérifier s’il avait encore la confiance du peuple. Ou bien, persuadé du contraire, il aurait démissionné. Dans un pays normal, les juges appliqueraient les lois et donneraient raison à ceux qui estiment avoir le droit de s’assurer librement pour leur protection sociale. Dans un pays normal, la décision d’arrêter l’immigration serait prise à l’unanimité face au déferlement de populations jeunes venues chercher meilleure fortune et non pour se protéger de quelque mauvais traitement dans leur pays d’origine. Dans un pays normal …Mais sommes-nous un pays normal ?

Nous étions un pays normal, mais nous ne le sommes plus. Tant que l’histoire se résumait à un affrontement entre les nations, nous avions besoin d’un Etat fort pour conduire les guerres, qu’elles fussent militaires ou économiques. Mais la mondialisation a tout changé. Nous sommes en compétition avec toutes les nations de l’univers, même quand nous ne nous en doutons pas. Quand vous allez vous acheter une chemise au magasin du coin, vous mettez en œuvre des mécanismes complexes qui font qu’une ouvrière asiatique travaille à recouvrir votre poitrine sans vous connaître. Cette intimité à des milliers de kilomètres de distance est radicalement nouvelle dans l’histoire de l’humanité. A défaut de s’y adapter, on court le risque de payer sa chemise beaucoup plus cher, ce qui n’est pas très grave en soi, mais surtout de mettre au chômage des compatriotes qui sont sur un mauvais créneau, ou sur un créneau dirigé par de mauvais entrepreneurs, ou encore sur un créneau dirigé par les hommes de l’Etat qui ne savent rien fabriquer mais savent tout réglementer.

La France devait impérativement se réformer quand la mondialisation s’est imposée comme le système dominant. On pouvait évidemment la refuser et se transformer en la Corée du Nord, le Venezuela ou Cuba. Un certain nombre de nos dirigeants politiques y étaient prêts. Je ne parle pas des communistes et de leurs alliés, mais des énarques avides d’un pouvoir total. On se demande pourquoi ils ne sont pas allés au bout de leur dérive totalitaire. Ce ne sont pas les principes démocratiques qui les ont arrêtés. Ils s’en moquent éperdument, tout comme les juges français. Non, ce qui les a arrêtés, c’est leur manque génétique d’audace. Ils n’ont pas été choisis ni dressés pour combattre, mais pour commander sans risque. Dès qu’il y a un risque à prendre, ils reculent. Mais reviennent aussitôt à la charge par des chemins de traverse. Où le peuple ne les attend pas et finit par se voir vaincu.

La France a raté l’occasion de se réformer sous ses trois derniers présidents. Sarkozy et Hollande n’avaient pas la carrure de réformateurs. Macron est un réformateur en paroles, mais il ne sait que parler. Et de toute façon ses réformes sont toutes étatiques. Donc inadaptées. Il faudrait à la France un véritable homme d’Etat rompu aux disciplines modernes. Pour l’instant, on le cherche. A défaut de le trouver, on pourrait former des groupes de citoyens décidés à agir. Les seuls qui existent actuellement sont des ennemis de l’économie libre, qui cherchent toute occasion d’envoyer les patrons en prison. Ce qui n’est pas très difficile avec les juges français, dont aucun n’a jamais dirigé une entreprise, pas plus qu’il n’y a travaillé. Bref, on est mal !

Les Gilets jaunes ont failli réussir. Ils voulaient libérer la France des énarques. Mais ils ont été repris en main par des gauchistes qui ne voulaient que traquer les riches. L’échec était inévitable. Depuis, la contestation se borne à des vitupérations privées contre Macron, qui est unanimement détesté, sauf par les retraités craignant à juste titre pour leur pension qui ne leur est versée que par l’endettement généralisé de l’Etat accepté par Macron pour sauver son pouvoir.

N’importe quel analyste indépendant vous dira que la situation de la France ne peut déboucher que sur une crise violente, les processus démocratiques étant paralysés. Mais chacun se réveille le matin étonné que rien ne se soit passé pendant la nuit. Et reprend son train-train comme d’habitude. La seule certitude est pourtant qu’il va se passer quelque chose. L’imagination n’étant pas la capacité la plus répandue dans les populations tenues sous le boisseau, on est en panne, en France, de scénarios. Le plus probable est qu’une grosse manifestation menacera les lieux de pouvoir et que les énarques prendront la fuite. Là se jouera la partie entre les émeutiers et les hommes d’ordre. Pour connaître les vainqueurs faites confiance à votre raison. Personnellement je suis persuadé que l’ordre l’emportera. A condition que les bonnes personnes ne se dégonflent pas. Sinon, ce sera la chienlit. Tel est l’enjeu des prochains mois en France.

A Saint-Malo, le rocher où repose Chateaubriand est menacé par le flot. Mais sa phrase résiste aux éléments : « Un de ces hommes qui jaillissent des événements et qui sont les enfants spontanés du péril ». Les événements et le péril sont là. Il ne manque que cet homme !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 4,89 sur 5 (9 avis)
Loading...

Macron doit démissionner !

Macron doit démissionner !

Le 11 novembre reste un jour de recueillement officiel en France. Le 11 novembre 1918 fut un jour de joie à Paris. On fêtait la victoire, la « der des der ». L’avenir paraissait ouvert et heureux. On sait qu’il n’en fut rien. La France se donna une majorité de « front populaire » qui se consacra aux congés payés. Pendant ce temps l’Allemagne s’armait jusqu’aux dents. Tout cela se termina au mois de juin 1940. Une autre ère commença alors pour notre pays. Elle n’est pas achevée  aujourd’hui.

L’aventure coloniale, voulue par Jules Ferry, combattue par Clemenceau, nous assaille chez nous à présent. La gauche de Ferry nous dit qu’il faut encore plus d’immigrés. La droite de Clemenceau veut qu’on arrête l’immigration. Et un conflit entre Juifs et Arabes au Proche-Orient se déroule aussi chez nous, sous une forme moins violente pour l’instant, mais l’avenir promet des jours sombres en France. Le président de la République a passé commande de 90 blindés Centaure au cas où.

Les initiateurs de l’Union européenne voulaient que la guerre épargnât désormais notre continent. Ils y sont parvenus. Mais on parle toujours de la guerre d’hier, qui n’est pas celle de demain. Nous n’allons pas nous battre contre les Allemands, ni même contre les Anglais. Nous allons nous battre entre Français, ou plus exactement entre Français musulmans et Français non musulmans. Peut-on encore éviter la guerre. Oui, évidemment. Mais pas avec la majorité politique actuelle et son président. Ces gens se cachent derrière leur petit doigt. Ils n’aperçoivent pas de signe de conflit. Ou plus exactement, ils ne veulent pas le provoquer, alors qu’il faut en affronter les composantes afin de les désarmer.

Macron n’ira pas à la manifestation du 12 novembre contre l’antisémitisme. Il a peur des banlieues. Or il ne s’agit pas d’une marche contre les musulmans, même si ceux-ci sont aujourd’hui les seuls vrais antisémites. Il s’agit de dire aux Français que l’antisémitisme n’a pas sa place en France. Et que les musulmans doivent se le dire aussi, s’ils ne veulent pas à leur tout être victimes de l’anti-islamisme. C’est ainsi. La violence attise la violence, l’intolérance attise l’intolérance, et tout recommence comme tout le temps dans le monde quand la civilisation ne réussit pas à imposer son règne.

La faute d’hier se paie toujours à crédit. Et le crédit est souvent de longue durée. Nous payons non pas notre aventure coloniale, mais les années interminables – et qui durent encore – où nous n’avons pas su interrompre la politique migratoire qui allait amener un changement radical de la population française. Nous avons aujourd’hui en France près de vingt millions de personnes de civilisation musulmane. Certains sont parfaitement intégrés et occupent d’importantes fonctions officielles. Comme leurs prédécesseurs polonais, espagnols et portugais. Mais beaucoup de jeunes gens de la troisième génération détestent la France, et le montrent souvent par un comportement agressif, qui se mue parfois en émeutes.

Pourquoi n’avons-nous pas su intégrer ces jeunes gens ? Parce que nous n’avons pas pu leur offrir un emploi. Etait-ce possible ? Oui, bien sûr. Il fallait débloquer l’économie nationale, briser les monopoles et les entraves administratives, laisser les initiatives prendre leur essor. Bref, il fallait moderniser la France. Au contraire, la France s’est bloquée davantage. Parce que les hauts fonctionnaires qui la dirigent n’ont pas la moindre qualité pour établir un régime de liberté créatrice dans notre pays. Ils savent interdire et dépenser. Point final !

Puisque notre économie ne pouvait offrir un avenir aux immigrés, il ne fallait pas les laisser venir en aussi grand nombre. C’est de la simple logique. La droite et la gauche de gouvernement n’ont jamais osé prendre cette décision, paniquées et paralysées qu’elles étaient par les fulminations de l’extrême gauche, qu’une simple démonstration de fermeté aurait suffi à faire taire. Une majorité politique de droite pour une réduction de l’immigration était rendue possible par une alliance de la droite parlementaire et du Front national. Là encore la gauche et l’extrême gauche ont hurlé à cette simple idée, et ont réussi à l’empêcher grâce à la couardise de la droite. Aujourd’hui, il ne reste plus rien des gaullistes et des centristes qui naguère gouvernaient le pays. L’histoire les a jetés dans ses poubelles. Et le pays est à la recherche d’une majorité de redressement.

L’histoire est pleine des désastres provoqués par la lâcheté des élus. Sans le courage et la lucidité de De Gaulle, la France ne serait aujourd’hui qu’un dominion des Etats-Unis. Elle aurait perdu son passé, sa culture, sa civilisation. Si nous ne réagissons pas, nous serons demain un grand Liban, malmené par les guerres de religion et l’impuissance politique. Ce n’est pas l’avenir que souhaite une majorité de Français. Qu’attendent-ils pour se manifester ?

Le pire n’est jamais certain. Mais on ne l’évite pas par des fumigations de mots. Ce sont des actes que requiert la situation de notre pays. Le premier d’entre eux doit sonner le départ de Macron de son poste. La pression doit être telle qu’il décidera de lui-même de partir. Macron démission est un bon slogan. Adoptons-le en masse !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (4 avis)
Loading...

A tous ceux qui se sont associés à nos combats !

A tous ceux qui se sont associés à nos combats !

Dans sa liste des péchés capitaux, l’Eglise en a oublié un. Qui est à l’origine de tous nos maux : le fanatisme. L’homme doit être capable de se contenir. Il n’y a pas de société ni de civilisation sans cette vertu. Le fanatique se met à l’écart de la condition humaine. Si on ne le tient pas en bride, il peut créer des désastres irréparables. Et quoi de plus irréparable pour les hommes que de mourir ?

Le fanatisme est inséparable de l’esprit religieux, quelle que soit la religion et si laïque soit-elle. Le « wokisme » qui s’étend actuellement en Amérique et en Occident est une religion. Qui se substitue à des croyances en voie d’extinction. Rien de nouveau d’ailleurs. Le « wokisme », c’est l’éveil. Bouddha, qui vécut au sixième siècle avant notre ère, signifie « l’éveillé ». « Rien de nouveau sous le soleil », dirait l’Ecclésiaste, qu’on attribue au roi Salomon. Qui vécut quatre siècles avant le Bouddha.

Ainsi les 1400 cm3 et les 85 milliards de neurones du cerveau humain sont capables de produire autant de merveilles que d’horreurs. On pourrait presque dire : l’homme, c’est un progrès, un massacre, un progrès, un massacre, et ainsi de suite … De quoi désespérer. Mais pour lutter contre le désespoir, il y a l’action. Et celle-ci obéit à des lois. La première d’entre elles est la nécessité d’un commandement. Non pas un ordre, mais un chef. Il suffit d’étudier l’histoire pour le comprendre et le vérifier. L’existence d’un chef est la condition de l’action. Sinon, il n’y a que pagaille et souvent sauvagerie.

Les chefs, ce n’est pas ce qui manque dans les sociétés humaines. Où presque chacun veut être chef. Pas forcément chef suprême, ce qui demande des qualités rares, mais chef de quelque chose. En somme, la société des petits chefs. Pas agréable à vivre. Le mieux est que chacun soit son propre chef  et fasse preuve de discipline collective si besoin. L’Occident a fondé sa culture sur ce principe. Jusqu’à présent, on n’a rien trouvé de mieux. Quant au grand chef, il vaut mieux Churchill ou De Gaulle que Gengis Khan ou Mao. Là encore, c’est l’Occident qui marque des points.

Dans les conflits qui déchirent le monde, le fanatisme joue un rôle majeur. Pour l’Occident, qui est et reste, pour nous Français, notre univers naturel, la stratégie doit être double : combattre le fanatisme chez nous, s’unir aux autres occidentaux pour le vaincre là où il cherche à s’imposer contre nous. Il ne suffit évidemment pas de proclamer ces objectifs. Il faut se rendre capable de les atteindre. Et là encore la méthode ne peut réussir que si elle s’incarne en un chef qu’on respecte et qu’on écoute. La France s’est dotée d’une constitution qui le permet. L’élection du président au suffrage universel n’a pas que des avantages, mais du moins produit-elle à chaque échéance un gouvernant suprême. Le tout est qu’il soit digne de la fonction.

Force nous est de constater – et de regretter – que ce procédé de désignation n’a produit depuis plusieurs décennies que des résultats médiocres. Nos présidents, depuis Pompidou, n’ont pas été à la hauteur du poste. Et l’actuel est encore pire, car à sa médiocrité il ajoute une prétention insoutenable, qui le conduit à faire en permanence la leçon et la morale au peuple, alors qu’il n’a rien accompli dans sa vie de ce qui forme un homme. Subissons-nous une malchance interminable ou y a-t-il d’autres causes ? En fait, la seule raison de notre incapacité à nous doter d’un bon président est le système administratif qui gouverne la France. Quand l’Etat en arrive à prélever près des deux tiers de ce que produit le pays, il détruit toute liberté d’entreprendre et de décider. Si bien que personne ne conduit vraiment les destinées de la France.

Nous avons besoin d’un programme de redressement national. Il ne nous faut ni roulements de tambour ni proclamations guerrières. Il nous faut de l’intelligence et de la détermination. Et un sincère désintéressement au profit de l’intérêt général. Ces qualités ne manquent pas aux Français. Chacun peut témoigner que dans son environnement il existe des citoyens qui ne dépareraient pas à la tête de l’Etat. Alors c’est à eux que nous devons nous intéresser, et non aux politiciens professionnels qui se voient déjà en haut de l’échelle. Plutôt que de prendre rang dans une écurie présidentielle, réunissons-nous dans des rassemblements locaux et échangeons des idées avec tous ceux, et ils sont nombreux, qui ont quelque chose à dire. C’est ainsi que la Révolution s’est faite.

L’inquiétude sur l’avenir de notre pays est réelle chez les Français. Une mobilisation doit être possible. Evidemment, certains joueront la carte du pire. Mais le patriotisme dominera, comme chaque fois qu’il en va de l’essentiel. Je lance un appel à mes amis, à mes lecteurs. Et à tous ceux qui se sont associés à nos combats pour la liberté. Le temps est venu pour chacun de vous de reprendre le combat. Certains me diront qu’ils n’ont plus l’âge. Je leur répondrai par ces mots qu’Homère met dans la bouche de Laërte, le père d’Ulysse, qui se définit ainsi : « Soldat aux cheveux gris, contraint par la nécessité ».

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (9 avis)
Loading...

La chute de la France se poursuit inexorablement !

La chute de la France se poursuit inexorablement !

Tandis que les massacres du 7 octobre ont horrifié le monde, la France poursuit sereinement sa course à l’abîme. Rien n’est plus paisible qu’un corps qui tombe. On dirait que la chute est une anesthésie. Reste que l’arrivée est toujours horrible. Nous allons nous fracasser sur la réalité du monde. Que nous n’avons pas voulu voir depuis des décennies, nous berçant de notre grandeur passée, écoutant de piètres gouvernants qui en fait ne gouvernaient rien du tout. Comment tout cela a-t-il été possible ?

Comment ? Tout simplement par la tyrannie du statu quo. C’était comme ça hier, ce sera comme ça demain. Et ainsi de suite …Un peuple sans projet ne va pas loin. Il attend son oppresseur. Et celui-ci se présente toujours. Regardez Byzance. L’empire romain d’Orient, peuplé de Grecs. Une troupe d’Ottomans et de bachibouzouks les soumet et en fait des musulmans. Et depuis, ils le sont restés. Et nous Français ? Avec nos gouvernants épris de soumission, allons-nous devenir musulmans, par l’effet du dynamisme démographique de ceux-ci et de l’apport régulier qu’ils reçoivent de l’Afrique ? C’est fort possible. On voit déjà des conversions se préparer. Une seule condition : qu’on laisse aux impétrants le droit de continuer à causer dans le poste. Pour le reste, ils sont d’accord sur tout.

Et c’est ainsi que la classe parlante aura tué la France. D’abord en la laissant aux mains du communisme social, qui a stérilisé ses défenses naturelles, ensuite par le repentir colonial, si bien exprimé par notre sultan Macron à Alger où il a fustigé la colonisation qui fut, a-t-il dit «  un crime contre l’humanité ». Et voilà les Barbaresques réhabilités. Mânes de Jules Ferry, qui voulait « civiliser les races inférieures », tremblez sous les foucades de Clemenceau, qui lui pensait qu’on n’avait rien à faire là-bas.

Colombey-les-Deux-Mosquées, nous y sommes presque. Le cauchemar du général de Gaulle se réalise chaque jour en France. Cela lui sera d’autant plus facile qu’il ne nous restera bientôt plus que la religion, quelle qu’elle soit, tant nous serons désœuvrés et mal nourris par suite de la disparition de nos industries. Voyez nos usines automobiles. Le Figaro nous dit cette semaine qu’elles se battent pour leur survie. En fait elles sont déjà mortes. Des concurrents européens affichent un coût horaire du travail de moitié inférieur au nôtre. Et savez-vous pourquoi ? Là, Le Figaro se tait pudiquement. Mais c’est bien sûr, à cause de la Sécu ! N’écoutant que mon grand cœur, j’ai fait une folie, un acte désespéré. J’ai écrit à Alexis Brézet, le directeur du Figaro, pour lui proposer un article. J’attends encore sa réponse.

Au temps où Max Clos dirigeait Le Figaro, et Joseph Macé-Scaron Le Figaro Magazine, j’avais pu alerter leurs lecteurs du désastre qui se préparait. Depuis, chez Monsieur de Beaumarchais, on s’est habitué au désastre. Et l’on ne craint plus qu’une chose : que le ciel médiatique leur tombe sur la tête. Ainsi M. Brézet et les siens seront morts en Gaulois, un rêve de gosse. En réalité leur sort ne dépend que de traînées dans le ciel. Celles des Rafales, ces beaux avions que fabrique la maison Dassault.

Quant au destin de la France, il ne dépend plus que de quelques talents politiques que, pour l’instant, on ne voit pas venir. Ceux qui viennent respirer un moment en surface replongent rapidement en profondeur, où ils sont plus « confortables », comme disent les Anglais. Il est vrai que l’Assemblée nationale est devenue un repaire de hyènes enragées qui ne font que du bruit mais rêvent de mordre les chairs de quiconque passe à leur portée. A Athènes, les citoyens avaient rapidement déserté l’Agora, où les sycophantes exerçaient leurs ravages.

Le grand échec de notre classe politique est de n’avoir pas su exploiter au mieux, dans l’intérêt de la France, les possibilités de réforme offertes par l’Europe. La France seule est, dans la deuxième moitié du 20e siècle, irréformable. L’administration et la Sécurité sociale étouffent la croissance. Tous ceux qui ont fréquenté ces institutions savent qu’il est vain de vouloir y changer quelque chose. Je peux en témoigner. Ce n’est pas qu’on vous envoie au goulag. Cette sanction est inutile. Car le pays est tout entier un goulag. Non violent, mais tout aussi tyrannique. Quel que soit le moyen employé, on n’obtient aucune réforme, aucun progrès. On peut s’exprimer, mais à condition que cela n’entraîne aucune décision.

C’est ainsi que le temps passe et qu’un beau jour – non, un vilain jour – on apprend qu’une industrie de plus, et pas n’importe laquelle, va disparaître. Et que cela ne provoque aucune émotion dans le pays. L’Europe permettait – et permet toujours – de libérer la protection sociale. Nous avons permis à un demi-million d’entreprises de se libérer et de survivre. Mais c’est tout le pays qu’il faut libérer. Nous continuons notre combat. Fellini disait que Rome était un lieu idéal pour attendre la fin du monde. On peut en dire autant de Paris. En sachant que le monde qui s’en va n’est pas le monde entier. Des milliards d’homo sapiens vivent sur la planète. Aucun d’entre eux n’a l’idée de la sauver, pas plus qu’ils ne rêvent de se doter de la Sécu. Ils veulent simplement vivre. Et nous, nous voulons mourir. En assurés sociaux. Sic transit gloria mundi !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (8 avis)
Loading...

Que va-t-il advenir de la France ?

Que va-t-il advenir de la France ?

Que va-t-il advenir de la France ? Il n’y a pas si longtemps la question relevait des figures imposées dans les discours politiques. Personne n’était vraiment inquiet. Mais aujourd’hui il faut la prendre au sérieux. Notre pays risque-t-il d’être envahi par une puissance étrangère ? On ne voit pas laquelle. C’est plutôt le désordre intérieur qui la menace. Certains parlent de guerre civile. On ne voit pas non plus les camps qui seraient en présence. Mais un pays sans direction, on sait ce que c’est. C’est la France d’aujourd’hui.

Le mot « direction » signifie à la fois un chemin à emprunter et un commandement. Il convient donc parfaitement à notre pays qui ne sait pas où il va et qui n’est pas commandé. Pourtant la voie avait été tracée quand nous avons créé la communauté européenne. Sans la France, celle-ci n’aurait jamais vu le jour. Les réticences françaises ont été nombreuses, et le restent. Nous sommes une ancienne grande puissance et nous avons encore de beaux restes, notamment grâce au choix du nucléaire pour notre défense et notre électricité. On doit en remercier le général de Gaulle. Mais nous n’avons jamais pu vraiment bénéficier de notre choix européen car nous n’avons accepté la concurrence économique, qui en est le fondement, que du bout des lèvres. Et nous l’avons complètement refusée en matière sociale, dont dépend l’essentiel de notre budget. Si bien qu’il a été facile aux adversaires de l’Europe de la critiquer férocement, la rendant responsable de tous nos malheurs.

La crise économique dans laquelle se débat notre pays est aggravée par une double crise sociale. Notre Etat providence a dévasté nos entreprises, et notamment celles de taille moyenne ou petite, qui sont les meilleurs vecteurs d’emplois. Le chômage de masse qui en a résulté s’est transformé, à coup de statistiques truquées et de création de faux emplois, en une gigantesque marée humaine de Français délaissés, qui ne s’en sortent plus, vivotent comme ils peuvent, votent aux extrêmes ou désertent les urnes, et laissent la direction du pays à une caste hors sol qui ne se rend même pas compte de la situation. Chacun aura reconnu Macron et ses affidés.

Ce pouvoir minoritaire ne tient que par deux cordages : les forces de l’ordre et les médias. Que les premières soient débordées et les seconds envahis, c’en sera fini du régime. On doit évidemment ajouter le facteur de désordre que représente une forte immigration musulmane travaillée en permanence par des fanatiques et qui peut s’enflammer à tout moment.

On comprend aisément que la situation de notre pays est très fragile. Le président de la République fait dire qu’il est déprimé. Franchement, il y a de quoi. Surtout parce que son truc unique, c’est le baratin et que plus personne ne l’écoute vraiment. Il n’a pas de solution pour la France. La sagesse serait de changer de président. Mais il n’est en rien décidé à laisser la place. Le patriotisme pourtant l’exigerait. Mais Macron n’est patriote que de lui-même. Et sa camarilla n’est patriote que de ses intérêts. On est vraiment mal barré. Car la seule solution est l’émeute, que personne de raisonnable ne veut et que les allocations multiples versées au peuple rendent moins probable que jamais.

Raymond Barre que je voyais régulièrement me disait chaque fois quand nous nous quittions : « Toujours l’inattendu arrive. » Une façon comme une autre de garder espoir, face à la dérive déjà bien engagée  de notre pays. Soit. Mais l’inattendu commence furieusement à ressembler au trop prévisible attendu. Alors il faudrait vraiment que ceux qui veulent le bien de leur pays se réveillent. S’accrocher aux grands principes est certes une solution moralement satisfaisante, mais inefficace dans les circonstances présentes. L’ordre républicain doit être évidemment maintenu, mais la situation économique et sociale doit être énergiquement rétablie.

Ce qu’il faut donc, c’est supprimer tous les freins qui bloquent la croissance. Le premier d’entre eux est le monopole de la sécurité sociale. Le second est la présence envahissante de l’administration dans toutes les actions des agents économiques. Pour commencer, supprimons toutes les « hautes autorités » et autres « agences de l’Etat » et laissons le parlement délibérer des problèmes, comme c’est son rôle. Et ramenons l’impôt à la portion congrue, ce qui supprimera du même coup la fraude et la persécution fiscale. Rien de tout cela n’est difficile à faire. Il suffit d’un peu de volonté et de conviction.
Mais je ne crois capable de cette tâche que quelqu’un qui y aura pensé toute sa vie, comme Ronald Reagan et Margaret Thatcher le firent pour leur pays. L’un était un acteur syndicaliste, l’autre une fille d’épicier. Les meilleures universités. Cela ne doit pas être impossible à trouver dans un pays aussi divers que le nôtre.

Je lance un appel aux médias. Qu’ils fassent un effort pour diversifier les invités de leurs plateaux. Cela ne demande qu’un peu d’attention à la vie de notre pays. On finira par découvrir celui ou celle qui, ceint de l’auréole de la sincérité et de la connaissance des choses, sera hissé  sur le pavois pour sauver la France. Cela s’est déjà fait bien des fois dans notre passé. Une fois de plus ne serait pas mal !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (5 avis)
Loading...

Chassons les fanatiques !

Chassons les fanatiques !

« N’attaquez pas les sots. En période de crise, ils sont tout puissants », disait Fouché, le ministre de la police de Napoléon. Je remplacerais volontiers, dans ce jugement, les sots par les fanatiques. Car ce sont eux qui sont devenus les principaux ennemis des sociétés modernes. J’en ai croisé un bon nombre dans ma vie. Ils ont tous la même caractéristique : l’effacement en eux de ce que les hommes appellent le sens commun. Ils sont littéralement aveuglés par la passion. Et n’imaginent jamais les conséquences de leurs actes. Quand ces derniers les rattrapent, ils sombrent dans l’abattement. Et pour toujours. Le fanatisme et une denrée périssable. Mais avant de périr, il fait périr, et c’est tout le problème.

Il y a pourtant des fanatiques qui gagnent. Cela dépend de la justesse de leur cause. Si celle-ci embrasse le sentiment majoritaire d’une société, le fanatique peut devenir un authentique révolutionnaire. Les causes qui ont triomphé dans l’histoire ont toutes été portées par des fanatiques, mais ceux-ci étaient en fait modérés par leur appartenance forte au peuple qu’ils défendaient. Alors il en est du fanatisme comme du cholestérol. Il y a le bon et le mauvais. Et je dirais volontiers, parodiant Audiard, que les bons fanatiques « de temps en temps, ils se reposent ». Le plus souvent, c’est quand ils ont gagné.

Soyons réalistes, les mauvais fanatiques sont l’immense majorité de l’espèce. Tant que la société parvient à les contenir, ils ne sont que désagréables. Mais quand la société vacille, ils deviennent des dangers publics. Et le trouble qu’ils sèment peut être fatal à cette dernière. C’est ce qui arrive à la France aujourd’hui. Notre pays cumule un double handicap : il est gouverné par des hauts fonctionnaires et, fille aînée de l’Eglise, il a largement perdu la foi, puisque seule la moitié de ses habitants se dit encore catholique. La religion, quoi qu’on en pense, était un frein à certaines dérives humaines. A présent, le frein ne fonctionne plus.

Alors les tordus fleurissent et quand certains sont à la fois intelligents et fanatiques, ils font de sérieux dégâts dans la société. Quand on observe le spectacle de notre classe politique, on peut être inquiet. Beaucoup de députés racontent n’importe quoi, et ils sont invités régulièrement par les médias pour que nul n’en ignore. C’est pourquoi, quand il se produit des évènements majeurs, on a le sentiment que notre pays a perdu la boule.

Tout observateur avisé peut constater que l’islamisme produit de terribles affrontements là où il se manifeste. On vient de le voir en Israël, où le Hamas palestinien a commis d’effroyables massacres, et on peut le voir, à une moindre échelle pour l’instant, en France où une nouvelle fois un professeur a été poignardé à mort. Ni en Israël ni en France ces drames n’ont été sérieusement prévus et empêchés. Or dans les deux cas il s’agit d’un aveuglement volontaire des autorités. Les principaux dirigeants israéliens ont un grand passé militaire, mais cela n’en fait pas d’habiles politiques. Ils ont cru qu’en encourageant la division des Palestiniens ils les affaibliraient, alors qu’ils ont follement renforcé les plus fanatiques d’entre eux. En France, où une immigration musulmane est devenue plus que nombreuse, les politiciens n’ont pas songé un instant à l’empêcher, soit parce qu’ils avaient peur de se faire traiter de « racistes », soit plus simplement parce qu’il est plus confortable de ne rien faire que d’agir. Certes tous les musulmans ne sont pas fanatiques, mais plus il y en a, plus augmente statistiquement le nombre de fanatiques.

On voit mal comment, finalement, les Français ne réagiraient pas. Leur devoir c’est de faire émerger un dirigeant qui soit à la fois intelligent, ferme et courageux. Je n’ai pas le culte de l’homme providentiel, mais sans un bon chef on ne gagne pas. Il faut aussi faire taire les partisans du chaos, dont ils attendent qu’il les conduise à la tête du pays. Point n’est besoin à cet effet d’autre chose que d’un ferme refus de leurs élucubrations. Et puisqu’elles justifient cette appellation, il faut le dire haut et fort. Ils ne prospèrent que dans le silence gêné de ceux qui ne les approuvent pas.

J’ai eu l’opportunité de diriger plusieurs organisations. Ma règle a toujours été de vérifier régulièrement que j’avais la confiance de mes mandants. Et de ne pas leur mentir. Ces règles élémentaires ne sont plus celles de nos dirigeants politiques. Il faut exiger qu’elles le redeviennent. Je suis effaré par le mensonge ambiant. Il a atteint de telles dimensions que, comme le disait Hannah Arendt, on finit par ne plus croire personne. Aucune société ne peut fonctionner ainsi. Il faut d’urgence rétablir l’expression de la vérité. La plus grande erreur de Macron a été, et est encore, de croire qu’à force de parler, il serait cru. En fait il est plutôt cuit !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (7 avis)
Loading...

L’Etat ne contrôle plus la situation. Le temps de la réforme est venu !

L’Etat ne contrôle plus la situation. Le temps de la réforme est venu !

En médecine, parfois un seul petit signe suffit à établir le diagnostic. En politique, il peut parfois en aller de même, mais le plus souvent les signes s’accumulent et rendent le diagnostic évident. Tel est le cas en France actuellement. Les seuls à ne pas s’en apercevoir sont les politiciens et au premier rang d’entre eux les gouvernants. Pourtant ces signes crèvent les yeux. Ils font même la une des médias. Mais tout affairée à inventer des faux remèdes, la classe politique fait comme s’ils n’étaient que de petits nuages voletant dans un ciel d’azur.

Quand on en est à fermer une faculté en raison du commerce de drogue qui y sévit, on se dit que si le pouvoir n’a pas la capacité d’y mettre fin, c’est qu’il n’est plus un pouvoir. Mais un soliveau. Et que le peuple n’a pas d’autre devoir que de le remplacer. Ou quand des canots débarquent des milliers de migrants sur les côtes européennes et que les autorités n’ont à la bouche que le devoir d’humanisme et de solidarité, on pense qu’arrivés à ce point d’inconsistance, les élus européens et nationaux sont à virer d’urgence. Et que penser du président français qui a endetté le pays dans des proportions jamais atteintes et qui continue à dépenser allègrement l’argent public au point que la dette est devenue abyssale ?

On pourrait poursuivre pendant des heures cet effarant état des lieux, mais à quoi bon ? Le seul problème est de passer à l’acte. Mais la procrastination de la société français et, plus généralement, des Européens paraît impossible à lever. D’autant que les opposants les plus déterminés se contentent d’invectiver les gouvernants sur les réseaux sociaux et reviennent très vite se blottir sous la couette. Nous nous sommes tellement habitués à une démocratie paisible qu’il ne nous vient même pas à l’idée de la secouer vraiment pour en changer le comportement.

Alors quel espoir de changement nous reste-t-il ? La débâcle et le chaos ? Ils paraissent inévitables, mais leurs conséquences sont plus qu’incertaines. Le plus souvent de telles circonstances offrent le pouvoir à un dictateur. L’Europe a payé pour savoir. La seule solution raisonnable est donc la mobilisation du peuple pour un changement de politique. Jusqu’à présent, les seuls qui ont essayé d’agir sont des personnages de peu d’envergure. Ils n’ont pas été jugés crédibles par les Français. Tant il est vrai que le cursus honorum est à la base de toute véritable démocratie, parce qu’il offre au peuple la garantie que ceux qu’il choisit ont fait leurs preuves auparavant.

Il ne reste donc plus d’autre espoir véritable que dans la mobilisation des élites. Encore faut-il que ces élites n’aient pas été stérilisées par un statut de fonctionnaire, idéal pour garantir l’immobilisme. Le seul vivier possible d’hommes politiques dignes de ce nom est donc dans le secteur privé. Mais il a été si bien neutralisé par l’énarchie régnante qu’on ne voit naître en lui aucune vocation de gouvernant. Sans doute la dégringolade du pays n’a-t-elle pas encore été assez brutale ! Mais le doute n’est pas permis : elle va s’accentuer et devenir violente. Le moment est donc proche où chacun va devoir prendre ses responsabilités.

Nous avons la meilleure arme de changement dans les dispositions sociales européennes. Elles permettent de révolutionner les pratiques actuelles dans un esprit de liberté, et sans que cela provoque le moindre trouble sérieux dans la population. Il s’agit tout simplement de rendre les individus libres dans leurs choix de vie sans attenter à la stabilité des institutions ni à la saine gestion du pays. Il est stupéfiant  que les Français, peuple intelligent et prompt à saisir toute opportunité de liberté ne se soient pas emparés massivement de ces nouvelles possibilités. Sans doute la nouveauté leur fait-elle peur, habitués qu’ils sont à ce que rien ne change sous la Ve République.

Quoi qu’il en soit, ces dispositions, toutes transposées dans le droit national, vont s’appliquer très rapidement. Car le système qu’elles remplacent est moribond. Un régime social qui ne peut même plus assurer les urgences médicales et qui fait les poches des régimes de retraite pour boucler son budget ne peut plus que disparaître. Et pourquoi voudrait-on, au 21e siècle, que la collectivité supplante l’individu dans les choix qu’il peut parfaitement assumer seul ?
Pour dire les choses simplement, on peut s’assurer personnellement contre la maladie et placer de l’argent pour sa retraite. Que l’Etat s’occupe de garder nos frontières, puisqu’elles existent encore, et de nous préserver des voleurs et des agresseurs. Et qu’il le fasse bien, puisque c’est son rôle. Un tel programme serait vraiment novateur dans le grand corps malade qu’est devenu notre pays. Alors qu’attend-on pour le mettre en œuvre ?

En fait on attend que les gens se prennent par la main et remplissent leur devoir d’homme. Homo sapiens a été une aventure extraordinaire. Il ne serait pas fier de nous, qui savons envoyer des fusées sur la planète Mars mais pas nous occuper de nos propres affaires ! On sait que les civilisations sont mortelles. La nôtre est menacée. Seule la liberté rendue à ses membres peut la sauver. Aurons-nous l’intelligence de le comprendre ?

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (6 avis)
Loading...

Le mieux serait de donner la parole aux Français !

Le mieux serait de donner la parole aux Français !

Faire des économies est toujours très difficile. Ce couple très aisé s’y était résolu en raison d’une baisse de ses revenus, mais voyant que se séparer de son cuisinier ou d’une de ses trois voitures n’était pas pensable, il finit par décider de supprimer les croquettes du chat. Il en va de même pour la France. L’essence est chère dans notre pays, mais c’est surtout parce qu’elle est lestée de 60 % de taxes. A ceux qui demandent un allègement de celles-ci, le ministre de l’ « économie » (si, si, ça s’appelle comme ça) répond que « c’est une triple aberration » et l’explique avec toute la bonne conscience de l’énarque en majesté. Bien entendu, il a ses raisons. Mais ceux qui la sautent dès le début du mois aussi. Alors disons le franchement : il s’agit d’un problème de société.

Une société qui ne parvient plus à nourrir tous ses membres est à réformer d’urgence. Les bien nourris n’y voient aucune nécessité. Ils pensent que si des gens sont pauvres, c’est parce qu’ils n’ont pas envie de travailler. Les « amis des pauvres » (je viens d’inventer ce parti politique) disent qu’il suffit de prendre aux riches pour résoudre le problème. Alors le gouvernement crée une « haute autorité de l’enrichissement » à qui est confiée la mission de prendre « les dispositions adéquates ». Les premiers enrichis seront les fonctionnaires de la haute autorité qui y auront trouvé matière à haute rémunération en adéquation avec leur haute mission.

Et ainsi de suite, comme disait Tchékhov, illustrant l’éternel immobilisme de l’éternelle Russie. Allons, pas de désespoir, la France est éternelle aussi. Elle peut se passer de réformes. Mais peut-être pas d’une révolution. Nous verrons bien, comme on dit dans les hautes sphères, où l’on est persuadé qu’il ne se passera rien. Il est de fait que depuis des décennies, il ne se passe rien en France. Bon, il y a de temps à autre un peu d’agitation, mais tout le monde finit par rentrer à la maison et l’impôt dans les caisses de l’Etat.

C’est ici que je vous arrête, comme aimerait le faire Macron qui n’hésite pas à diligenter ses pandores vers les malheureux qui l’ont sifflé et qui n’écopent que de simples amendes pour le moment. Le régime ne tient que par ses 250 000 policiers et gendarmes. C’est une évidence. Mais chacun conviendra que c’est une situation très fragile. Non parce que les forces de l’ordre seraient dans le doute, mais parce qu’on voit bien qu’il ne faudrait pas grand-chose pour qu’elles soient débordées. Le rapport du nombre est accablant. A 250 000 on ne tient pas face à une nation de 67 millions d’habitants. Et si l’on tient pour l’instant, c’est parce que les manifestants ne sont pas bien méchants, à part les quelques centaines de black blocs qu’on laisse courir librement afin de donner au pays l’illusion que la République est défendue.

Savez-vous à quoi tient la situation ? A la mort d’un manifestant. Ce n’est pas moi qui le dis mais tous les « responsables » (on les appelle ainsi) gouvernementaux. Ils savent très bien, comme tous les Français d’ailleurs, que le matraquage et la mort du jeune Malik Oussekine ont eu raison de la majorité élue en 1986 alors qu’on n’en pouvait plus de Mitterrand. Tout bascula très vite. Les remplaçants furent remplacés et tout reprit comme avant. France éternelle !

Eternelle, mais fragile. Le compromis français repose sur une certaine aisance du peuple acquise par les larges distributions de la Sécurité sociale. Un rien peut faire basculer la situation. Tout simplement parce que la France n’a pas compris qu’elle ne pouvait pas être durablement dans l’Europe et en dehors. Dans l’Europe, elle doit respecter les règles de concurrence dans tous les domaines, y compris la Sécurité sociale. En dehors, elle perd tout l’acquis communautaire, auquel les Français ne veulent pas renoncer, même les plus hostiles à l’Europe. Or c’est la Sécurité sociale et ses prélèvements monstrueux qui massacrent l’économie nationale et créent la pauvreté. La raison voudrait qu’on la mette en concurrence, comme en dispose la loi. Mais voilà, on se dit que ça tiendra peut-être encore une minute, Monsieur le Bourreau.

En réalité, à défaut de politiciens dignes de ce nom, c’est la justice qui finira par régler le problème. Comme elle vient de le faire en rétablissant Fillon dans ses droits de justiciable. Les magistrats ont beau être acquis au pouvoir quel qu’il soit, il vient un moment où ils ne supportent plus leur indignité. Et comme après tout, quelque décision qu’ils prennent, ils seront toujours là le lendemain, alors ils statuent conformément à la loi.

Tout peut basculer dans un sens ou dans un autre en France. Espérons que notre pays aura de la chance. On ne peut guère en appeler à d’autres moyens. Comme l’immense majorité des Français, je n’en peux plus des énarques qui nous gouvernent. Et je n’en peux plus de ceux qui n’ont que la haine à la bouche et qui ne sont que des ratés. Si on met tout ce monde à part, il reste une écrasante majorité de compatriotes à qui on peut faire confiance. Le mieux serait de leur donner la parole !

Claude Reichman

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (6 avis)
Loading...

Un grand ménage se prépare !

Un grand ménage se prépare !

La vente à perte a été interdite parce qu’elle fausse la concurrence. Et voilà que le gouvernement la recommande sur les carburants, avant que les grandes surfaces ne lui opposent un refus cinglant. Quand un Etat en est réduit à de tels procédés, c’est qu’il est au bord de la faillite. En France, personne ne s’étonnera qu’après les folles dépenses du gouvernement, la sanction financière soit proche.

L’euro a été créé sous l’impulsion de la France parce que ses politiciens espéraient qu’il contraindrait l’Etat à s’aligner sur la gestion vertueuse de l’Allemagne. Il n’en a rien été. Simplement cette dernière a accepté que la banque centrale européenne garantisse les emprunts français. Ce qui nous a permis de continuer nos folies.

Quand on ne veut pas être raisonnable, rien ne peut vous y forcer, sauf le coup de gong annonçant la faillite. On en est désormais très proche. Faut-il s’en indigner ? Bien sûr. Une telle dérive de notre gouvernance n’a pu être acceptée par les Français qu’en raison de la désinformation dont ils sont victimes. On a célébré, il y a quelques semaines, les mérites de l’économiste Daniel Cohen, qui venait de décéder. Quand on regarde qui « notre économiste vedette » a soutenu, on ne trouve que des politiciens socialistes, dont des présidents de la République. Quelle lucidité ! Et quel exemple d’un magistère dévoyé. Comme un journaliste, un économiste a un rôle majeur dans la formation de l’opinion. S’il manque à ses obligations, le pays risque de s’enfoncer dans la crise à force de mauvaise gestion.

On touche ici du doigt la véritable cause du mal français. Si le communisme a pu s’imposer dans notre pays, c’est parce qu’il n’a pas été combattu par les élites. Même un penseur comme Raymond Aron, pourtant partisan des valeurs occidentales, ne cachait pas une certaine attirance pour la Russie soviétique. Et combien d ‘autres comme lui ? Aujourd’hui,  les médias sont pleins d’éditorialistes et de « philosophes » qui « pensent à gauche », c’est-à-dire qui ne pensent pas. En effet, comme Jean-François Revel l’avait observé, ces faux penseurs ne sont nullement gênés par la réalité des faits. L’important pour eux, c’est leur opinion, peu importe qu’elle soit en contradiction permanente avec ce que voit le peuple quotidiennement. Mais alors pourquoi les grands médias, qui appartiennent tous à des milliardaires propriétaires de grandes entreprises, abritent-ils leurs élucubrations ? C’est pour être tranquilles dans leur business. Ils donnent à leurs adversaires idéologiques un monopole de la parole qui fait croire à ceux-ci que les faits obéissent à leurs mots. Et pendant ce temps, l’argent rentre gentiment dans les caisses, tandis que la mauvaise gestion de l’Etat se donne libre cours et ruine le peuple. On ne peut mieux trahir son pays !

Un grand ménage se prépare. Il emportera dans ses balayures la plupart des « vedettes » politiques et médiatiques du moment. Mais ne rêvons pas : d’autres nullités se préparent à entrer en scène. Espérons seulement qu’ils ne seront pas seuls. Chacun doit donc se préparer, car le salut ne se délègue pas. Une fois que la tempête s’est déclenchée, rien ne peut l’arrêter. Il faut avoir pris le courant au bon moment, quand il peut vous porter. Et après, la bataille sera rude, mais les idées saines ont une chance de l’emporter si elles sont soutenues par des personnes convaincues et décidées. Voilà l’enjeu des jours qui viennent.

Il suffit parfois d’une désignation opportune pour changer le cours de l’histoire. Quand le président du tribunal de Paris, Jean-Michel Hayat, proche de la gauche, au lieu de désigner, dans l’affaire Fillon, le juge d’instruction de permanence, comme le veut l’habitude, porte son choix sur le juge Tournaire, habituel pourfendeur des hommes politiques de droite, il change le cours de l’histoire. La tradition voulait qu’une affaire judiciaire survenant lors d’une élection présidentielle, soit reportée après l’élection. Il n’en fut rien, Fillon fut battu et Macron élu alors qu’il n’avait aucune chance avant l’affaire Fillon. Ainsi va l’histoire. Mais dans une démocratie digne de ce nom, le président Hayat ne se serait pas comporté comme il l’a fait. Il s’est depuis confondu en excuses. Mais jouit à présent d’une paisible et confortable retraite. Ne cherchons donc pas de lointaines excuses à nos malheurs. Ils sont le fruit de comportements qui, à tous les niveaux, auraient dû être évités si l’opinion avait pu se manifester. Et l’on en revient aux médias et aux politiciens.

L’ambiance, en France, est pourrie. Pas un seul individu digne d’estime n’émerge. Et pourtant il y en a des millions. Ils sont le peuple. C’est à lui de prendre la parole. Parfois un sage s’exprime. Et cela suffit à calmer le jeu. Dans le tombeau où il aimait se réfugier pour méditer, Démocrite, dérangé par le chahut de jeunes gens, leur lança : « Cessez donc de faire les fous ! » Ils se calmèrent. Il suffirait d’un Démocrite.

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 4,43 sur 5 (7 avis)
Loading...

Contre l’afflux migratoire, il faut mettre fin à l’Etat providence !

Contre l’afflux migratoire, il faut mettre fin à l’Etat providence !

L’Europe a vraiment les deux pieds dans le même sabot. Des migrants africains débarquent par milliers à Lampedusa et l’on en est encore à réfléchir et même pas à se disputer sur les mesures à prendre. La paralysie des grandes organisations se manifeste à son plus haut – et pire – niveau.

L’Europe est victime d’un principe qui est à la base de sa création, la libre circulation. Excellent principe qui va à l’encontre d’une des principales tares des dictatures – et du servage moyenâgeux – l’interdiction de circuler. Homo sapiens a conquis la terre en vertu de la liberté de circuler, qu’il s’est appropriée naturellement. Puis, beaucoup plus tard, des Etats sont nés qui ont voulu fermer leur territoire. C’est là que les choses sont devenues difficiles. Car la propriété, autre principe fondateur de l’humanité, ne va pas sans protection de son bien, dont font évidemment partie les frontières.

De là sont nés d’innombrables conflits et des guerres meurtrières, dont on n’a jamais su vraiment prévenir la survenue. Après les deux guerres mondiales du XXe siècle, qui ont dévasté l’Europe et tué ses habitants par millions, des esprits réfléchis et novateurs ont créé un ensemble européen, réduit à six Etats au début mais destiné à s’étendre, appelé d’abord la Communauté européenne et devenu en 1992 l’Union européenne. Le but de cette création était la fin des conflits armés sur le continent. Il a été atteint, puisqu’il y a eu encore des guerres mais pas sur le territoire de l’Union. On oublie de s’extasier sur ce magnifique résultat, que l’humanité n’avait jusque là jamais obtenu.

Mais il avait fallu s’organiser. Pour coordonner les actions des Etats de l’Union, on a créé une Commission, qui n’a pas d’autre pouvoir que d’exécuter les décisions des Etats, mais qui au fil des années a réussi à prendre le véritable pouvoir face à vingt-sept Etats par nature divisés. Pour autant la Commission ne peut aller vraiment à l’encontre des Etats et du parlement européen. Tout est dans l’influence et l’exécution. Et souvent les Etats prennent en commun, à Bruxelles où siège la Commission, des décisions qu’ils désavouent, par faiblesse politique, dans leur capitale.

De là est né le mythe de Bruxelles, qu’on voue aux gémonies au moindre problème qui survient dans l’Union. La vérité est que certains Etats de l’Union sont incapables d’assumer la politique commune sur nombre de grands sujets. Et que de toute façon une politique commune a le plus grand mal à se fixer. Il n’y a alors pas d’autre solution que le pragmatisme, associé à la détermination. Vertus dont manquent cruellement les dirigeants français !

Tel est le cas du problème migratoire. L’Europe ne peut pas accueillir des migrants par millions. Le résultat ne peut en être que la déstabilisation de nos sociétés. Et au premier chef la nécessaire sécurité des pays. En France, l’insécurité est devenue telle que tous les journaux télévisés ne parlent que de faits si peu divers qu’ils sont tous les mêmes et mettent en scène des migrants s’attaquant à des femmes et à des personnes fragiles. Et le pays se divise entre tenants de la sécurité et hérauts de la générosité. Bien entendu, ces derniers ne mesurent pas les conséquences de leur prêche et soulèvent l’indignation des gens de bon sens. Le résultat est que la France est divisée et incapable de se déterminer sur des sujets essentiels qui mettent en jeu son avenir.

Il faut mettre un terme à l’arrivée massive de migrants. Mais les barrières ne suffiront pas. Le point majeur  est l’effet d’attraction exercé par l’Etat providence. Qui, au-delà du problème migratoire, déstabilise toute notre société. La solution est d’autant plus simple qu’elle est une création européenne : la libre circulation des services, parmi lesquels les services d’assurance sociale. Elle est acquise depuis 1986, date de la signature de l’Acte unique, le traité européen qui l’a instituée, suivi par les directives de 1992 qui en ont mis les principes en forme juridique. Depuis cette date, la Sécurité sociale n’a plus de monopole et chacun peut s’assurer librement auprès d’une société d’assurance, une mutuelle ou une institution de prévoyance pour tous les risques sociaux et au premier euro, c’est-à-dire sans se limiter à l’assurance complémentaire. Le pouvoir politique français ne s’est jamais résolu à mettre en œuvre franchement et nettement ces principes – qui sont des lois – et se trouve puissamment aidé par la justice qui en n’appliquant pas les lois se rend coupable d’une scandaleuse forfaiture.

La liberté de la protection sociale fera le tri entre les migrants : ceux qui veulent s’intégrer et ceux qui veulent profiter. Ces derniers chercheront meilleure fortune ailleurs qu’en France, et pourquoi pas dans leur propre pays ? Car là est la solution du déséquilibre démographique entre l’Afrique et l’Europe. Les jeunes Africains ont toute leur place dans les pays africains, qui devront se mettre à la démocratie et à l’honnêteté du pouvoir. Nous devons être exigeants à l’égard de ces pays. Notre fermeté sera le meilleur encouragement à leur réussite.

La France a fait échouer la politique sociale européenne. Elle doit aujourd’hui la faire réussir. Parce qu’il y a le feu au lac. Et que notre pays est menacé de disparition. Nous n’avons à faire preuve d’aucune indulgence envers les politiciens et les juges qui s’opposent à la liberté de la protection sociale. Notre sévérité est le gage du salut de la France.

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (5 avis)
Loading...