Attention à l’obsolescence programmée des voitures électriques

La fin programmée et imposée du moteur thermique est d’ores et déjà actée et le gouvernement incite, via un ensemble de subventions, à l’acquisition d’un véhicule électrique au motif que ce type de motorisation serait écologique.

Outre le fait que proposer des subventions étatiques pour faire vendre des véhicules dont peu de gens veulent n’aboutit finalement qu’à fausser le marché, et in fine à faire subventionner par nos impôts les économies des pays asiatiques (quasiment seuls producteurs de ces batteries), on sait que les voitures électriques sont bien loin d’être aussi vertes que certains le prétendent.

Une autre question qui n’est jamais évoquée, et qui pourtant, apparaît fondamentale pour celui qui veut acheter ce type de voiture est : combien de temps va durer ma voiture électrique ?

Et cette question n’est pas aussi innocente qu’elle en a l’air car elle touche à des aspects forcément ignorés du grand public !

Concernant les voitures à moteur thermique, on sait que l’on peut compter sur une durée de vie d’environ 20 à 40 ans en sachant qu’au-delà de 20 ans commence à se poser la question des pièces détachées ; surtout que désormais les modèles changent de plus en plus vite à la fois pour plaire aux consommateurs mais aussi et surtout pour satisfaire à l’empilement forcené de normes, principalement écologiques, qui sont en évolution de plus en plus rapide,.

On sait que le remplacement des pièces est essentiellement motivé par leur usure.

Concernant la voiture électrique, le problème se pose différemment car l’ensemble des pièces semble à peu près inusables (moteur électrique sans pièces d’usure, pas de boite de vitesses, pas d’embrayage).

Cela permet aux promoteurs de la voiture électrique d’avancer un cout d’entretien d’environ 25% inférieur à celui d’une voiture thermique … sauf que cette vision ne prend en aucun cas en considération la question de la batterie qui est l’élément essentiel de la voiture électrique puisque, sans batterie, il n’y a plus d’usage possible.

Et, quand on prend en considération le cout réel de la batterie, le cout d’entretien de la voiture électrique explose littéralement !

Car, ce qu’on ne vous dit pas, c’est que la batterie, spécifique à chaque voiture, va s’user et qu’elle devra être remplacée un jour ou l’autre et probablement à l’échéance de dix ans ! C’est même probablement la partie du véhicule qui lâchera la première !

Une batterie, pour faire simple, c’est de la chimie dont le but est de stocker de l’énergie qui sera restituée (sous forme de flux d’électrons) par le biais de la destruction lente mais inéluctable de ses composants suivant un processus que l’on appelle cycles !

Grosso modo, une batterie est conçue pour 500 à 1.000 cycles de charge/décharge étant entendu que plus la batterie vieillit moins elle peut stocker d’énergie et moins on pourra la recharger. Avec le temps, sa capacité de stockage diminue …ses composants internes vieillissent aussi … même sans usage et moins elle pourra restituer d’énergie !

L’autonomie du véhicule va donc diminuer progressivement … C’est un processus inéluctable !

Bien évidemment, tout dépendra aussi de l’usage qui en sera fait (ville ou autoroute car les batteries n’aiment pas les décharges trop fortes et trop rapides) et des recharges qui seront effectuées. Plus vous « tirerez » sur la batterie et plus elle s’usera vite !

Par ailleurs, les recharges rapides sont aussi susceptibles de fragiliser la batterie et de porter atteinte à sa durée de vie ; à tel point que certains constructeurs déconseillent ces recharges rapides.

Le problème qui se pose, une fois que l’on a fait ce constat, est : quelle sera la disponibilité en matière de batterie de rechange à l’échéance de dix ou quinze ans ; étant entendu qu’il ne faut apporter aucun crédit aux propos rassurants des constructeurs qui sont juste là pour vendre des voitures ?

En effet, l’évolution, sur une technologie aussi récente, est permanente alors que la batterie représente un cout qui peut être très important (de 10.000 à plus de 30.000 €) qu’on estime entre 30 à 50% du prix de la voiture.

Et ceci n’est pas du tout une vue de l’esprit puisque les batteries actuelles, à électrolyte liquide, vont être remplacées sous 5 ans par des batteries à ‘électrolyte solide, rendant les premières totalement obsolètes !

Les incidences sont relativement importantes :

-les batteries sont fabriquées par des fournisseurs indépendants, asiatiques pour la plupart. Ce ne sont pas des sous-traitants inféodés aux constructeurs qui sont désormais leurs clients. Il y a un changement de rapport de forces qui provoque une novation du processus industriel.

-ces batteries sont spécifiquement adaptées à chaque type de véhicule et rien ne dit que dans dix ans vous pourrez trouver la batterie correspondant à votre voiture. C’est même plutôt l’inverse qui est certain : la voiture ne sera plus fabriquée et fatalement vous ne trouverez pas non plus de batterie et ne comptez pas trouver de l’adaptable car le fabriquant ne va évidemment pas stocker des dizaines de milliers de batteries fort couteuses (et qui vont s’user même sans servir) juste pour assurer un remplacement en échange standard alors que l’on sait qu’en outre ces batteries sont difficilement recyclables !

-on peut donc s’attendre à une durée de vie et d’utilisation de la voiture électrique divisée, au minimum, par deux par rapport à une voiture thermique ; ce qui n’est pas rien surtout que la voiture électrique est déjà sensiblement plus chère qu’une voiture thermique !

La conséquence est inéluctable : c’est l’obsolescence programmée de votre voiture électrique en parfait état mais que vous devrez mettre à la casse faute de trouver la batterie de remplacement … parce qu’elle ne sera plus fabriquée du fait à la fois de l’évolution technologique et des changements de modèles !

Evidemment, vu sous cet angle, le prix de la voiture électrique, déjà sensiblement plus cher que la voiture thermique, explose littéralement !

La voiture électrique n’était compétitive que pour un usage urbain et à condition d’avoir accès à des prises de recharge bon marché,  mais il est désormais certain qu’à l’usage, et sur la durée, elle n’est absolument pas compétitive face à un véhicule thermique de même catégorie !

En outre, Caradisiac soulève le fait que la batterie, faisant intégralement partie du véhicule, tout changement de modèle de batterie, aussi hypothétique soit-il, obligerait à passer devant le service des mines pour ré homologation de la voiture puisque ses caractéristiques en seraient modifiées avec, on l’imagine, des délais d’instruction administrative, une immobilisation de la voiture plus ou moins longue, une nouvelle carte grise et fatalement un cout supplémentaire !

Renault avait mis en place un système de location de batteries qui permettait d’assurer un service aux utilisateurs de Zoé et surtout de masquer les éventuelles défaillances, forcément couteuses, de ces appareils. Mais il est en train d’en supprimer le service (notamment au Royaume Uni) du fait du cout relativement important que cela représente. Par ailleurs, seule la batterie était louée, l’acheteur restant propriétaire de la carcasse, jusqu’au moment où la batterie ne deviendra plus disponible …

La seule parade, à ce jour, est donc de conclure exclusivement des contrats de location de longue durée, type LLD, et de changer régulièrement de voiture électrique pour ne pas se retrouver le dindon de la farce technologique …mais évidemment un contrat de location est forcément plus couteux qu’un achat pur et simple puisque vous avez affaire à un intermédiaire supplémentaire (le loueur de voiture qui n’est jamais le constructeur).

Dans le monde plus vert qui s’annonce, et sans stabilisation de la technologie, c’en sera alors fini du temps où vous pouviez garder votre voiture 20 ou 30 ans. Vous devrez changer votre voiture plus souvent !

Fatalement, au-delà du problème de l’origine de l’électricité utilisée pour recharger ces véhicules, de leur prix considérable et de l’impact écologique de l’exploitation des mines de lithium, cet aspect des choses est un nouveau pavé dans le jardin de l’écologie idéologisée qui tend à faire croire que la voiture électrique est verte alors que finalement son développement entrainera inéluctablement un remplacement accéléré des voitures et par voie de conséquence un cout en matériaux polluants en forte progression … contrairement à tout ce qui a pu être affirmé jusqu’ici !

Je pense même qu’il ne faut pas avoir peur de parler du scandale de la voiture électrique écologique et économiquement verte !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

 

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

12 thoughts on “Attention à l’obsolescence programmée des voitures électriques

  1. ça commence comme ça . . . . Il a fallut 20 ans pour imposer aux fabricant de portables une norme de prise compatible (USB) et si dans les 5 ans qui viennent TOUTES les prises de recharge pour VE étaient les mêmes au moins dans toute l’Europe ? (même le RU?)
    Bruxelles doit s’occuper de ce problème plutôt que celui du sexe des anges.

  2. 500 à 1000 cycles de charge ? Vous devriez revisiter les caractéristiques…(parce que cela fait 3 ans de durée de vie…)…On s’oriente vers des batteries permettant le million de km…

    1. Je maintiens …
      Les données constructeurs ne sont que théoriques
      quant aux annonces de Tesla, compte tenu du fanfaron qui la dirige, on peut croire à n’importe quoi !
      Par ailleurs, je n’ai pas dit que la batterie était morte mais qu’elle perdait de ses capacités.
      Vous devriez lire cet article bien documenté
      https://www.clubic.com/transport-electrique/article-886273-1-sr-voiture-electrique-quelle-duree-vie-batteries.html
      Et le changement de technologie évoqué est inévitable.

      1. J’utilise des autolaveuses fonctionnant avec des batteries à l’acide. Même en les entrenant, elles s’usent assez rapidement. Comme les batteries des casques bluetooth ou des mobiles.

  3. Ce qui est rigolo, ma voiture ayant une conso de 6litre au 100 de diésel, devrait être interdite bientôt en ville , mon fils ayant une GTI qui consomme surement plus de 10 litre en ville, lui sera autorisé. Je fais 500kms par mois, soit env. 40€ de carburant, si j’achète une zoé, ce sera 70€de location, plus la recharge, qui elle n’est pas gratuite… et franchement he changerais pas ma Merco, contre cette Renault… lol

  4. “La fin programmée et imposée du moteur thermique est d’ores et déjà actée et le gouvernement incite, via un ensemble de subventions, à l’acquisition d’un véhicule électrique au motif que ce type de motorisation serait écologique.”

    Nos politicards vont se planter, c’est garanti.

    Il y a 20 ans déjà, un certain Chirac individu peu crédible et alors président avait décrété la fin des locomotives diesel pour 2020 au profit du tout électrique. Nous y sommes et il y en a toujours à la SNCF. Il ne fallait pas être grand clerc pour comprendre à l’époque que c’était impossible pour des raisons économiques et techniques.

    Economiques, parce que la SNCF n’avait pas et n’a toujours pas les moyens d’électrifier tout son réseau.

    Technique,s parce qu’il n’est pas faisable d’installer des caténaires partout. Dans les gares de triage ce serait très difficile tellement elles seraient nombreuses ; dans les ports maritimes et fluviaux cela conduirait inévitablement à l’accident électrique avec les câbles des grues ; quant aux embranchement privés reliés au réseau SNCF, je demande à voir une caténaire sous un silo à grain ou dans une aciérie.

    La Renault Zoe c’est une masse de 1800 kg pour un volume, une puissance et un confort digne d’un pot à yaourt. En comparaison une belle Jaguar 12 cylindres en V des années 70 c’est aussi 1800 kg.

    Outre le problème de la production d’électricité pour remplir les batteries et il en faudra des éoliennes à défaut de centrales NUK, le thermique a l’avantage sur l’électrique pour une raison fort simple, cela tient à l’énergie emmagasinable qui est de l’ordre de 200 à 400 watts par kg pour une batterie et 14.000 watts par kg pour un hydrocarbure tel que l’essence (certes il faut tenir compte d’un rendement de 80 % pour un moteur électrique et de 35 % pour un moteur thermique mais cela ne change rien au problème).

    Nos politicards nuls en maths avec leur grosse formation littéraire d’énarque, experts en note de synthèse, sont visiblement incapables de le comprendre, à moins que pas aussi bêtes qu’ils en ont l’air, ils souhaitent tout simplement une société où les déplacements géographiques humains seraient limités, contraints, soumis à autorisation voire interdits.

    Voyez avec le coronamachinchose, vous ne pouvez plus prendre un avion, passer une frontière est compliqué et il vous faut même une attestation pour que Mirza puisse arroser les réverbères et le travail, les études doivent se faire à distance devant un écran.

    1. La SNCF, en faillite avérée, va investir, pour les TER, dans des trains à batterie pour supprimer les motrices diesel ….
      Je sens un grand moment de gestion éco-responsable !
      Le vert n’a plus de prix !

    2. erratum : il s’agit de watts.heure bien entendu :

      “cela tient à l’énergie emmagasinable qui est de l’ordre de 200 à 400 watts-heure par kg pour une batterie et 14.000 watts-heure par kg”

  5. On aura pour les batteries de voitures le même problème de compatibilité des modèles, qu’avec les batteries d’ordinateurs, ou de téléphone portables. Quand on voit le nombre de références de ces équipements chez le même fabricant, souvent incompatibles ou interchangeables avec les mêmes équipement d’autre fabricants, on arrive à un nombre astronomique de modèles dont la disponibilité dans le temps deviendra de plus en plus problématique. On jette déjà nos portables et ordinateurs, on devra aussi jeter nos voitures agées de 10 ans voire moins?

  6. Et pourtant le parlement européen pourrait facilement (comme pour les chargeurs de portables) voter une loi obligeant les constructeurs de batteries (chinois) a être interchangeables entre elles (5 ou 6 modèles au maximum) sous les 3 ans à venir moyennant lourdes amendes par véhicule équipé.
    Le tout c’est que Bruxelles ou Strasbourg se saisissent de ce problème . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *