Archives par mot-clé : confinement

Éthique contre spoliation légale

Éthique contre spoliation légale

« Tous les intérêts légitimes sont harmoniques. Tous ceux qui adopteront ce point de départ : les intérêts sont harmoniques, seront aussi d’accord sur la solution pratique du problème social : s’abstenir de les contrarier et de déplacer les intérêts. Il ne faut pas étendre artificiellement la solidarité de manière à détruire la responsabilité ; en d’autres termes, il faut respecter la liberté. » Frédéric Bastiat, À la jeunesse française (1850)

Leur légitimité réside dans les échanges libres, qui sont harmoniques à la condition qu’ils respectent les Droits naturels individuels universels. Les Droits naturels sont : « Existence, Facultés, Assimilation — en d’autres termes, Personnalité, Liberté, Propriété, — voilà l’homme. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850)

Les Droits naturels sont inaliénables et leur respect doit être absolu, aussi bien par les États que par les individus. Ce sont des principes et leur respect est aussi un principe.

Dans la « vraie vie » il arrive que des individus, ou des États, portent atteinte aux Droits naturels. Porter atteinte à un seul les détruit tous. Quand un État détruit les Droits naturels il pratique la « spoliation légale », la loi est pervertie. Elleorganise et défend la « spoliation légale » au lieu de la combattre.

Perversion de la loi et violence légale

Une société qui respecte les Droits naturels est une société harmonieuse.

La France est loin de l’être. Nous vivons depuis plusieurs décennies dans un système de « spoliation légale » particulièrement développé et plébiscité par ses victimes, persuadées que l’État les protège et que la France a élaboré un « modèle social ». Ce que l’on nomme social c’est quand « la Loi prend aux uns ce qui leur appartient pour donner aux autres ce qui ne leur appartient pas », quand « la Loi accomplit, au profit d’un citoyen et au détriment des autres, un acte que ce citoyen ne pourrait accomplir lui-même sans crime ». Frédéric Bastiat, La Loi (1850).

Les gouvernements successifs ont toujours su trouver des prétextes pour étendre la « spoliation légale. » Leur point commun est de vouloir faire le bonheur des gens malgré eux, si nécessaire contre eux. Aujourd’hui les deux plus puissants alibis sont :

– la lutte contre le dit « réchauffement climatique » pour sauver la planète,

– la lutte contre la dite « COVID-19 » pour sauver le monde.

La France s’est encore éloignée de l’harmonie sociale avec la gestion politique de la COVID. À cause de celle-ci la société se disloque. Le peu de concorde sociale qu’il y avait avant les mesures de coercition a fait place à la haine et au conflit. Graal de la coercition sociale, le confinement, quelque forme qu’il prenne, n’a aucun sens médical. Il est inefficace mais surtout il est injuste et immoral. Il n’aurait jamais dû être envisagé et encore moins mis en place. Pourtant récemment encore « le porte-parole du gouvernement a précisé qu’il “ne faut jamais rien exclure par principe”. » C’est faux. Le confinement comme le pass sanitaire doivent être exclus par principe. La décision est purement politique. Il ne tient qu’au gouvernement de ne pas le décréter. Il n’a besoin d’aucune condition, ni d’aucune mesure « pour l’éviter ».

Dès qu’un homme tout puissant, ou un groupe tout puissant, agit légalement pour soumettre à ses croyances, à ses règles, à ses lois, l’ensemble des populations, il y a perversion de la Loi. « État d’urgence sanitaire » ou « loi de vigilance sanitaire » c’est blanc bonnet et blanc bonnet. C’est toujours un homme seul qui décide dans le secret d’un conseil de défense. Cette perversion aboutit inéluctablement au totalitarisme.

 

La loi juste défend les Droits naturels

Quand un individu viole les Droits naturels d’autrui, et que la loi n’est pas pervertie, il est sanctionné. Cela peut-être par une privation de liberté jusqu’à l’emprisonnement, l’expulsion, le bannissement, ou par une confiscation de biens. C’est la seule fois où une atteinte légale aux Droits naturels peut être juste. Hormis ce cas toute usage de la coercition contre la Liberté, la Propriété ou la Personnalité est une injustice, donc est inacceptable.

« Qu’est-ce donc que la Loi? Ainsi que je l’ai dit ailleurs, c’est l’organisation collective du Droit individuel de légitime défense. Chacun de nous tient certainement de la nature, de Dieu, le droit de défendre sa Personne, sa Liberté, sa Propriété, puisque ce sont les trois éléments constitutifs ou conservateurs de la Vie. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850) Il s’en suit que l’État n’a le monopole que de la violence légale. L’usage légitime de la force appartient à chacun. « Le droit de celui dont on attaque la liberté, ou, ce qui revient au même, la propriété, les facultés, le travail, est de les défendre même par la force; et c’est ce que font tous les hommes, partout et toujours quand ils le peuvent » Frédéric Bastiat, Services privés, service public (1850)

La seule légitimité de la violence légale est la défense des Droits naturels. « Pour moi, je pense que lorsque le pouvoir a garanti à chacun le libre exercice et le produit de ses facultés, réprimé l’abus qu’on en peut faire, maintenu l’ordre, assuré l’indépendance nationale et exécuté certains travaux d’utilité publique au-dessus des forces individuelles, il a rempli à peu près toute sa tâche. » Frédéric Bastiat, Profession de foi électorale de 1848.

Le libéralisme est avant tout une éthique de vie qui s’interdit de porter atteinte aux Droits naturels d’autrui. C’est cet élément qui distingue le libéralisme. Il ne saurait s’accommoder d’une plus ou moins grande destruction légale des Droits naturels, ce que font les partis politiques aujourd’hui en France. Certains vont jusqu’à la revendiquer et s’en réclamer.

« La morale libérale est une morale altruiste : elle enseigne le respect de la liberté de l’autre. Vouloir qu’un individu soit libre, c’est s’interdire d’obtenir quoi que ce soit de lui par la tromperie, le vol ou la coercition. S’il veut rallier quelqu’un à ses idées, le libéral n’utilise pas d’autres moyens que l’exemple ou la discussion. S’il veut obtenir d’un autre un bien ou une prestation quelconque, il ne procède que par un échange librement consenti. » écrivait dans Logique du libéralisme, Jacques de Guenin, fondateur du Cercle Frédéric Bastiat.

On peut ajouter : « Absence de Spoliation, — c’est le principe de justice, de paix, d’ordre, de stabilité, de conciliation, de bon sens que je proclamerai de toute la force, hélas! bien insuffisante, de mes poumons, jusqu’à mon dernier souffle. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850)

Patrick de Casanove

Président du Cercle Frédéric Bastiat

Article paru dans Contrepoints sous le titre ” L’État contre les droits naturels, c’est le vol “

Tous les articles sur le site du Cercle Frédéric Bastiat

Comment la santé mentale disparait avec les restrictions (2)

Comment la santé mentale disparait avec les restrictions (2)

L’Homme est une créature sociale

Arraché à ses liens sociaux, à son écosystème social, il dépérit. La vie sociale comprend, l’école jusqu’à l’université, le travail, le tourisme, les associations, les clubs, les amis, la famille etc. Bref tous les échanges libres.

C’est une erreur de croire que la vie en société n’entraîne que des sacrifices. La vie, dans une société libre, est source non seulement d’amélioration des conditions de vie, matérielle et de sécurité, mais aussi d’épanouissement personnel.

La contrainte sociale entraîne la destruction des liens sociaux, et de la société elle même. Ce qui facilite la création d’un Homme nouveau dans une société nouvelle.

Pour éviter l’anxiété et la déprime pendant le confinement « L’important est de maintenir à tout prix le lien social » précise Chantal Henry, Certes mais l’objet du confinement est de détruire le lien social. Les premiers mots utilisés lors de la mise en place des mesures de coercition ont été « distanciation sociale » ce qui trahissait son objectif de dislocation de la société.

La Personnalité est niée, la Personne est réifiée.

L’État a privé les personnes de la liberté de choisir leur vie. L’Autorité centrale s’est bien gardée de respecter leur libre arbitre. C’est elle qui a supprimé le libre choix et a décidé à la place des gens, ce qui était « bien » ou est essentiel pour eux. Quand une activité est décrétée non essentielle, c’est la personne à la source de cette activité qui est considérée comme non essentielle. C’est la renvoyer au néant. Sa vie est décrétée inutile. Ce qui est un profond traumatisme et un manque de respect total envers un être humain.

Une des affirmations mise souvent en avant est que les jeunes ont été sacrifiés pour les vieux. Pour ce faire l’État a soigneusement évité de demander l’avis des individus. Si on interroge par exemple les personnes âgées en EHPAD, elle n’approuvent pas ce qu’elles ont subi, ni ce que l’Autorité centrale a fait subir à leurs proches au prétexte de les protéger. Elles revendiquent qu’à leur âge on leur « foute la paix ».

Tout le monde a été sacrifié à tout le monde. C’est la traduction de ce que Bastiat écrit : « L’Étatc’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » L’État (1848) Dans ce domaine précis, une épidémie, c’est la grande fiction qui fait souffrir tout le monde aux dépens de tout le monde. Dit différemment, c’est la grande fiction qui vole la vie/le projet de vie, de tout le monde et nuit à tout le monde. L’État a volé des vies au sens physiques, au sens intellectuel et psychologique. Les projets de vie ont été réduits à néant sans que personne n’en tire un bénéfice sanitaire quelconque.

Les gens réagissent selon la conscience qu’ils ont du préjudice et de ses conséquences sur leur vie. Pour beaucoup l’adaptation se fait sans trop de dégâts. Pour d’autres l’adaptation se fait, bien malgré eux, sur un mode pathologique, dépressif par exemple. Pour eux les conséquences psychiatrique et psychologiques sont désastreuses.

De plus, si celles qui souffrent sont minoritaires, elles sont considérées comme des dégâts collatéraux « acceptables » parce que présentés comme très inférieurs aux dommages, réels ou supposés, de l’infection dans l’ensemble de la population. Leurs souffrances sont négligées pour ne prendre en compte que les maux directement attribués à la COVID. Comme si certaines souffrances « valaient » plus que d’autres. Tout le monde perd.

La Personnalité est niée et réifiée. Les gens ne sont pas considérés comme des Personnes intelligentes, dignes et uniques, mais comme des pièces interchangeables de la mécanique sociale à la disposition de l’Autorité centrale. Dès lors l’idée qu’elles puissent souffrir psychiquement est totalement étrangère au raisonnement étatique.

Cela explique que la réaction du gouvernement ne soit pas à la hauteur.

Des rustines

Macron rend hommage et Veran s’alarme. C’est le service minimum. Il n’y a pas d’empathie, ni de compassion.

Le gouvernement pose des rustines, par exemple un remboursement des consultations avec un psychologue. « Ces derniers mois, avec l’isolement dû à l’épidémie de Covid-19, les angoisses et les violences intrafamiliales ont été exacerbées. Aujourd’hui, c’est 1 Français sur 5 qui est sujet à un trouble psychique, soit 13 millions de personnes. Particulièrement touchés par les effets de la crise sanitaire, 15% des jeunes en France connaissent un épisode dépressif caractérisé entre 16 et 25 ans. »

Sauf que ce n’est pas « la crise sanitaire » ni l’isolement « dû à l’épidémie de Covid » qui sont la cause de la tragédie, mais la politique de coercition sociale gouvernementale. Tant que personne n’acceptera de regarder cette vérité en face les problèmes continueront.

La politique responsable de ces tragédies est maintenue. Il aurait été plus sain de supprimer la cause du trouble que de traiter matériellement ses conséquences en laissant persister sa cause.

De la peur à la sidération psychique.

Les mesures de coercition sociales, irrationnelles ou absurdes, bourrées de dérogations, ont désorienté les gens, majoré leur incompréhension, leur sentiment d’injustice, leur angoisse. C’est voulu.

Si les mesures étaient sensées, cohérentes, rationnelles il n’y aurait pas besoin de contrainte. L’absence de tout bon sens et la violence coercitive du gouvernement n’ont d’autre but que de soumettre les populations, de les briser en les faisant obéir à des injonctions contradictoires et aberrantes.

En imposant l’insensé l’Autorité centrale teste son pouvoir, mais aussi le degré de soumission, et de résistance à l’oppression des populations. Elle leur enlève tout esprit critique et toute idée de rébellion. Tous les recours en justice ont, à ce jour, échoués. Un certain épuisement psychologique se fait sentir.

C’est pourquoi toutes les mesures totalitaires prises, et aggravées lentement, n’ont entraîné que peu de réactions de défense. De plus une grande partie de la population, apeurée, s’est vue rassurée par les mesures de coercitions prises et y adhèrent. Autrement dit peu de grenouilles se rendent compte que l’eau finira par bouillir et les cuire. Pire, beaucoup la trouvent bonne et réclament que l’État la chauffe davantage.

Aveuglement

La gestion du pays par les politiciens ne prend en compte qu’un seul élément. Aveugles, ils restent obnubilés par le coronavirus. Ils ne se remettent jamais en cause. Si l’épidémie disparaît c’est grâce à leurs mesures, si elle s’aggrave c’est parce que leurs mesures n’ont pas été suivies, ni assez sévères ou assez longues.

Le « modèle social français », système de santé, système politico-administratif et économique, est en décrépitude. Pendant la crise beaucoup de Français ont pallié aux défaillances de l’État. Par exemple, si le système de santé ne s’est pas complètement écroulé, c’est grâce à ceux qui ont porté à bout de bras les services de soins, rongés par la pénurie depuis des années.

Ces Français avaient l’espoir que les malheurs allaient se terminer un jour ou l’autre. Beaucoup aujourd’hui n’en voient plus le bout et ont l’impression d’être broyés par le monstre froid qu’est l’État. État qui persiste dans l’utilisation de la peur et de la coercition.

Les dégâts psychologiques sont énormes. Si les individus craquent tout craque.

Pendant ce temps le monde continue de tourner, les problèmes s’accumulent, la France s’enfonce. Le régalien part à vau-l’eau.

Un effondrement matériel se corrige plus facilement qu’un effondrement du moral.

Nul ne sait aujourd’hui comment cela finira.

Patrick de Casanove

Lire la première partie.

Article paru dans Contrepoints

Article paru dans Cercle Frédéric Bastiat

Tous les articles sur le site du Cercle Frédéric Bastiat

Comment la santé mentale disparait avec les restrictions (1)

Comment la santé mentale disparait avec les restrictions (1)

 

Si l’épidémie causée par le variant indien est en nette régression nous ne sommes pas pour autant sortis des mesures de contraintes sociales.

Venir à bout d’une épidémie est une affaire médicale. Imposer et lever des mesures de coercitions sociales est une affaire politique. L’une et l’autre n’ont aucun lien sauf la première de fournir un alibi à la seconde.

Grâce à cet alibi le gouvernement a confisqué la gestion des COVID. Dans sa prise en charge il a choisi la politique au détriment de la médecine de soin et de terrain. Sa gestion du pays tourne autour d’un paramètre, le nombre de cas, réels ou supposés, de l’infection par le SARS-coV2. Sa gestion des COVID a comme fil rouge la surcharge des services hospitaliers et de réanimation à laquelle il s’est bien gardé de remédier.

 

Les résultats ont été désastreux sur le plan sanitaire, sur le plan économique et social

Le gouvernement par la peur

Le gouvernement devait, à toute force, convaincre les Français que l’épidémie était très grave et mettait chacun en danger. D’où un discours systématiquement catastrophiste, des modélisations systématiquement alarmantes, une propagande pro doxa éhontée, une censure étendue et une intolérance totale à tout avis contraire. La gravité de la maladie était jugée à l’aune des mesures gouvernementale, selon la logique de « l’hiver qui sera froid parce que l’homme blanc coupe du bois ».

La première épidémie passée il fallait que la peur persiste. C’est une réussite puisque elle est prégnante dans notre pays. Dans les médias il y a toujours un professionnel pour inciter à la prudence dans la levée des mesures de contrainte. Bien des personnes préfèrent continuer à appliquer des restrictions, même quand elles ne sont plus obligatoires.

Il faut dire que l’angoisse est savamment entretenue. Si l’épidémie disparaît c’est qu’elle va revenir « Il y a un risque non négligeable de reprise épidémique »  Le « Premier ministre défend la troisième dose dans le cadre de la vaccination pour lutter contre le Covid-19 et plus particulièrement contre la cinquième vague qui se profile cet hiver (…) Sans l’arrivée d’un nouveau variant, que rien n’indique pour l’instant, une cinquième vague semble néanmoins inévitable cet hiver, que le gouvernement attend entre novembre et janvier. » Il faut noter que ce terme «  cinquième vague » n’est pas anodin et participe à la diffusion de la peur.

En résumé : « Vous n’en sortirez jamais, tremblez bonnes gens, tout le monde peut mourir du SARS-coV2. Heureusement Big Brother veille sur vous ». Suite à quoi bien des Français sont convaincus que l’État agit pour leur bien. Ce « bien » se limitant à ne pas « attraper » le SARS-coV2. L’État a réussi à faire croire que la santé se limitait à ce concept étriqué. Ce qui est en total désaccord avec le définition de la santé par l’OMS et par le Serment d’Hippocrate

Grâce à ses raisonnements, l’État veut persister dans la coercition et imposer le pass sanitaire jusqu’à fin juillet 2022, et plus si affinité… crédit social suivra.

Au bout du compte tous les Français auront perdu la liberté et, beaucoup, la liberté et la santé.

Le désastre humain.

Il se situe au confluent de la peur, des dégâts sanitaires, économiques et sociaux.

Le gouvernement, matérialiste, se présente comme plein de prévenance vis à vis des populations qu’il martyrise. Il assure que le côté matériel des pertes engendrées par ses décisions sera, moyennant certaines conditions « vertes », pris en charge avec l’argent des autres et la planche à billet. C’est le fumeux « quoi qu’il en coûte »… c’est pas avec mon « pognon ».

Le côté délétère, sur le plan psychique, de la coercition est négligé. Or les conséquences psychologiques sont majeures : dépressions, suicides, anxiété, violences familiales, troubles de l’humeur, défiance envers Autrui… L’angoisse diffuse dans la population, certains paniquent.

Dès le début des voix se sont faites entendre pour attirer l’attention sur le délabrement mental qu’entraînent obligatoirement les mesures de coercition sociale, l’incertitude sur l’avenir et l’isolement. « Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les psychiatres français constatent une augmentation du nombre de consultations et craignent d’arriver à saturation. » « On voit plusieurs tentatives de suicides par jour »: les professionnels de santé mentale alertent sur l’impact du confinement chez les jeunes » Source Des articles très complets sont publiés et régulièrement mis à jour.

Cette détérioration de l’état psychologique touche toutes les catégories de population.

Les enfants, « Au moins un enfant ou un jeune sur sept a été soumis à des mesures de confinement pendant la majeure partie de l’année écoulée, au détriment de sa santé mentale et de son bien-être » 

Les adolescents, les adultes jeunes « À Rennes, le suicide d’Alexia met en lumière le mal-être des étudiants confinés Génération coronavirus » « En confinement, un étudiant se suicide sur le campus de son école En plein confinement, un étudiant indien hébergé sur le campus de l’école HEC près de Paris s’est donné la mort. »

Les adultes « En larmes, un commerçant appelle au secours: « Je n’ai même plus de quoi manger, il ne me reste plus qu’à prendre une corde pour me suicider » » 

Les personnes âgées qui se laissent mourir prisonnières d’une solitude mortifère.

Ces exemples ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Rongés par le désespoir des victimes en appellent à l’auteur de leurs tourments. « Je n’ai plus d’aide comme je ne suis plus dans les cases. Monsieur Macron, aidez-nous ! Aujourd’hui, je suis ouvert. Si je ferme, je suis mort. Je ne peux plus manger. Aidez-nous, je vous en supplie (…) Laissez-nous ouvrir ! J’ai confiance en la France, j’ai confiance en Emmanuel Macron. Aidez-nous ! »

Demander à quelqu’un qui a créé une situation mortifère de nous en sortir est incohérent et ne donne jamais de résultat. Cela témoigne d’une grande souffrance et d’une perte des repères.

Lire la suite

Article paru dans Contrepoints 

Article paru dans Cercle Frédéric Bastiat