La faillite, nous voilà !

La faillite, nous voilà !

La chute de la France ! Telle est désormais la certitude, maintenant que nous savons qui va s’affronter au 2e tour de l’élection présidentielle. Que Macron gagne, ou que ce soit Le Pen, aucun des problèmes graves qui se posent à notre pays n’a la moindre chance d’être résolu. Au demeurant, il en eût été de même avec n’importe lequel des autres candidats. Aucun d’entre eux n’avait la moindre idée de ce qu’il faut faire pour sauver la France du désastre économique et financier et de la guerre civile qui se profile.

Comment un pays inclus dans le monde moderne comme la France en est-il arrivé là ? C’est le résultat d’une dérive de trois quarts de siècle. Depuis 1945, notre pays n’a cessé de donner des gages au collectivisme, sans que jamais une réaction ne vienne interrompre cette maléfique spirale. Le parti gaulliste, qui vient de rendre l’âme, en est le principal responsable, puisque c’est lui qui a gouverné le plus longtemps depuis la création de la Ve République. Ce n’est pas tant par conviction de gauche que ces politiciens ont péché que par manque de conviction libérale. J’ai des souvenirs très précis à cet égard.

Mon ami René de Laportalière, très conscient de cet état de fait, avait créé un mouvement appelé « Printemps 86 », destiné à fournir un programme électoral libéral à la droite pour les élections législatives de 1986. J’avais très activement participé à ces travaux, comme plusieurs autres libéraux, et nous étions parvenus à des propositions de bonne facture, dont l’adoption par la représentation nationale aurait replacé notre pays dans le concert des nations modernes et dans le progrès mondial.

Las ! Le RPR adopta ces propositions et, ayant gagne les élections législatives sur cette base, à la première difficulté les abandonna. C’en était fini de toute réforme …tant qu’une autre formation politique n’aurait pas remplacé le RPR et ses alliés centristes. A ce jour, on reste encore dans l’attente d’un tel surgissement. Et le pays ne cesse de s’enfoncer.

L’élection présidentielle de 2002 aurait pu être l’occasion de ce renouvellement. Malheureusement nous avons eu beau guetter l’horizon, nous n’avons vu surgir aucun candidat de renouveau véritable. Et nous voilà avec Macron et Le Pen ! On a vite fait le tour de leur programme. C’est l’étatisme à outrance, alors que la France souffre précisément d’un excès d’Etat et de dépenses collectives. Au point d’avoir atteint le tragique pourcentage de 62 % de dépenses publiques après la débauche de subventions dues au covid. Rappelons une fois encore que le général de Gaulle professait que ces dépenses ne devaient pas dépasser 30 % !

La folle ronde des prodigalités publiques va continuer de plus belle. Elle ne s’interrompra que par la faillite de l’Etat. Chacun le sait, la faillite de l’Etat ne se solde pas par sa mise en vente, mais par la cessation de ses paiements, dont les citoyens sont évidemment les principales victimes puisqu’ils vivent de ses subventions. Le véritable programme des candidats sélectionnés pour le 2e tour devrait donc être « La faillite, nous voilà », comme le regretté Francis Blanche l’avait imaginé.

Il n’y a aucune chance d’échapper à ce sinistre destin avec les deux finalistes de l’élection présidentielle. Nous devons donc nous mettre en quête d’un successeur. Mais la « chasse à l’homme » ne sera pas la solution. Il faut plutôt faire la chasse aux bonnes idées et s’efforcer d’en convaincre l’opinion. Pour ce qui est des idées, cela ne sera pas trop difficile. Ramener les dépenses publiques au tiers du Pib passe par l’abrogation du monopole de la Sécurité sociale et la mise en concurrence de celle-ci. Ainsi que par la suppression de la myriade d’échelons administratifs, qui pourra se faire par ce qu’on appelait « le comité de la hache » sous les précédentes Républiques.

Il n’y a rien d’herculéen dans ces travaux. Il n’y faut que de la détermination. Et plus que tout, de la conviction. L’exemple de Margaret Thatcher, qui avait appris l’économie dans l’épicerie de ses parents, prouve que la vie réelle est la meilleure université. Il faut se persuader, comme elle, que « l’objectif inavoué du socialisme municipal ou national est d’accroître la dépendance ». Et par conséquent repousser d’une main ferme les « avantages » que vous font miroiter les politiciens de l’Etat. Ils tourneront toujours à votre mise sous tutelle, puis à votre esclavage.

Heureusement pour la France, ses habitants ont la liberté chevillée au corps. Elle s’est un peu assoupie au fil des années, mais il ne faudra pas grand-chose pour la réveiller. Et peut-être  que des gens déterminés montrent l’exemple dans tous les domaines de la vie de notre pays. La contagion fera le reste.

Claude Reichman

 

 

 

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (5 avis)
Loading...

1 réflexion sur « La faillite, nous voilà ! »

  1. Seul JMLP avait proposé en 1988 le salaire complet pour mettre la France en conformité avec l’acte unique européen.

    On voit le résultat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.