Le capital, ou l’inutile vérité.

Vous l’avez déjà lu sur ce blog, et vous le relirez sans doute, nous respectons profondément le capital et plus globalement la capitalisation.

Sur le net on peut lire : “Le processus de capitalisation consiste à identifier, analyser, expliciter et modéliser le savoir acquis lors d’une expérience de projet ou de programme pour que d’autres puissent se l’approprier, l’utiliser et l’adapter, ou ne reproduisent pas les mêmes erreurs.”

Sans la capitalisation, qui consiste pour simplifier à accumuler et à transmettre, l’humanité n’aurait progressé en rien. Nous lui devons tout, que ce soit dans le cadre des sciences, de la médecine, de la philosophie, de la culture, etc… et évidemment de l’économie.

Mais, face au déferlement de haine qui entoure le capital économique, nous ne sommes pas audibles. Face au pillage de ce capital par Bercy, nous sommes aussi inaudibles, puisque, parait-il, il s’agit de le “répartir”, motif suffisant pour le détruire semble penser la majorité.

Nous, nous pensons, nous l’avons aussi dit et redit, que le capital, dès sa création, appartient à tous, n’est pas la propriété exclusive de celui qui l’a créé, même si celui-ci continue à le gérer en nom propre.

La guerre en Ukraine, dont nul n’évoquera suffisamment la stupidité, nous donne une leçon fantastique de capital.

D’abord, et nous l’avons déjà souligné, déposséder un homme ou une population de son capital est aussi terrible que des bombardements, est une arme de destruction massive, c’est l’arme employée par l’Occident.

Mais bien plus, et tout le monde le constate, lorsque l’Occident a décidé de mettre la Russie à genoux en la privant de son capital pour détruire son économie, elle a saisi les fonds d’Etat, mais aussi ceux des privés les plus riches. Preuve absolue que le capital d’un pays est bien la somme des capitaux publics et privés.

Dans ces conditions que penser de ceux qui par intérêts purement électifs sabordent le capital de la France en volant les possesseurs de capitaux, en redistribuant ce capital a des foules dispendieuses, qui ont été encore plus loin que la dépense, qui ont massivement adhérées à l’emprunt négation du capital.

La France n’a eu besoin de personne pour se ruiner. Elle avait en son sein les prédateurs, les pillards, nécessaires.

Aujourd’hui il faut être aveugle pour ne pas voir que la France et l’Occident vont échouer dans leur entreprise de ruine de l’économie russe, puisqu’eux-mêmes sont en beaucoup plus mauvais état que la Russie, même après les sanctions sur son capital. Cette dernière aura peut-être un petit flou de trésorerie, mais éphémère. Lorsque ce trou sera résorbé, la fureur du vol de son capital va lui donner le moteur nécessaire pour venir réclamer des comptes.

La troisième guerre mondiale est effective, elle arrivera chez nous au cours de cette année ou de la prochaine au plus tard.

J’ai beaucoup de peine pour les jeunes qui vont y perdre la vie.

Si encore il s’en suivait une bonne leçon sur la réalité du capital, sur l’évidence de sa nécessité, sur l’impératif de sa protection et du respect dû à ceux qui savent le créer et le faire fructifier. Hélas, aucune chance que cela se produise.

Notre destin est celui du sous-développement des pays décapitalisés. Ce billet est ce que l’on nomme : un prêche dans le désert.

Bien à vous. H. Dumas

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (7 avis)
Loading...

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

2 réflexions sur « Le capital, ou l’inutile vérité. »

  1. Le sabordage financier individuel (ou autopillage), que vous avez évoqué il y a peu sous l’expression « faire une grande teuf » devient signe de sagesse, ce qui en dit long sur le point de tiers-mondisation volontaire auquel nous sommes parvenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.