Un mensonge sensationnel

J’ai reçu plusieurs vidéos, dont celle-ci, qui prétend faire des révélations fracassantes sur les sociétés américaines Black Rock et Vanguard.

En France, nous adorons les annonces spectaculaires surtout lorsqu’elles sont faites pour dénoncer des scandales ou des faits perçus ou présentés comme tels et il faut bien dire que l’argent (des autres) est un sujet de scandale bien français !

Le problème est que, bien souvent, les révélations sensationnelles qui sont faites sont approximatives quand elles ne sont pas carrément mensongères.

Mais ces vidéos circulent sur les réseaux sociaux et répandent le virus d’une vision manichéiste et erronée du monde … surtout dans une société française où la population a un fort sentiment de victimisation (vis-à-vis du grand capital, des multinationales, ….) et parle volontiers de justice sociale …tout en ignorant la réalité des problèmes économiques !

Concernant cette vidéo, n’y allons pas par quatre chemins, la fille a une très bonne prononciation mais ce qu’elle dit est faux et relève de la manipulation ; et il n’y a rien de plus facile que de manipuler une population ignorante …

Le message explicite est que ces fonds et organismes de gestion auraient un tel pouvoir qu’ils seraient les vrais maitres du monde et que les gouvernements ne seraient que leurs petits toutous obéissants !

C’est en fait une vision complotiste issue de la gauche crypto marxiste pour qui le grand capital est l’ennemi et la cause de tout (nos malheurs) et cette vision négative a réussi à contaminer une partie de l’électorat de droite et de l’extrême droite élevée à la mamelle étatique.

Et les français ont d’autant plus tendance à y croire qu’ils ont surtout gobé le discours distillé en permanence par ceux qui profitent de la situation : à savoir les fonctionnaires et assimilés et notamment les petits journaleux perroquets de la radio télé publique qui ne sont rien d’autre que les apparatchiks du régime.

France info (radio) n’a pas hésité, le 22 janvier, à évoquer le « sulfureux » Blackrock ; ce qui veut dire que même la radio télé publique a pris parti. Mais, concernant France info, il n’y a pas de souci, ils font bien partie de ceux qui vivent très bien à vos dépens puisque leurs (confortables) salaires et retraites sont payés par … vos impôts et notamment la redevance télé !

Car, en France, par une espèce d’inversion de la vision de la morale du monde, il est honorable d’être fonctionnaire, soi-disant au service des autres et d’être payé par les impôts des autres sans jamais rien produire, alors qu’il est déshonorant d’être entrepreneur.

L’entrepreneur, surtout celui qui réussit, est assimilé à un voleur, exploiteur, fraudeur …

Il est donc urgent de remettre les choses à leur place …

Il existe dans le monde deux systèmes de retraite : la capitalisation et la répartition qui reposent sur les principes totalement différents.

Le système par capitalisation est pratiqué à peu près partout sur la planète alors que le système par répartition est pratiqué surtout … en France !

Avec la capitalisation

Vous versez des cotisations pour vous-même à un fonds de pension qui va chercher des gestionnaires pour les faire fructifier. Vos cotisations sont investies notamment dans des entreprises cotées en bourse.

Lorsque vous prenez votre retraite, on vous restitue ce que vous avez versé augmenté des intérêts et des plus-values éventuelles.

Il s’agit évidemment de l’odieux système capitaliste des fonds de pension qui gèrent vos cotisations c’est à dire qu’ils les investissent à mieux de VOS intérêts.

Black Rock est une société de gestion d’actifs cotée en bourse, avec des activités diversifiées (elle n’est ni un fonds de pension, ni un fonds spéculatif). Au 31 décembre 2019, la valeur des actifs gérés par elle s’élevait à 7 429 Md $. Elle collecte de l’argent auprès d’investisseurs institutionnels pour l’investir sur les marchés financiers, en leur nom, afin de faire fructifier le capital des investisseurs ; de la même manière que vous le faites avec votre livret A.

On la retrouve, tout comme Vanguard, au capital de Pfizer, Johnson & Johnson, Moderna, Astra Zeneca, Sanofi, Alphabet/Google, Facebook, You tube, WhatsApp, Michelin, Pernod Ricard, Monsanto, Exxon Mobil, Dow Chemical, Foxconn,  Goldman Sachs, Apple, Amazon.

Cela veut dire que dans un système concurrentiel où il n’y a pas de monopole (d’Etat), Black Rock  et Vanguard  ont des clients et qu’ils leur rendent des comptes.

Black Rock et Vanguard  gèrent donc effectivement beaucoup d’argent mais ce n’est pas le leur, c’est celui de leurs clients et, comme elles investissent au capital de sociétés cotées, il est tout à fait normal qu’on les retrouve au capital des principales entreprises mondiales et notamment celles qui font des bénéfices (il n’y aurait aucun intérêt à investir au capital de la SNCF qui perd 15 Md€ par an) !

A bien y regarder, c’est même plutôt rassurant de savoir qu’elles essaient d’optimiser vos cotisations ; démarche totalement incompréhensible en France !

Il existe de la même façon deux fonds de pension norvégiens, les plus riches d’Europe, GPFG et GPFN.

Doit-on en conclure que ces fonds de pension et sociétés de gestion dirigent de facto les entreprises, manipulent les cours, spéculent sur les marchés, provoquent des coups d’Etat, ruinent les populations ?

Non évidemment, car placer de l’argent dans le capital de sociétés ne veut pas dire que vous vous immiscez  dans la gestion quotidienne de ces entreprises !

Ces organismes gèrent un capital collectif et le font plutôt bien et rendent des comptes !

Qui s’en plaindra ?

Surement pas les retraités américains, britanniques ou norvégiens en tout cas et si la société de gestion a de mauvais résultats les clients vont voir ailleurs.

Mais, avez-vous vu une seule fois une caisse de retraite française dirigée par des fonctionnaires rendre des comptes aux cotisants ?

Avec la répartition

Les travailleurs actifs versent des cotisations qui sont reversées immédiatement aux retraités avec un système est basé sur la solidarité inter générationnelle ; avec une nuance d’importance : il ne peut fonctionner que s’il y a suffisamment d’actifs pour payer les pensions des retraités.

Contrairement à une idée largement répandue, vous ne cotisez par pour vous-même et les cotisations que vous versez ne vous appartiennent pas ; vous payez pour les autres en espérant que, lorsque ce sera votre tour d’être à la retraite, les autres paieront pour vous.

Ce système fonctionnait correctement tant que l’espérance de vie restait relativement faible et qu’il y avait entre 4 et 6 cotisants par retraité.

Il faut savoir que l’âge de départ en retraite avait été fixé initialement à 65 ans (pour les salariés car les non-salariés peuvent travailler plus longtemps) parce que la pyramide des âges montrait que la majorité de la population mourait alors à … 65 ans !

Avec l’allongement de la durée de vie et les mesures électoralistes irresponsables prises par les socialistes en 1981 (retraite à 60 ans et beaucoup de mises en pré-retraite) et le développement du chômage de masse, le système s’est trouvé rapidement complètement déstabilisé avec un ratio (cotisant/pensionné) qui se rapproche des 1.3.

Sa survie a déjà nécessité plusieurs réformes dont certaines ont généré des mouvements de protestation et de grèves parfois très durs (voir les grèves de 1995).

Le système est en fait toujours sur le fil du rasoir depuis 1981 et les jeunes qui entrent sur le marché du travail sont à peu près tous convaincus qu’ils ne percevront rien ou pas grand-chose dans 40 ans !

Ce faisant, ils sont parfaitement conscients d’avoir affaire à un véritable système de spoliation légalisée basé sur un schéma de Ponzi car, dès que vous travaillez, vous n’avez pas le choix, vous devez cotiser à un régime de répartition obligatoire … même si celui-ci est mal géré !

Et il est d’ailleurs si mal géré que le rendement est en fait négatif (vous recevez moins que ce que vous avez cotisé !) ; mais évidemment on évite de vous le dire pour que vous puissiez garder confiance dans les actions de l’Etat et de ses fonctionnaires.

Car, qui retrouve-t-on derrière cette mauvaise gestion ?

L’Etat et ses fonctionnaires dont la mauvaise gestion est désormais devenue proverbiale !

Gaspillage à tous les étages ?

Oui, et cela tient à plusieurs raisons :

-la répartition permet au pouvoir, qui contrôle l’administration, d’exercer un clientélisme électoral en avantageant certains pensionnés (par le biais d’une foule de régimes spéciaux) au détriment des autres ; ce qui est évidemment contraire au principe d’égalité si souvent invoqué par les élites !

-elle permet aussi de verser des pensions à des personnes qui n’y auraient pas eu droit parce qu’elles n’ont pas (suffisamment) cotisé.

-il n’existe pas dans l’administration de notion de rendement du capital investi ; tout fonctionne à partir d’impôts et de dettes et d’ailleurs, ce n’est pas grave, puisque vous savez bien que ça ne coute rien (à ceux qui le décident) puisque c’est l’Etat qui paie (suivant une déclaration mémorable de F Hollande, alors président, qui en dit long sur la « pensée économique » de l’élite et sa capacité à gaspiller, les impôts, en fait l’argent, des autres) !

En fait, en France, il n’y a pas de fonds de pensions car tout est organisé par l’Etat qui vole les cotisants car le rendement de la répartition est indigne puisqu’il est obligatoire et sous contrôle direct de l’administration d’Etat ; ce qui ne serait évidemment pas le cas avec des fonds de pensions privés !

Encore une fois, les fonctionnaires n’ont pas de clients mais juste des administrés qui doivent obéir ; et la raison en est très simple : la retraite par capitalisation est interdite en France depuis Vichy et la confiscation des fonds de réserves des caisses de retraite par la clique du Maréchal Pétain afin de payer les indemnités d’occupation de l’armée allemande.

Et, comme il n’y avait plus d’argent en 1945 (la France était complètement ruinée), cette décision a été confirmée en 1946 par le CNR (conseil national de la résistance) … sauf, curieusement, pour les fonctionnaires (qui ont droit, eux, à Préfon) !

On l’a compris, au final, en France, la population est contente d’être volée par l’Etat du moment qu’elle échappe au pire : à savoir la gestion rigoureuse de leurs actifs par des fonds de gestion privés présumés être des rapaces, des voleurs et autres gracieusetés …

De multiples conséquences

Le fait que la France soit l’un des seuls pays à pratiquer la répartition ne signifie pas qu’elle ait raison contre le reste du monde.

Par contre, ce système est à la source de plusieurs effets pervers …

La principale conséquence de ce système est qu’en France, les entreprises ne sont pas détenues par des fonds de pensions français (puisque les fonds de pension sont interdits) ; ce qui fait que les grandes entreprises du CAC 40 sont souvent détenues, au moins en partie, par ces fameux fonds de pensions américains, britanniques ou norvégiens.

Et cette tendance a été aggravée par la haute fonction publique française qui a tout fait, à travers une fiscalité du capital relevant de la spoliation, pour dissuader les français d’investir en bourse ; avec le but évident de concentrer l’épargne des français dans l’assurance vie investie en … dette d’Etat (et non dans les entreprises privées) !

Et quand on sait que les 1.700 Md€ de l’assurance vie ont disparu dans la dette de l’Etat de 2.834 Md€, on comprend dès lors toute la « solidité du système » !

On comprend dès lors que “l’irruption” des sociétés d’investissement et autres fonds de pensions au capital des sociétés françaises est une conséquence directe des décisions de l’administration ; c’est à dire que l’on reproche aux autres les conséquences de nos propres actes !

En France, si le système fait faillite, ce n’est pas grave, on réduira les prestations, on bouchera les trous avec vos impôts ; ce qui fait que vous cotiserez une deuxième fois pour sauver l’espérance de recevoir les prestations dues en vertu des cotisations versées initialement !

Vous saisissez la nuance ?

Une gestion bien française

En France, l’Etat est partout et son intervention a lieu par le biais de trois grands organismes :

-la Caisse des Dépôts et Consignation, bras armé de l’Etat depuis Napoléon Ier,

-la banque publique d’investissement,

-l’agence des participations de l’Etat.

Alors, je sais bien qu’en France on déteste l’argent ; enfin officiellement parce nos hauts fonctionnaires, eux, ne se privent pas mais leur train de vie est directement prélevé sur les revenus des autres et ils ne subiront jamais les aléas économiques puisque, en cas de nécessité, et notamment d’inflation érodant le pouvoir d’achat, on augmentera simplement les impôts et cotisations des autres pour qu’ils puissent continuer à vivre comme avant !

Faute de fonds de pension, il n’y a pas de capital accumulé qui puisse s’investir dans les entreprises françaises ; lesquelles sont obligées de se financer auprès des banques (ce qui revient plus cher puisque la banque pratique un taux d’intérêt alors que le fonds de pension  se rémunère sur les bénéfices réalisés et sur les plus-values éventuelles).

Les entreprises françaises sont donc plus fragiles ou moins protégées contre les raids boursiers tant fustigés par la gauche mais elles sont surtout directement à la merci du pouvoir de l’administration qui agit à travers les banques et les trois organismes ci-dessus.

L’Etat français a toujours fonctionné ainsi : pas de capital, juste des impôts et des dettes car le patrimoine des français sert de caution à l’action de l’Etat et à la caste qui le dirige …

Système collectiviste, s’il en est !

Une capitalisation désavantageuse pour le futur retraité ?

C’est juste le contraire puisque plusieurs études ont démontré que les français auraient de bien meilleures retraites s’ils pouvaient choisir un régime de capitalisation.

Il faut donc être juste un ignorant, un complotiste, un communiste ou … un fonctionnaire pour y voir une quelconque manœuvre visant à déstabiliser le monde !

On sait que le système de retraite par répartition à la française est voué à l’explosion, c’est inéluctable parce que la démographie est une science exacte et qu’elle s’appuie sur des données incontestables traduites dans la pyramide des âges.

Mais, soyons assurés que le jour où le système flanchera, la haute fonction publique trouvera évidemment une explication à servir aux cotisants spoliés : le capitalisme, la mondialisation, les fonds de pensions américains “vautours” feront alors figure de totems expiatoires !

En France, l’Etat contrôle tout et se livre impunément au pillage mais, à la fin, n’est jamais responsable !

Alors, réflexion faite et tous comptes faits, quel est le meilleur système ?

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat jusqu'à ce que je sois excédé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, je suis persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Un mensonge sensationnel

  1. Retraite par répartition instaurée le 14 mars 1941 par Petain via René Belin, ministre CGT du travail et rédacteur du statut des Juifs. Financée par le vol des retraites par capitalisation. Le modele social que le monde nous envie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.