«  T’es même pas con, t’es bête ! »

«  T’es même pas con, t’es bête ! »

Il est fascinant d’étudier les raisons profondes des échecs politiques. Le plus souvent, elles n’apparaissent pas aux contemporains, parce que la pression psychologique de l’actualité altère la lucidité. Les historiens ont eux une chance de ne pas se tromper. Encore faut-il qu’ils disposent des outils d’analyse appropriés.

La meilleure chance de comprendre une époque et ses évènements reste tout simplement l’attention et l’écoute. C’est ainsi que Hemingway a pu être un des écrivains les plus influents de son temps. « J’ai beaucoup appris, disait-il, en écoutant attentivement. La plupart des gens ne sont jamais à l’écoute. »

L’époque actuelle  a tant multiplié les médias qu’il est de plus en plus difficile de se forger une opinion éclairée. Un de mes amis, grand farceur devant l’Eternel, quand il entrait dans une salle de cinéma, apostrophait les ouvreuses en répétant sur un ton prophétique : « Je suis extralucide », ce qui le dispensait d’être accompagné et de donner un pourboire. Dommage qu’il n’ait pas songé à exercer ses dons en politique, cela rendrait service à notre pays.

A défaut d’être extralucide, on peut essayer d’être tout simplement lucide. Il n’est besoin pour cela que de savoir pêcher les bonnes informations. Elles sont le plus souvent à la portée de tout le monde, mais faut-il encore savoir garder les yeux ouverts et « bien sentir les coups », comme disait le regretté Thierry Roland, commentateur sportif inspiré pour qui le football n’avait aucun secret.

Prenons le cas de M. Macron. Voilà un garçon qui ne comprend rien à la France et aux Français et qui se retrouve bombardé président de la République. On aurait pourtant pu se méfier. Il n’a jamais eu d’amis, vit avec une femme plus âgée d’une génération, n’a jamais eu d’enfants ni d’expérience pratique de la vie. Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête des Français pour l’élire président ? En fait, ils n’ont pas eu à réfléchir. Les juges de gauche ont éliminé le candidat de droite et comme Mme Le Pen ne faisait vraiment pas le poids …

Nous voilà donc depuis plus de quatre ans livrés au bon plaisir d’un jeune homme inexpérimenté et qui ne sait pas écouter les gens. Quand il a fait son tour de France, après la crise des Gilets jaunes, pour entendre les doléances des Français, il était le seul à parler. Il n’a donc rien appris qu’il ne pensât déjà lui-même. Pas très instructif !

Après les Gilets jaunes, voici les anti-pass. Leurs manifestations se font aux cris de « Liberté ! ». Mais pas plus que le prix de l’essence pour les Gilets jaunes, la vaccination n’est la véritable cause de leur colère. Ce qu’ils ne supportent pas, tout comme leurs prédécesseurs (qui gonflent d’ailleurs leurs rangs), c’est l’autoritarisme du président de la République, sa totale absence d’empathie et sa surdité à tout ce qui ne vient pas de lui. Les manifestants ont la conviction que leurs problèmes ne seront jamais compris par le président et ce qu’ils veulent vraiment, au fond, c’est son départ.

Mais alors, quels sont ces problèmes, qui mettent des centaines de milliers de Français dans la rue ? Eh bien tout simplement le fait que plus de vingt millions d’entre eux ne s’en sortent plus et ont des fins de mois très difficiles qui commencent le premier ou le deux, quand ce n’est pas le dix ou le vingt du mois précédent. Plus de vingt millions de personnes, c’est près de la moitié du corps électoral. Et vous avez là les vingt millions d’électeurs qui, à la dernière élection présidentielle, ont voté Le Pen ou Mélenchon, ou blanc, ou se sont abstenus. « Un seul lecteur, et j’existe », disait Jacques Chardonne. Mais ce qui est vrai d’un écrivain ne l’est pas d’un président de la République. Mal élu, Macron se devait de réussir pour se rétablir dans l’opinion du peuple. Il a échoué en tout et ne suscite plus la confiance que chez les Français peu nombreux dont la situation reste prospère.

Comme il n’y a pas d’argent magique (même si la Banque centrale européenne a l’air de le croire), il ne reste que la possibilité d’économiser sur celui qu’on dépense. Et c’est la Sécurité sociale qui est le seul pactole disponible. Sa mise en concurrence dégagerait, au profit des Français, un bon tiers des 800 milliards d’euros qu’elle distribue chaque année. Cette réforme, entièrement votée depuis des années, est vitale pour la France. Ne pas la faire, c’est jeter notre pays dans des troubles révolutionnaires qui peuvent aboutir au pire.  Au risque de manquer de respect, on est tenté de lancer à M. Macron, la fameuse réplique de Michel Audiard : « Je vais te dire, t’es même pas con, t’es bête ! »

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 thoughts on “«  T’es même pas con, t’es bête ! »

  1. Le petit mec est un pervers narcissique. Il s’en fiche des autres. Il veut juste qu’on l’aime. S’étant pris deux grosse bouffes en juin, il se venge.

  2. Pasteur Lui n’avait pas menti.
    La France un pays Riche mal gouvernée depuis 1970 mais pas seulement, l’histoire de France est remplie de médiocrité cachée. Un pays est cultivé non en raison de sa fertilité ou de son économie, mais en raison de sa liberté !
    « Je vous invite à lire =” Les Français de mon temps” par le Vicomte d’Arvenel, Editeur de l’époque Paris Nelson, 61 rue des Saint Pères et introduction par Charles Sarolea »
    Du PDR le parti d’en rire : COVID vrai révélateur de l’hôpital, mais pas que… Le travail scientifique publié par l’Encéphale, ne manque pas d’humour, mais il est aussi documenté et réaliste. C’est toute notre société qui est atteinte de ce mal plus mortel que COVID, et qui touche carrément les générations à venir. Cliquez pour écouter = https://temoignagefiscal.com/quand-les-psychiatres-observent/

    1. La France un pays Riche mal gouvernée, en déclin, depuis 1970. Un pays est cultivé non en raison de sa fertilité ou de son économie, mais en raison de sa liberté un préalable au développement économique.
      “Les lois sont comme des toiles d’araignées: elles arrêtent les faibles et les petits; les puissants, les technocrates et les riches les rompent et passent au travers”.
      Les lois d’aujourd’hui sont rédigées par une technocratie de sorte que les puissants et les riches n’aient même plus à traverser de vulgaires toiles d’araignées.
      « Il y a deux histoires en France sur la justice et NAPOLEON (qui a réduit le pouvoir du peuple après la révolution de 1789, même s’il fût un très grand Général, Le Général De Gaulle par contre a désiré donner + de pouvoir au peuple et il l’a prouvé), l’une que l’on enseigne dans les médias et qui ment, l’autre que l’on tait parce qu’elle recèle l’inavouable ». Certains ne veulent pas lire et entendre la vérité du déclin français par ce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions se détruisent. Pour les mensonges il faut de la mémoire pour la vérité il faut du « COURAGE » !
      « La justice , l’économie en FRANCE pour votre curiosité en rappel un peu d’histoire mais pas seulement » cliquez pour lire la suite : https://developpement-mental-semantique.com/rappel-historique-de-la-justice-en-france/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *