Quatre milliardaires pour un sursaut !

Quatre milliardaires pour un sursaut !

Le budget militaire américain est de 768 milliards de dollars, soit 698 milliards d’euros. Les dépenses sociales de la France s’élèvent à 815 milliards d’euros. Nous consacrons donc au social 117 milliards d’euros de plus que les Etats-Unis n’en consacrent à leur armée, la première du monde !

Cette simple juxtaposition de chiffres en dit plus long que n’importe quelle dissertation politique sur le problème français. Si l’on admet le principe posé par le général de Gaulle (et par tous les économistes sérieux) selon lequel les prélèvements publics ne doivent pas dépasser le tiers de la production nationale, on comprend aussitôt la nature du mal français : c’est son système social qui déséquilibre le pays en lui infligeant des prélèvements deux fois supérieurs à la norme souhaitable.

Et tout le reste en découle. A commencer par le massacre de l’économie et de l’emploi. Tout chef d’entreprise publique ou privée française n’a qu’un souci en tête : supprimer des emplois. C’est la seule façon de ne pas courir à la faillite. Aujourd’hui, on entend notre ministre de l’économie s’écrier, comme une bonne partie de la classe politique, qu’il faut reconstituer notre industrie, sinistrée par une concurrence internationale libre du boulet social qui nous accable. La solution qu’ils préconisent : les investissements d’Etat. Ce qui signifie des prélèvements supplémentaires sur l’épargne des Français et donc la stérilisation de tout investissement véritable ! « Le poumon, vous dis-je ».

Bien entendu, aucun des candidats à l’élection présidentielle n’aborde le problème. Eric Zemmour croit avoir trouvé la solution en préconisant la suppression des prestations non contributives aux étrangers. Personne de sérieux ne peut croire à cette fable. On peut certes défendre l’idée que les aides sociales doivent être réservées aux citoyens français et aux étrangers en situation régulière, et attendre de cette mesure une réduction de l’immigration illégale, mais il ne faut pas se leurrer sur les motifs de celle-ci. Elle est constituée pour l’essentiel de jeunes gens qui viennent chercher meilleure fortune chez nous et sont prêts à prendre tous les risques pour y parvenir. Seul le retour au contrôle de nos frontières pourra interrompre ce flux.

Et de toute façon les chiffres démontrent que la suppression des allocations sociales aux étrangers ne résoudra en rien le déséquilibre financier que nous nous infligeons à nous-mêmes en laissant subsister un système social monstrueux.

La solution est évidemment de laisser le social aux individus, en ne gardant à la charge de la collectivité que l’assistance aux démunis. Cette solution est non seulement conforme aux lois prises en transposition des dispositions européennes, mais tout simplement à notre Constitution et aux droits fondamentaux qu’elle établit.

Bref, respectons nos lois, et les choses iront mieux. Mais pour y parvenir, il faudra se débarrasser des faux juges dont nous avons peuplé nos tribunaux et nos cours suprêmes et qui inventent chaque jour, avec un acharnement doctrinal, des raisons de violer nos lois et notre tradition démocratique.

On ne dira jamais assez à quel point quelques centaines de juges, et de journalistes qui ne les ont pas dénoncés, ont fait mal à la France et aux Français. Le simple respect des lois pourrait sauver notre pays de la faillite et de la guerre civile. Comment se fait-il que les tribunaux ne soient pas soumis à une contestation de masse visant à les obliger au respect de nos droits fondamentaux ? Pourquoi ce silence des élites ? Quelle peur les habite ? Que nous est-il arrivé ?

Ce qui nous est arrivé est le règne de l’idéologie collectiviste, portée par les suppôts du communisme. Ils n’ont pas été combattus comme il l’eût fallu, mais admis partout, quand on ne les choyait pas. Quand on pense qu’il y a un candidat communiste à l’élection présidentielle et qu’il a son rond de serviette dans tous les médias !

On attend que se lève un homme – ou une femme – qui osera dire que le roi est nu. Dans le conte d’Andersen, c’est un enfant. Peu importe qui le dira, l’essentiel est que son propos provoque un choc salvateur.

Ronald Reagan, qui a réussi à redresser la pensée américaine dans le sens de la défense des libertés et de l’entreprise, faisait une brève intervention radiophonique hebdomadaire sur un réseau de radios locales. Ces allocutions ont convaincu les Américains de lui faire confiance. Je suis persuadé que si les radios et chaînes d’information françaises faisaient appel aux excellents éditorialistes de l’ombre que nous avons en France et qui exposent à qui veut les lire le véritable état du pays et les mesures à prendre, on ferait évoluer les mentalités et l’on rendrait possible le changement politique dont la France a besoin.

Voici les quatre hommes dont cette évolution dépend : Patrick Drahi, Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Bernard Arnault. Quatre milliardaires pour un sursaut. Chiche !

Claude Reichman

 

 

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,56 sur 5)
Loading...

3 thoughts on “Quatre milliardaires pour un sursaut !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.