Liberté de penser et liberté d’agir

De façon soudaine, mais pas imprévisible, ce blog traverse une petite crise existentielle qui a entrainé le départ, que j’espère momentané, de plusieurs auteurs.

Certains parce qu’ils trouvaient que la ligne rédactionnelle ne prenait pas suffisamment parti contre Poutine, d’autres au contraire considérant qu’il fallait prendre parti pour Poutine ou à minima stigmatiser les USA.

Tous posant le principe de la liberté de penser.

Dans ma tête les choses sont claires, la liberté de penser et un droit absolu, individuel, que chacun peut exercer à longueur de journée. La pensée n’engage que celui qui pense, tant qu’elle reste à l’état de pensée. Nul n’a le droit de s’immiscer dans la pensée des autres.

De ce fait, nul n’est empêché de penser qu’il va tuer son voisin ou violer sa voisine de bus. En revanche l’exprimer est déjà plus compliqué, pose question. Est-on libre de l’exprimer ?

Et alors passer à l’acte est complètement inimaginable. Je pense que tout le monde le conçoit.

Donc la liberté de penser à des limites, qui se présentent avant l’action elle-même, dès l’expression de la pensée. C’est incontournable.

Définir ces limites, les repousser lorsqu’elles ne sont pas justes, n’est pas si facile, mais c’est essentiel, c’est le sens de la vie, l’inverse est la mort.

Dans ce blog

Nous nous efforçons de repousser la pensée commune fiscale, croyance obtenue par la propagande égalitariste, puis pervertie par la connivence et la corruption.

Nous tentons de redonner leurs lettres de noblesse à la liberté de décision, à la prise de risque et à leurs outils : le capital et la propriété privée.

Nous nous battons librement contre ceux qui ont fait litière de notre constitution qui, bureaucrates, technocrates et élus trahissant leurs mandats, utilisent le pouvoir qui leur a été confié pour piller et voler les apporteurs de richesse d’abord, tous ensuite.

Dans ce cadre nous menons des combats

C’est-à-dire que nous exprimons notre pensée et que nous passons à l’acte.

Nous sommes évidemment désapprouvés par tous ceux qui ne sont pas de notre avis et tout particulièrement par les hommes de l’Etat et leurs bureaucrates que nous contrarions au plus haut point.

La justice refuse d’être l’arbitre impartial qu’elle devrait être et nous condamne systématiquement.

Notre combat s’appuie sur notre constitution et notamment sur la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Nous luttons contre la frauduleuse interprétation des lumières qui a prôné l’égalité intellectuelle des hommes qui se voit aujourd’hui transformée en une égalité matérielle suicidaire, reniant la propriété privée pourtant considérée par les lumières comme le rempart absolu protégeant la liberté.

Au-delà de cela

Devrions-nous nous écarter de cette ligne, de cette filiation à la démocratie d’aujourd’hui fille mal élevée de notre révolution ?

Raisonnablement je ne le crois pas. Même si je considère qu’effectivement notre justice ne fonctionne pas, même si je n’adhère pas aux croyances égalitaristes actuelles, aux dérives écologistes, je ne peux pas adhérer à la violence, à la guerre, à toute personne qui la déclare.

Donc je ne peux pas cautionner Poutine.

Allons me dit-on : il y a pire. Balayez votre palier, vous y hébergez les mêmes.

C’est possible, je n’ai pas un œil aux performances mondiales, et je ne crois pas aux informations que je ne peux pas personnellement vérifier.

Serait-il donc de l’ordre du possible qu’une guerre mondiale ait été déclarée ailleurs sans que je le sache ? Peut-être.

Mais je ne peux agir que dans la sphère de mon connu, donc je ne peux trouver ici aucune excuse aux drames que Poutine initie.

Désolé.

Exprimer sa pensée sur ce sujet est formellement un début d’action, qui aura peut-être à se transformer en action réelle rapidement, où nos vies seront engagées, je ne veux pas me retrouver engagé à contresens de mes pensées profondes.

Quant à l’avenir du blog dans ces conditions ?

Il persistera, puisque sa lutte fiscale réelle est toujours engagée, et même plus que jamais.

Bien à vous. H. Dumas

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (5 avis)
Loading...

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

2 réflexions sur « Liberté de penser et liberté d’agir »

  1. J’ai adhéré à vous lire et écrire en commentaires sous des articles. Vous avez sans doute relevé la pertinence de ceux-ci et vous m’avez proposé de devenir un de vos auteurs, pour proposer de la « densité intellectuelle » à ce Blog – je vous cite dans votre invitation.

    Ce n’est pas mince d’écrire régulièrement pour être lu par tout le monde. Il nous faut être à propos sur chaque sujet que l’on aborde, avec je pense un maximum de précaution pour ne pas faire de sortie de route. Cela prend aussi du temps de rédiger, de poser les mots dans un style agréable à lire et compréhensible de tous. Une virgule compte parfois.

    J’ai accepté d’être un de vos auteurs, parce que je partage vos fondamentaux sur ce Blog, et que j’ai été victime comme vous de cette inquisition souterraine acceptée par une large majorité de notre population qui tremble devant cette forme de totalitarisme fiscal et social qui ruine toutes nos forces vives, sans contre-pouvoir manifeste. Et c’est vraiment là que l’on peut s’insurger d’un déni de démocratie.

    Vous m’avez reproché l’utilisation d’un pseudonyme pour écrire, mais vous savez très bien que ce blog est black listé car il a déjà subi, de mémoire, deux fermetures. Black listé veut dire surveillance et tous ceux qui s’y prêtent en tant qu’auteurs sont susceptibles de l’être aussi à titre individuel par les bras armés de notre inquisition fiscale et sociale en cours. De la paranoïa ? Non du réalisme par rapport à ceux qui sont du bon côté du flingue. Vous n’avez plus rien à perdre, Mr Dumas, et vous pouvez vous lâcher, mais ce n’est pas forcément le cas de quelques-uns de vos auteurs. Ce n’est pas un reproche, c’est un fait ! Personne en justice ne nous défendra !

    Notre relation a pris une fourchette de directions opposées sur la question du conflit Russo-Ukrainien, parce que vous l’avez bien compris, nos avis sur les causes, le récit et les conséquences divergent, car c’est un sujet qui nous dépasse un peu beaucoup, tant nous ne sommes pas sûr de toutes les informations qui diffusent de part et d’autres. J’ai beaucoup d’informations sur le sujet de par ma proximité avec la Russie, mais que dire, je pense que tout simplement notre Occident a changé par la gestion du Covid sur des points essentiels de sauvegarde de notre liberté individuelle – car celle de la propriété privée est déjà actée par sa réduction vers du droit de louage.

    Mais comme vous parlez de ce que nous vivons, je le vis avec vous, sur le terrain, et il y a la Macro, la géopolitique actuelle qui bouleverse un tant soit peu notre registre occidental de l’après seconde guerre mondiale, puis plus près le dieu Dollar. Les hommes et femmes de Davos se serrent les coudes, pour parait-il notre bien commun, mais on peut en juger par leur action sur les « convois de la liberté au Canada », les Gilets-Jaunes en France, l’élection de Biden aux States, la gestion du Covid …

    Je remarque que vous ne m’avez pas tout à fait censuré, car sinon je ne pourrais plus écrire sur ce blog en tant qu’auteur, que je choisi de publier en commentaires.

    Bien à vous !

    R. Bukinov

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.