Quand Mélenchon se prend pour Robin des Bois

Un grand nombre de Français, proches de la majorité ou même peut-être majoritaires, adhèrent à ce concept. Que dire ?

Robin des bois est un personnage fictif qui vole les riches pour distribuer aux pauvres. Je lui préfère le Père Noël qui donne à tout le monde sans voler personne.

Encore une fois me voilà à l’index, personne ne croit au Père Noël, une écrasante majorité croit à Robin des Bois ou se prend pour lui.

D’ailleurs Mélenchon ne se revendique pas du Père Noël…

Lorsqu’à 20 ans, après mure réflexion, j’ai décidé que l’honnêteté était la seule voie possible — non que l’escroquerie soit un chemin difficile, voler les autres par la force ou la ruse me paraissait au contraire d’une facilité coupable — je n’imaginais pas que l’honnêteté serait un parcours si douloureux, accompagné d’arbitrages, souvent défavorables à des gains faciles et plus immédiats, voire de lourdes pertes.

Et j’imaginais encore moins qu’un jour la société valoriserait le vol au détriment de la propriété.

Pourtant nous y sommes.

Que ce soit avec Mélenchon — à qui on pardonnera ses grossièretés liées à son éducation et à sa clientèle — ou avec tous les autres hommes ou femmes revendiquant le statut d’hommes de l’Etat : Macron, Le Pen, etc… tous, sans exception, assument l’idée de voler les riches pour donner aux pauvres.

Tous vendent l’idée que les riches ayant volé leurs possessions aux pauvres, donc les voler pour rendre aux pauvres est une bonne action.

Après tout…

L’idée peut être admise dans l’absolu de la théorie et de la liberté de penser, mais dans la pratique elle est suicidaire.

Parmi toutes les incohérences d’une telle démarche, on doit s’attacher à deux raisons essentielles et rédhibitoires : la capitalisation et la responsabilité.

La capitalisation

Nous y revenons pour la énième fois sur ce blog et nous y reviendrons sans cesse. La capitalisation est la seule méthode existante de vie et de progrès, en tout.

Accumuler et transmettre est la règle en toutes choses, y compris pour ceux qui veulent la peau du capital économique.

Pas de progrès scientifique, politique, culturel, etc… sans capitalisation.

En toute activité la détention du capital lié est confiée à une élite, alors qu’en réalité il appartient à tous. Par exemple, ce professeur de chimie qui sait et découvre, peu importe qu’il soit ou non partageur, qu’il soit ou non sympathique, qu’il soit ou non accessible, son capital de connaissances chimiques appartient à tous, qu’il le veuille ou non.

Le capital économique suit le même cheminement, il ne peut exister que chez ceux qui ont les capacités pour le créer, le faire fructifier puis le transmettre, mais il appartient à tous.

Confondre le capital et la consommation est une ineptie, pratiquement toujours volontaire et à la base de toutes les escroqueries d’Etat, qui sont les plus dangereuses, les plus nocives.

Nous avons déjà expliqué que le partage aux 10 millions de parisiens des 10 millions de livres de la bibliothèque Mitterrand, ne rendrait pas les habitants de Paris plus instruits mais détruirait inutilement le capital intellectuel que représente cette bibliothèque, il en serait de même si elle appartenait à un particulier.

Le bashing- capital est économiquement suicidaire, provoque la ruine de la société qui le pratique.

La responsabilité

Autre élément inséparable de la vie. L’enfance, période d’apprentissage et dans nos sociétés de protection, ne doit pas être confondue avec un espace d’irresponsabilité.

Or c’est absolument le cas, nos enfants en grande majorité sont incapables de devenir responsables, ils se jettent dans les bras des marchands de salades qui leur font croire qu’ils seront responsables à leur place, pour eux, qu’ils n’ont pas de souci à se faire, qu’il leur suffit de leur confier leurs vies.

Au point que cette irresponsabilité est devenue l’axe des lois, des vies, de l’organisation sociale.

Cela aussi est suicidaire.

Le mensonge

On en revient toujours à lui, il est indispensable pour vendre toutes ces conneries.

Grace à lui, le capital honnête a pu être pillé, à un point aujourd’hui de non-retour. Il n’en reste rien, que l’apparence permise par le crédit et la fausse monnaie.

Alors le mensonge s’amplifie, il n’a plus de limite.

Devant nous cette fausse monnaie, outil du mensonge, s’effondre, créé l’inflation ou plutôt la dévaluation son imitation négative, nos hommes de l’Etat, relayés par leurs propagandistes, nous font croire que COVID ou l’Ukraine seraient les responsables du désastre qui arrive.

Quelle honte. Ce sont eux les responsables, eux les égalitaristes, les Robin des Bois, qui volent et éparpillent le capital de notre pays depuis cinquante ans. Qui creusent le trou de la dette qui va nous engloutir.

Mais il y a pire, ces mensonges, la population y croit si fort qu’en leurs noms elle va demain tuer et piller les détenteurs des dernières parcelles du capital économique, laissant alors le pays ruiné et probablement en proie à une guerre civile dernier outil de pillage. Les pillards finiront chez les paysans pour voler leurs poulets. Comme les staliniens en 1932.

Être lucide ne sert à rien, au contraire…

Tout cela cache le vrai problème. La gestion de la fin de certaines matières premières. Sur ce point une seule solution, laisser faire le capital et l’imagination, c’est à dire l’inverse de la collectivisation et des plans. Cultiver la confiance et non la défiance et la coercition. L’amitié et non la haine. Le don et non le vol.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 thoughts on “Quand Mélenchon se prend pour Robin des Bois

  1. Lecture de la profession de foi du groupe ‘NUPES’ de ma circonscription :

    ” 1 milliard d’euros dédié à la lutte contre la violence faites aux femmes”
    oO de Lally, quels beaux jours vraiment !
    Et qui va payer ce milliard ? Ah oui, les riches évidemment…

    A quel type de violence NUPES fait allusion ? la violence physique ? psychologique, économique ?
    Par exemple, moi qui ai reçu des attaques du fisc pendant plus de dix ans en lieu et place de mon ex-conjoint, qui ai déposé plainte il y a plus d’un an pour abandon de famille, je vais avoir droit à une réparation des préjudices multiples subis ?
    Mme DUMAS, femme au foyer qui a élevé quatre enfants et qui a reçu un ATD de 1 000 000 d’euros, elle aussi va être indemnisée pour le préjudice moral subi ?

    Mesdames, NUPES’ vous ment.

  2. ‘La police tue’ dixit le représentant de la NUP (NUPES au féminin pluriel pour obtenir plus de voix) alias “PJ” ou Prince Jean .
    Donc si les Français le propulse premier Ministre, y aura plus de police, plus de PJ (Police Judiciaire)
    Comme à CHICAGO, les citoyens français seront tous armés, il y aura des tueries et des massacres d’enfants dans les écoles et des braquages de banque à GOGO. Cela vous tente ?

  3. Dans la version édulcorée que j’ai regardée durant mon enfance, Robin des Bois reprenait l’argent volé au peuple par le vilain ‘Prince Jean’ assoiffé de pouvoir,
    Pour le redonner au peuple, et lui éviter la faim, la souffrance voire la mort en attendant le retour du très respecté Roi Richard parti en Croisades.
    Le père Noel de mon enfance avait mandaté une jolie fée toute bleue posée à côté du sapin.
    Elle avait pour mission de contrôler que j’étais bien sage du 1er au 25 de décembre. Le cas échéant, je ne recevais pas de cadeaux.
    Dans mon cas, je crois que je préférais Robin des Bois parce qu’il sauvait des vies : femmes enfants, vieillards, etc.…
    Je trouvais le père noël un peu tordu. En effet, j’étais de nature obéissante quelque fut le mois de l’année
    Ainsi, je ne changeais pas d’un poil mon comportement et m’amusait intérieurement de ce chantage grotesque.
    Et je me mis à sympathiser avec la fée bleue durant tous les mois de décembre je lui confiais trouver son sort fort cruel d’être assignée à me surveiller 24h/24. Elle me confiait ne pas comprendre non plus et me promis de ne jamais parler au père noël de quoique que se soit de désavantageux à mon égard.
    Je trouve que l’actuel représentant de la NUP et notre président ressemblent au Prince Jean et au Père noël de mon enfance
    Franchement, vous voyez l’actuel représentant de la NUP avec Belle Marianne ? et le Père noël avec une fée bleue ?

    1. Robin des bois reprenant finalement l’argent au vilain percepteur indélicat pour le rendre à ceux qui sont ruinés par lui, tel que vous le décrivez, me convient assez. Ainsi que le Père Noël qui exige une modeste compensation pour donner.
      Comme quoi la réalité peut être différemment habillée ce qui justifie l’adage : »Comparaison n’est pas raison ».
      Retenons la finalité, tuer ou ruiner est inhumain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.