La France étouffe mais peut enfin espérer !

La France étouffe mais peut enfin espérer !

Il paraît que les comptables s’arrachent les cheveux. L’accumulation rapide des textes légaux et réglementaires rend leur travail de plus en plus difficile, pour ne pas dire impossible. En fait, il s’agit de la conséquence presque ultime du mode de société organisé par l’administration française.

On est en droit de se demander quand et comment une telle décision a été prise. En fait, elle ne l’a jamais été. Ce sont d’autres décisions qui ont conduit à cette situation. La force du parti communiste en 1945 (près du tiers de l’électorat) a produit des lois donnant des droits exorbitants à certaines catégories de la population (statut de la fonction publique, statut du fermage, etc.). Puis le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958 a donné un pouvoir absolu aux hauts fonctionnaires, chargés de « redresser l’Etat », coupable d’avoir laissé son autorité se déliter sous la IVe République. L’arrivée au pouvoir de l’union de la gauche en 1981 a donné naissance à la « décentralisation », augmentant fortement l’emprise de l’administration sur le pays par le biais des collectivités locales auxquelles venait s’ajouter la région. Le piège pouvait se refermer, la population était captive sous la surveillance de six millions de fonctionnaires.

Plus rien ne peut se faire en France sans qu’intervienne l’administration. Peu importe la nature de son intervention, l’essentiel est que rien ne se fasse sans elle. Voilà donc pourquoi rien d’utile ne peut se faire dans notre pays, si l’on veut bien considérer qu’une mesure utile doit à la fois simplifier la vie des citoyens et leur permettre d’améliorer leur situation.

Bien entendu, les politiciens n’ont pas manqué, au fil des décennies, de promettre l’allègement des contraintes administratives et leur simplification, mais rien de tel ne s’est jamais produit. Les politiciens étaient peut-être sincères dans leur volonté de rendre l’Etat moins lourd, mais ils n’ont en fait jamais affronté celui-ci. Sans doute savaient-ils qu’ils n’étaient pas de taille, dans un vieux pays où la monarchie – et l’Etat républicain à sa suite – sont de droit divin.

On en est arrivé au point où, dans la dernière campagne présidentielle et dans celle des législatives, on n’évoque même plus le sujet. La liberté est morte en France, l’Etat règne sans partage. A ceci près qu’il ne maîtrise plus rien. L’insécurité règne dans les banlieues et s’étend au cœur des villes, l’économie s’effondre et ne survit qu’à coup d’injections de fausse monnaie, bref, comme le dit une expression populaire, « tout fout le camp ». Même le président de la République, qui se réfugie de plus en plus au fort de Brégançon où, tel Chateaubriand sur son rocher de Saint-Malo, il peut contempler la mer et méditer sur la vanité des choses.

Alors que peut-on espérer ? Rien. En tout cas rien dans un tel contexte. Il faut que quelque chose se produise qui rouvre le jeu de la démocratie. L’évènement attendu peut prendre des formes multiples, heureuses ou catastrophiques, mais il faut qu’il ait lieu. Au jeu des pronostics, on est sûr de perdre, car, comme l’écrivait Maurois, « toujours l’inattendu arrive ». Cette phrase, je l’ai souvent entendue dans la bouche de Raymond Barre. Lui aussi pensait que dans les circonstances de l’époque, l’Etat n’était pas réformable.

Alors doit-on suivre le conseil de Lao-Tseu, « s’asseoir au bord du fleuve et attendre de voir passer le cadavre de son ennemi » ? Chacun réagira selon son tempérament. Quant à moi, je pense qu’il ne faut jamais cesser d’agir, car l’évènement que l’on attend risque fort de ne pas se produire avant longtemps si l’on ne le sollicite pas quelque peu.

A cet égard, ceux qui espèrent le retour de la France à un état démocratique feraient bien de ne pas négliger la chance unique qui s’offre à notre pays. Je veux parler de l’Europe. Elle a mauvaise presse en ce moment, et même ceux qui s’en réclament politiquement en France se gardent bien d’en exploiter les possibilités.

L’Europe a pris une décision historique en 1986 en décidant que sept ans plus tard, le 1er janvier 1993, toutes les frontières intérieures des pays membres s’ouvriraient à « la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux ». C’était une garantie de liberté et de prospérité, et une occasion unique, pour la France, de se débarrasser des scories de son passé de vieille nation étatique. Notre pays n’a pas voulu saisir cette chance, même si cette ouverture des frontières a produit certains effets heureux. Il n’en reste pas moins que l’invraisemblable charge sociale de la France (supérieure au coût, pour les Etats-Unis, de leur armée, la plus puissante du monde), n’a en rien été allégée, puisque nos gouvernements successifs ont tous refusé d’appliquer les directives européennes qu’ils avaient pourtant transposées. Face à eux, quelques penseurs libéraux défendent la mise en concurrence de la Sécurité sociale, mais nous sommes les seuls à agir et à ne laisser aucun répit aux caisses monopolistiques.

Le verrou est enfin sur le point de sauter, puisque la justice, qui jusqu’à présent cautionnait scandaleusement l’illégalité de cette situation, est, sous notre pression, en train de craquer. Le voilà l’évènement qui va tout changer. La liberté va s’imposer contre tous les auteurs de troubles et d’injustice. La France va pouvoir reprendre sa marche en avant et de nouveau « chanter sa romance ». Celle d’un pays libéré !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (6 avis)
Loading...

4 réflexions sur « La France étouffe mais peut enfin espérer ! »

  1. Claude
    Vous allez avoir raison.
    Les patients découvrent que le pillage de 50% de leurs salaires ne leur donne plus accès à la santé.
    L’explosion est effectivement proche.
    Il en est de même en tout, l’incroyable charge fiscale, pillage devrait-on dire, n’offre rien en retour.
    Mais peu ont votre fair-play, la foule va tout casser et piller directement sans l’intermédiaire Bercy.
    Nous sommes au bord de la guerre civile.
    Melenchon sera Robespierre…
    Amitiés

  2. Puisque vous annoncez que la justice est entrain de craquer…ne nous laissez point sur le bord de notre faim et dites nous en davantage !
    Sinon, nous attendrons que la faim fasse sortir les loups des bois…ce qui me paraît une échéance incontournable dont la survenance est proche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.