Quand les informations rejoignent enfin ce que nous disons depuis si longtemps

D’abord RAOULT

Voilà un homme pour qui j’ai de l’estime, je peux même dire que je l’adore quand il tombe directement dans la boue qui est ma vie de tous les jours. Je trouve formidable sa stupéfaction.

Vivant dans le milieu du pouvoir administratif, carrément en haut, il ne pouvait pas percevoir que la haine de l’administration pour les assujettis qui voudraient se croire libres est abyssale, illimitée.

Le voilà qui froisse son administration, il pense en avoir le droit. Catastrophe, il apprend sur le tas que ce n’est pas possible.

Il subit la haine de cette administration, il prend conscience qu’elle a des zélotes, il est le proscrit du nouveau siècle, le bouc émissaire, alors qu’il se pensait libre…

Il va jusqu’à dire qu’il faudrait que la justice… et patati et patata… il lui reste encore à découvrir que la justice n’est pas de son côté, mais du côte de ceux qui ont toujours été ses ennemis, justes discrets tant qu’il n’a pas fait mine d’être libre.

Puis l’Eglise

Le journal Le Monde titre : Il y a eu « entre 2 900 et 3 200 pédocriminels » dans l’Eglise catholique en France depuis 1950, selon le président de la commission d’enquête, Jean-Marc Sauvé.”

Et pourtant ce sont les prêtres qui régissaient notre sexualité lorsque j’étais enfant. Qui nous obligeaient à nous confesser de nos petits plaisirs naturels.

Je pense que les chiffres du Monde ne sont pas à la hauteur du problème, il en manque…beaucoup.

Conclusion

Ces problèmes sont directement liés au pouvoir, aux attitudes liberticides liées qui permettent aux censeurs, aux donneurs de leçons, de maintenir la population dans la servitude.

Ici, nous combattons cela, Bercy est le fer de lance, le bataillon avancé, de tout ces esclavagistes.

Il faudra bien les pendre, ils ne se remettront jamais en question, car il ne faut pas perdre de vue que harceler, torturer, soumettre, ils aiment ça, ils n’aiment que ça.

Tout le reste de leurs discours, l’égalité, la protection de la planète, etc… n’est que l’excuse qui leur permet d’assouvir leur passion de pouvoir, leur satisfaction de contraindre, de faire du mal.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Quand les informations rejoignent enfin ce que nous disons depuis si longtemps

  1. Quand on voit qu’à Marseille le maire est incapable de demander aux éboueurs d’effectuer leurs heures de travail, il y a quelque chose de pourri en France.

  2. Cher Henri comme vous avez raison. Des administrations, des institutions françaises sans contrôle et contre-pouvoir, sont soumises à l’abus de pouvoir et à la médiocrité des hommes. Ce qui ne se contrôle pas ne progresse pas.
    Peu de Personnes ne nous comprenaient, tout le monde nous a jugé, jusqu’au jour où ces personnes dont Mr Didier RAOULT sont dans la même situation que nous!
    “Passant français, souviens toi qu’un jour j’ai été ce que tu es et que tu deviendras un jour ce que je suis”
    Nelson Mandela que j’ai rencontré, Disait= « Ce qui est fait pour nous, que d’autres ont décidé sans nous, est en réalité contre nous »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *