On ne sait vraiment pas où l’on va !

On ne sait vraiment pas où l’on va !

Un troupeau de moutons court vers un but inconnu. L’un d’eux interroge celui qui court à côté de lui. « Qui a donné l’ordre ? », lui demande-t-il. Et l’autre répond : « Quel ordre ? ».

Il s’agit évidemment d’un dessin humoristique. Nos deux moutons seraient français que cela ne nous étonnerait pas. Tant il est vrai que notre pays ne sait manifestement pas où il va. Certes nous avons un président de la République qui multiplie les discours. Nous avons aussi des hommes et des femmes politiques qui parlent à longueur de temps. Et les réseaux sociaux regorgent de déclarations péremptoires. Au bout du compte, on n’est pas plus avancé qu’au début.

L’homme préhistorique était un sacré bavard. Il parlait sans cesse. La raison était qu’il ne prenait pas le temps de réfléchir, et probablement qu’il n’en était guère capable. Il a fallu un million et demi d’années pour que la pensée grecque s’épanouisse. Depuis, l’humanité n’a pas fait beaucoup de progrès intellectuels, sauf bien sûr en matière scientifique au cours des deux derniers siècles, où ses avancées ont été fulgurantes.

La médecine a progressé de façon spectaculaire au cours du dernier demi-siècle. Mais si la science des médecins nous éblouit aujourd’hui, il n’en va pas de même de leurs discours. On a pu le constater au cours de la pandémie de covid 19. Les disputes académiques ont donné une triste image de l’art médical. Les hommes de l’art se sont disputés comme des chiffonniers sur le bon traitement de la maladie, alors que les bases du diagnostic et du traitement étaient évidentes. Et si l’on en était resté à la dispute ! Les politiciens s’en sont mêlés avec passion, comme si leur autorité était mise en jeu par l’administration d’hydroxychloroquine ou d’ivermectine ! La figure haute en couleur (et en savoir) du Pr Raoult a donné au tableau général les teintes éclatantes d’une dispute homérique.

Les chaînes d’information ont donné un spectacle navrant, où d’éminents médecins racontaient n’importe quoi, au mépris de toute logique, et se chamaillaient sans dignité, arbitrés par des journalistes dépassés par les évènements et qui finissaient par trancher les débats du haut de leur ignorance. Mais si les journalistes ont des excuses, n’étant pas omniscients, les professeurs de médecine n’en ont aucune, au moins quand ils parlent de leur discipline.

J’en suis arrivé à réclamer une réforme des études de médecine, où l’on inclurait la philosophie grecque, de façon à permettre aux futurs praticiens de raisonner à la façon d’Aristote.

Quand les élites d’un pays – et Dieu sait que les médecins constituent une élite – en sont arrivées à ne pas mieux se conduire qu’un marchand de frites, il est temps de réagir. Je m’aperçois d’ailleurs que je suis injuste avec les marchands de frites. Ceux qui nous régalaient au sortir de la faculté de médecine méritent toute notre gratitude. Ainsi va l’humanité. La solidarité des hommes est le maître mot. A condition de la laisser entre des mains sincères.

L’aventure humaine a quelque chose de stupéfiant. L’homme est capable de construire n’importe quoi et d’en faire un usage inattendu. Puis de le transformer à nouveau jusqu’à ce qu’il ressemble à un animal apocalyptique. Bref, à force d’inventer, l’homme finit par ne plus savoir où il va.

Mais l’objectif majeur de l’homme est d’aller aussi loin que possible en direction de l’horizon. Puis d’en dépasser la ligne. « Et ainsi de suite », disait Tchékhov. C’est ainsi que les hommes ont atteint le chiffre de 8 milliards et rien ne dit qu’ils s’arrêteront là.

Quant aux hommes qui vont devoir patienter jusqu’au moment de savoir s’ils seront encore plus nombreux, on leur souhaite bien du plaisir ! Il reste encore quelques disciples de Malthus. Mais l’Angleterre ne règne plus sur le monde et leurs propos se diluent dans la masse humaine. Il n’empêche que le problème est posé. Certains pays asiatiques semblent l’avoir résolu. Ils nous annoncent une forte réduction de leur population dans une cinquantaine d’années.

Que l’homme ne sache pas où il va, c’est une évidence. Que l’humanité n’ait pu, jusqu’à présent, faire émerger en son sein de véritables grands penseurs en est une autre. Ce n’est pas faire injure aux penseurs que vénère l’humanité que de leur donner finalement une note médiocre. Au fond, ils n’en savent pas plus que l’homme moyen. Peut-être faudrait-il chercher dans les rangs des humoristes. Leur art de cibler tel trait de caractère ou de comportement nous en dit beaucoup plus sur la nature humaine que les écrits de tel philosophe.

Qu’on me permette de terminer sur un propos de Louis de Funès. Interrogé sur ce qu’il aimerait jouer, alors qu’il a atteint la célébrité, il a répondu que ce qu’il aimerait tourner, ce sont des scènes comme dans « Les belles bacchantes », où il joue un policier et imite les cris du poulet. Bien entendu, De Funès a compris depuis toujours que la dérision et l’absurde nous renseignent sur la condition humaine mieux que de savantes études. Au fond, ce qui nous manque le plus dans les temps de crise, ce sont des acteurs capables de ramener les évènements à leur aspect comique et donc de nous les faire craindre moins. Autrement dit, de nous donner du courage !

Claude Reichman

 

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (7 avis)
Loading...

2 réflexions sur « On ne sait vraiment pas où l’on va ! »

  1. Vous êtes très optimiste, mais il y a plusieurs niveaux.

    Nous savons que la France va dans le mur, gérée par des tocards d’une nullité abyssale. La France ne va plus dans le mur, elle est en train de rentrer dedans. La carrosserie avant commence à se déformer. L’écrasement des structures a commencé. Les patrons de PME font leurs calculs et voient qu’ils ne vont pas s’en sortir. La montée des faillites a déjà démarré et ce n’est qu’un début. Il ne faudra pas plus de quelques mois pour que 80% de l’économie soit au sol, industrie et commerce. L’effondrement des ressources de l’État qui ne peut plus emprunter va anéantir les services publics et la sécurité sociale. On sera donc à la base du grand “reset”, mais peut-être pas celui que la haute finance avait à l’esprit. Dans un dernier sursaut, l’État va racler les fonds de tiroirs, les réserves des caisses de retraite qui en ont, les économies des Français. La considération pour les gouvernants est déjà franchement négative, elle va sombrer dans la haine. Ça va péter.

    Maintenant, on sait qu’il faut purger totalement la gouvernance actuelle pour repartir sur des bases républicaines, démocratiques et débarrassées de la corruption majeure du système présent. Il faut y croire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.