L’insécurité des uns paie la sécurité des autres.

Jusqu’où peut aller le fantasme sécuritaire et jusqu’où peut aller le stress de l’insécurité ?

D’abord convenons que tout cela, est à la fois objectif et subjectif, évolue dans un même temps lui-même relatif évidemment. La seule réalité absolue de la vie est la mort, pour le reste elle n’est qu’incertitude et insécurité liées.

La sécurité est un état qui n’existe que dans le présent, l’idée de sa pérennité ne peut être qu’un sentiment, une émotion, un rêve, rien de plus. Et pourtant c’est le moteur de l’humanité.

COVID

Lorsque COVID est arrivée le tableau informatif était effrayant, majoritairement la population s’est confinée pour se protéger. Les hommes de l’Etat, le nez au cul de la population, se sont appropriés la pulsion majoritaire du confinement à l’aide de leur gadget préféré : la loi.

Satisfaction générale des confinés, oui mais…

Pour qu’ils se confinent égoïstement il a bien fallu que certains s’exposent. Le chauffage, la nourriture, les distractions, les soins, etc… tout cela ne leur a pas manqué parce que d’autres l’ont payé de leur insécurité.

Cet échange est aujourd’hui oublié, personne n’en parle, mais ceux qui l’on fait une fois ne le referont peut-être pas aussi facilement à l’avenir. Les premiers pompiers à Tchernobyl y sont allés de bon cœur, ils n’y retourneraient pas.

Pour COVID la question ne se pose pas, elle est apprivoisée, dont acte. Mais pour les autres risques, présents ou à venir, pas sûr que des candidats vont se précipiter au secours de la sécurité des autres en payant eux le prix de l’insécurité.

Les fonctionnaires

Voilà des gens qui par le passé payaient d’un petit salaire le statut sécuritaire dont ils jouissaient. Je parle de la sécurité de l’emploi, de l’absence de sanction, d’une retraite sûre, d’une noble indifférence aux résultats, toutes ces choses qui font écran entre eux et l’insécurité.

Tout cela a un coût, payé par ceux qui s’activent dans l’insécurité, voire la précarité.

Aujourd’hui ce statut des fonctionnaires est toujours là, mais, en plus, leur salaire a tellement grimpé qu’il dépasse largement celui de ceux qui le financent de leur insécurité : les travailleurs du privé, salariés ou patrons.

Le stress de ses derniers, lié à l’insécurité qu’ils assument pour la sécurité des fonctionnaires, est arrivé à un point de non-retour. La probabilité qu’ils refusent de continuer est importante.

Mettons-nous à leur place. L’insécurité du secteur privé est devenue telle que les retours économiques censés le dédommager sont actuellement ridicules. Cela tient au fait que le coût de la sécurité des fonctionnaires a atteint de tels sommets que les prélèvements sur les revenus du secteur libre en insécurité compensatoire sont disproportionnés, confiscatoires, dolosifs.

Voilà donc où nous en sommes

Très proches de la débâcle de 1940.

Quand la population fuyait l’insécurité à venir, se jetant par cette fuite dans une insécurité plus grande encore. De la même façon qu’aujourd’hui, elle s’était bercée d’un sentiment de sécurité qui ne correspondait à aucun effort le justifiant. Personne alors ne voulant affronter l’insécurité de sa vie pour la sécurité de cette lâche population.

Nous sommes très près de la débâcle. Elle sera d’abord économique, puis sans doute rapidement physique quand l’essentiel viendra à manquer et que les pillards pointeront le bout de leur nez.

Avant ou après la présidentielle ? Les paris sont ouverts.

Bien à vous. H. Dumas

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 4,38 sur 5 (8 avis)
Loading...

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

3 réflexions sur « L’insécurité des uns paie la sécurité des autres. »

  1. Pourtant la présence des syndicats chez les fonctionnaires est arrivée à cette dérive qui peuvent bloquer le pays puis ensuite négocier à huit clos les compensations. Les salaires, les vacances, l’absentéisme, les retraites etc sont à des niveaux irréalistes.
    Pendant l’isolement les fonctionnaires sont bien restés chez eux et ont été payés 100%, on en parle jamais et encore moins de leur solidarité.

  2. Jamais compris pourquoi il fallait applaudir à 20 heures des gens payés pour soigner les gens. La visite filmée un après midi du petit mec de l’Elysée a montré une autre réalité de l’hôpital : des personnels qui glandaient massivement et qui osent se plaindre du manque de moyens.

    Personne n’applaudit les pompiers qui eux jouent leur peau tous les jours.

  3. Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France dans la gestion de la santé mais pas seulement car ce système est dans toutes les administrations, une liste pour démonstration de la gabegie administrative:
    * Le Ministre de la Santé
    * Le Directeur général de la Santé
    * La Direction de Santé Publique France
    * Le Directeur de la Haute Autorité de Santé
    * les Directeurs des Agences Régionales de Santé
    * Le Directeur de l’Agence Nationale Sanitaire
    * la Direction de l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé : Epidémiologie-France
    * Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire
    * L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et de la Santé.
    * …etc…etc
    * et Un nombre d infectiologues parisiens incroyablement et anormalement élevé (tous Professeurs …..)
    Mais comme tout cela ne suffit toujours pas !
    Et, à la suite de cette Épidémie, nos chers politiques, monstres d’efficacité, de pragmatisme, toujours soucieux d’économiser les finances publiques, vont créer :
    – le Haut-Commissariat de Lutte contre les Epidémies
    – Le Haut Conseil de Veille Sanitaire
    – L’Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale.
    5 000 fonctionnaires en plus (et les petits copains à placer) et où ça ? : à Paris, évidemment !
    La prochaine fois, on aura peut-être des masques mais il va manquer les gants ! Cool…
    La médecine française croule en effet sous “l’administratif centralisé”… géré par des technocrates dits “experts”, mais devenu totalement ” incompétents par une administration !
    Alors, les taxes augmentent ainsi que les impôtsc’est inévitable, les revenus des retraités ne progressent plus depuis + de 15 années, les salaires sont au plus bas;
    r
    Mais qui s’indignent vraiment … Car il va falloir payer grassement tout ce petit monde !
    “Les administrations, les politiques, l”ETAT fonctionnaires comptent sur vous !!”

    Rappel= Balance commerciale de la France et de l’Allemagne 2019 2020 en milliards d’€ = France – 72/-82 et Allemagne +182/+228, Cliquez sur le lien pour lire la suite : http://injustice.blog.free.fr/public/Balance_commerciale_France_Allemagne_2019_2020.jpg .

    Ma conclusion, la France est bien en déclin, et il n’y a pas le pouvoir mais l’abus de pouvoir et donc la faiblesse des contre-pouvoirs citoyens qui ne permet pas un redressement, un sursaut..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.