Les vœux du président : entre déni et dissimulation

Moment imposé au cérémonial empesé, mais parfaitement inutile, de la république française, les vœux sont un symbole de notre système institutionnel mais aussi souvent un grand moment de propagande et cette année … n’a pas dérogé à la règle.

Nous avons eu droit à un long plaidoyer d’auto satisfaction et d’auto glorification mais certainement pas à un compte rendu exact de la situation.

Reprenons ses affirmations que j’ai reproduites in extenso :

« (…) un autre motif d’espoir est que, malgré l’épreuve sanitaire, la fatigue, la lassitude, notre pays continue d’avancer. Nous n’avons cessé d’œuvrer pour faire venir les entreprises, les emplois ; jamais depuis 15 ans le chômage n’avait été aussi bas, la réindustrialisation de notre pays est bien une réalité. Nous avons aidé les plus modestes d’entre nous, investi pour défendre la dignité de nos compatriotes en situation de handicap, nous avons pris des décisions claires pour mieux protéger nos enfants, accompagner nos ainés. Qui aurait pu penser qu’en 5 ans, nous aurions pu doubler le nombre de nos apprentis. Près de 700.000 apprentis en 2020. Là où nous aurions pu tout reporter, nous n’avons jamais renoncé à l’effort collectif, le contrat d’engagement jeune qui sera mis en œuvre en mars prochain, le pouvoir d’achat, le chèque énergie, l’augmentation de salaire des fonctionnaires les plus modestes, le changement climatique, la rénovation thermique des logements, notre agriculture avec l’assurance récolte, la retraite minimale à 1.000€, le déploiement de 2.000 maisons France service, et la gratuité de la contraception pour les femmes jusqu’à 25 ans, et la réforme de l’Etat, de notre haute fonction publique, avec la création de l’institut national du service public, rien que dans ces dernières semaines et les prochains mois, des décisions ont été prises et seront prises qui changeront la vie. La France, malgré les épreuves, est donc plus forte aujourd’hui qu’il y a deux ans. Tout cela c’est grâce à vous, grâce à nous tous, à notre esprit de résistance, notre solidarité, notre civisme, notre engagement et notre esprit d’entreprendre. Alors au moment où je m’exprime devant vous, ce soir, je peux vous dire que je suis résolument optimiste pour l’année qui vient, pour notre nation, pas simplement pour 2022 mais pour les années qui viennent (…) »

Mon premier réflexe a été de constater le manque de cohérence du texte ; à tel point que je me suis demandé qui avait bien pu lui rédiger un tel discours … à moins que notre président, dont les envolées « lyriques » sont désormais bien connues, n’ait pas pu résister au désir de l’improvisation !

un autre motif d’espoir est que, malgré l’épreuve sanitaire, la fatigue, la lassitude, notre pays continue d’avancer : oui il continue d’avancer vers toujours plus de dettes et une situation toujours plus dégradée et il faudrait être bien naïf pour croire que cela va bien finir,

Nous n’avons cessé d’œuvrer pour faire venir les entreprises, les emplois : certes mais les entreprises ne sont pas venues … épouvantées par le système fiscal et social français. Vous en doutez ? Sachez que les banques qui ont quitté la City de Londres à la suite du Brexit sont allées aux Pays Bas ou en Allemagne … mais pas en France ; et tout le reste est à l’avenant …

jamais depuis 15 ans le chômage n’avait été aussi bas : c’est vrai mais ce n’est pas dû à des créations d’emplois mais à un « écrémage » forcené des statistiques du chômage ; autrement dit cette baisse est totalement artificielle. En réalité, nous avons toujours environ 6 millions de demandeurs d’emploi dont beaucoup sont tombés dans l’assistanat (RSA en particulier) et ont fini par abandonner … En fait, nous avons un chômage structurel incompressible très élevé comparé à des pays comme l’Allemagne ou les Pays Bas (3.5% contre 8% en France). En gros, c’est beaucoup mieux que si c’était pire !

la réindustrialisation de notre pays est bien une réalité : Malheureusement, c’est totalement faux. Bien au contraire, le tissu industriel continue à se déliter et nous avons le plus faible taux d’industrialisation avec la Grèce … qui n’est pas franchement un exemple (mais la Grèce a toujours été pauvre) ! L’Allemagne a un taux de 22% (pour un PIB de 3.286 Md €) nous sommes à 10% (pour un PIB de 2.403 Md€) ! Cette dégradation se perçoit très bien à travers le bilan de nos échanges internationaux car là où l’Allemagne caracole avec 220 Mds € d’excédents nous plongeons avec 80 Mds€ de déficits pour 2021 !

La conclusion qui s’impose est que si nous n’avions pas l’€ pour monnaie nous serions dans l’obligation d’enchainer les dévaluations monétaires pour faire face à la dégradation financière due à l’épuisement des réserves de change (ce qui s’est passé à partir de 1981 à la suite des « expériences économiques » de F Mitterrand …).

Nous avons aidé les plus modestes d’entre nous, investi pour défendre la dignité de nos compatriotes en situation de handicap, nous avons pris des décisions claires pour mieux protéger nos enfants, accompagner nos ainés : le président fait sans aucun doute référence à notre fameux système social si couteux que nous finançons grâce à l’emprunt car nos dépenses courantes sont désormais financées à 50% par l’emprunt ; situation intenable à terme ! Mais, bien évidemment, on ne peut pas laisser dans la misère absolue de millions de personnes sans ressources.  Accessoirement, rappelons au président que les dépenses sociales ne sont pas un investissement, il s’agit d’une dépense nette.

Près de 700.000 apprentis en 2020 : C’est très bien si cela débouche sur un emploi. En attendant les jeunes en apprentissage … ne gonflent pas les statistiques du chômage et ce satisfecit ne serait-il pas fait plutôt pour masquer l’effondrement de notre système éducatif et la chute dans les classements internationaux ?

le pouvoir d’achat, le chèque énergie : oui le pouvoir d’achat a été globalement plus ou moins maintenu au prix de dépenses publiques colossales et les chèques énergie et inflation (entièrement financés par l’emprunt) sont une conséquence du mouvement des gilets jaunes ; c’est à dire que le gouvernement a eu peur de mouvements de foule qui feraient désordre en cette période préélectorale.

l’augmentation de salaire des fonctionnaires les plus modestes : avec 5.6 millions de fonctionnaires, toute augmentation de salaire de cette catégorie socio-professionnelle prend des proportions financières catastrophiques. Mais, il ne faut pas oublier que les fonctionnaires sont l’électorat de base d’E Macron ; avec une telle mesure c’est donc brosser le futur électeur dans le sens du poil !

le changement climatique, la rénovation thermique des logements : A partir d’un évènement non avéré nous nous engageons dans des dépenses absolument inutiles et la rénovation des logements qui est imposée aux loueurs privés est faite sans que l’on se soit assuré qu’ils auraient les moyens de les financer ! Lorsqu’on aboutira à une catastrophe du marché locatif, on trouvera bien des moyens de dépenser l’argent que nous n’avons pas pour éviter le pire.

la réforme de l’Etat : c’est la tarte à la crème de nos politiciens/fonctionnaires/politiciens ; malheureusement il n’y aucun réforme de l’Etat d’ailleurs cela ne veut rien dire. La seule réforme qui vaille est la diminution de l’action et de l’interventionnisme de l’Etat mais cela n’est pas du tout prévu ; c’est même exactement le contraire qui se produit !

la réforme de notre haute fonction publique, avec la création de l’institut national du service public : changer le nom de l’ENA ne changera pas un système qui s’auto reproduit et qui contrôle tous les rouages du pays. Ce qu’il faut faire c’est supprimer le statut de la fonction publique … anomalie juridique typiquement française mais ce n’est pas prévu !

La France, malgré les épreuves, est donc plus forte aujourd’hui qu’il y a deux ans : c’est malheureusement exactement le contraire, la situation est devenue extrêmement fragile. Grâce à l’action du gouvernement, la dette publique a bondi de 100% à 120% du PIB et culmine désormais à 2.750 Md€ et la triste vérité est que nous sommes, tout comme l’Italie de M Draghi, pendus aux basques de la BCE pour faire continuer le plus longtemps possible cette émission monétaire qui permet de régler à court terme tous les problèmes de trésorerie … même si cela doit aboutir à la ruine des français par l’inflation. Cela veut dire que son affirmation quant au pouvoir d’achat est juste ponctuel et que la réalité est qu’à terme les revenus des français vont s’écrouler laminés par l’inflation dont on sent déjà les effets !

Grâce à l’action volontariste de notre président, la France est surtout devenue le chef de file des pays de l’Union Européenne en difficulté et cela provoque d’ailleurs un conflit au sein de la BCE quant aux suites à donner à cette politique monétaire accommodante car l’ensemble des pays du nord veut stopper ce mécanisme auto destructeur alors que France et Italie veulent son maintien à tout prix !

je suis résolument optimiste pour l’année qui vient : cela ne coute rien de le dire même s’il n’en pense pas un mot ; alors qu’une grande majorité des français voient 2022 encore pire que 2021. La réalité est que la population est en pleine dépression et broie du noir …

En conclusion, entre affirmations non fondées et pur déni, E Macron, qui masque le bilan clairement catastrophique de son quinquennat,  se perçoit comme le grand ordonnateur de toutes choses et essaie de faire croire au côté positif de son action et de celle de l’Etat (comprendre l’ensemble de la caste de la haute fonction publique).

La réalité est beaucoup, beaucoup moins glorieuse.

En fait, c’est même exactement l’inverse : là où l’Etat se mêle de gestion et de contrôle, cela finit toujours  en catastrophe économique et financière !

Le taux de chômage, qui reste particulièrement élevé en France, est seulement du à l’action de l’Etat, à la fiscalité et aux charges sociales et à un droit du travail « soviétique » qui ne permet aucune flexibilité. Fort logiquement, si les entreprises ne peuvent pas licencier (ou seulement à un cout exorbitant) elles n’embauchent pas !

L’Etat ne créé pas d’emplois, il crée des postes de fonctionnaires (en forte augmentation en 2020) qui ne sont pas des emplois productifs, mais des emplois dont la charge est nécessairement supportée par la collectivité et plus particulièrement par le secteur privé !

On savait que le président n’avait que des notions très fragmentaires d’économie ; cela se confirme !

Quand on ajoute à ces mises au point, la dégradation de la situation économique, l’endettement démentiel (le quoiqu’il en coute), la paupérisation de la population, l’édiction de normes et de contraintes écologiques qui vont pénaliser inutilement la population (du moins la plus pauvre), l’augmentation de la délinquance et de l’insécurité, le constat est bien évidemment très éloigné des propos du président …

Il faut prendre ces vœux pour ce qu’ils sont : Une tentative un peu misérable d’auto absolution et de dissimulation de la réalité de la situation pour ne pas avoir à avouer que lui et les membres de son gouvernement ont été très mauvais et que la situation est en fait catastrophique. C’est aussi une basse manœuvre de récupération des voix en vue des prochaines élections présidentielles ; LE moment républicain de la France auquel E Macron compte fermement se représenter !

Reconnaitre la réalité des faits serait admettre la prise de décisions incohérentes et contraires à propos de questions sur lesquelles ils n’avaient pas la moindre idée. L’histoire du Covid est l’histoire de gens au pouvoir qui ne savent pas ce qu’ils doivent faire et qui se persuadent qu’il faut agir, quitte à faire n’importe quoi, pour ne pas avoir l’air de ne pas savoir.

L’élite, (la crème de la crème – on le leur a dit et répété au soir de leurs 22 ans lorsqu’ils ont intégré l’ENA), ne peut pas avoir l’air d’ignorants !

Tout le monde n’est pas W Churchill pour reconnaître la gravité de la situation et promettre aux britanniques, en 1940 face à un IIIème Reich triomphant, de la sueur, du sang et des larmes !

Déjà, à cette époque, notre élite, réfugiée dans le mensonge et la lâcheté, avait accepté avec enthousiasme une honteuse capitulation avant de se vautrer dans la collaboration !

Bien cordialement à tous et meilleurs vœux pour 2022 !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat jusqu'à ce que je sois excédé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, je suis persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 thoughts on “Les vœux du président : entre déni et dissimulation

  1. ‎Rappel: “La France est le pays qui a proclamé les droits de l’Homme, mais pas celui qui les applique ! ”
    On peut facilement éliminer une vraie dictature, mais il est très difficile d’éliminer une fausse démocratie.= ” La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où grâce à la consommation et au divertissement les esclaves auraient l’amour de leur servitude.” Aldous Huxley (1864-1963), écrivain britannique, auteur du livre “Le Meilleur des Mondes”

  2. La France est le pays qui a proclamé les droits de l’Homme, mais pas celui qui les applique !
    Quand la vérité n’est pas libre la liberté n’est pas vraie « jacques PREVERT »
    Un peuple de moutons finit toujours par engendrer un gouvernement de loups.
    De Confucius : La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas.
    Explication pourquoi la France est un système totalement corrompu= cliquez pour lire la suite : http://injustice.blog.free.fr/public/Explication_du_systeme_corrompu_a_quelqu_un.jpg

    Alors pourquoi la France est en déclin != En France il n’y a pas le pouvoir mais l’abus de pouvoir et donc la faiblesse des contre-pouvoirs citoyens.
    Les peuples forts sont ceux qu’anime, dans la vie publique, l’esprit d’Union, de Respect, de discipline, et d’un comportement exemplaire des dirigeants politiques. Le comportement est plus important que les objectifs et d’ailleurs Le Général Charles De Gaulle l’avait non seulement compris mais imposé à toute son équipe ministérielle. Car sans un comportement exemplaire une nation ne pourra pas réaliser les objectifs. Un pays est cultivé non en raison de sa fertilité ou de son économie, mais en raison de sa liberté !
    Tout cela permet à la nation de présenter un corps solide, les peuples forts sont ceux qui possèdent, dans la vie privée, l’esprit d’audace et d’initiative de sorte que l’individu s’y développe et entreprend sans cesse. Les peuples qui possèdent ces qualités s’élèvent, les autres déclinent et le plus ou moins d’instruction n’a rien à y voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.