Les petits hommes gris

Que risquent-ils quand ils décident ? Qui sont-ils ? Des individus élus ? Généralement non, ce sont des technocrates du terrain qu’ils n’ont jamais embrassé. Nous les trouvons partout comme des fonctionnaires – fourmilles, par leurs idées de basse fréquence de notre société. Les heureux élus dans le registre « d’une démocratie » occidentale et européenne ne sont que des VRP des mêmes œuvres, hautes peut-être mais le plus sûrement basses … Tandis que la Commission de Bruxelles, non élue, poursuit …

Bref, qu’il en soit ainsi …

Mais pas tout à fait. Quand on annonce une thèse, il y a toujours une antithèse qu’il nous est nécessaire d’exploiter aussi. C’est le profil d’un sujet traité dès l’apprentissage d’établir une rédaction depuis la 6ème, après le CE2 pour ceux qui sont perdus, quand j’y étais.

Plus tard, bien plus loin dans mes études scolaires, une thèse sans antithèse pour passer à la synthèse ou au pire directement à la conclusion, m’a toujours parue suspecte. Un exemple ? Prenez Elise Lucet, l’égérie de France Télévision dans le journalisme d’investigation pour nous parler des paradis fiscaux sans évoquer les enfers fiscaux dont nous faisons partie. Le sujet est-il couvert ?

C’est ainsi que nous sommes gouvernés à présent par ces hommes gris jusqu’à l’absurdité rationnelle, quand notre libération via l’Occident venait de notre pléiade du siècle de nos « lumières », de nos illustres qui ont grandement contribués à redistribuer les cartes en faveur de l’individu, comme un responsable et non un simple servile de celui qui le nourrit, créateur de richesses, mais bien moins de l’éternel inquisiteur.

Vous remarquerez que l’éternel inquisiteur s’est appuyé, du moins dans une autorité verticale comme la nôtre, sur des syndicats nationaux qui ne représentent personne sauf par les cotisations qu’ils perçoivent de tous pour limiter le créateur de richesses, à propos certes dans ses dérives. Mais il est allé bien plus loin pour empêcher le bonheur de tous. Pouvoirs et pseudo pouvoirs tiennent la caisse dans un déni de démocratie où tous les salariés, le sésame de ce régime communiste de façade, cotisent sur leur fiche de salaire sans s’en apercevoir pour les percepteurs sans rendre comptes.

Mais presque tout le monde abhorre cette égérie d’une vie socialiste bienveillante qui percole quoi qu’il en coûte avec une matrice de santé qu’ils adorent, fi des déserts médicaux, des files d’attente et bientôt de la ségrégation entre les « vaccinés » et les « non-vaccinés ».

Le quoiqu’il en coûte, n’ayez pas peur ! Ou plutôt si ! De l’argent est créé de nulle part par des planches à billets de Banques Centrales pour servir une Matrice en banqueroute ou plutôt en contrôle. La sortie de route ne va pas venir du remboursement échu de ces dettes en revolving d’un puits sans fond, mais d’un « Reset » préjudiciable à quiconque possède, 

Bien à vous !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (2 avis)
Loading...

2 réflexions sur « Les petits hommes gris »

  1. Pauvres France le ridicule ne tue pas encore ce pays en déclin. Les écolos et EELV sont-ils contents des taxes exagérées soit-disant pour l’écologie, un mensonge, et qui ne sont créées que pour financer les déficits abissaux français qui appauvrissent les citoyens les plus en difficultés!

    1. Erratum= Pauvres France le ridicule ne tue pas encore ce pays en déclin. Les écolos et EELV sont-ils contents des taxes exagérées soi-disant pour l’écologie, un mensonge, et qui ne sont créées que pour financer les déficits abyssaux français qui appauvrissent les citoyens les plus en difficultés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.