Les Français vont souffrir !

Les Français vont souffrir !

Il fut une époque où quand un enfant refusait un plat au dîner, il se voyait menacé de se le voir servir à nouveau au petit déjeuner du lendemain matin. Elevé par sa grand-mère, Emmanuel Macron connaît le procédé. Et il en use à l’égard des Français. Candidat à l’élection présidentielle, il s’en était allé déclarer à Alger que « la colonisation est un crime ». Et voilà qu’il nous ressert la formule sous la forme de la nomination de M. Pap Ndiaye comme ministre de l’Education nationale.

M. Ndiaye est un universitaire devenu adepte de la pensée woke au cours d’un séjour aux Etats-Unis. Ne s’étant rendu compte que sur le tard, selon ses dires, qu’il était noir (en réalité métis, car son père était sénégalais et sa mère blanche) il a viré à l’indigénisme, qui consiste à inventer des racines noires à la civilisation française. La version originale de cette tendance est née en Amérique et se réfère aux populations originelles de ce continent.

De tous temps, l’homme s’est inventé des origines et a construit des mythes autour d’elles. On a même vu un certain Macron se prendre pour Jupiter et en faire un système de gouvernement, vite abandonné au profit d’un interventionnisme de chaque instant.

Alors pourquoi pas des origines noires à la France ? En réalité, notre ancêtre, homo sapiens, est bien venu d’Afrique, il y a quelques dizaines de milliers d’années. Mais il est impossible de savoir, même en consultant les travaux des paléoanthropologues, s’il était noir de peau. Ce qu’on sait depuis peu, c’est que nous avons quelques traits néanderthaliens dans notre génome, contrairement à une thèse antérieure qui prétendait à l’absence de toute interfécondité entre ces deux espèces d’hommes qui se sont rencontrées en Europe.

Tout cela pour dire que l’on ferait mieux, en politique, de s’en tenir à ce que l’on sait et qui, concernant la France, a conduit notre pays à adopter une politique coloniale que Clémenceau rejetait et que Jules Ferry préconisait au motif qu’il fallait « civiliser les races inférieures ». De ce choix découle, à la suite des mouvements de l’histoire, une importante immigration, en France, de populations anciennement colonisées qui, faute d’une politique d’assimilation, posent de sérieux problèmes au pays.

Il me semble qu’on pourrait s’en tenir là et ne pas aller chercher dans le passé des idées plus ou moins imaginaires pour tenter d’influer sur la politique contemporaine.

Il n’en reste pas moins qu’en nommant M. Ndiaye à l’Education nationale, M. Macron a non seulement voulu damer le pion à M. Mélenchon, grand adepte de la créolisation, mais surtout provoquer les Français comme il n’a cessé de le faire depuis son élection. En réalité, cette attitude est vraiment la marque de fabrique d’Emmanuel Macron qui, selon d’éminents experts psychiatres, souffre d’un narcissisme le poussant à ignorer les réactions d’autrui et à ne manifester aucune empathie envers celles-ci.

Pour dire les choses simplement, M. Macron poussera les Français jusqu’aux ultimes retranchements de leur patience et quand il s’en verra rejeté, leur reprochera de ne pas l’aimer et leur en fera porter la faute. A cet égard, il eût été raisonnable de ne pas installer le petit Emmanuel au sommet de l’Etat, où il ne peut faire que des bêtises. Mais comme disait sans doute sa grand-mère, « ce qui est fait est fait ».

Bien entendu, on a connu dans l’histoire des souverains étranges. Pour nous en tenir à notre passé romain (qui est quand même plus affirmé que nos racines africaines), on peut citer Néron et Caligula. Il se peut que les historiens aient noirci leur mémoire, mais ce qu’on lit d’eux dans les livres rend méfiant à l’égard de tout pouvoir impérieux. Les électeurs qui ont glissé dans l’urne un bulletin au nom d’Emmanuel Macron seraient bien étonnés s’ils se voyaient soudain vêtus d’une toge, ce qui leur permettrait sans doute de mesurer le caractère irréel de leur vote en ce vingt-et-unième siècle où l’instinct les plus fou ressurgit d’un passé qu’on croyait enseveli à jamais.

Quand des évènements stupéfiants se produisent, on doit rechercher des éléments de notre passé et de celui de l’espèce pour conforter son appréciation. C’est pourquoi la nomination à l’éducation nationale d’un intellectuel peu représentatif du peuple pose un problème de société. Tout, dans l’étrange aventure de la présidence Macron, est de nature à nous inquiéter. La France a élu un président qui ne ressemble pas aux Français. Il ne faut pas s’y tromper : c’est une grave faute politique. J’y vois une conséquence évidente : les Français vont souffrir. Ce ne sera pas la première fois dans l’histoire. Et même si, une fois encore, ils ne comprennent pas pourquoi, ils sauront au moins par la faute de qui !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (7 avis)
Loading...

1 réflexion sur « Les Français vont souffrir ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.