Les Antilles, miroir grossissant des problèmes structurels français

Les départements des Antilles françaises se révoltent contre le pass sanitaire et la vaccination !

Allons, allons, vous n’allez pas vous laisser abuser par des propos de circonstance, colportés par une presse soumise aux ordres du pouvoir, et qui constituent le plus souvent de simples prétextes à des émeutes récurrentes dans ces départements.

Ce n’est un secret pour personne, les quatre DOM, départements d’outre-mer (Guyane, Martinique, Guadeloupe et Réunion), qui ont aussi le statut de régions, vivent sous la perfusion permanente de l’argent de la métropole.

La Guadeloupe est la région qui perçoit le plus de transferts nets en faveur des ménages (9.100 €/habitant), devant la Martinique (8.100 €/habitant) et la Réunion (7.800 €/habitant) et, multiplié par le nombre d’habitants, cela donne le vertige des sommes ainsi transférées sans aucun bénéfice autre que celui d’y assurer, difficilement, la paix sociale.

Ces départements ont en fait une économie artificielle, sans aucune activité réelle autre que le tourisme. Pas d’industrie, peu d’artisanat, mais un niveau de vie incomparable par rapport à celui des iles de la région. Ils constituent donc des pôles d’attraction importants pour les populations de ces iles voisines qui souhaitent améliorer leurs conditions de vie.

L’emploi est constitué essentiellement par des cohortes de fonctionnaires tandis qu’une part importante de la population survit grâce à des gigantesques aides sociales expédiées en flux continu par Paris.

Il y a bien sûr la culture de la banane mais la banane antillaise n’est pas compétitive en raison de couts salariaux beaucoup trop élevés par rapport à la concurrence, notamment des pays d’Amérique centrale. Elle ne peut donc être exportée que vers l’Europe grâce à des … subventions massives et à des couts de transport prohibitifs.

A cela, il faut ajouter deux facteurs supplémentaires :

-la population locale fait face à un énorme scandale sanitaire lié à l’utilisation persistante et criminelle d’un pesticide extrêmement dangereux à la fois pour les hommes et pour l’environnement (le chlordécone est écotoxique et persistant), pourtant interdit, qui a provoqué une vague catastrophique de cancers de la prostate.

-il existe une opposition ancestrale entre les blancs békés et les noirs ; c’est à dire entre les anciens maitres et leurs esclaves et cette opposition ne s’est jamais vraiment effacée car l’essentiel du patrimoine est détenu par les békés qui font clairement partie de la zone américaine alors que le reste de la population reste en attente des subsides de la métropole. (Ainsi, bien souvent les békés envoient leurs enfants suivre une scolarité (payante et couteuse) aux Etats Unis !).

Ce sont les békés qui détiennent toutes les grandes enseignes de super et d’hypermarchés ainsi que toutes les concessions automobiles et un grand nombre d’hôtels dont on apprend de temps à autre qu’ils/elles partent en fumée …

Les images, en provenance de ces iles, ont d’ailleurs montré des scènes de pillage d’hypermarchés ensuite incendiés notamment parce que la population d’origine africaine a une vengeance à assumer vis-à-vis des békés.

Vous l’avez compris, les émeutes ne sont pas liées à un problème vaccinal mais essentiellement à des revendications sociales et notamment financières. Clairement, les manifestants veulent plus d’argent et un meilleur niveau de vie, bien que celui-ci soit d’ores et déjà totalement incomparable avec celui des iles voisines (St Vincent, Dominique, Grenadines …), mais ils raisonnent en termes de niveau de vie métropolitain.

Alors, évidemment :

De l’autonomie, proposée par le ministre, ils ne veulent pas car il leur faudrait aussi une autonomie financière qui n’existe pas et il leur faudrait gérer un budget avec une fiscalité locale qui ne pourra que mécontenter tout le monde ; et, de toute façon, ils préfèrent se cantonner dans l’attitude des victimes (de l’esclavage, des conséquences de l’abolition de l’esclavage, de l’absence d’emplois, des aides sociales trop faibles …).

De l’indépendance, ils ne veulent surtout pas car ce serait la certitude de voir leur niveau de vie divisé par 4, du jour au lendemain, pour s’aligner sur celui des iles voisines qui sont essentiellement des anciennes possessions britanniques que les anglais ont eu l’intelligence de lâcher pour ne pas avoir à en supporter le cout ultérieur … sans compter les problèmes politiques !

Nous, nous avons fait l’inverse en faisant tout pour conserver un empire colonial avec des guerres postcoloniales en Indochine, en Algérie ; toutes perdues parce qu’il ne pouvait pas en être autrement, mais avec un cout astronomique !

Il n’est qu’à regarder la situation des Comores par rapport à celle de Mayotte, restée française, et vivant elle aussi sous perfusion de l’argent métropolitain.

Et les constats que j’avais faits dans divers articles (ici, ici et) restent bien évidemment toujours d’actualité.

– une économie est entièrement tournée vers l’Europe alors que ces iles sont situées en zone Amérique !

– la population recherche un mode de vie occidental à l’européenne qui coûte forcément cher puisque importé de métropole,

– la population vit pour une bonne part des allocations (toujours insuffisantes) ce qui l’entretient dans une dépendance et un assistanat vis-à-vis de la France !

– Le Smic s’y applique (du fait de la départementalisation) et les salaires moyens sont donc beaucoup trop élevés pour la structure économique locale et pour permettre à des entreprises de fabrication de prospérer eu égard au montant des revenus des pays limitrophes surtout que l’autarcie et la fermeture des frontières ne sont qu’une utopie !

Seules arrivent à prospérer des activités de commerce de détail, de type supermarché (grands et petits), où les habitants viennent dépenser leurs allocations et comme beaucoup de produits sont importés de métropole, les prix sont forcément plus chers qu’en métropole.

L’Etat fonctionnaire a bien essayé d’améliorer la situation économique par le biais des investissements défiscalisés dans le but d’y créer une activité locale ; ce qui était une manière de faire financer par le privé, moyennant des réductions d’impôts, l’économie locale. Sauf que c’est rarement rentable car, bien souvent, l’investisseur paie, dans le prix, l’avantage fiscal ; compte non tenu des risques locaux (faillites) et des risques fiscaux (ces investissements défiscalisés attirent les contrôles fiscaux « serrés » et donnent lieu à des redressements carabinés sur les montages qui sont remis en cause par Bercy).

Ces territoires cumulent en fait toutes les tares du système français : Pas d’emplois, pas d’avenir, assistanat généralisé, refus persistant de toute réforme, immobilisme, conservatisme, clientélisme, stagnation économique, dépendance financière et économique totale vis-à-vis de la France métropolitaine …

Ces iles éloignées sont des gouffres financiers inextinguibles et de plus en plus couteux … et leurs problèmes de plus en plus insolubles sauf … à la veille des élections où, magie du clientélisme politique, des tombereaux d’argent frais arrivent pour conscientiser l’électeur … et 2022 ne dérogera pas à la règle … alors que nous n’avons plus les moyens de nous lancer dans ce type de surenchère.

En fait, entre l’indépendance ou l’autonomie qui auraient pu donner des chances de développement à ces départements en prenant en considération leur localisation géographique, l’Etat français a choisi le sous-développement et l’assistanat, sans autonomie administrative ou financière ; un système quasi colonial où tout est décidé à Paris dans le cadre traditionnel de l’administration française toute puissante et omniprésente.

C’est donc le constat d’un échec !

Seulement, il faut aussi être conscient que ce qu’il s’y passe constitue simplement un miroir grossissant des dérives françaises car nous y avons un condensé de toutes les dérives, de tous les défauts et handicaps du système français, ils sont simplement amplifiés !

Ce qu’il s’y passe pourrait bien être notre avenir !

Pas très rassurant …

Bien cordialement à tous

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *