L’élite persiste à vouloir vivre dans une fiction

Cette fiction, c’est celle d’un monde qu’elle contrôle et qui fonctionne comme elle le désire voire pire comme elle l’imagine…

Le problème est qu’en fait tout va mal et que ce sera probablement pire dans les prochains mois.

La dette est hors de contrôle, la croissance totalement absente, l’inflation guette et les envolées lyriques de Bruno Le Maire ne sont qu’une posture destinée à garder une contenance face à un problème devenu désormais insoluble sans … des solutions radicales qui provoqueraient une révolte de la population !

L’élite craint l’explosion et la révolte et les gilets jaunes constituent, à cet égard, le souvenir cuisant d’une défaite totale. Il faut donc absolument anesthésier les français jusqu’aux élections de 2022 car, s’ils sont mécontents, ils vont voter mal et seraient capables, d’un coup de colère, de mettre au pouvoir un personnage d’extrême gauche ou pire d’extrême droite …

La perspective d’un duel E Macron/Marine Le Pen au deuxième tour n’était intéressante que tant que le premier était sûr de garder son avantage …

Pour l’instant, le gouvernement continue donc à distribuer sans compter l’argent qu’il n’a pas dans le seul but de camoufler la réalité d’une situation extrêmement dégradée qui va nécessairement apparaître un jour ou l’autre …mais, l’urgence est surtout de gagner du temps car, plus tard la population s’en apercevra, mieux ce sera.

Les promesses s’enchainent !

-les entreprises qui ne pourront pas rembourser les PGE … ne les rembourseront pas !

-on va déconfiner, on va rouvrir les établissements, vous allez pouvoir aller en vacances, à la plage …

-tout ira bien, il n’y aura pas d’impôts nouveaux …

Et bien entendu, on est prié d’y croire !

 Le problème est que l’élite fait fausse route en conservant des réflexes de pays riche disposant de ressources confortables et permettant de financer toutes nos lubies alors que malgré une augmentation de l’épargne de précaution, c’est bien à un appauvrissement de la population auquel on assiste.

Elle semble en effet avoir tout misé sur la transition énergétique avec l’adoption de mesures aussi mortifères qu’inutiles ; cette transition étant basée sur le mythe stupide et fallacieux  d’une énergie naturelle gratuite et inépuisable via des énergies dites renouvelables basées sur le soleil et le vent !

La réalité est que les « investissements » promis dans la transition écologique et le numérique, notamment à travers le plan de relance européen, sont des couts nets pour le contribuable ; sans retour sur investissement à court ou moyen terme. C’est donc mentir à la population que de lui faire croire que la transition écologique, via un mécanisme de subventions, rapporte !

En outre, on sait que les énergies dites renouvelables ne remplissent aucune des conditions requises pour être rentables et efficaces : à savoir abondantes, stables et bon marché !

La principale conséquence est un empilement invraisemblable de dispositions légales et règlementaires qui n’ont pour effet que de pénaliser l’activité économique et d’augmenter la fiscalité !

La loi pacte du 22 mai 2019

Malgré quelques mesures de simplification, elle a créé des obligations sociales et environnementales pour les entreprises privées tout en permettant à l’Etat de garder le contrôle sur les secteurs et entreprises stratégiques. Elle élargit la liste des secteurs soumis à la procédure d’autorisation préalable d’investissements étrangers en France tout en renforçant les pouvoirs d’injonction du ministre de l’économie et des finances.

Une première loi énergie climat du 08 novembre 2019

Elle prévoit :

-la sortie progressive des énergies fossiles et le développement des énergies renouvelables ; avec une réduction de 40% des gaz à effet de serre,

-la lutte contre les passoires thermiques en le interdisant à la location sans proposer de solution aux bailleurs à faibles revenus qui devront faire des travaux estimés à 16.000 € par appartement,

-l’installation obligatoire de panneaux solaires sur les nouveaux entrepôts et bâtiments commerciaux de plus de 1.000 m2

-l’instauration de nouveaux outils de pilotage, de gouvernance et d’évaluation de la politique climatique avec notamment l’obligation pour les entreprises privées du secteur financier de faire du « reporting climat » c’est à dire de faire un rapport sur l’influence de leur activité sur le climat dans le but d’avoir une « vue d’ensemble détaillée sur les actions d’une structure pour limiter le changement climatique et favoriser la transition énergétique ».

-la régulation du secteur de l’électricité et du gaz avec le soutien du secteur de l’hydrogène dont on sait qu’il constitue, en l’état de la technologie, une impasse technologique couteuse et dangereuse,

-la réduction de notre dépendance au nucléaire … comme si la fourniture d’une énergie abondante et bon marché à partir de centrales nucléaires amorties et en bon état de fonctionnement constituait une faute ou un handicap alors qu’il s’agit d’évidence d’un avantage technologique et financier dont on veut se priver ! On choisit donc de dépenser des quantités phénoménales d’argent pour subventionner des énergies inefficaces avec la certitude de futures ruptures d’approvisionnement ; c’est à dire des coupures de courant au plus fort de l’hiver.

La future loi climat (qui doit être votée le 04 mai)

Elle prévoit :

-la création de zones à faibles émissions (ZFE) pour les agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici fin 2024 avec le but d’éradiquer la circulation automobile (sauf électrique) des centres villes et tant pis pour celui qui doit aller à l’hôpital avec sa voiture thermique !

-l’obligation pour les régions de proposer des tarifs attractifs sur les trains régionaux ;

-l’interdiction des vols domestiques quand une alternative en train existe en moins de 2h30 et la compensation des émissions de 100% des vols intérieurs par les compagnies en 2024 afin d’encourager le recours au train plutôt qu’à l’avion … histoire sans doute de doper l’activité d’une SNCF en complète perdition,

-l’expérimentation de voies réservées à certaines catégories de véhicules (transports en commun, covoiturage, véhicules à très faibles émissions) ;

-la possibilité pour les régions de créer une écotaxe routière … laquelle avait provoqué la création du mouvement des bonnets rouges ;

-la fin de la vente des véhicules les plus polluants (émettant plus de 123g CO2/km) en 2030 … alors que le CO2 n’est pas un polluant.

Dans l’attente de cette interdiction pure et simple, l’Etat applique une taxe carbone, qui peut atteindre 30.000€ (en sus de la TVA à 20%) et dépasser le prix usine de la voiture. Il faut être conscient que n’est rien d’autre qu’une amende fiscale dans le but de forcer les gens à acheter des voitures électriques qui sont incapables de faire plus de 300 km et à ferrailler des voitures thermiques, encore en état de fonctionner longtemps, avec pour résultat évident un gaspillage de ressources  forcément anti écologique !

Le premier effet de cette traque fiscale est de pousser les constructeurs à adopter des subterfuges techniques pour pouvoir faire passer leurs tests d’homologation WLTP avec une tendance à la généralisation des hybrides rechargeables dont la caractéristique principale est de provoquer une hausse considérable du prix des voitures neuves (une voiture vendue 20.000 € il y a 12 ans coute aujourd’hui près de 40.000€ !).

Le deuxième effet est que nous nous plaçons dans un état de dépendance vis-à-vis des fournisseurs chinois de batteries que nous finançons avec nos impôts ; chinois qui contrôlent 80% du cobalt mondial entrant dans la composition des batteries ! Et dire qu’on se plaignait des pays de l’OPEP qui contrôlaient 40% du marché du pétrole et pouvaient déstabiliser le marché (voir les crises pétrolières de 1974).

Accessoirement, on sait que la construction d’une voiture électrique consomme bien plus de matières premières qu’une voiture thermique (principalement en raison de la batterie) ; simplement son impact écologique ne se voit pas en Europe puisque les composants sont extraits ou fabriqués dans des pays hors Union Européenne. La pollution est donc réelle, elle est simplement déplacée !

-la création d’un délit d’écocide portant sur des faits ayant conduit à des dégâts graves et durables à l’environnement commis de manière intentionnelle (jusqu’à 10 ans de prison et 4.5 M€ d’amende). Le flou juridique de la définition constitue une porte ouverte vers des sanctions qui vont inciter les entreprises à fuir à l’étranger. Il y a près de chez moi une carrière qui défonce le bord de mer depuis un siècle. Elle entre indubitablement dans le périmètre de la loi parce que les dégâts visuels et écologiques sont évidents, forcément volontaires et irréparables !

-cette écologie de façade n’empêche pas le gouvernement de mettre sur la route des centaines de voitures radars (confiées à des sociétés privées) qui roulent au gazole 8 h par jour (dont 5h30 de traque) ; sans états d’âme à propos de la pollution générée ! Doit-on comprendre qu’il y a une mauvaise pollution et une bonne ?

-On subventionne massivement les exploitations agricoles bios alors que le bio n’apporte rien de plus en matière d’alimentation malgré des prix beaucoup plus élevés notamment en raison de la faiblesse des rendements,

-La folie taxatrice s’attaque désormais à l’économie collaborative et notamment aux revenus locatifs tirés par le biais d’Airbnb ou les ventes d’objets d’occasion sur les sites tels que le Bon Coin !

Des conséquences désastreuses

On ne fait donc rien pour remédier à l’instabilité fiscale et légale française qui ont incité les entreprises à fuir ; au contraire elle s’amplifie.

En fait, rien n’est fait pour favoriser l’activité économique et ces inutiles restrictions soi-disant écologiques constituent une barrière supplémentaire.

Visiblement, la caste qui dirige le pays n’a rien compris et notamment que ce n’est pas en corsetant toujours plus le monde économique qu’on va améliorer les choses.

Nous avons déjà perdu la moitié de notre industrie en 20 ans et il est illusoire de croire qu’il y aura une relocalisation avec de telles entraves !

On en a vu les effets avec des produits aussi basiques que des masques, des gels et les respirateurs.

La réalité est que nous dépendons désormais de l’étranger pour l’essentiel de nos fournitures ; ce qui nous met en état de dépendance non seulement vis-à-vis des fournisseurs mais aussi de toute la chaine logistique. Il suffit d’un cargo en travers du canal de Suez ou de la faillite du fournisseur pour provoquer une rupture d’approvisionnement insoluble !

Ce n’est pas par hasard qu’une entreprise comme Renault, qui ne fabrique plus que 25% de sa production en France, essaie de se débarrasser d’une fonderie en Bretagne puisqu’on ne fera plus de blocs moteurs thermiques sous peu !

Ce n’est pas par hasard non plus que Bosch va fermer son usine d’injecteurs pour moteurs thermiques de Rodez …

Comme tout individu, l’entreprise doit s’adapter pour ne pas disparaître et les ouvriers se trompent de cible en accusant leur employeur …

Et, ce n’est pas propre à la France puisqu’aux Etats Unis, beaucoup de gens et d’entreprises quittent la Californie sur imposée ou la folie écologiste y atteint des sommets pour aller au Texas plus libéral et moins taxé (aux Etats Unis la fiscalité est fixée par les Etats même s’il existe aussi un impôt fédéral).

Tout ça au nom de quoi ?

D’une écologie normative et punitive délirante dans le cadre d’un discours que les élites croient intégré et accepté par la population mais dont elles refusent de voir les conséquences.

Est-ce que la population recherche vraiment à payer son électricité toujours plus cher, à acheter des voitures deux fois plus chères ou électriques sans autonomie et en général subir toujours plus de contraintes ?

En fait, celle-ci, surtout avec les problèmes de Covid qui durent depuis plus d’un an, est plutôt préoccupée par des problèmes d’emploi, de dettes qui s’accumulent (il y a une explosion des loyers impayés), et de santé plutôt que par des concepts fumeux visant à sauver la planète !

Cette fascination écologique des élites est tout à fait incompréhensible car le poids électoral des écologistes est très faible. Ce faisant, elles leur accordent, de facto, un poids médiatique disproportionné ; sans doute en rapport avec les stratégies de racolage électoraliste pour se concilier des voix !

Aujourd’hui, nous sommes enfoncés dans une crise dont nous n’avons pas fini de mesurer les développements …

Bientôt la gueule de bois ?

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’un rappeler l’auteur ainsi que le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “L’élite persiste à vouloir vivre dans une fiction

  1. Un peu d’histoire de la France ce pays qui s’est construit de conquêtes,
    La France un pays virtuel, un territoire en évolution, être français serait-il éphémère ? = L’évolution des frontières françaises de 484 à 2020 ! . . . . . . . La France Peut donc disparaitre !
    > Une carte animée de l’évolution des frontières de la France de 481 à 2020.
    > Le vert et le rose signifient respectivement un gain et une perte de territoire.
    « Une animation réalisée par Cottereau. Musique : Two Steps From Hell « Impossible » » =
    Vous pouvez trouver cette vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=14ynXi9F95k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *