Le peuple sait très bien ce qu’il faut faire !

Le peuple sait très bien ce qu’il faut faire !

Je suis bien content. J’ai trouvé dans ma boîte aux lettres le programme de M. Macron pour l’élection présidentielle. Je sais à présent ce qu’il veut faire. Cela se résume en un mot : tout. Et encore, il s’est restreint. «  Dans le contexte imprévisible que nous traversons, présenter un catalogue infini  de mesures ne serait pas crédible », écrit-il. Ce qui ne l’empêche pas de vouloir « bâtir la France de nos enfants et de nos petits-enfants ». Cela fait irrésistiblement penser à la célèbre réplique de Groucho Marx : « Pourquoi me soucier des générations futures ? Ont-elles jamais fait quelque chose pour moi ? »

Soyons sérieux, si M. Macron ne l’est pas. Car c’est bien un catalogue qu’il nous présente. Je comprends pourquoi ce garçon ne dort pas : il n’en a pas le temps. Ceux qui ont suivi son périple en France après la crise des gilets jaunes l’ont entendu débiter les innombrables mesures qu’il voulait mettre en œuvre. Il ne s’est même pas rendu compte que personne ne l’écoutait, tant sa logorrhée était indigeste. Alors, content de lui, il récidive et nous sert la même bouillie pour les chats à l’occasion de la présidentielle. La conclusion est simple : il est inguérissable.

A sa décharge, on peut dire qu’il n’est pas le seul de son espèce dans la classe politique. J’irai jusqu’à dire qu’ils sont tous semblables : d’intarissables bavards coupés des réalités de la vie, tout simplement parce que le monde dans lequel ils ont choisi de vivre est un aquarium, peuplé seulement de poissons, qu’on voit ouvrir la bouche mais que personne ne peut entendre.

Si M. Macron et ses semblables avaient deux sous de jugeote, ils se poseraient une simple question : est-ce que le peuple est capable de comprendre sa vie ? Pour répondre à cette question, il faut se demander à quoi s’occupe le peuple. Il se nourrit, il travaille, il fait des enfants, il les élève, il vote aux élections, il conduit des automobiles, il soigne des malades, il chante, il rit, il se met en colère, il sait qu’il va mourir, il pense à ses ancêtres, il aime son pays. Comment pourrait-il faire tout cela s’il n’était pas capable de comprendre sa vie. Le peuple n’a aucun besoin d’un catalogue de mesures. Il sait très bien ce qu’il faut faire. Il veut simplement que les dirigeants qu’il se donne le laissent vivre en paix et assumer son destin.

Mais alors, ces dirigeants, à quoi servent-ils ? A maintenir la paix civile en ne laissant pas les malfaiteurs pourrir la vie des honnêtes gens. Pour le reste, le peuple peut s’en charger lui-même.

Tout programme politique qui outrepasse ce devoir est à bannir. Il suffit de regarder un chiffre, celui des dépenses publiques. S’il va au-delà du tiers de ce que produit l’activité du pays, il est contraire à l’intérêt du peuple. Au-delà du tiers, commence la dictature administrative, car il n’est plus possible de faire quelque chose sans que la grosse main poilue de l’Etat ne vienne gêner tout le monde et fâcher les gens entre eux. Et finalement empoisonner l’existence de tous au point que le pays ne parvient plus à tenir sa place dans le concert des nations. En France, nous en sommes aux deux tiers de dépenses publique et plus rien ne va.

Un président digne de ce nom aurait des mots simples et forts pour tracer aux Français une voie digne d’être suivie. Ce qu’il devrait dire avant tout, c’est qu’avec lui l’Etat va redevenir modeste, qu’il accomplira ce qu’on attend de lui, mais pas plus. Et que pour le reste, il laissera faire les citoyens. Bien entendu aucun candidat à l’élection présidentielle ne tient ce langage. Parce qu’ils prétendent tous faire le bonheur du peuple malgré lui.

On connaît l’histoire du fou qui porte des chaussures trop petites parce que cela lui fait du bien quand il les enlève. Eh bien, nous Français, cela nous ferait du bien qu’on nous enlève nos élus et qu’on les remplace par des gens modestes et dévoués. L’élection présidentielle devrait servir à cela, et à cela seulement. Sinon, nous allons tous continuer à souffrir et à être mécontents au lieu d’être heureux.

Je prends le pari qu’un candidat qui tiendrait ce langage pourrait obtenir une majorité de suffrages. A la simple condition de s’exprimer clairement. Comme le recommandait Boileau. A cet égard, on n’a pas dit mieux depuis.

Claude Reichman

 

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 thoughts on “Le peuple sait très bien ce qu’il faut faire !

  1. Aucun candidat n’a mis le salaire complet dans son programme. Pas la peine de perdre son temps à adouber des malfaisants dont Macron est loin d’être le pire.

  2. (…) “Il suffit de regarder un chiffre, celui des dépenses publiques. S’il va au-delà du tiers de ce que produit l’activité du pays, il est contraire à l’intérêt du peuple
    En France, nous en sommes aux deux tiers de dépenses publique et plus rien ne va”.

    Partant de ce constat, comment envisagez vous d’en revenir au seul tiers de dépenses publiques nécessaire ?
    Si la diminution du nombre de fonctionnaires est une des lignes directrices, que pourrait dire un président à ce tiers dispendieux sans générer une guerre civile ?
    d’oublier leurs années de privilèges et de continuer leur parcours professionnel dans le privé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.