Le monopole de la Sécu est un mort-vivant !

Le monopole de la Sécu est un mort-vivant !

Il y a, en France, un vague consensus sur le constat que l’Etat dépense trop. Mais on ne se mobilise pas le moins du monde sur l’idée qu’il faut réduire les dépenses. Certes elle est évoquée dans nombre de discours ou d’interviews, mais cela n’a pas plus de sens qu’un dicton populaire lancé dans la conversation pour faire plaisir à tout le monde. « Beau temps pour la saison », ou « Yen a marre de la pluie » ne vous mettent pas mal avec un auditoire. Et la vie continue.

En vérité, l’excès de dépenses publiques a pour conséquence inévitable la paralysie démocratique du pays. Quand l’Etat contrôle plus de la moitié de la vie économique, le pays ne peut plus se réformer. Et c’est exactement ce qui nous arrive en France. J’ai participé activement, depuis plusieurs décennies, à la vie politique et sociale de la France, et s’il fallait faire le bilan de ces actions, je dirais, en citant Jacques Bainville : « Au fond, tout a toujours mal marché. »

Tout, sauf ma bataille contre le monopole de la Sécurité sociale. Certes, le monopole vit encore dans la vie de tous les jours, mais il est mort dans les lois et plusieurs centaines de milliers de travailleurs indépendants vivent en dehors de sa contrainte, sans être vraiment inquiétés par les sbires de l’Etat. En fait, le monopole est une sorte de mort-vivant à qui l’on a oublié de fermer les paupières.

Nous ne pouvons toutefois pas nous satisfaire de cette situation ambigüe. Car il manque encore cet élan de liberté qui devrait gagner tout le pays et inciter chacun à entreprendre. Nos compatriotes vivent toujours dans la morosité des temps qui s’achèvent, sans qu’on aperçoive les contours des temps nouveaux.

Je n’ai pas le moindre doute sur l’évolution de la situation. A moins que la France quitte l’Union européenne, la liberté sociale va s’imposer dans les prochains mois. Tout simplement parce que l’Etat ne parvient plus à endiguer la pression de la liberté. Pour ne citer qu’un exemple, il vient de faire voter une loi qui exonère certains résidents en France, et qui y travaillent, de l’obligation de s’affilier au régime français de sécurité sociale conformément à l’article L 111-2-2 du code. L’article premier de la Constitution française disposant que « la France assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens », chacun peut désormais se réclamer de ce principe et s’extraire du monopole.

Il est très intéressant de constater qu’une fois de plus les grandes choses se font souvent par des chemins de traverse. Il en est ainsi de la plupart des grands arrêts de jurisprudence, que l’on baptise du nom de leur bénéficiaire qui passe ainsi de l’anonymat à la célébrité simplement pour avoir réussi à faire valoir son droit.

Nous sommes là en présence de l’effet Schabowski, que j’ai évoqué dans un récent article. Cet apparatchik d’Allemagne de l’Est a, d’un seul mot, jeté des millions de ses compatriotes vers la liberté occidentale. Il a simplement déclaré que le franchissement du mur de Berlin pouvait se faire immédiatement, alors que son gouvernement prévoyait de tergiverser encore. Schabowski n’y croyait plus, tout comme les gouvernants français d’aujourd’hui ont renoncé aux soins palliatifs pour le monopole.

Nous avons quand même perdu vingt-huit ans, puisque les directives européennes fixaient la fin du monopole au 1er juillet 1994. Et ces vingt-huit ans ont gravement blessé la compétitivité française, et du même coup la paix sociale. Une fois de plus, notre pays a eu de mauvais dirigeants. On attend toujours l’homme ou la femme qui, s’exprimant en termes simples et clairs, fixera la ligne politique qui sauvera le pays et la maintiendra sans faiblesse tout le temps qu’il faudra.

L’élection présidentielle pourrait être l’occasion d’un tel sursaut. Force est de reconnaître qu’aucun des candidats ne parle un tel langage. Eric Zemmour le fait, mais dans des termes qui fixent le destin de la France entre ses frontières, alors qu’en ce 21e siècle, c’est le monde entier qui est notre espace naturel, comme celui de toutes les autres nations. Ce qui ne doit nullement les conduire à se dissoudre, mais au contraire à se renforcer des bienfaits de la concurrence.

Les jeunes Français aiment jouer aux flippers. Ils ont tous lu sur l’écran de la machine cette formule tellement parlante : « It’s more fun to compete. » Ils doivent savoir qu’aux USA les dépenses publiques ne représentent que 36 % du Pib, contre 56% en France (avant le covid, et 62 % après). Et que pour concourir avec succès, il ne faut pas porter les lourds brodequins de l’Etat providence. Je n’ai jamais cessé d’y penser pendant les décennies de mon combat !

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Le monopole de la Sécu est un mort-vivant !

  1. Les Français seront surpris de voir combien ils sont bien payés et que les cotisations dites patronales sont un mythe puiqu’elles seront versées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.