Il faut chasser les pervers qui refusent au peuple la liberté !

Il faut chasser les pervers qui refusent au peuple la liberté !

L’homme, dit-on, est un être social. C’est-à-dire qu’il aime vivre en société. Mais Blaise Pascal, un des plus grands esprits de l’humanité, pense que « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre ». Alors « que faire ? », comme disait Lénine, qui s’interrogeait sur la manière d’améliorer la condition ouvrière et non sur le nombre de millions de morts qu’il allait produire pour aboutir au résultat inverse.

L’actuel débat français ressemble assez à cet entrelacs de contradictions. Nous avons à l’Assemblée nationale nouvellement élue un pittoresque rassemblement de toutes les opinions fausses qui peuvent germer dans l’esprit humain. Tandis qu’au sommet de l’Etat, un pauvre garçon perdu cherche désespérément une issue, alors qu’il n’a que quelques pas à faire pour emprunter la porte de sortie. Si pour tenter d’y voir plus clair on se porte sur les chaînes d’information de la télévision, on risque d’atteindre le désespoir total que chantait si bien Francis Lemarque : « Au café, on voit n’importe qui, qui boit n’importe quoi, qui parle avec ses mains, qu’est là depuis le matin. »

Le bon Francis Lemarque avait décidément tout prévu : « Et y a ceux, ceux qui ont fait leur nid près du lit de la Seine et qui se lavent à midi tous les jours de la semaine, dans la Seine. » Oui, dans la France d’aujourd’hui, on parle sans cesse, tandis que d’autres sombrent dans le désespoir.

Faut-il ajouter que Francis Lemarque est resté toute sa vie fidèle à l’idéal communiste, qui n’a jamais été autre chose qu’un idéal, à ne jamais confronter à la réalité.

Voilà, on en est là. Ne va-t-on pas finir par trouver un sage qui saura atteindre l’oreille du peuple ? Dans l’immense désordre français, rien n’est moins sûr. Pourtant la grande anthropologue Margaret Mead disait : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c’est toujours comme cela que ça s’est passé. » Alors, en France, ce petit groupe existe-t-il ? Curieusement, la réponse, qui devrait être affirmative dans un pays en principe libre, ne l’est nullement. Car si l’on ne manque pas de gens réfléchis, on manque cruellement de gens qui soient à la fois réfléchis et engagés. Quant aux gens irréfléchis et engagés, ils sont légion. Et ils peuplent les médias.

Beaucoup de Français pensent qu’il n’existe pas d’autre solution que d’attendre la catastrophe qui rebattra les cartes, pour le meilleur ou pour le pire. Je ne suis pas de leur avis. Je suis convaincu que la solution est dans le combat. Certains m’opposeront le fait que j’ai passé ma vie à me battre sans avoir réussi à créer le monde de liberté qui est inscrit en lettres d’or dans notre Constitution. Je suis obligé d’en convenir, car il ne faut jamais nier la réalité. Mais il n’est non plus jamais inutile de livrer un combat essentiel. Car il s’inscrit, fût-ce insensiblement, dans la mémoire des contemporains, se transmet à d’autres générations et ouvre ainsi la voie à la future victoire.

Ma conviction se nourrit non seulement de mes idées, mais aussi de la faiblesse de nos adversaires. Ils n’ont pas de convictions, mais des intérêts. Et quand ils sentiront que le pays est près de basculer dans notre sens, ils prendront la fuite.

Ce moment tant espéré est-il encore lointain ? Je ne le crois absolument pas. Car l’effet Schabowski (que j’ai baptisé du nom de cet apparatchik d’Allemagne de l’Est qui permit la chute du mur de Berlin) commence à produire ses effets. Quand ceux qui vivent du système commencent à ne plus croire à se pérennité, ils renoncent à contenir ses adversaires. Et le système s’effondre.

Les partisans de la liberté sont nombreux en France. Je pense même qu’ils sont une majorité écrasante. Mais beaucoup ont peur. Peur de perdre ce qu’ils ont, peur de subir des représailles de l’administration, peur en quelque sorte d’être découverts, comme si leur envie de liberté était coupable au regard des tenants de l’Etat.

Ils peuvent en effet citer les punitions que ces derniers infligent aux dissidents. Les dernières en date étant l’exclusion de leurs fonctions hospitalières des personnels de santé refusant la vaccination contre le covid. Sous couvert de santé publique, il s’est agi d’une véritable monstruosité, dont le seul objectif était de faire sentir la poigne de l’Etats sur la nuque des citoyens. Alors même qu’aujourd’hui plus personne ne peut ignorer que le vaccin, s’il semble préserver des formes graves, n’empêche ni la contamination, ni la transmission.

N’en doutons pas, la liberté est plus que menacée en France. Elle disparaît chaque jour un peu plus. Et toujours sous de vertueux prétextes. Mais voilà, les prêcheurs de vertu finissent soit par la sainteté, soit par l’échafaud. Tant il est vrai que les faux dévots finissent toujours par être confondus.

Nous avons pour nous, en nous, l’amour de la liberté. Aucun être humain n’en est dépourvu. Sauf les pervers qui ne rêvent que d’infliger des châtiments aux autres humains. Chasser les pervers est une mission de haute responsabilité. La paix et le bonheur de tous en dépendent. C’est la conscience de cette impérieuse nécessité qui donne le courage nécessaire à tous ceux qui s’y consacrent. Et dont la victoire est aussi certaine que celle du jour sur les ténèbres.

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (8 avis)
Loading...

4 réflexions sur « Il faut chasser les pervers qui refusent au peuple la liberté ! »

  1. Il ne faut jamais négocier avec les pervers mais leur mettre une grosse mandale dans la gueule pour qu’ils sortent de nos vies.

  2. Comme disait Mr Nelson MANDELA que j’ai rencontré : »Je ne perds jamais. Soit je gagne , soit j’apprends »
    La Société française est devenue si malhonnête que la vérité offense réellement que certains citoyens mais pas les politiques et surtout pas la presse . car Le vrai désordre en France c’est la justice et l’abus de pouvoir des administrations. Les élus pensent que les administrations sont parfaites et donc ils n’apportent aucun correctif , mais quelle naïveté . Les NAZIS le savaient quand ils sont venus en France et ils en ont abusé. et usé
    il y a la violence directe de certains fonctionnaires ou la vidéo devient une preuve irréfutable et la violence indirecte moins visible, pour ne pas dire invisible mais beaucoup plus destructrice ou les preuves ne servent à rien car même les lois sont bafouées, le pillage est permis jusqu’à la mort. Les administrations utilisent les chambres à gaz indolores, tu meurs à petit feu , la France est devenue un camp de concentration d’abus de pouvoir des administrations. Le bruit des bottes du policier français fait mal, mais par contre celui des pantoufles des administrations françaises est pire encore. En conclusion continuons à être l’arme, car; le danger ne vient pas de celui qui mord , mais par celui qui lèche car ceux qui sont neutre en situation d’injustice, ont choisi l’oppresseur administratif. La France est devenue peu à peu un pandémonium et ce n’est pas un euphémisme.

    1. En France il n’y a pas le pouvoir mais l’abus de pouvoir et donc la faiblesse des contre-pouvoirs citoyens.
      La France est le pays qui a proclamé les droits de l’Homme, mais pas celui qui les applique !
      La culture en France c’est ce qui manque le plus et Jean Rostand se posait la question – Qu’est-ce que la culture ?=
      La culture ce n’est pas avoir le cerveau farci de dates, de noms ou de chiffres, c’est la qualité du jugement, l’exigence logique, l’appétit de la preuve, la notion de la complexité des choses et de l’arduité des problèmes. C’est l’habitude du doute, le discernement dans la méfiance, la modestie d’opinion, la patience d’ignorer, la certitude qu’on n’a jamais tout le vrai en partage; c’est avoir l’esprit ferme sans l’avoir rigide, c’est être armé contre le flou et aussi contre la fausse précision, c’est refuser tous les fanatismes et jusqu’à ceux qui s’autorisent de la raison ; c’est suspecter les dogmatismes officiels mais sans profit pour les charlatans, c’est révérer le génie mais sans en faire une idole, c’est toujours préférer ce qui est à ce qu’on préférerait qui fût.( J.Rostand 1968).
      Socrate a dit =
      – 1) Les gens intelligents apprennent de tout et de tout le monde.
      – 2) Les gens moyens apprennent de leurs expériences.
      – 3) Les Gens Stupides ont déjà toutes les réponses.
      Beaucoup sont en 3 en particulier des journalistes et des politiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.