Emmerder les français ? Non emmerder la démocratie

Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

Avec cette déclaration murement réfléchie et totalement assumée, E Macron a réussi à faire le buzz.

Quelques observations à son propos :

-E Macron avait certifié que le pass sanitaire ne serait pas obligatoire. Il l’est devenu. Il n’était pas question d’un pass vaccinal, il y en a un et il sera obligatoire.

Incohérence ?

En fait, c’est E Macron lui-même qui a donné, le 12 juillet dernier, l’explication : “Vous l’avez compris, la vaccination n’est pas tout de suite obligatoire pour tout le monde. Mais nous allons étendre au maximum le pass sanitaire pour pousser le maximum d’entre vous à aller vous faire vacciner.” 

La solution a donc été de pousser la population, et désormais les réfractaires, à la vaccination … sans rendre la vaccination obligatoire ; et la suspension du pass vaccinal faute de troisième rappel constitue une odieuse forme de chantage sur des français pourtant bien obéissants !

– Le président n’a pas été élu pour diriger les français, qui restent libres de leurs actions dans le cadre de la loi, mais pour diriger la France dans un cadre légal qui s’impose à lui, toujours, quoiqu’il arrive.

– Rappelons à M E Macron l’Article 5 de la déclaration des droits de l’homme de 1789 ; laquelle a valeur constitutionnelle : « La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas. »

– Cela montre les limites d’une stratégie de la contrainte sans le recours à la loi (instituant la vaccination obligatoire) car le président de la République entend pénaliser des personnes qui n’enfreignent aucune loi ; ce qui, à bien y regarder, est inconstitutionnel car personne, pas même le président de la république, ne peut, à moins de commettre un véritable abus de pouvoir, forcer la population à faire ce que la loi n’ordonne pas.

-Ce cadre légal est celui de la constitution qui s’impose aux français mais aussi à lui et nulle part dans ce texte il n’est fait référence aux « envies du président » !

– On touche là du doigt la faible culture juridique et la présomption d’E Macron qui adopte ici une vision purement monarchique, voire même narcissique, de sa fonction et se méprend lourdement à propos du mandat qui lui a été confié par les français. Autrement dit, les français ne l’ont pas élu pour qu’il les emmerde !

– Il est parfaitement inadmissible de monter les français les uns contre les autres ou d’en ostraciser une partie qui va se retrouver privée d’accès à nombre de lieux publics et de vie sociale alors que ce sont des citoyens qui paient leurs impôts, qui travaillent, et votent (et peut-être même ont voté pour lui). Ce n’est pas la fonction du président de la république ; c’est même une véritable trahison de son mandat !

-Enfin, n’oublions pas que le même E Macron avait déclaré précédemment : « Il y a des mots qui peuvent blesser et je pense que ce n’est jamais bon, et c’est même inacceptable. Le respect fait partie de la vie politique. Et je pense qu’on peut bouger les choses sans blesser des gens. Et c’est ça que je ne referai plus. » . Et pourtant, il a recommencé ; ce qui laisse à penser que soit ce qu’il disait n’avait aucune importance à ses yeux (simple déclaration de circonstance) soit qu’il vit exclusivement dans l’instant et change d’avis en fonction de ses caprices. En tout état de cause, aucune explication n’est rassurante …

Au-delà des mots

En fait, la problématique se situe ailleurs car les hommes passent et les institutions restent et, de fait, la question du comportement du président nous ramène à un examen critique de nos institutions.

Nous allons voir que les excès présidentiels ne sont possibles que parce qu’ils sont permis par ces mêmes institutions.

Je ne cesse de le répéter : la constitution de la Vème république est anti démocratique en ce qu’elle établit une prééminence absolue de l’exécutif sur le législatif et l’inversion du calendrier électoral (à la suite de l’adoption du quinquennat) n’en est pas la cause. Le schéma de la cohabitation n’avait d’ailleurs pas été prévu par ses rédacteurs et les modifications constitutionnelles ultérieures (adoption du quinquennat) n’ont pas eu d’autre but que de l’empêcher.

Tout a été voulu dès l’origine par De Gaulle qui ne voulait pas à avoir à rendre de comptes aux députés. Il disait ne vouloir rendre des comptes qu’aux français … ce qui était une manière de ne pas en rendre du tout puisque les français ne votaient qu’une fois tous les 7 ans !

On me répondra : oui mais il est parti en 1969 après l’échec du référendum !

Certes, mais au lieu d’en tirer des conclusions hâtives quant à une application gaullienne de la constitution (et d’une pseudo démocratie directe entre un chef et son peuple et d’ailleurs il n’est pas parti en 1968) on ferait mieux de se demander s’il n’a pas plutôt choisi tout simplement de partir parce qu’il était vieux et fatigué. On reconnait bien là « l’art » des politiciens à trouver une explication politique là où il n’y a qu’une banale explication de santé.

D’ailleurs, il est mort l’année suivante !

La France est en principe une démocratie représentative à caractère parlementaire ; c’est à dire que les électeurs sont représentés par les députés qu’ils ont élus et ces députés sont supposés défendre les intérêts de leurs électeurs.

Ce n’est le cas ni du premier ministre ni des membres du gouvernement, et a fortiori ni des membres des cabinets ministériels, qui n’ont été choisis que par le président de la république.

Dans le cadre d’une démocratie représentative « normale » on devrait donc considérer les membres du gouvernement comme les exécutants de la volonté populaire et partant de l’assemblée nationale. Leur fonction est de gérer le pays le mieux possible dans le cadre des dispositions légales fixées par le parlement.

Ce n’est manifestement pas le cas et ne correspond nullement aux critères d’une démocratie pratiquant la séparation des pouvoirs telle qu’elle a été énoncée par les philosophes des lumières tels que Montesquieu (les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire se contrôlent les uns les autres pour éviter toute dérive du pouvoir).

Au surplus, dans la constitution française, la justice n’est pas un pouvoir, c’est une simple autorité soumise à la volonté … du président de la république.

Ce déséquilibre constitutionnel intentionnel s’est aggravé avec une pratique du pouvoir qui a entrainé une soumission totale du parlement (en tout cas de l’assemblée nationale) à l’exécutif.

De ce fait, nos hauts fonctionnaires, qui occupent à peu près tous les postes du gouvernement, ne supportent pas le moindre accroc au système qu’ils ont mis en place ; et ils le supportent d’autant moins qu’ils ont une conception très particulière de la démocratie.

La règle non écrite qu’ils ont mis en place est : la haute fonction publique décide et le peuple (les sans-dents) obéit …

Nous venons d’en avoir une éclatante démonstration avec la réaction tout à fait excessive de J Castex, le haut fonctionnaire nommé premier ministre, qui n’a pas manqué de crier à la trahison, à l’irresponsabilité lorsque l’assemblée nationale a ajourné ses débats.

Le parlement doit pouvoir rester maitre de son ordre du jour et de sa décision et le gouvernement (et, ici, il faut comprendre la haute fonction publique) doit en tenir compte et l’accepter !

Cela s’appelle tout simplement la démocratie … mot composé de deux racines grecques (Demos le peuple, Kratos le pouvoir).

Mais nos hauts fonctionnaires ont été habitués à un parlement godillot qui vote tout ce qu’ils lui soumettent ; ce qui aboutit fatalement à mettre en place une parodie de démocratie ou plus exactement à une « démocratie inversée » dans laquelle une élite technocratique impose ses vues à l’ensemble de la population par l’intermédiaire d’un parlement qui lui est inféodé.

Et vous remarquerez que les députés ne font rien pour s’y opposer (ils ont voté la loi validant le pass vaccinal) alors que, je le rappelle encore une fois, ils sont censés défendre les intérêts de leurs électeurs et non ceux de la caste au pouvoir !

Que retirer de ces constats ?

Essentiellement qu’il faut aller au-delà des mots et des déclarations clivantes faites pour provoquer … afin de comprendre que nous sommes piégés dans un système très organisé qui n’a pour but que de pérenniser l’emprise et le pouvoir d’une caste qui nous manipule.

En fin de compte, l’élection présidentielle n’est qu’un hochet offert à la population pour lui donner l’impression qu’elle décide de son avenir alors qu’elle ne décide rien du tout. Elle vote dans le cadre d’un système voulu et organisé par l’élite au pouvoir qui, par contre, se garde bien de solliciter l’avis de la population au travers de mécanismes tels que le référendum.

En effet, une démocratie « à la suisse » priverait nos élites de leurs prérogatives et cela leur est tout bonnement inacceptable.

Cette manipulation a trouvé une éclatante confirmation lorsque la haute fonction publique a organisé, en 2017, avec la participation active d’une  magistrature politisée, un véritable raid judiciaire ayant pour but de fausser le mécanisme électoral afin d’aboutir à la désignation du poulain choisi par l’élite.

Le système est en fait organisé pour que le pouvoir reste toujours aux mains de l’élite et les français, tel le taureau de la corrida, ont foncé tête baissée dans le piège qui leur a été tendu !

La seule chose que craint l’élite, c’est l’émeute de la rue qui devient incontrôlable et le mouvement des gilets jaunes est encore là pour nous le rappeler.

A bien y regarder, E Macron n’est que le défenseur des intérêts de la caste et il en sera de même si c’est V Pécresse qui est élue car elle n’est pas autre chose qu’un E Macron en jupons.

En fait, l’arrogance du président n’est que la manifestation la plus explicite du mépris général que la caste a pour la population. Il sait qu’il peut tout se permettre et qu’il ne risque rien puisqu’il est, aux termes de la constitution, politiquement irresponsable !

La conclusion nécessaire qu’il faut en tirer est que la France n’est pas une démocratie parlementaire et c’est pourquoi, tous en cœur, nos hauts fonctionnaires peuvent claironner : j’emmerde la démocratie et j’emmerde les français !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Emmerder les français ? Non emmerder la démocratie

  1. J’emmerde la femme de Jean Michel.

    Et bravo au maire de Lavaraurette dans le tarn-Et-Garonne qui a restitué au préfet le portrait de l’inverti du 55.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *