Élections présidentielles : ce sera l’énarchie ou rien

Y a-t-il encore quelqu’un dans ce pays qui croit à la sincérité des élections ?

Non pas que l’on puisse prétendre qu’il y ait des fraudes électorales mais nous savons que l’énarchie a mis la main sur l’Etat et sur le pouvoir. Elle contrôle non seulement l’administration mais aussi les cabinets ministériels et occupe la plupart des postes ministériels. Elle dirige aussi la plupart des grandes entreprises françaises publiques et privées (toutes les banques et compagnies d’assurance notamment).

De ce fait, dans le cadre d’un véritable parasitisme social qui n’ose pas dire son nom, les hauts fonctionnaires sont, cas unique en Europe, à la fois décideurs politiques, exécutants administratifs et principaux agents économiques ; et ils n’ont bien entendu aucun intérêt à ce que cette situation change !

Or, en dépit du caractère malsain de ce mélange des genres, source de multiples conflits d’intérêts, les français ont plébiscité ce schéma institutionnel puisque, en dehors de l’intermède Sarkozy, tous les présidents élus par les français ces 30 dernières années sont des énarques.

C’est donc, pour l’instant, pour l’énarchie, une stratégie gagnante puisque, de gauche ou de droite,  c’est finalement toujours la même caste étatiste et jacobine, avec les mêmes réflexes corporatistes, qui garde la haute main sur le pouvoir et ce phénomène est aggravé par le fait que tout tourne exclusivement autour de l’élection présidentielle … anéantissant de ce fait tous les autres suffrages qui  n’ont plus aucune espèce d’importance !

E Macron a même réussi une espèce de « synthèse du système » puisque nombre de ses ministres sont issus de la « droite » (E Philippe, Jean Castex, Bruno Le Maire, G Darmanin, R Bachelot) ; ce qui laisse à penser que ces gens n’ont pas de convictions en dehors d’un … opportunisme forcené ou que, plutôt, ils sont finalement les membres interchangeables d’un même système.

En outre, cela se sait peu, mais nombre des membres des cabinets ministériels ont œuvré dans les deux camps qui ne sont finalement pas si dissemblables.

Alors, bonnet blanc et blanc bonnet et tromperie de l’électeur ?

L’effet principal de ce système sous contrôle est que finalement la politique économique et sociale est toujours la même à travers un étatisme constant et en constant accroissement ; ce qui tend à démontrer qu’il n’y a en fait aucun clivage et que, si celui-ci existe, il s’établit, en fait, beaucoup plus entre les énarques et les autres !

Le premier effet notable de cette prépondérance évidente de la haute fonction publique dans le jeu politique apparait nettement lorsque l’on voit que les autres candidats, c’est à dire ceux qui ne sont pas de la caste, apparaissent n’être, dans ce système finalement très organisé, que des faire-valoir.

Cela signifie que ces « autres candidats » ne sont là que pour donner un semblant de crédibilité à un système qui monopolise sans complexe le pouvoir. Ils ont certes le droit de s’exprimer mais ils ne peuvent pas gagner et ils ne doivent pas gagner !

F Fillon, non énarque, l’a appris à ses dépens puisque, vainqueur putatif de l’élection, il a dû faire face à un déferlement spectaculaire de scandales orchestrés à la fois par l’énarchie, la presse et une magistrature devenue subitement extrêmement diligente.

Si l’on ajoute le fait qu’un candidat peut être élu avec seulement 25% des voix au premier tour (c’était le score d’E Macron), on peut alors parler de confiscation de la démocratie.

Toute l’astuce est évidemment de donner, à ce système faussé, les apparences d’une compétition régulière dans laquelle tout le monde à ses chances.

Et dans ce schéma il y a les « têtes de liste » c’est à dire ceux qui ont la faveur de l’énarchie !

Marine Le Pen constitue à cet égard l’opposante idéale car trop marquée à l’extrême droite. Ne bénéficiant d’aucun appui ni d’aucune alliance, elle ne peut pas gagner au second tour !

Ne pouvant pas crever le fameux « plafond de verre » … elle se retrouve, « à l’insu de son plein gré », par un effet paradoxal, être la caution démocratique du système alors qu’à l’origine le FN (devenu le RN) n’est pas à proprement parler un rassemblement de démocrates …

Au contraire, sa présence a pour effet de rabattre les électeurs dans les bras de l’énarchie qui fait alors figure de sauveur du pays et de la nation. Rappelons-nous les scores de J Chirac face à JM Le Pen et de E Macron face à Marine Le Pen.

Forcément, une fois que l’on a compris comment tout cela fonctionne, on en arrive à nourrir quelques doutes quant au caractère démocratique du système ; tout en étant conscient que la tentation, pour une élite, de manipuler un système électoral à son profit, demeure une constante.

L’idée des manipulations électorales de F Mitterrand qui avaient eu pour but d’affaiblir (avec succès) la droite d’alors en favorisant le FN par le biais de l’adoption du scrutin proportionnel (abandonné depuis) a finalement été reprise pour servir l’élite au pouvoir afin d’éliminer tout opposant au système technocratique de l’énarchie.

En fait, pour l’énarchie, peu importe l’opposant … du moment qu’elle gagne à la fin et la seule alternative envisageable à E Macron est V Pécresse ; en donnant au besoin l’image d’une diversité politique qui apparait être totalement fictive.

Car, E Macron ou V Pécresse, purs produits issus de la même filière, ne sont que l’avers et l’envers d’une même médaille et sont totalement interchangeables ; celle de l’énarchie qui tient les rênes et ne les lâchera pas !

On peut même penser, si les sondages sont mauvais, qu’elle décidera, si elle estime que finalement E Macron ne fait plus l’affaire, de changer de cheval … même si ce dernier a commencé à faire sa propre promotion personnelle pour rester le favori de l’élite en n’hésitant pas à mobiliser les moyens de l’Etat, à vos frais, pour acheter les votes futurs dans le cadre d’une démarche d’un populisme qui ne dit pas son nom.

Car, au-delà des petites ambitions personnelles, il n’y a pas de différence de nature entre ces deux personnes adeptes du système administratif « à la française », fait d’Etat stratège, de dépense publique et d’administration omniprésente ; c’est le même moule, la même formation, la même façon de penser, la même façon d’aborder les problèmes même s’ils jouent à un jeu d’opposition politique qui n’est que de façade puisque le but ultime reste de maintenir le système.

Le vote populaire, trop risqué pour être laissé au « peuple » ?

Cette question s’est d’ailleurs posée très rapidement, dès les années 1790, lorsque l’on s’est demandé si l’adoption du suffrage universel, qui faisait que tout français majeur avait le droit de voter, n’allait pas avoir des effets … indésirables ou même simplement imprévus et, en gros, aboutir à n’importe quoi ! (*)

Mais, que se passerait-t-il si un candidat, non issu de l’élite auto proclamée, parvenait à émerger et à vaincre l’obstacle de ce rôle imposé de faire-valoir ou pire, avec le risque d’être élu par une population qui aurait décidé de se débarrasser de ses élites (au moins au plus haut niveau de l’Etat parce que pour le reste … l’administration restera) ?

Cette possibilité n’est jamais à exclure et inquiète forcément l’élite ; sauf à disposer de munitions de réserve comme cela a été le cas avec F Fillon.

Bien évidemment, ici, je pense ici à E Zemmour !

Ces dernières semaines, la presse subventionnée et l’élite se sont fait peur avec E Zemmour, dont ils ont clairement monté la candidature en épingle.

Sans vouloir préjuger de l’issue du futur scrutin, E Zemmour pourrait venir chambouler ce schéma confortable du « gagnant à tous les coups » avec cette question sous-jacente : Si E Zemmour parvient au second tour, et compte tenu du fait qu’il dispose manifestement de qualités intellectuelles et d’une culture générale largement supérieures (même s’il se trompe sur Vichy) à la candidate du RN, ne va-t-il pas mettre en difficulté le candidat adoubé par l’élite ?

Conscients de ce risque, les « petits perroquets » des radios du secteur public ont d’ores et déjà « engagé la lutte » en lui associant systématiquement le  qualificatif : « d’extrême droite » ; avec le but évident « d’imprimer dans l’opinion » qu’il n’est pas fréquentable et de le disqualifier en le diabolisant ; ce qu’ils ne font pas avec el señor Mélenchon que l’on peut qualifier pourtant d’extrême gauche, stalinien, ultra étatiste, chaviste, castriste !

La télévision du secteur public a fait de même puisque tout le monde a constaté, lors du débat ayant opposé Bruno Le Maire et E Zemmour, que les interviewers (Léa Salamé) avaient d’ores et déjà pris clairement parti contre E Zemmour !

Le but implicite de la radio-télé publique est que l’électeur doit accepter de se soumettre à l’énarchie dans les mêmes conditions qu’un duel E Macron/Marine Le Pen et ses membres sont d’autant plus motivés qu’E Zemmour a promis de privatiser l’audio-visuel public ; ce qui signifie évidemment pour eux la fin du fromage et de la rente de situation !

Il s’agit donc d’un choix délibéré et d’une tentative évidente de manipulation de l’opinion et des électeurs … alors qu’il ne suffit pas de qualifier ainsi quelqu’un qui dénonce l’islamisme et aborde les sujets de l’immigration, de l’insécurité et de la justice.

Le qualifier d’extrême droite parce qu’il est souverainiste apparaît être manifestement abusif ; mais comment s’en étonner dans un pays où le simple fait d’être libéral est déjà perçu comme une monstruosité ?

De Gaulle, dont tout le monde politique se réclame aujourd’hui, y compris E Zemmour, était clairement souverainiste mais peut-on prétendre qu’il était pour autant d’extrême droite ?

Prétendre qu’E Zemmour changera les choses n’est évidemment pas ma prétention ; d’autant plus que je ne suis pas du tout zémmouriste. Je ne crois nullement au retour à la France des années 60, à la fermeture des frontières dans le monde ouvert d’aujourd’hui !

Mais on peut légitimement se poser la question de la réalité de la démocratie dans ce pays et se demander ce que va bien pouvoir trouver la caste de la haute fonction publique pour maintenir son statut et sa prééminence afin de faire dégager un concurrent qui pourrait finalement s’avérer trop dangereux pour le laisser continuer comme cela …

Concernant E Zemmour, “l’angle d’attaque” pourrait bien être, pour l’élite, de faire discrètement barrage aux 500 parrainages nécessaires pour lui permettre de déposer un dossier de candidature ; ce dont d’ailleurs il fait état à ce jour … sans que l’on puisse savoir si ce problème est bien réel ou relève d’un simple fantasme.

Il ne faudra donc pas non plus s’étonner si les français, refusant de jouer le rôle prédéterminé qu’on veut leur faire jouer, vont voter pour le premier parti de France : celui de l’abstention.

Et la caste, bien consciente de la réalité de la situation, fera mine ensuite de s’en étonner … tout en se réjouissant en fait du résultat finalement obtenu.

(*) lire à ce sujet : Histoire politique de la révolution française d’Alphonse Aulard 1913 qu’on peut trouver en édition libre de droits à la bnf.

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (7 avis)
Loading...

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat jusqu'à ce que je sois excédé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, je suis persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique.

3 réflexions sur « Élections présidentielles : ce sera l’énarchie ou rien »

  1. Oui Philos, la manipulation est effective, mais elle ne fait que s’adapter à l’opinion publique intoxiquée par l’éducation nationale, qui croit dur comme fer que le diplôme est un gage de compétence et d’humanité, alors que la vie courante fait la preuve qu’il s’agit d’une erreur de jugement.
    L’Enarque étant le niveau maximum de diplôme politique dans l’esprit de l’opinion publique, le pays est fier d’afficher devant les autres son élite scolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.