Zemmour s’appelle Eric !

Zemmour s’appelle Eric !

A Bordeaux, le 12 novembre, devant une salle comble, Eric Zemmour a évoqué pour la première fois son programme économique.

En substance, il veut libérer les commerçants, les artisans, les petites et moyennes entreprises de « l’enfer bureaucratique », et  du  « tsunami de normes » qu’ils subissent.  Il propose de créer un haut-commissariat, chargé de la simplification administrative. « La simplification des règles est première étape indispensable, incontournable, pour redonner de l’oxygène à nos entreprises », a-t-il déclaré. « Elles doivent se concentrer sur leurs métiers, leurs profits, leur rentabilité, la qualité de leurs produits.»

En fait, Eric Zemmour campe au bord du Rubicon en y trempant un orteil. Car autant il est clair en ce qui concerne l’immigration, autant il est timoré au plan économique.

Je révèle aujourd’hui le mail que je lui ai adressé le 20 juillet dernier, et que voici :

« Cher Eric,

certains de vos amis qui me disent travailler à votre programme présidentiel me demandent d’y participer pour la protection sociale.
Cela fait plus de 25 ans que je combats le monopole de la sécurité sociale, et je suis parvenu à le faire abroger en droit. Tous les textes sont votés, il suffit de les appliquer. Les gouvernements français successifs tremblent à l’idée de sacrifier cette vache sacrée, mais je suis convaincu qu’ils se trompent. Le monopole est le plus grand obstacle à la prospérité de la France et des Français, et sa suppression sera accueillie avec joie par une immense majorité.
J’ai répondu à vos amis que j’apporterai volontiers ma participation à votre programme à condition que vous me disiez personnellement que vous vous engagez, si vous êtes élu, à supprimer le monopole dans les faits dès le début de votre quinquennat.
Je vous pose donc la question en toute amitié.
Bien à vous
Claude Reichman »

Proposer un « haut commissariat », c’est la politique immuable de la fausse droite depuis des décennies. C’est la garantie que rien ne changera. D’ailleurs cela continue sous Macron et c’est, « Je vous le donne Emile », un vieux de la vieille de l’immobilisme, Bayrou, qui est l’actuel détenteur du poste.

La seule façon de redonner du pouvoir d’achat aux Français, c’est la liberté de la protection sociale. Chacun s’assurera au meilleur tarif de la concurrence et bénéficiera d’une augmentation de son revenu de l’ordre de 30 %, selon toutes les simulations faites, et surtout selon les situations réelles de ceux qui se sont ainsi assurés. Ils sont plus de 500 000 en France, et ont ainsi sauvé leur entreprise et retrouvé un avenir.

Pourquoi l’Etat français refuse-t-il aussi obstinément de respecter ses engagements européens devenus des lois françaises ? Exactement pour les mêmes raisons qu’il a refusé, pour le covid, le traitement du Pr Raoult. Pour une histoire de chimpanzés.

La société des hommes, comme celle de ses cousins chimpanzés, repose sur une intense imprégnation hiérarchique. Les maîtres de la société française sont des fonctionnaires qui bénéficient d’un statut de mâle dominant. Si d’autres mâles leur disputent ce statut (c’est-à-dire tentent de s’emparer du pouvoir ou tout simplement de l’influence), ils sont férocement combattus par ceux qui le détiennent, et si nous étions restés des chimpanzés, ils seraient déchirés à belles dents dans un concert de férocité qui n’a pas d’équivalent dans les autres espèces animales, où l’on s’apaise généralement une fois qu’on a pu déguster tranquillement la part du lion.

Eric Zemmour est à la croisée des chemins. Il se veut libérateur, mais ne promet aucune vraie libération, car s’il est vrai qu’une immigration excessive met en péril la façon de vivre française, elle ne « mange pas vraiment le pain des Français », comme le disait le sketch – déjà bien ancien – de Fernand Raynaud. Ce qui mange le pain des Français, c’est la Sécu. Et pas seulement le pain. Les ressources aussi, et l’avenir, l’organisation de la famille, le bien-être et l’éducation des enfants, tout simplement parce que la Sécu arrache les femmes à leur famille pendant les premières années de leurs enfants, contraintes qu’elles sont à travailler pour préserver l’équilibre économique de leur foyer, ravagé par les prélèvements fous du Minotaure social.

Tout exige la fin du monopole de la Sécurité sociale. La loi tout d’abord. Et l’intérêt supérieur de la nation. Zemmour ne peut faire l’impasse sur cette exigence sans se condamner à n’avoir été que le ludion d’un instant. Et c’est parce que le connais depuis trente ans et que j’ai de l’amitié pour lui que je le lui dis aussi franchement.

J’avais, il y a pas mal d’années, un partenaire de tennis qui, en plus de son métier, cultivait une vigne produisant un vin délicieux, dont il nous régalait généreusement. Quand il ratait une balle facile sur le court, il s’immobilisait et s’adressant à lui-même, s’écriait : « Victor, tu me déçois ! ». Vous l’avez compris, il s’appelait Victor. Zemmour, lui, s’appelle Eric.

Claude Reichman

 

 

 

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 thoughts on “Zemmour s’appelle Eric !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *