Vacciné ?

Bon, je vous le dis tout de suite : vacciné ou pas vacciné, je ne vous le dirai pas. Parce que, comme l’a fort bien dit le professeur (Raoult), ça ne regarde personne. Au fond, que je sois vacciné ou pas, et que vous le sachiez ou pas, quelque part, je m’en moque. Mais question de principe. Je ne divulgue de ma vie privée que ce que je veux bien ! Bravo, vous avez compris, ne pas répondre au sujet du vaccin, c’est ma façon de dire non au passeport sanitaire.

Bon, je vous le dis tout de suite : oui, j’ai signé la « tribune des généraux », en précisant ma situation d’ancien officier d’active. Je l’ai fait par loyauté, et bien que je considère cette démarche comme parfaitement stupide : s’adresser au pouvoir comme l’ont fait les généraux, et donc moi aussi avec eux, c’est croire, ou faire semblant de croire que ce même pouvoir pourrait changer quoi que ce soit à sa mortelle trajectoire. Pour reprendre une formule usée jusqu’à la corde, pour avoir tant servi, ce qui n’empêche pas qu’elle soit tellement vraie : c’est seulement folie d’attendre des personnes qui ont créé les problèmes qu’elles y apportent des solutions.

Bon, vous le savez. Les Français sont contents. Aujourd’hui, on les détache. Les détacher ? Non, pas vraiment. Seulement rallonger plus ou moins les laisses. Seulement dans la journée. Et à condition que tout le monde obéisse, bien sagement. Et que les gilets jaunes restent rangés dans les vestiaires. Sinon, punition, on raccourcit les laisses. Et pour les muselières ? Pas encore très clair, mais en principe, si, on garde les muselières. Pourquoi ? Parce qu’avec l’extrême droite qui rôde partout, on ne sait jamais, il pourrait se trouver des mordeurs. Donc muselière pour tous.

– Et puis le virus, et ses variants. Il n’est pas vaincu !

– Vaincre le virus ? Mais c’est comme de prétendre vider la mer avec une petite cuiller !

– Parfaitement. Mais on a les vaccins !

– Les vaccins ? Qui ne protègent de rien, n’empêchent ni d’être contaminant, ni de se trouver contaminé. Impuissants devant les variants. Tous plus ou moins risqués… Pourquoi ne laisse-t-on pas tout simplement les médecins prescrire et soigner ?

– Ah non ! Impossible !

– Mais pourquoi ?

– C’est pourtant simple, les traitements restent interdits, et les prescripteurs sont poursuivis par le conseil de l’ordre.

– Mais que ferez-vous lors de la prochaine explosion de la prochaine épidémie ?

– Inévitable !

– Nous sommes bien d’accord. Donc, que ferez-vous ?

– Simple ! On remet les laisses à zéro, en attendant de nouveaux vaccins.

– Mais alors, cela ne s’arrêtera jamais ?

– Jamais ! C’est cela le monde d’après ! Facile à comprendre tout de même !

Paris, 3 mai 2021

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,56 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *