Une des paranoïas de l’égalitarisme

Plus j’y pense, y compris en me rasant le matin, plus les tentacules de l’égalitarisme me terrorisent.

Je ne sais pas vous, mais personnellement j’ai mis très longtemps à comprendre que l’égalitarisme est une croyance, complètement indépendante de toute réalité.

Au début, je ne m’autorisais pas à l’observer, encore moins à la critiquer, tant j’étais comme tout le monde intoxiqué, confondant alors l’égalitarisme avec le respect du prochain, la compassion, le devoir d’aide, l’empathie, toutes ces émotions qui nous amènent naturellement à porter secours à ceux qui sont dans la difficulté, à les écouter, à les aider autant que faire se peut.

Mais l’égalitarisme n’a rien à voir avec toutes ces belles pensées, même si cette infecte croyance se déguise en se parant d’elles.

Il n’est nul besoin qu’il soit dans la peine pour que l’égalitariste exige de l’autre qu’il partage avec lui ce qu’il a gagné par son travail, même et surtout si lui-même ne fout rien, ne prend aucun risque, est planqué à l’abri et ne sort que pour exiger ce qu’il appelle la justice sociale, l’égalité revue à la sauce du pillage des autres.

Pillage qui demande d’abord, pour se donner un air de légitimité, de dénaturer la réalité de celui qui possède ce que l’égalitariste convoite. Le possédant sera donc un tricheur, un voleur, une ordure qui doit rendre gorge, donner ce qu’il possède.

En gros disons qu’il est 20% de possédants et 80 % d’égalitaristes, qui donc majoritairement vont déshumaniser les possédants, leur travail, leur qualité, pour pouvoir les piller allègrement, sans remord. Bien plus, parmi les 20 % de possédants il y en a 5% qui possèdent plus, ceux-là auront sur le dos les 15 % qui possèdent moins qu’eux, qui se rajouterons évidemment aux 80 % d’égalitaristes initiaux.

Mais ce n’est pas tout, car dans les 5% dont je viens de parler, il en est 1% qui sont beaucoup plus possédants, ceux-là…. Hé oui.

Ne parlons même pas de l’objet de la possession. Pour l’égalitariste le capital économique n’existe pas, tout bien est un consommable. Il ne cherche pas à comprendre la notion de capital, tout capital doit être redistribué pour être dépensé, un point c’est tout.

Cette drôle d’ambiance, croyance unique et universelle, nous parait finalement naturelle, c’est un comble. Le pillage n’étonne personne, les pillés n’inspire aucune empathie, bien au contraire, qu’ils disparaissent, qu’ils tombent dans la misère, ça leur apprendra…

Cerise sur le gâteau, tout le monde se regarde en chien de faïence, chacun soupçonne l’autre de ne pas être dans son camp. S’il n’est riche c’est donc son père, ou son frère, mais il ne peut posséder par son travail. Il est surpayé, donc appartient à une secte, il est à la base d’un complot, comment autrement pourrait-il ne pas paraître obsédé par l’argent des autres…

L’égalitarisme, et c’est là que je voulais en venir, génère une défiance généralisée, l’autre devient celui qu’il faut piller ou qui va vous piller.

Vous ne me contredirez pas lorsque je me permets d’affirmer que la défiance est le contraire de la confiance.

Or, sans confiance il n’est pas possible de vivre en société. A instiller à outrance le poison de la défiance l’égalitarisme a explosé le lien social.

Certains pensent que s’agissant d’argent cela n’est pas très grave. Si, malheureusement, c’est grave. Dans la cadre de l’économie bien sûr, mais pas que…

Voyez comment nos grands prêtres de l’égalitarisme, nos élus — qui s’ils ne sont pas adeptes de cette croyance ne peuvent pas être élus, qui le sont donc plutôt deux fois qu’une — voyez comment leur défiance égalitariste les a envoyés dans le mur.

Car si la structure médicale libérale du pays n’a non seulement pas été sollicitée, mais a reçu l’interdiction de soigner, alors que c’est d’elle qu’aurait dû venir les premiers secours puis l’aide nécessaire pour passer le cap de la pandémie sans détraquer durablement toute l’organisation et les libertés de notre pays, c’est parce que les égalitaristes se méfient des médecins libéraux, pas assez égalitaristes à leurs yeux.

C’est la paranoïaque méfiance égalitariste qui a tué à l’occasion de COVID, elle tuera encore demain et probablement beaucoup plus.

La confiance est la base de toute société, la croyance égalitariste est la tueuse de la confiance en l’autre. N’oublions pas cela.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,33 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Une des paranoïas de l’égalitarisme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *