Une chance d’entrevoir un destin

Je remercie sincèrement Michel Georgel et Philippe Gault d’avoir initié et alimenté le débat sur les comportements sociétaux et l’opinion publique.

Il s’agit du fondement de ce blog, de sa raison d’exister : l’idée que fisc et contribuables ont des comportements liés à des motivations différentes mais aux conséquences lourdes pour chacun.

Nous sommes convaincus que l’opinion publique juge nécessaire de réformer la fiscalité, de l’apaiser, nous souhaitons qu’elle se fasse entendre. Nous espérons l’y aider, la comprendre.

Il est question tout simplement de la survie de l’économie de notre pays.

Pour clarifier ma pensée je prendrai comme exemple un homme dont je n’adhère pas à toutes les décisions mais qui me parait avoir adroitement navigué entre comportements collectifs et opinion publique : le Générale De Gaulle.

Lorsqu’il déclare à Alger “Je vous ai compris” il répond à une nécessité comportementale guerrière. Dans le même temps il sait que l’opinion publique veut la paix, qu’il obtiendra au prix de la trahison de sa parole. Nul complot, juste un grand écart, comme souvent, entre l’opinion publique du pays et son comportement apparent.

La question de savoir si l’opinion publique s’est trompée en ne faisant pas de l’Algérie et de la France un seul pays est un autre problème, celui — de mon point de vue insoluble — de savoir comment et pourquoi se détermine l’opinion publique.

Ce n’est pas un hasard pour De Gaulle cette intuition de l’opinion publique et son adaptation aux comportements. Le 18 Juin 1940, il sait aussi que la France a adopté un comportement sans rapport avec son opinion publique, il s’adresse à cette dernière. Pétain et les Allemands le qualifieront de comploteur. La suite lui donnera raison.

Quand, en Avril 1969, De Gaulle quitte le pouvoir, il s’est sabordé volontairement car il sait depuis 1968 qu’il ne veut pas être en osmose avec ce qu’il comprend du virage de l’opinion publique en 1968.

Mitterrand, saura aussi comprendre l’opinion publique, hélas dans ses pulsions ordinaires, voire malsaines, et non dans celles nobles que devinait De Gaulle.

Depuis ces deux hommes, il n’est apparu aucun homme de l’Etat capable de comprendre et d’anticiper l’opinion publique.

C’est Giscard le premier qui a ouvert le bal des technocrates autistes de l’opinion publique. L’intermède Mitterrand a flatté les pulsions négative de cette opinion, ensuite ce ne fut que des autistes de l’opinion publique qui ont été portés au pouvoir.

Nous en sommes là.

Pauvres petits hommes de l’Etat qui croient exercer un pouvoir sur nous à coup de déclarations stupides, d’actes puérils, qui affectent notre comportement mais pas notre opinion. Leurs Playmobil ne leur apporteront pas la consécration historique qui n’échoue qu’à ceux qui ont, ne serait-ce qu’éphémèrement, été en adhésion avec l’opinion publique, mais la belle, la pure, pas celle de tous les jours qui peut être sordide, mesquine, mortifère. Or, que visent-ils ces représentants de l’Etat autoproclamés sinon l’histoire ? Raté pour eux, et comment…

Aujourd’hui notre chantier ici sur ce blog est clair, merci donc à nos deux amis.

Tentons d’accompagner et de comprendre l’opinion publique, lorsque nous serons en phase avec elle et elle avec nous notre utilité paraitra alors évidente.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

One thought on “Une chance d’entrevoir un destin

  1. Cher Henri un peuple de moutons engendre toujours un gouvernement de loups qui n’a pas besoin en + de réfléchir, car il n’y a aucun contre-pouvoir et plus aucune contrainte.
    De Confucius : La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *