Une bouffée d’oxygène

Lors du weekend de la liberté, organisé par Le Cercle Frédéric Bastiat à DAX et son dynamique président Patrick de Casanove, j’ai eu le plaisir de rencontrer le professeur François GERVAIS, qui se qualifie de “climato-réaliste”.

Il venait exposer son dernier ouvrage, dont il faut conseiller la lecture.

Très accessibles, les chiffres et l’argumentaire inclus sont imparables et font du bien au moral.

Le professeur s’est aimablement prêté aux questions du néophyte que je suis

Bonne lecture et bon visionnage.

Bien à vous. H. Dumas

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (3 avis)
Loading...

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

2 réflexions sur « Une bouffée d’oxygène »

  1. Excellente interview !

    Ci joint un point de vue sur les canicules que m’envoie une amie :
    Qu’en pensez-vous ??? “Le doute est l’apanage des gens intelligents, les autres n’ont que des certitudes”= > Pour se faire une idée, Je pense toutefois que la pollution actuelle n’ est pas innocente . GV =
    j’en suis intimement convaincu, il faut parfois se retourner vers le passé, afin d’éviter d’être trop manipulé par toute sorte de prophètes surtout médiatiques. > À ma connaissance il n’y avait pas de moteurs à explosion avant 1856 ! Donc pas de voitures – d’avions – de porte-conteneurs pas d’industries ou chauffages utilisant le fuel lourd etc… Et pourtant il y a eu des canicules pires que celle de 2019 ! ! ! Pourquoi ?
    > “That is the question” !
    > Lisez ci-dessous et vous serez peut-être surpris comme je l’ai été !
    La canicule juin 2019… et LES AUTRES !!!!

    Pour info…
    Voilà ce que l’on pouvait lire dans un journal anglais, le Ampshire Advertiser from Southampton, le 17 juillet…1852 !
    Vous pouvez trouver le fac-similé sur internet.

    En 1132 en Alsace les sources se tarirent et les ruisseaux s’asséchèrent. Le Rhin pouvait être traversé à pied.
    En 1152 la chaleur était si intense que l’on pouvait faire cuire des œufs dans le sable.
    En 1160, à la bataille de Bela (en Hongrie), un grand nombre de soldats moururent en raison de la chaleur excessive.
    En 1276 et 1277, en France, la récolte d’avoine et de seigle fut totalement détruite par la chaleur.
    En 1303 et 1304 la Seine, la Loire, le Rhin et le Danube pouvaient être traversés à pied.
    En 1393 et 1394 un grand nombre d’animaux tombèrent morts et les récoltes anéanties en raison de la chaleur.
    En 1440 la chaleur fut excessive. En 1538, 1539, 1540 et 1541 les rivières européennes étaient littéralement asséchées.
    En 1556 il y eut une sécheresse généralisée dans toute l’Europe.
    En 1615 et 1616 la canicule s’abattit sur la France, l’Italie et les Pays-Bas.
    En 1646 il y eut en Europe 56 jours consécutifs de grandes chaleurs. En 1676 des canicules à nouveau.
    Les mêmes évènements se reproduisirent au XVIIIe siècle.
    En 1718 il n’y eut aucune pluie entre les mois d’avril et octobre.
    Les récoltes furent brûlées, les rivières asséchées et les théâtres fermés à Paris par ordre du Préfet de police en raison des températures excessives.
    Le thermomètre enregistra 36 degrés Réaumur (45 degrés C) à Paris. Dans les jardins de la banlieue arrosés les arbres fruitiers fleurirent deux fois pendant la saison.
    En 1723 et 1724 les températures étaient extrêmes.
    En 1746 l’été fut particulièrement chaud et sec et les récoltes furent littéralement calcinées.
    Pendant plusieurs mois il n’y eut aucune pluie. En 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788 les chaleurs d’été furent excessives
    En 1811, l’année de la comète, l’été fut très chaud et le vin très bon y compris à Suresnes.
    En 1818 les théâtres parisiens restèrent fermés pendant un mois en raison des chaleurs excessives, la chaleur avait atteint 35 degrés C.
    En 1830, alors que des combats avaient lieu, le thermomètre afficha des températures de 36 degrés C les 27, 28 et 29 juillet.
    En 1832, lors de l’insurrection du 6 juin, le thermomètre releva une température de 35 degrés.
    En 1834, 5000 morts à Marseille suite à la sécheresse et enfin décision de la construction du canal de Provence
    En 1835 la Seine était presque à sec. En 1850, au mois de juin, au cours de la seconde épidémie de choléra de l’année le thermomètre afficha 34 degrés”.
    Il s’agit bien d’un extrait de journal de 1852 et non pas de je ne sais quel site complotiste.
    L’interview de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, parue dans Libération lors de la canicule de 2003, (et rediffusé en août 2018) au sujet de celle de 1718 qui aurait fait 700 000 morts !
    Libération précise que son livre “Histoire du climat depuis l’an mil” (Flammarion 1967) reste la référence en la matière, ce qui est plutôt un bon point de la part de ce journal qui ne porte pas vraiment les climato-réalistes dans son cœur…
    Édité en 1967, à une époque où on ne parlait pas encore de réchauffement climatique, l’éminent auteur de ce livre ne peut pas être accusé de vouloir prendre le contre-pied de la tendance d’aujourd’hui. Vous pouvez le trouver sur internet pour 9 €. A ce prix-là, il ne faut pas se priver de s’instruire.
    Libération, serait donc devenu complice des climato-réalistes, ceux qui osent rappeler l’importance des cycles naturels sans accuser uniquement le CO2, gaz à effet de serre partiellement d’origine anthropique ?
    Ceux qui font remarquer qu’à une époque où il n’y avait pas encore le moindre soupçon de début de révolution industrielle (Avec son CO2, gaz vital, que l’on nous présente pourtant comme un polluant),
    Il y avait déjà eu de très nombreuses vagues de chaleurs extrêmes ainsi que des sècheresses catastrophiques, entrainant des centaines de milliers de morts…
    Je ne comprends plus rien au sujet de la relation CO2/températures qu’on nous assène pourtant comme étant un dogme indiscutable, et vous ?
    C’est vrai que nous vivons une très forte et inhabituelle canicule, mais à l’évidence il n’y a rien de nouveau sous le soleil !

    PS : amusez-vous à taper “sècheresse 1718” sur Google et vous en saurez beaucoup plus. A moins que vous ne vouliez rester sur la certitude que la canicule actuelle est un phénomène exceptionnel qui n’a encore jamais eu d’antécédents, car provoqué par l’activité humaine…… Serions-nous encore victimes d’enfumage… ? »

    En conclusion= La réponse des élus devrait passer par la valorisation de solutions basées sur l’innovation et l’investissement, les économies de gestions à réaliser et non, par le traditionnel ‘nouvelles taxes’ et arrosages de subventions fiscales, et non par le développement de la peur. Pour les dirigeants d’un pays le temps long doit primer sur les solutions de court terme”
    La planète se réchauffe, je ne nie pas cela. C’est l’excès qui m’agace et les mensonges ainsi que la politique de la peur. Le doute est l’apanage des gens intelligents, les autres n’ont que des certitudes. Cela fait + de 40 années que j’entends que les mers et les Océans vont monter de plusieurs mètres. Le vieux port à Marseille en est toujours au même point, et donc il n’a pas été nécessaire de surélever le port. La France a délocalisé en partie les usines en Chine et donc avec la pollution. Mais la question est : « comment font certains pour gober tous ces mensonges et exagérations ». L’écologie n’est utile en France que pour Bercy afin de taxer les citoyens pour combler les déficits. Rappel le climat Change c’est un fait et plusieurs paramètres sont à prendre en compte dont, la bétonisation des villes, le tourisme à l’excès et les paramètres de MILANKOVIC,…etc…etc, Cliquez pour écouter= https://www.youtube.com/watch?v=FTzmqjDNMmM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.