Revient-il à l’État de décider de ce qui est juste ?

Ça alors !!!

Voilà un sujet de Bac qui en dit long sur l’Education Nationale, notre démocratie et l’abstention massive de l’électorat.

Car enfin, l’Etat : c’est une abstraction. Cela n’existe pas.

Il est une nation, un territoire où les hommes sont parqués depuis si longtemps que leurs intérêts et leurs personnalités ont abouti à une société, voire une civilisation, mais d’Etat point.

Effectivement, nous supportons des hommes de l’Etat qui disent représenter cette abstraction et exigent le pouvoir.

Mais que l’on prenne cela au sérieux, que l’on puisse faire croire à la jeunesse qu’existerait une réalité sublimée qui s’appellerait l’Etat, qui serait douée de capacités particulières, est ridicule. Bien plus, c’est une ouverture à tous les excès que nous connaissons. C’est grave.

Mon fils a une image amusante de l’Etat.

Il fut un temps où les trottoirs de nos villes étaient constellés de crottes de chiens. Il fallait à cette époque éviter les semelles à crampons…

L’Etat de l’époque prit le problème à bras le corps. Fut alors inventée la “motocrotte”.

Véhicule futuriste, monté par une sorte d’astronaute casqué et botté, équipé d’un tuyau avaleur que le préposé tenait au-dessus de la crotte de chien dans le but, pas toujours réussi, de l’aspirer.

Motocrottes et piétons étaient sur les trottoirs pris dans un tourbillon endiablé et soupçonné de mauvaises odeurs.

Malgré une densité sans cesse en augmentation, la lutte paraissait vaine, la crotte de chien croissait au même rythme que les motocrottes.

L’Etat, qui n’existe pas, avait fait comme à son habitude pour faire croire à son existence. Les hommes de l’Etat avaient collectivisé un problème personnel au nom de l’Etat. Ce fut un échec. Au contraire se fut la démonstration de l’abstraction de l’Etat et de son impuissance à se substituer aux responsabilités individuelles.

C’est alors que, tout simplement, le législateur a décidé de punir lourdement tout propriétaire de chien qui laissait son animal se soulager dans la rue.

Une petite dizaine d’années plus tard, chacun ramassait les crottes de son chien, sous peine de contravention et de l’opprobre des passants.

Moralité, aujourd’hui les motocrottes ont disparues et les crottes de chien aussi, il a suffi de responsabiliser les propriétaires de chiens.

Il en est ainsi pour tout.

Comment l’Etat, cette abstraction pourrait décider de ce qui est juste ?

Pourquoi l’Education Nationale n’explique-t-elle pas à notre jeunesse que l’Etat n’existe pas, que ceux qui tentent de faire avancer notre communauté par intérêt personnel, ou quelques fois mais rares par altruisme, n’ont nul besoin de se cacher derrière un postiche : l’Etat.

Ils auraient tout à gagner en étant en première ligne, en assumant leur rôle d’hommes de l’Etat, sans inventer cet Etat potiche et ventriloque, à qui ils font dire n’importe quoi.

La majorité de la population est hermétique à la philosophe, on la comprend. Elle ne va plus voter, elle a donc compris.

Pauvre Education Nationale…

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 thoughts on “Revient-il à l’État de décider de ce qui est juste ?

  1. ‘L’Etat, c’est nous ou la somme de tous les contribuables qui paient spontanément leurs impôts et taxes et qui sont menacés ou terrorisés pour payer la part de ceux qui refusent d’en payer.

  2. Suite à une conversation téléphonique tournant autour de l’Etat, je demandais à mon interlocutrice si dans sa copropriété, lorsqu’elle a un problème, elle sollicite Madame Copropriété ?
    La France est une copropriété, une collectivité, où il n’y a ni Monsieur Etat, ni Madame Copropriété.
    Il y a des missions collectives que l’on confie à certains pour notre compte, et ils ne sont que cela : détenteurs de notre mandat.
    Ils ne représentent pas M. Etat mais nous, rien de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.