Quand le peuple dit non !

Quand le peuple dit non !

Quand il pleut et qu’on sort sans parapluie, on est mouillé. Quand dans un pays la moitié du corps électoral est en déshérence, l’abstention aux élections est massive. C’est pour ne pas voir cette réalité que les commentaires politiques, au lendemain des régionales, ont quelque chose d’irréel.

La France officielle dirige le pays, s’exprime seule dans les médias et n’a plus la moindre prise sur la situation réelle de la France. Il est inutile d’espérer un sursaut de lucidité de sa part. Elle ira jusqu’au bout de son aveuglement et disparaîtra dans le précipice au bord duquel elle marche depuis des décennies.

La France officielle, c’est ceux « qui sont quelque chose », par opposition à ceux « qui ne sont rien », pour reprendre la méprisante expression de M. Macron. En fait, il s’agit tout simplement de la nouvelle aristocratie, qui a succédé à la noblesse destituée de ses prérogatives en 1789. En grec, « aristos » signifie « meilleur ». L’aristocratie d’aujourd’hui est comme l’ancienne persuadée qu’elle est composée des meilleurs des Français. Le résultat, tel que nous pouvons l’apercevoir, permet d’en douter fortement.

L’ancienne aristocratie a pendant longtemps été la classe militaire, avant de devenir la classe courtisane et de se perdre dans l’inutilité. La nouvelle aristocratie est la classe administrative qui ne sert plus l’Etat mais le dirige en fonction de ses intérêts particuliers, qui consistent pour l’essentiel à occuper des fonctions très rémunératrices et garanties dans la durée. Le sort du peuple ne l’intéresse pas, sauf s’il se révolte, auquel cas le pouvoir le réprime et achète ses dirigeants, avant de reprendre le cours de sa vie habituelle. C’est ainsi que dans la France actuelle, rien ne change jamais vraiment.

La nouvelle aristocratie vit bien, tandis que le peuple vit mal. Celui-ci a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts, quand il n’a pas déjà basculé dans la pauvreté. Les dirigeants du pays lui font payer les faveurs dispensées à tous ceux qui préfèrent l’oisiveté au travail et aux étrangers qui viennent goûter les fruits de la générosité française. Si bien qu’à la pauvreté s’ajoute l’indignation d’être traité injustement. Il n’est pas d’exemple dans l’histoire qu’une telle situation ne se termine pas par une révolution.

Les révolutions ne conduisent pas forcément à la liberté et encore moins à la prospérité. Tout est affaire de chefs. Quand ils sont bons, le peuple a sa chance. Mais ils sont le plus souvent médiocres ou mauvais, et le malheur du peuple est au bout du chemin.

Tel est l’enjeu des jours que nous vivons en France actuellement. Les élections régionales ont montré que le peuple attend des chefs dignes de ce nom. Il ne se mettra pas en mouvement tant qu’il ne les aura pas, sauf pour des révoltes aussi fondées que passagères.

Je me souviens d’une conversation amicale avec l’ancien premier ministre Pierre Messmer, à qui je m’ouvrais de la mauvaise qualité du personnel politique et qui me répondait : « C’est vrai, nous n’avons pas de chance en ce moment. » A quoi j’objectais que la chance, ça s’organise. C’est ce que j’essaye de faire depuis bien des années, en me battant pour donner au peuple la maîtrise des revenus de son travail, donc sa liberté, dont découlera sa capacité à se gouverner lui-même.

Chacun peut observer que le silence des médias accompagne une telle action. Il n’en a pas toujours été ainsi. Mais même quand la presse parlait de notre combat, elle en accompagnait le récit, sur ordre ministériel, par d’insistantes remarques sur son caractère prétendument « illégal », alors même qu’étaient hors la loi les gouvernants qui s’y opposaient au mépris des dispositions européennes intégralement transposées dans le droit national.

Pour dire les choses simplement, les partis politiques français et leurs dirigeants ne veulent ni la liberté ni la prospérité du peuple. Le peuple le sait et leur refuse le viatique que serait sa participation aux élections. A ce stade, il va falloir qu’il y ait un vainqueur. Ce ne peut être que le peuple !

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Quand le peuple dit non !

  1. Affublée d’un titre de cour, une merde reste une merde comme ont pu le constater les habitants de Peronne qui ont vu débarquer au centre ville pour faire le beau le ministre qui défend les criminels antisémites.

  2. Tout cela est si vrai Claude
    Quel dommage que le temps nous soit compté.
    Et que lorsque nous le maîtrisions des vanités nous aient empêché de tout simplement faire triompher la verité, la simplicité.
    Amitiés sincères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *