NOTRE « FORTUNA » ET O.V.H

Pensant faire preuve de servilité et de carpette à Bercy, en collabo zélé O.V.H, en fermant notre site nous a sauvé la vie (preuve que Dieu existe).
https://temoignagefiscal.com/dieu-exsiste-jen-ai-la-preuve/
Bercy n’avait demandé que la suppression de certains articles.
O.V.H pour lui complaire un max nous zappe.
Les clients et futurs clients devraient s’interroger sur la proximité d’O.V.H avec Bercy.
Ce qu’ils nous ont fait, ils pourront le refaire à d’autres en fonction de leur intérêt « supérieur ».
Nous ne savions pas qu’un hébergeur (O.V.H) pour faire plaisir à Bercy (ou pour toute autre raison) pouvait fermer un site, en l’occurrence le nôtre.
D’un claquement de doigts.
Nous ayant viré sans préavis et malproprement, nous avons donc dû trouver un autre hébergeur, et pour éviter toute possibilité de « repetitas » nous nous sommes expatriés.
Nous avons dû et pu rapatrier 90% de notre matériel chez notre nouvel hébergeur.
Le bordel créé par O.V.H après notre mise à la porte a duré environ une semaine.
Cela a été pour nos lecteurs et pour nous assez perturbant mais ce n’est rien à côté de ce que nous aurions subi si O.V.H n’avait pas été un collabo ultra servile et zélé.

Comme vous le savez O.V.H a cramé et tout son beau matos est parti en fumé.
Les feux de l’enfer en quelque sorte.
Ce n’est vraiment pas de chance pour ce fleuron du numérique français…
https://www.atlantico.fr/article/decryptage/l-incendie-qui-a-ravage-ovh-hebergeur-de-sites-internet-a-reduit-en-fumee-une-partie-du-digital-francais-

Ce qui est catastrophique, comme le souligne l’article dessus, ce sont les données des entreprises hébergés par « On Vous Héberge » qui ont dû disparaitre dans les flammes.
Pour certains cela sera cataclysmique et peut-être insurmontable car ils ne pourront les reconstituer.
Merci O.VH.

Sachant donc que nous avons évité le pire en sauvant notre mémoire, ce qui n’aurait pas été le cas si OVH ne nous avait pas viré comme des pestiférés nous ne pouvons que remercier notre chance (« La Fortuna » comme disait Jules César) de nous avoir évité la catastrophe.

Pas de « Fortuna » pour O.V.H.
Dommage.

http://

 

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “NOTRE « FORTUNA » ET O.V.H

  1. Après lecture de la mésaventure d’O.V.H présentée comme une déconfiture, je reste sceptique quant à la communication.

    J’ai moi-même évolué au cours de ma vie professionnelle chez un

    spécialiste et expert reconnu depuis son origine dans l’infogérance, (inutile de le citer, je suis témoin et je me dispense de faire de la ‘pub’)

    il m’est arrivé durant une période dite ‘d’intercontrat’ (entre deux missions) de prêter main forte à l’équipe commerciale sur la rédaction de réponse à des appels d’offre.

    Il se trouve qu’à ce moment-là, les équipes techniques étaient sur des charbons ardents suite à un incendie qui venait d’avoir lieu sur un ‘site’ ou ‘datacenter’

    Il fallait rétablir rapidement le service et gérer une situation de crise :

    Les clients (des banques, compagnie d’assurances ou grandes entreprises) même avec un contrat en béton qui prévoyait un plan d’action dans ce genre d’incident étaient tous affolés, le ‘help desk’, j’imagine en plein rush.

    Tout le plateau sur lequel je me trouvais en ebullition durant une semaine

    Cela me laissait le champs libre pour traduire en anglais la réponse à un appel d’offre destinée à un propect étranger désirant s’installer sur la place parisienne et pour tendre l’oreille sur ce qui se autour de moi.

    Aujourd’hui , je peux donc dire que normalement, lorsqu’on fait appel à un professionnel dans son secteur : l’infogérance, hébergement etc… ce type d’incident éprouvant certes puisqu’il mobilise toute l’énergie, la cohésion et l’attention des équipes est loin d’être catastrophique.

    Plusieurs sauvegardes des données sont prévues dans un contrat bien ficellé, des serveurs de rebond prennent le relais sur un autre site pendant que les équipes déployées sur le site incendié ‘répare les dégats’.

    Autrement dit, je vois plus cela comme une opportunité pour O.V.H d’améliorer ses processus.

    Que cet hébergeur traverse une période de crise passagère , c’est un fait
    S’il est amené par la suite à perdre des clients, c’est que son organisation est défaillante ou qu’il est incompétent.

    A mon sens, Dieu n’a rien à voir la dedans.

    Ceci étant dit, tant mieux et quelle chance pour ce blog d’avoir évité l’incident de l’incident après l’expulsion de Bercy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *