Les incohérences s’accumulent

Les chemins suivis par Macron sont impénétrables à toute personne raisonnable.

La conclusion majoritaire est qu’il fomenterait je ne sais quel projet, plus ou moins mondial, dont le but serait de nous mettre en esclavage, de prendre aux hommes leur liberté.

Il est abondamment comparé à Hitler.

Il suffit de se pencher un peu sur le parcours d’Hitler pour constater une chose : le type était complètement abruti. Il n’a existé que parce que les Allemands l’ont souhaité. Une bande de gangsters a agi en son nom, ils ont tué et pillé pour son compte, uniquement parce qu’ils étaient naturellement des tueurs et des pillards et que l’opportunité de l’insondable connerie d’Hitler leur a permis d’accéder au pouvoir, rien de plus. Pas de grand projet, pas de philosophie, pas d’ambition, rien, le néant. Au bout le carnage, l’écrasante responsabilité des Allemands, qui finalement n’ont jamais payé la facture.

Nous sommes pris, aujourd’hui en 2021, entre deux conneries du même tonneau.

D’un côté Macron, dont on peut raisonnablement douter des capacités intellectuelles. C’est probablement un gros travailleur à forte mémoire, doté d’un fort égo et d’une ambition illimitée, mais il n’a jamais surpris par ses analyses ou ses projections.

Depuis qu’il dispose du pouvoir il n’a cessé de tergiverser, de chercher à s’entourer d’ambitieux à son service, sans aucun résultat à ce jour.

Il piétine, et visiblement il en est très contrarié. Cela ne l’empêche pas, au contraire,  d’utiliser la force publique à tout instant, sans raison objective.

Sur ce terreau COVID est arrivé, une histoire rocambolesque, de la même veine que le délire écologique. La raison aurait-elle quitté l’humanité ?

Sommes-nous déstabilisés par l’abondance de communication qui permet à toutes les pensées de se regrouper, d’exister ?  Y compris les pires, pense chacun de celles des autres.

Il est clair que Macron n’a pas l’envergure pour affronter cette pagaille intellectuelle et nous aider à y voir clair, au contraire il s’y noie lui-même.

Alors une armée de prétendants aux solutions voit le jour, ce qui n’est pas pour éclaircir le débat puisque chacun parle de lui, mais au nom de tous, ce qui est mortifère.

D’un autre côté la liberté, mise à toutes les sauces par des activistes.

Le plus souvent la liberté évoquée se limite à celle de celui qui en parle. Celle des autres est un peu comme le chien des autres ou leurs enfants : insupportable et mal élevée.

Donc la rue est pleine de panneaux vantant la liberté, mais bien peu pour évoquer les responsabilités qui vont avec.

Nous sommes probablement repartis pour un tour de manège du délire collectif, de la critique de cette collectivité à qui l’on reproche de ne pas être capable de régler des problèmes pourtant strictement individuels.

Alors oui, les incohérences s’accumulent.

Le bal des vaccinés et des non-vaccinés risque fort, comme bien des bals de campagne, de finir dans une bagarre générale.

Le bal actuel cache une incompréhension qui s’accumule de jour en jour entre les Français, il cache une faillite économique directement liée à la corruption morale et matérielle de ceux qui se prétendent les hommes de l’Etat, du sommet au plus bas exécutant, il cache un égoïsme qui se prétend solidaire, il cache un pouvoir absolu qui se dit démocratique et à l’écoute, il cache le mensonge poussé à son paroxysme.

Refusons d’entrer dans cette chienlit.

Il devient difficile de parler de liberté tant elle est mise à toutes les sauces sans précaution.

Alors parlons de responsabilité

De celle de ceux :

Qui répandent la peur pour conquérir le pouvoir.

Qui nous font croire que nous serions responsables des sautes d’humeur de la terre, de son climat. De chaque vague de chaud, de froid. De chaque tempête ou inondation. Alors que les traces des catastrophes climatiques sont bien antérieures à notre évolution humaine.

Qui nous font croire que chaque tousseur doit générer l’enfermement de ceux qui ne toussent pas.

Qui nous font croire qu’il faut prendre à ceux qui réussissent pour donner à ceux qui échouent.

Qui nous font croire que notre bonne santé est un péché, que notre bonne fortune en est un autre, que notre sexualité est condamnable, que l’ordinaire que nous sommes ne peut-être que le signe de la bêtise puisque l’intelligence est évidemment élitique.

Tout cela fait beaucoup de responsables pour ce qui arrive à grand pas : le chaos.

Paieront-ils un jour pour les dégâts qui vont suivre ? Non, et c’est ça le drame.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 thoughts on “Les incohérences s’accumulent

  1. Le plus insupportable est cet egalitarisme pathologique consistant à regarder en permanence dans l’assiette du voisin puis à le montrer du doigt parce qu’il ne suit pas le troupeau de moutons belants.

    En attendant, c’est l’été, il fait beau et les femmes sont très belles.

  2. Mathias Pessiglione, directeur Inserm à l’institut du cerveau, nous fournit peut-être une bonne explication dans son livre “les vacances de Momo Sapiens”.
    En gros, l’humain n’utilise pas les mêmes parties du cerveau quand il décide ou quand il résonne. Les animaux prennent des décisions constamment sans savoir parler ou raisonner. Leurs cerveaux ont hérité d’une architecture fonctionnelle que nous avons aussi, vis-à-vis des tempes. Une sorte d’instinct.
    Chez le “Sapiens”, le cortex orbito-frontal, juste derrière le front, est la zone qui “évalue, réfléchit, trouve les logiques”, mais il est aussi très perméable aux influences extérieures. Les réactions émotionnelles notamment peuvent le rendre irrationnel.

    Tout devient clair. Sous l’influence d’un nombre considérable de données et de facteurs parasites, le cortex orbito-frontal de Macron bugue totalement et le cortex préfrontal latéral qui prend les décisions est en roue libre, et émet des impulsions désordonnées, incohérentes et absurdes, n’ayant jamais atteint une maturité suffisante pour gérer la pression.

    Une camisole peut-être ?

    L’autre possibilité est qu’il assume simplement le rôle pour lequel il s’est retrouvé à l’Elysée, jouer la face présentable de la mafia énarchique qui tire les ficelles. C’est une marionnette et il le sait mais son ego l’a certainement poussé à aller au delà, mais maintenant conscient de l’impossibilité d’un échappement du système, il retombe dans l’irrationnel et le pétage de plomb. J’aimerai savoir l’état réel de ses rapports avec la clique énarchique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *