Les casseroles de Natixis

Vous savez qu’il existe deux types de banques :

Les banques de dépôts : c’est la vôtre dont l’activité est de recevoir les dépôts de leurs clients,

Les banques d’affaires : elles spéculent sur les marchés mais en France elles n’ont pas le droit de le faire avec l’argent des déposants.

Le groupe BPCE est une banque de dépôt issu de la fusion de la Caisse d’Epargne et de la Banque Populaire.

Et les dirigeants du groupe, après avoir observé qu’on gagnait beaucoup plus d’argent en spéculant qu’en gérant des dépôts, ont eu l’idée de se lancer dans la spéculation sur les marchés avec … l ‘argent de leurs clients déposants !

Comme ils n’avaient pas le droit de le faire avec la banque de dépôt, ils ont donc créé une structure ad hoc, la banque Natixis, et ont donné ordre à leurs employés de procéder au placement des titres émis au sein de la clientèle.

Il s’agit d’un véritable scandale largement passé sous silence.

Je me souviens, qu’à l’époque, ayant alors un compte à la Caisse d’Epargne, j’avais été littéralement harcelé pour souscrire aux actions de Natixis, cette nouvelle banque étant présentée, aux naïfs clients, comme un super placement de bon père de famille qui allait rapporter de confortables dividendes et plus-values.

Je n’ai pas donné suite à ce harcèlement mais combien de clients ont cédé devant la pression de leur honorable conseiller ?

Il faut dire que les agents de la Caisse d’Epargne obéissaient à des ordres très précis de leur direction centrale : placer les titres à tout prix et, entre leur carrière et les intérêts des clients, leur choix a été vite fait …

Ces promesses se sont malheureusement heurtées au mur d’une  réalité bien moins plaisante et au … krach de 2008 (subprimes).

La crise des subprimes va entrainer Natixis au fond du trou puisque le cours de son action va littéralement s’effondrer en passant de 19,55 €, prix d’introduction en Bourse en 2006, à moins d’1 € par action en 2009.

Un comportement professionnel critiquable

La réalité, soigneusement occultée à l’époque, était que Natixis était en fait très exposée … et elle en a payé le prix et les actionnaires naïfs aussi puisqu’ils ont été littéralement lessivés en assumant des risques qu’ils n’avaient ni mesurés ni jamais voulu prendre !

Un brave et naïf client, qui venait de perdre sa mère et se retrouvait avec un héritage de 100.000 € , avait fait confiance à son conseiller bancaire et en avait placé l’intégralité en actions Natixis.

En quelques mois, il a vu son capital pratiquement disparaître puisque celui-ci est passé de 100.000 à 10.000€ ; soit tout de même une perte de 90% !

Une véritable catastrophe !

On a beau dire que la bourse est un placement risqué, il est évident, qu’en l’espèce, les clients à qui l’on avait fait miroiter ces promesses, n’avaient évidemment pas mesuré l’ampleur des risques qu’ils prenaient ; surtout que le discours officiel était totalement différent et rassurant …

On pourra ajouter, avec ironie, que les dirigeants de BPCE n’avaient pas non plus mesuré les risques mais eux n’avaient pas misé leurs économies parfois durement acquises !

En fait, il y avait bien un comportement fautif au départ car il y avait un mensonge à la base de toute l’opération : on ne disait absolument pas aux clients ce que faisait cette banque.

Et cette banque spéculait sur les marchés ; ce qui est une activité très rentable mais également très risquée …

L’ancienne filiale de la vénérable Caisse des Dépôts et Consignations a cru qu’elle pouvait se hisser au niveau des plus grandes banques d’affaires mondiales, principalement américaines … et elle a été emportée par le tourbillon d’une crise qui s’est apparentée à un véritable massacre …

Fatalement, certains souscripteurs ont estimé qu’ils avaient été trompés par leur banquier et ont engagé des poursuites judiciaires afin d’obtenir réparation pour le préjudice subi.

Natixis a notamment été accusée d’avoir sous-estimé, dans un communiqué de novembre 2007, son exposition indirecte aux subprimes ; un type de crédit hypothécaire distribué aux États-Unis, classé AAA par les agences de notation … jusqu’au moment où tout le monde s’est aperçu que ces titres étaient basés sur la dette hypothécaire des ménages américains les plus pauvres qui s’étaient lancés dans l’acquisition de maisons mais dont ils étaient incapables de rembourser les échéances !

Dans un communiqué sur ses résultats du troisième trimestre de l’année, la banque avait en outre indiqué que les risques portés sur les subprimes étaient “limités”.

L’effondrement du cours de l’action a clairement démontré le contraire c’est à dire que les dirigeants de BPCE ont non seulement menti à leurs clients quant aux risques encourus mais ils ont aussi menti en essayant de camoufler une situation très largement détériorée !

Une sanction méritée mais somme toute extrêmement modérée

Or, la loi française est très exigeante sur ce point : le défaut d’information de la clientèle sur les risques réels encourus engage la responsabilité de la banque ou de l’intermédiaire qui commercialise le produit financier.

Et c’était clairement le cas !

Et c’est ce qui vient de se produire puisque le tribunal correctionnel de Paris, après avoir constaté que la banque avait failli à son devoir d’information, a condamné la filiale de BPCE à une amende de 7,5 M€ et à l’indemnisation d’un certain nombre d’actionnaires.

Dans son jugement, dont les termes sont particulièrement sévères, le tribunal a considéré que la banque “a sciemment diffusé des informations trompeuses, notamment en communiquant des chiffres d’exposition aux subprimes sans jamais préciser les hypothèses retenues, ce qui a contribué à rendre sa communication incompréhensible”.

Le tribunal lui a également reproché d’avoir omis de signaler certaines expositions à hauteur de 850 M€.

Le tribunal en a conclu que tous ces éléments “ne permettaient pas au marché d’apprécier correctement les perspectives de l’établissement » et qu’il y a eu une “tromperie assumée au plus haut niveau de la direction de Natixis et destinée à préserver le cours de Bourse de la société”.

Et le tribunal d’ajouter : “L’ensemble des organes et des représentants de Natixis étaient informés ; l’infraction a été commise en parfaite connaissance de cause”.

Les termes du jugement sont donc sans équivoque et sanctionnent le comportement délictueux des dirigeants de Natixis qui ont non seulement essayé de camoufler la situation mais ont par ailleurs refusé d’admettre leur responsabilité puisqu’ils n’ont jamais proposé une juste indemnisation à leurs clients spoliés !

Le montant de l’indemnisation des parties civiles (victimes) s’élèvera à 3€ par action détenue sur la période concernée par les faits ; ce qui ne fait finalement pas beaucoup car ce prix ne reflète nullement le montant des pertes subies par les victimes !

Même si le total des indemnisations pourrait dépasser le million d’€, il faut quand même souligner la pingrerie traditionnelle de la justice française ; l’amende au profit de l’Etat, qui n’a subi aucun préjudice, étant finalement plus élevée que l’indemnisation des victimes !!!

Aux Etats Unis, nul doute que le montant des indemnités aurait été considérablement plus élevé !

Natixis et BPCE persistent et signent …

Et les dirigeants de BPCE ont décidé, si l’on peut dire, d’enfoncer le clou (dans le cercueil de Natixis) !

Pour achever le parcours de cette banque mal née, le groupe BPCE a, en effet, finalement décidé de retirer le titre Natixis de la Bourse de Paris ; ce que a été rendu effectif le 21 juillet dernier.

BPCE a procédé au rachat en bourse de tous les titres de sa filiale après avoir obtenu l’accord de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ; et le retrait obligatoire est possible à partir du moment où la maison mère détient au moins 90% des titres de sa filiale.

On a bien compris, qu’en l’espèce, il s’agit avant tout d’une opération destinée à faire disparaître toutes les traces d’une opération désastreuse dans laquelle les dirigeants ont sciemment fait prendre des risques inconsidérés à leur clientèle populaire.

BPCE a donc lancé, le 04 juin, une opération de rachat de tous les titres en circulation (à 4€ par action soit une décote de 80% par rapport au prix d’émission) et indiqué, dans la foulée, faire une « demande de retrait obligatoire » auprès de l’AMF, qui l’a donc acceptée ; le seuil de 90% des titres ayant été atteint.

Ainsi donc, les clients qui avaient été trompés lors de l’émission des titres et qui n’ont pas été indemnisés par le tribunal (parce qu’ils ne se sont pas constitués partie civile) seront une nouvelle fois grugés puisqu’ils auront finalement perdu rien moins de 80% de la valeur de leur placement … (ils auront investi 20€ pour en recevoir royalement 4 !).

C’est à dire que BPCE a décidé, en toute conscience et en pleine connaissance de cause, de lessiver ses clients une deuxième fois !

Je suppose qu’on ne les y prendra plus !

En tout cas, voilà un scandale dont le milieu bancaire se serait bien passé mais qui « fort heureusement » n’a pas connu une forte médiatisation.

Faire passer les banquiers français pour des bandits aux yeux de l’opinion publique aurait été d’une grossièreté malvenue …

Dernier détail : à l’époque des faits, le dirigeant de BPCE était François Pérol, un énarque (inspecteur des finances et ancien major de l’ENA) qui a dû démissionner à la suite de poursuites pénales pour prise illégale d’intérêts ; poursuites pour lesquelles il a finalement bénéficié d’un non-lieu !

Eh oui, nous nous trouvons encore une fois en présence d’un effet désastreux de cette haute fonction publique dont les membres sont sans conteste des bêtes à concours mais qui ont le tort de se prendre pour des entrepreneurs (rappelons-nous le Crédit Lyonnais précipité au fond du trou par JY Haberer, lui aussi énarque) et qui finalement perdent l’argent de braves français qui croyaient encore que la Caisse d’Epargne était une banque sure et incapable de les tromper …

Bien cordialement à tous !

Απο την Ελλαδα – Αστυπαλαια (De la Grèce – Astypalaia)

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 thoughts on “Les casseroles de Natixis

    1. Exact !
      Mais je n’en ai pas parlé parce que ce ne serait plus un article mais un réquisitoire !
      En outre, l’affaire H2O est très compliquée
      mais j’ai un article en vue là dessus !

  1. Il est navrant de constater que la bourse, dont le but objectivement honorable est de participer au financement des entreprises avec un retour sur résultat, ait été dévoyée de ce but pour devenir un simple jeu de hasard à l’aveugle, et désolant de constater aussi que des banquiers se prêtent à ce jeu avec l’argent de leur clients.
    Derrière tout cela se joue une partie de poker-menteur, bien proche du délit d’initié.
    Que la justice sanctionne l’ensemble est la moindre des choses.
    Que la sanction ne soit pas à la hauteur de l’escroquerie est navrant.
    Mais que dire quand la justice ne sanctionne pas, mais au contraire cautionne, les escroqueries fiscales de l’Etat ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *