L’égalitarisme avatar ultime du fascisme et du communisme.

Le pouvoir s’acquiert en accumulant de la puissance.

Il est deux sortes de pouvoir : Le pouvoir par la maîtrise d’autrui et le pouvoir par soi-même. Les deux s’exercent en partie sur soi et en partie sur les autres.

Le pouvoir sur soi est intellectuellement illimité mais matériellement réduit à ses propres forces. Pendant que le pouvoir sur les autres, bien que limité intellectuellement du fait de la diversité des pensées qui empêche leur simple addition, est dans l’absolu illimité matériellement par la possible addition des forces matérielles.

Si l’on adhère à ce théorème beaucoup de choses s’expliquent.

Le pouvoir est-il une nécessité ? Je ne prendrai pas partie sur ce point. Il me semble que non, je constate que oui. Donc partons du constat.

Le pouvoir par les autres.

Nul ne peut l’obtenir sur sa simple personne, il nécessite de regrouper d’abord les autres à travers une croyance abstraite, invérifiable mais séduisante. Par exemple pour un homme de pouvoir tel que De Gaulle la croyance de regroupement affichée était La France ou une certaine idée de La France. Pour d’autres se sera une religion, un concept, etc… La maîtrise de la masse des croyants sera l’outil d’accès au pouvoir.

Pour les égalitaristes la croyance est évidemment l’égalité, mais toujours dissimulée sous un autre nom : communisme, socialisme, social-démocratie, etc…

Cela tient au fait que l’égalitarisme entraine la redistribution imposée donc le pillage, et le pillage au nom de l’égalitarisme ça ne passe pas, ce serait Dieu et le Diable dans le même ascenseur.

Le pouvoir par soi-même.

Au-delà des capacités de séduction que cela demande, il nécessite une assise matérielle qui se concrétise par la propriété privée.

C’est elle qui va jouer le rôle de lieu de protection lorsqu’il sera nécessaire de se mette à l’abri, qui servira aussi de base pour la conquête du pouvoir par sa possibilité de cumul et de capitalisation, de poids, sans lequel nul pouvoir ne peut voir le jour.

Ces deux pouvoirs sont antinomiques.

Le pouvoir individuel et le pouvoir collectif sont la plupart du temps en conflit. Rarement ils sont en symbiose, sauf lorsqu’un effort collectif est vital au groupe et que majoritairement il le ressent comme tel.

Ces conflits de pouvoirs tuent évidemment, mais au préalable les pouvoirs n’hésitent pas à mentir. C’est quand même un problème. D’autant plus que le pouvoir est incontournable de la vie en société, on ne peut pas s’en passer.

L’objectif est donc d’accepter un pouvoir, naturellement limité, dont l’oppression pourra être contrôlée.

Comparatif

Le pouvoir par soi, ou pouvoir individuel, outre qu’il prend sa source dans la liberté individuelle – ce qui n’est pas pour nous déplaire — a pour gros avantage d’échapper à celui qui le détient dès qu’il faillit aux responsabilités qui vont avec. Ce pouvoir s’exerce principalement par la puissance économique, rarement par les fusils, il est donc fragile et demande beaucoup d’attention.

Enfin le groupe peut, assez aisément, le contrer par sa simple masse.

A subir un pouvoir — puisque je n’ai jamais envisagé de le conquérir — c’est évidemment celui-ci qui a ma préférence.

Le pouvoir par les autres, ou pouvoir collectif, inclut des tares rédhibitoires. D’abord il enferme les dominés dans une croyance qui ne peut qu’être unique, donc imposée par la loi, elle-même prenant sa crédibilité dans la force, dans les fusils. Un schéma inacceptable.

Les hommes de ce pouvoir, qu’ils se fassent appeler hommes de l’Etat, de l’Eglise ou empereur génie des Carpates, n’ont que le crédit que leur donne la force.

Chaque siècle qui passe les voit décuplant leur puissance et leur nocivité par le simple fait des progrès techniques généraux, dont ils détournent une partie pour améliorer leurs moyens de contrainte.

Leur bilan en tortures et meurtres divers va croissant régulièrement.

Ainsi les égalitaristes sont passés de quelques morts pour les premiers chrétiens, à des milliers à l’époque féodale, des dizaines de milliers au début du 19ème siècle, des millions au début du 20ème et probablement des centaines de millions pour la prochaine fois, qui ne saurait tarder.

L’égalitarisme intellectuellement aseptisé — nous ne sommes plus dans la dictature du prolétariat mais dans la protection de la planète qui justifie le nivellement à minima, sauf pour les tenants du pouvoir cela va de soi — va cogner très fort.

Tout est prêt, du fascisme il récupère le monopole par et pour l’Etat, du communisme il récupère la bureaucratie et sa planification.

Il prend son envol avec COVID, il vérifie que la masse suivra, elle suit, pas de problème. Bien plus que les opposants traditionnels les simples critiques sont expurgés de la société, des moyens de communication.

La masse, isolée par les arcanes de la spécification, n’a aucun autre choix que de faire confiance, le truc justement à ne pas faire face aux intrigants du pouvoir.

L’égalitarisme est le dernier avatar du pouvoir collectif, ce sera le plus destructeur, le plus mortel.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *