Le curseur entre le capitalisme et le collectivisme

Tout est une question d’équilibre, vous en conviendrez. L’un et l’autre sont divergents de par leur définition intrinsèque. L’un progresse dans la création de richesses, dans l’aventure pour nous ouvrir souvent de nouveaux chemins par rapport à une condition actuelle de notre humanité, tandis que l’autre cherche à rebattre les cartes pour en distribuer les fruits. Nous pourrions dire alors que ces deux concepts, ou plutôt un acté et un concept de société sont complémentaires. L’acté est le principe de notre évolution, non par nous seuls humains, mais de toute survie pour évoluer. Le concept collectiviste est contre naturel, régressif pour sauvegarder et entretenir à flot des humains en société, peu importe l’ivresse et l’ivraie, mais c’est de la gestion en tous cas. Quoiqu’il en soit les deux nourrissent une caste loin des regards de toute démocratie.

Il est peut-être temps de parler de Contrat Social avec l’Etat. Il s’agit en fait d’un consensus de la population vis-à-vis de lui. Ce n’est pas ici une élection afin de voter pour qui, mais d’un contrat accepté par une population soumise, qui se veut certes parfois vindicative en manifestant, en bloquant, comme le font souvent nos syndicalistes référents, ou plus rarement des franges de notre population sur tel ou tel sujet. Mais rien de bien méchant, tout rentre dans l’ordre du consensus social accepté par quasiment tous. Car chambouler un quotidien qui prospère ou tout du moins qui tient pour la majeur partie d’entre nous est négociable, sans l’être vraiment, car la finalité de la chose est que c’est non-négociable.

Il est peut-être temps aussi d’évoquer le curseur entre la création de richesses et le collectivisme. Notre presse subventionnée possédée par l’esprit du capitalisme de connivence qui n’a rien à voir avec l’entreprenariat stricto sensu, va forger dans le marbre notre participation à ses roueries, ses bêtises d’informations qui émanent de sources Mainstream de type AFP, pour les répéter, car bien sûr c’est la vérité mais c’est aussi pour distraire … Mais peu importe, et quand même, une majeure partie de nos gens lisent ou voient cette Pravda et s’y conforment, car c’est bien comme ça ! Quel est le débouché de cette presse ? Que tout change sans que rien ne change ! C’est le collectivisme assumé !

La suite vient avec le QR Code via mobile, parfaitement acceptée par une population docile et si peu perplexe quant aux enjeux de ce « Cheval de Troie » dans leur vie quotidienne.

Bravo les artistes ! Vous avez bien manœuvré par votre EdNat et votre propagande. Mais il y aura une suite, contre vous, tôt ou tard, car la vraie nature trouve toujours son chemin et elle le fera par de l’irrésistible, de l’insurmontable et de l’imprévisible, les trois « i ». Je n’ai aucune idée de comment cela va advenir, mais si, par la pénurie de l’offre en rapport avec  la demande des communs des mortels  qui est en train de se programmer….

Bien à vous !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (3 avis)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.