Le camp de la liberté doit s’unir !

Le camp de la liberté doit s’unir !

J’ai été militaire à l’époque où l’armée française se repliait d’Afrique du Nord. Nous avions noté que lorsque des travaux étaient engagés sur une de nos bases, c’était le signe qu’elle allait être bientôt évacuée. Les chefs militaires n’étaient évidemment pas idiots. Ils obéissaient aux ordres. Et ceux-ci étaient incohérents parce que le pouvoir politique ne maîtrisait pas la situation.

Ces réflexions me viennent quand je vois la police se révolter contre une réforme dont elle ne voit pas les bienfaits et dont elle craint qu’elle désorganise ce qui marche encore à peu près bien.

De quoi s’agit-il ? L’insécurité est devenue un problème brûlant en France. Le ministère de l’Intérieur est donc logiquement mis en cause par l’opinion et il réagit comme toute administration contestée : il fait une réforme. Soyons objectifs. Une réforme est parfois réussie. Encore faut-il qu’elle soit conduite par des responsables compétents et surtout assurés du soutien de la majorité politique et de l’opinion publique. Tel n’est pas le cas aujourd’hui. Les auteurs de la réforme ne sont pas incompétents, mais il n’y a pas de majorité politique et le pays gronde face à l’insécurité qui s’étend partout.

La réforme Darmanin vise à donner plus d’efficacité à la police en la mettant sous les ordres du préfet du département, chargé de centraliser le commandement et d’affecter les hommes aux missions les plus urgentes. A quoi les officiers de la police judiciaire, soutenus par nombre de procureurs et même d’avocats, rétorquent que le banditisme se rit des limites départementales et nécessite souvent des enquêtes longues et difficiles qui demandent de la détermination et de la patience aux policiers. Ils sont donc vent debout contre cette réforme et manifestent publiquement leur hostilité.

Bien entendu, à la conduite de Grenoble subie, à Marseille, par le directeur de la police nationale succède logiquement un acte d’autorité, le limogeage du patron de la PJ locale. Décidément, ils n’ont pas de chance dans le sud : après Raoult, le pouvoir a trouvé sur place une autre tête de turc.

Cet évènement est un signe de plus de l’affaiblissement du pouvoir en France et l’annonce de sa chute prochaine. Les gazettes nous disent que Macron songe à se présenter à nouveau quand il en aura le droit, c’est-à-dire après le mandat de son successeur. Vraiment, le pouvoir rend fou. Ce garçon n’a toujours pas compris qu’il n’a pas les qualités d’un président de la République.

La Ve République souffre d’un mal congénital. Elle a confié le pouvoir à la haute administration et celle-ci a pratiquement tout raté au long de ses soixante années de règne. Le plus grave est qu’elle a laissé la protection sociale étouffer l’économie du pays, produisant déficits, chômage et démoralisation. Aujourd’hui, la France a besoin d’un sursaut salvateur et elle ne voit pas à qui elle pourrait en confier la responsabilité.

J’ai la conviction que le salut ne peut venir que du peuple. A condition qu’on lui rende la conduite de ses destinées. La première condition est de lui laisser la liberté de ses choix de vie. Un Français est parfaitement capable d’assurer personnellement sa protection sociale, qu’il s’agisse de la maladie ou de la retraite. Il est tout aussi capable d’exprimer son opinion, à condition que les chaînes de radio et de  télévision ne donnent pas à quelques invités permanents et peu représentatifs le pouvoir de s’exprimer à sa place. Il sait enfin faire des choix importants, à condition que l’institution du référendum ne dorme pas dans les arcanes de la Constitution.

En définitive, ce qui manque le plus aux Français, c’est la liberté. Celle-ci n’est pas qu’un prétexte à défiler dans les rues. C’est un état d’esprit. Qui ne peut s’établir qu’à la suite de mesures concrètes qui forgent l’âme et les conduites. Il n’est pas acceptable que ceux qui s’expriment dans les tribunes des médias n’abordent jamais les vrais sujets. Certes, les rédactions veillent à les leur interdire (je peux en témoigner), mais pourquoi ne protestent-ils pas ? On le sait bien : parce qu’ils espèrent que la prochaine fois on passera leur article. L’espoir, dit-on, fait vivre. Dans ce cas, il fait aussi mourir.

Lorsque surgit une épreuve, la vraie nature d’un régime politique se révèle. Le Covid n’a toujours pas disparu. En Chine, quand un cas est détecté dans un établissement, les personnes présentes n’ont qu’une hâte : décamper le plus vite possible pour échapper au confinement autoritaire. La Chine est bien une dictature. En France, de lourdes menaces planent sur nos libertés. Le Covid rôde encore et l’électricité risque de manquer. Chaque jour nous apporte l’annonce d’un projet étatique de mesures contraignantes. La France est en train de devenir une dictature.

A un parlementaire qui se félicitait, sur Twitter, qu’une mesure autoritaire ait finalement été repoussée, j’ai écrit : « Non, la liberté n’est pas sauvée. Ils recommenceront encore et encore, tant qu’ils ne seront pas chassés du pouvoir. Le camp de la liberté doit s’unir ! ». Mon message a été massivement approuvé. C’est sans doute parce qu’il disait vrai !

Claude Reichman

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (3 avis)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.