L’argent gratuit des autres, toujours !

Les élections constituent ce moment si particulier pendant lequel les personnes qui se sont déclarées ou auto proclamées candidats peuvent se permettre de promettre absolument n’importe quoi sans passer pour autant pour des farfelus, des inconscients ou pire des incompétents.

Et, à cet égard, il faut bien reconnaître que les programmes des écologistes en vue des élections de 2022 entrent parfaitement dans ce cadre tant ils accumulent de propositions farfelues voire carrément ineptes …

Les cinq candidats en lice pour la primaire écolo sont Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, Delphine Batho, Eric Piolle et Jean-Marc Governatori.

Il est prévu qu’ils « s’affrontent » lors de deux débats télévisés, les 8 et 22 septembre sur LCI avant la primaire écologiste dont le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre.

Un petit tour d’horizon des programmes s’impose …

Yannick Jadot

Il reprend l’idée de B Hamon, candidat à la présidentielle de 2017, de mettre en place un revenu citoyen, dès 18 ans pour les personnes « en situation de précarité », dont le montant serait fixé à 665 € pour une personne seule. Ce dispositif remplacerait le RSA et la prime d’activité.

Pour rappel, le revenu universel proposé par B Hamon prévoyait le versement de 600 € pour 19 millions de personnes de plus de 18 ans gagnant moins d’1,9 fois le salaire minimum.

Seul détail, cela représenterait rien moins qu’une dépense de 137 Md€  par an dont nous n’avons pas le premier sous puisque la dette publique, grâce à l’action volontariste de MM E Macron et B Le Maire, culmine désormais à 2.700 Md€  !

Il veut aussi imposer l’interdiction de la vente des voitures thermiques (essence et diesel) à partir de 2030 avant même la limite fixée par Bruxelles à 2035 ; sans se poser d’ailleurs la question par quoi les remplacer … mais il est vrai que l’écolo bobo parisien n’a pas de voiture. Il se déplace en Uber, Taxi ou, au pire, en métro quand il n’a vraiment pas le choix !

Il entend aussi orienter les Français vers des habitudes de consommation « plus durables et moins polluantes » en abaissant la TVA sur tous les produits et services contribuant à des objectifs sanitaires, culturels et environnementaux. Le taux de TVA serait abaissé à 5,5% pour les produits 100% recyclés, bio sourcés ( !?!) et les services de réparation, et à 0% pour l’alimentation bio dont on sait surtout qu’elle est plus chère sans apporter d’avantage en matière d’alimentation.

À l’inverse, la TVA serait augmentée pour les produits très polluants et à obsolescence programmée ; obsolescence dont la détermination s’opèrera en fait dans l’arbitraire le plus absolu puisqu’on ne sait pas définir a priori cette notion puisque c’est essentiellement un constat fait a posteriori en cas de défaillance inexpliquée ou exagérément rapide d’un produit.

Eric Piolle

Le programme du maire de Grenoble, manifestement le plus élaboré mais aussi le plus radical, opte délibérément pour une écologie contraignante dans le but d’atteindre, à marche forcée, une neutralité carbone dès 2045, soit 5 ans plus tôt que les préconisations du gouvernement, et rien moins 50 ans en avance sur l’accord de Paris.

-Option végétarienne obligatoire dans toutes les restaurations collectives avant sans doute l’interdiction pure et simple de la viande car les animaux d’élevages polluent !

-limitation des engrais de synthèse aux agriculteurs ce qui signifie à terme la chute des rendements agricoles et la mort de l’agriculture. Ce n’est pas grave, déjà importatrice de l’essentiel de ses produits manufacturés, la France deviendra aussi importatrice de produits agricoles…

-interdiction de l’installation de chaudières au fioul dès 2022,

-arrêt des dernières centrales à charbon,

-sortie du nucléaire, pourtant seule énergie stable, abondante et bon marché tout en étant totalement décarbonée !

-poursuite du développement de l’éolien dont on sait qu’il est instable, inefficace et cher, mais on sait que si ça ne fonctionne pas c’est parce qu’il n’y en a pas assez !

-interdiction des vols aériens intérieurs si le trajet peut se faire en moins de 4h30 de train, tout en augmentant les investissements dans le ferroviaire à hauteur de 3 Md€ par an ; ce qui revient à subventionner un peu plus une entreprise (SNCF) en comas dépassé qui perçoit déjà plus de 12 Md€ de subventions par an !

-Un « ISF climatique »  car il est bien connu que les « riches » doivent être punis et payer pour le climat.

-création d’1,5 million d’emplois verts grâce à la transition climatique ; cette proposition ne reposant évidemment sur aucune donnée économique sérieuse,

-mise en place, comme Jadot, d’un revenu minimum garanti dès 18 ans au cout exorbitant dont nous n’avons toujours pas le premier sous,

-revalorisation des salaires « d’au moins 10 % » car il est évident que les entreprises doivent aussi être mises à contribution dans le cadre d’une démarche visant à faire payer ses promesses électorales par les autres alors que nos entreprises cumulent déjà nombre de handicaps dont le premier effet est un chômage structurel massif et incompressible …

-interdiction des élevages industriels d’ici 2030 car, pour lui, l’avenir est l’élevage extensif en open space dans le cadre d’un retour nostalgique à l’agriculture non pas de papa mais de grand-papa !

-mise en place d’un système agricole collectiviste avec la création, sur fonds publics, de 25 000 fermes « communales et agro écologiques », autrement dit de kolkhozes, qui emploieront 100 000 personnes. Ces fermes pourront appartenir à la commune, à une association ou à un propriétaire privé, mais elles devront répondre à une mission d’intérêt général.

Car, selon Piolle, « il faut lutter contre l’impunité des lobbys agroalimentaires qui privilégient le rendement de leurs actionnaires à la santé des citoyens et à la préservation du vivant. Nous sommes dans une société où certains s’accaparent nos biens communs. Il faut inverser la tendance et remettre l’intérêt général devant les intérêts privés. »

On se situe là dans le cadre d’un projet clairement néo communiste qui fait une part évidente à l’idéologie (entrepreneur=voleur ou profiteur), et il faut bien se rendre compte de la portée de tels propos qui laissent à penser que le stade suivant sera la désignation à la vindicte populaire des profiteurs et à leur éradication comme cela a été fait en URSS ou en Chine communiste. On connait néanmoins le succès retentissant de telles mesures en URSS qui ont provoqué … un effondrement de la production agricole et une famine généralisée …

Le plus fort, c’est qu’il s’attend, bien entendu, à une adhésion populaire car, selon lui, cela ne peut marcher qu’avec un accompagnement fort des populations (sic) !

Sandrine Rousseau

Elle se dit chercheuse en économie et défend un programme qui repose à la fois sur la radicalité environnementale et sur la mise en place d’un nouveau contrat social.

Elle entend, elle aussi, attribuer un revenu d’existence de 850 € pour les jeunes Français sans revenu à partir de 18 ans, sous conditions individuelles de ressources ; aide qui pourra être majorée de 300 € pour les parents isolés et les personnes en situation de handicap.

Elle a au moins le courage de dire que le cout de cette seule mesure est estimé à 130 Md€, compte non tenu des effets d’aubaine, tout en prétendant en atténuer l’effet en assurant qu’elle serait financée par la fusion de 15 prestations existantes (sans préciser lesquelles).

Elle propose aussi l’individualisation de l’impôt (ce qui est déjà le cas !?!) et l’augmentation de la progressivité de l’impôt sur les revenus (et là il faut évidemment comprendre qu’il s’agit tout bêtement d’augmentation de l’impôt sur le revenu).

Pour les plus précaires, elle souhaite assurer la gratuité des premiers m3 d’eau et kilowatts d’électricité qui seront évidemment payés par les impôts des autres et envisage des mesures similaires pour d’autres biens essentiels tels qu’Internet, téléphonie ou transports.

Elle défend en outre le concept révolutionnaire (selon elle !?!) «d’éco-féminisme » en affirmant que « Notre système économique, social, environnemental est fondé sur la prédation des ressources mais aussi du corps des femmes ou des racisés. »

Le consommateur devient, à l’en croire, un prédateur !?!

Elle dévoile le fond de sa pensée en affirmant : « Il n’y a pas de capitalisme vert possible. » tout en voulant « révolutionner le quotidien des salariés » en instaurant la semaine de quatre jours.

Elle affirme vouloir faire naître une société plus juste (plus égalitariste sans doute ?) et écologique.

Beaucoup de concepts fumeux qui laissent à penser que la chercheuse en économie n’est visiblement pas chercheuse en économies et qu’elle est surtout une anti capitaliste pur jus qui habille ses concepts collectivistes d’oripeaux écologiques…

Jean-Marc Governatori.

Il est un fervent partisan de “l’écologie au centre” ; encore un nouveau concept à éclaircir …

Il veut organiser un grand débat national sur l’éducation suivi d’un référendum qui n’est pas sans rappeler le grand débat organisé par E Macron pour … sa propre promotion personnelle.

Il veut également mettre fin à la chasse, à la pêche industrielle, à l’élevage intensif et enfin interdire la corrida ; ensemble de mesures qui, à n’en pas douter, résoudront tous les problèmes structurels de la France …

Il envisage également de punir les jeunes délinquants de 15 à 20 ans en leur supprimant le téléphone portable. Quand on sait qu’un certain nombre d’entre-eux se promènent avec des armes de poing voire des fusils d’assaut, dont la détention est évidement strictement interdite, on mesure toute l’ampleur de cette proposition …

Delphine Batho

Adepte de « l’écologie intégrale », elle revendique clairement la décroissance, chemin nécessaire selon elle pour « mettre le bien-être humain et le respect de la nature au centre de toutes les décisions » (!?!)

Faut-il comprendre qu’on ne pourra plus rien faire parce qu’il faudra absolument mettre le respect de la nature au centre de toutes les décisions ?

A ce compte là, l’homme vivrait encore dans les cavernes car, à la différence de l’animal, il modifie son milieu pour l’adapter à ses besoins !

Mais, Mme Batho ne semble pas le savoir …

Selon elle, la décroissance est une « société du plus, pas du moins », c’est une société avec plus de bien-être, plus de culture, plus de liens humains, plus de respect des personnes.

En gros, plus de notions fumeuses mais rien de tangible … si ce n’est la promesse d’un bond en arrière d’au moins 50 ans et d’un retour festif à la pauvreté !

Quel constat ?

On le constate une nouvelle fois, les candidats à la présidentielle, ici les verts, vont rivaliser d’idéologie et de démagogie pour proposer de raser gratis à partir de 2022 ; mais il est vrai qu’on n’attrape pas des mouches avec du vinaigre !

L’idéologie communiste de « confiscation des biens d’autrui au profit du peuple » et la révolution prolétarienne n’ayant plus la faveur des électeurs, faute de prolétariat, les candidats exploitent des concepts moins marqués politiquement tels que climat, féminisme et racisme sans rechercher, en aucune façon, à s’attaquer aux questions écologiques (ne parlons pas de dérèglement climatique puisqu’il n’est pas prouvé scientifiquement).

Rappelons donc quelques vérités de base …

Un impôt écolo reste un impôt, c’est à dire un vol légalisé exercé sur les revenus ou le patrimoine (dans le cas d’un ISF) d’autrui et payer plus d’impôts ne fera pas « verdir » la planète !

Fonctionnaires ou élus, voire les deux à la fois, les 5 candidats écolos vivent tous de l’argent public c’est à dire de l’argent gratuit des autres ; ils sont donc les plus mal placés pour donner des leçons d’économie ou d’économies aux autres.

Alors que le pays s‘enfonce dans un abime de dettes, on doit constater qu’ils n’ont aucun programme d’économies (réduction de l’interventionnisme d’Etat ou du nombre de fonctionnaires), ils se contentent juste de promesses dispendieuses de distribuer toujours plus d’argent gratuit pour s’attirer les votes d’une catégorie d’électeurs (en l’occurrence plutôt les jeunes) parce que cette fraction de la population représente une clientèle et donc un marché à saisir.

Ils seront d’ailleurs aidés par la mauvaise conjoncture économique qui entraine, selon les statistiques officielles, une nette augmentation de la pauvreté dans le pays !

Les écologistes poursuivent leur rêve d’un monde plus vert (mais sans CO2), fait de jardins bio et de petits oiseaux qui chantent … mais c’est la vision fantasmée d’une écologie de la part de personnes qui ne vivent à aucun moment en contact avec la nature.

C’est en fait la vision d’urbains convertis à une écologie de façade servant de couverture à une idéologie punitive et restrictive des libertés car, il faut être conscient qu’ils ne proposent qu’un monde fait d’interdictions, de normes et d’atteintes à la liberté individuelle.

Rappelons-nous ce maire de Bordeaux qui voulait interdire les sapins de noël !

L’examen de ces propositions ne peut amener qu’à une seule réaction : la consternation devant autant de médiocrité car, il faut être lucide : Ils ne proposent qu’une régression économique sous des contours écologiques dont la caractéristique principale est l’ineptie !

Mais on sait que là n’est pas le sujet puisque l’important c’est d’être populaire et d’être élu !

Des mots creux, des visions vagues, pour ne pas dire confuses, qui dissimulent le fond de leur objectif réel : l’éradication du capitalisme accusé de tous les maux !

Leur monde, c’est celui d’un néo communisme, qui avance masqué sous des apparences trompeuses de promesses d’un nouveau monde fait essentiellement de dirigisme étatique, d’interdictions, d’assistanat et de déresponsabilisation, d’impôts et de dépense publique financée par l’émission monétaire massive porteuse d’inflation toute aussi massive !

Visiblement, leur pensée est qu’il vaut mieux la fin avec le communisme qu’un éternel esclavage avec le capitalisme…

Seul problème, ces mots sont de Joseph Goebbels, ministre de la propagande du IIIème Reich !

La distribution d’argent gratuit (de même nature que l’allocation de rentrée scolaire dont on sait qu’elle sert notamment à acheter des télévisions HD) est le fondement de leur programme de séduction d’un électorat naïf à qui l’ont fait le coup du train !

Le coup du train ?

Un train peut en cacher un autre ; c’est à dire que, derrière les avantages mis en avant, se profilent beaucoup de contraintes liberticides et une véritable régression des conditions de vie !

Mais, il est vrai que les français s’en moquent ; ce qu’ils veulent c’est de l’argent et ils ont découvert qu’il y en a forcément puisque le gouvernement a trouvé les moyens de dépenser une quantité impressionnante de pognon (250 Md€) au titre du « quoiqu’il en coute » pour soutenir l’économie dans le cadre de la « lutte contre le Covid » et notamment pour que les gens restent chez eux à ne rien faire !

Beaucoup sont prêts à se jeter dans les bras de ceux qui leur feront de telles promesses. Leur expliquer que cet argent n’existe pas et que nous finirons par payer les conséquences de tant d’excès relève fatalement de la mission impossible !

Les écolos sont d’ailleurs rejoints par JL Mélenchon qui s’est lancé, à son tour, dans la surenchère des propositions démagogiques irresponsables en proposant une hausse de 24% du Smic et le passage à la semaine de 32 heures !

N’oublions pas qu’il prétendait, il n’y a pas si longtemps, pouvoir résorber les déficits budgétaires français en « tordant le bras des banques » ; c’est à dire en leur confisquant leurs avoirs … ce qui revenait à confisquer les dépôts bancaires des français !

Le programme des écolos est essentiellement d’assurer qu’un Etat surendetté, en faillite latente, pourra continuer à distribuer de l’argent gratuit tout en masquant que vous devrez apprendre à vous passer de tout un tas de choses dans le cadre d’une économie de pénurie organisée par l’Etat lui-même !

Nous nous situons en pleine utopie écologiste dont on peut faire la parallèle avec l’utopie communiste qui a mené à tant de désastres !

Parce que, la seule véritable issue à leur idéologie est que vous devrez apprendre à vous passer à peu près de tout ; pour le meilleur des mondes !

La question qui demeure, et dont la réponse ne sera formulée qu’en juin 2022, est : Est-ce que les français se laisseront convaincre (je n’ose pas écrire abuser) par ces programmes ?

Bien cordialement à tous !

Απο την Ελλαδα – Λερος (De la Grèce – Leros)

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

One thought on “L’argent gratuit des autres, toujours !

  1. L’écologie politique est la digne héritière de l’hitlerisme.

    Pour fonctionner, le revenu universel doit reposer sur la fermeture des frontières et le contrôle des naissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *