La puissance de la croyance écologique est impressionnante.

La voiture que j’utilise, Land Cruiser Toyota, d’avril 2007, a 14 ans et 460.000 Km.

Pas une panne en 14 ans, un entretien régulier tous les 15.000 km de 500 € en moyenne. Une consommation de 9 l aux 100 km.

La carrosserie a un peu vécu, les rayures sont abondantes, et le véhicule devient un peu bruyant. Je me dis : “Tiens je la changerais bien”. Pure hypothèse puisque, d’une part je n’ai pas les sous, d’autre part le fisc saisirait mon achat immédiatement, mais bon… on peut rêver…

Evidemment je souhaiterais la même, ce doit être ma trentième voiture. J’ai eu de tout, Peugeot, Citroën, Fiat, Lancia, Volkswagen, Audi, BMW, Mercedes, Jaguar, des rapides, des confortables, des luxueuses, mais jamais d’aussi solide, d’aussi tranquille, d’aussi sécurisante, qui ne dépasse pas la vitesse autorisée sur autoroute ou difficilement.

Le prix est raisonnable par rapport aux prestations, je veux absolument la même. Oui, mais voilà, Toyota n’en vend plus, la taxe malus est de 30.000 €, en gros le prix de la voiture.

Peut-on rencontrer une situation plus conne. Voilà un véhicule qui économise la matière première puisqu’il est capable de rouler 500.000 Km et même parait-il 1.000.000 de km, sans problème autre qu’un peu de fuel.

Comment expliquer qu’il subisse une telle taxe, pendant que je croise — ou me doublent — tous les jours des véhicules utilitaires équipés du même type de moteur, qui ne sont pas taxées.

Cette taxe est donc une décision politique qui ne vise pas le véhicule, elle vise son propriétaire.

Ce n’est pas la pollution du véhicule qui est taxée, c’est l’état d’esprit supposé du propriétaire. Il est d’esprit libre puisqu’il peut très facilement s’affranchir du goudron, il ne demande rien à personne et n’étouffe pas dans les bouchons qu’il domine. Le volume même de ce véhicule apporterait la preuve de sa prétention… à la liberté.

Il doit être sanctionné, servir d’exemple, rentrer dans le rang de la servitude, de la crainte, de la croyance.

Cet exemple n’est qu’un détail de l’esprit des écologistes, de la haine qu’ils véhiculent gratuitement, pour rien.

Tout pour eux est sujet à la détestation : l’agriculture, la consommation, la construction, les voyages, les avions, les voitures, les bateaux, la climatisation, le luxe évidemment, etc…

Ce sont de grands malades, ils haïssent l’humanité au point de haïr le progrès, de désirer la régression.

L’écho de leur haine retentit, curieusement amplifié, dans l’opinion publique qui adhère sans retenu à cette folie.

Associée à l’égalitarisme qui hait la richesse, l’écologie version bornée a de grandes chances de réduire notre société en bouillie propice à la gloutonnerie de sociétés voisines non abruties par ces croyances.

Comment avons-nous pu en arriver là ?

Comme pour toutes les graves maladies la science — ici politique — va probablement devoir travailler longtemps pour comprendre. Je crains que seule l’autopsie puisse permettre d’y voir clair, hélas elle suppose au préalable la mort du corps étudié.

Mort qui devrait arriver à brève échéance tant les discours et les décisions prises amplifient les maux qu’ils prétendent soigner. (Je me demande si l’accord pluriel au masculin lié à des sujets masculin et féminin n’est pas une atteinte à l’égalité des sexes. Mais bon, je ne suis pas un champion de l’orthographe, loin s’en faut.)

Les écolos osent tout, c’est à ça qu’on les reconnait. Les éoliennes c’est du gratiné, elles laisseront une marque indélébile de la débilité du concept.

Pourtant elles ne sont que le début des fiascos qui nous attendent. Il faut se préparer à bien pire, probablement à des guerres, des dictatures, des morts, tant cette croyance est violente, prête à tous les mensonges, à toutes les associations, convaincue de détenir la seule et unique vérité, donc d’avoir la légitimité de l’imposer quelles que soient les méthodes ou le coût humain.

Le principe est simple.

Des algorithmes, incluant les réserves connues des matières premières et les dépenses prévisibles à taux constant de celles-ci, prédisent un manque inévitable, que la religion écologique se contente de diaboliser sous la forme de risques d’inondations, de sècheresses, d’ouragans, toutes ces choses qui existent depuis des millénaires et que l’homme craint par-dessus tout.

Que dire face à cette apocalypse annoncée de façon péremptoire ?

Que le progrès va toujours nous sourire, que l’agriculture sera largement suffisante lorsque nous nous nourrirons tous de croquettes, que le fuel sera inutile comme l’est devenu le charbon lorsque nous aurons trouvé une nouvelle énergie encore inconnue, que la maladie ne sera plus qu’un souvenir lorsque nous maitriserons la modification des gênes, etc…

Inutile, l’intuition de la vie n’a pas cours chez les écologistes, archanges de la mort. La démolition est leur mantra, la jouissance de la casse est leur moteur, en cela ils se sentent en communion avec les égalitaristes et les délateurs de tout poil.

Reverra-t-on la guillotine ? Ce n’est pas impossible tant la haine est leur carburant.

C’est tout cela qui se trouve derrière les trente mille balles qui ne permettent plus de rouler en Land Cruiser sans rien demander à personne.

Bien à vous. H. Dumas

PS : Petit bras les Land Cruiser : https://www.agence-france-electricite.fr/actualites/impact-ecologique-transport-maritime/

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

One thought on “La puissance de la croyance écologique est impressionnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *