Je m’impatiente !

Je m’impatiente !

La médecine et les médias ne sortent pas en bon état de la pandémie (qui n’est d’ailleurs pas terminée). La médecine n’a pas démérité, même si elle a laissé mourir 120 000 personnes. Car c’est le gouvernement qui l’y a contrainte, pour asseoir sa propre autorité. Quant aux médias, s’ils n’ont pas fait leur travail, c’est qu’ils n’en ont pas eu non plus le droit, encore une fois par la faute du gouvernement.

Les Français ont fait la connaissance, sur les écrans de télévision et les antennes des radios, des professeurs de médecine les plus réputés de notre pays. Disons-le franchement (et pas très confraternellement) : ils n’ont pas brillé par la rigueur de leurs raisonnements. Leurs connaissances scientifiques  ont parfois été mises à mal, mais ce n’est pas tant cela qui peut leur être reproché. En fait, c’est tout simplement la logique de leurs discours qui est apparue défaillante. Pour ne prendre qu’un exemple, tel infectiologue a pu expliquer que c’est la charge virale qui déclenche l’orage cytokinique, souvent responsable de la mort du patient, et s’emporter contre un traitement simple à base de plaquénil ou d’ivermectine qui précisément détruit, en administration précoce, la charge virale, ce qui est largement prouvé. Alors qu’en déduire ?

Tout simplement que les études de médecine gagneraient à se fonder moins sur les mathématiques et plus sur la philosophie. Relisons les auteurs grecs. Leur discours nous éblouit aujourd’hui encore. Il est à base de logique, celle qui fait aujourd’hui défaut (mais pas qu’aux médecins). Et Molière, dont on célèbre à grand bruit le quatre centième anniversaire de la naissance, savait à merveille se moquer des médicastres et de leurs stupides diagnostics : « Le poumon, le poumon vous dis-je. » Le médecin du début du siècle dernier était un homme cultivé. Celui d’aujourd’hui est infiniment plus savant, mais plus de culture lui ferait le plus grand bien.

Que dire du journaliste ? Qu’il a tout du perroquet. Et ce n’est pas vraiment de sa faute. Les patrons des médias veulent non pas du sur mesure mais de la confection. L’information se fabrique sur le mode industriel. Le produit de base est la dépêche d’agence, que le journaliste saupoudre d’un peu de sel et rarement de poivre, et vous sert en sandwich ou en plat du jour, qui ont le même goût. Le client – vous et moi – en est rassasié et un peu ballonné, et il doit attendre quelques heures pour retrouver un peu d’appétit. Beurk !

Je connais beaucoup de journalistes et je sais que la plupart ne font pas l’information qu’ils voudraient faire. Voulez-vous un exemple parmi beaucoup d’autres ? Un éditorialiste vedette de la télévision animait aussi une interview quotidienne à laquelle il m’avait convié pour parler de mon action contre le monopole de la  Sécurité sociale. Deux ans plus tard, les évènements s’étant précisés, il me dit : « Je sais que je devrais vous inviter, mais je ne peux pas. » J’ai eu la charité de ne pas lui demander pourquoi. Et citons aussi, plus récemment, cet autre éditorialiste qui, ayant réalisé un assez long sujet sur les réunions publiques que j’animais fréquemment sur le même thème, l’avait programmé en cachette sur une grande chaîne publique !

Alors « que faire ? », comme disait Lénine, qui avait fini par en déduire qu’il devait massacrer des millions de gens pour assurer le triomphe de ses idées. L’idée effleure certainement quelques-uns de nos politiciens, mais ils savent que les temps ne sont pas encore mûrs. Qu’ils se rassurent, ils approchent. En France, nous ne sommes pas encore dans une dictature franche, mais cela commence à y ressembler. Disons-le : certains animateurs de notre vie publique ont une mine « pas tibulaire, mais presque », comme disait Coluche.

Je ne voudrais pas jouer les médecins de Molière et vous dire que c’est le poumon, mais je crois pouvoir affirmer que la cause du mal français et de toutes ses manifestations, c’est le poids de l’Etat, qui a étouffé toute velléité d’initiative privée, donc libre. Il faut ramener l’Etat au tiers de la production du pays. Au lieu des deux tiers aujourd’hui. C’est le prix à payer (ou plutôt à ne plus payer) pour redevenir une démocratie. J’attends qu’un homme public, ou une femme, se lève pour porter ce message. « Le succès consiste à aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme », disait Churchill. Je n’ai rien perdu de mon enthousiasme, mais je commence à trouver le temps long. Et je m’impatiente !

Claude Reichman

 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (6 avis)
Loading...

3 réflexions sur « Je m’impatiente ! »

  1. Tant qu’on n’entendra pas un candidat promettre le salaire complet aux travailleurs, pas la peine d’aller aux urnes.

    Je prends les paris que les non vax seront tenus pour responsables des centaines de milliers de faillites à venir. Ce ne sont pas les non vax qui ont instauré le tri sur critères biologiques dans les magasins, mais bien Macron, Castex et Veran.

  2. Avec humour, Dracula est né en France !
    La France et son état de fonctionnaires n’existent que par le poids démesuré des impôts et taxes et que la majorité paye sans rien dire, sans aucune indignation. L’esprit de collaboration comme m’avait dit en 1987 Mr Jacques Chaban-Delmas, a pris le dessus et est de nouveau majoritaire comme de 1940 à 1945. Le déclin est donc inévitable, rien ne l’arrêtera!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.