Il ne faut fâcher personne !

Le président, dûment informé par ses nombreux relais administratifs, sait que les français vont mal et que tout cela pourrait déboucher sur une révolte qui serait, par nature, incontrôlable ; la multiplication récente des infractions au confinement constituant un indicateur dont il faut tenir compte.

Les français vont mal

Avec le confinement qui dure, les atteinte aux libertés, le discours anxiogène savamment entretenu depuis des mois principalement par une presse qui s’en donne à cœur joie avec des débats de plateaux aussi répétitifs qu’inutiles, on enchaine les effets négatifs sur une population pratiquement emprisonnée depuis plus d’un an.

On a du mal à en prévoir les effets à long terme mais on redoute d’ores et déjà une augmentation sensible des dépressions (et des suicides) ; à tel point qu’E Macron vient de préconiser un suivi psychologique pour les enfants.

En plus, il va falloir amortir le choc des défaillances d’entreprises qui n’auront pas supporté un arrêt d’activité pendant plus d’un an ; avec le cortège prévisible des licenciements qui va l’accompagner et cela ne va sûrement pas arranger la santé mentale des futures victimes !

Dans ces conditions, prendre des mesures radicales pourrait soulever la population surtout … avant les prochaines élections de 2022 qu’E Macron compte bien remporter !

Or, les sondages sont mauvais !

Dès lors, il lui faut regagner le cœur des français et il ne faut donc surtout pas de politique d’austérité ; c’est à dire pas de diminution des dépenses publiques puisqu’en France la dépense publique est considérée comme le pivot d’une économie basée sur la demande.

 Pas de vagues et des promesses

Car finalement, E Macron sait qu’il ne pourra pas tenir indéfiniment la population par la peur !

Evidemment, cette « stratégie » va aller de pair avec des propos lénifiants et rassurants car il ne faut pas inquiéter le bon peuple qui doit se montrer docile (on n’ose pas dire servile car ce serait une référence trop évidente à l’ancien régime).

Il formule déjà des hypothèses de normalisation et de réouverture des établissements histoire d’insuffler un vent d’optimisme porteur d’espoir de sortir de cette crise largement provoquée par les décisions … du gouvernement et de son administration !

Il évoque une sortie du troisième confinement basée sur l’augmentation du nombre de personnes vaccinées sans savoir si cette stratégie sera efficace. Il parle néanmoins de rouvrir des musées et des terrasses à partir de la mi-mai.

Il veut apparemment jouer le rôle du père de la nation, bienfaiteur et protecteur des petits français bien obéissants ; position que tous les présidents de la république, de Gaulle compris, n’ont jamais rechigné à adopter pour le plus grand bénéfice de leur ego et de leur position électorale.

Alors, on va continuer à distribuer sans compter l’argent qu’on n’a pas !

A preuve : on va distribuer 1 Md€ aux agriculteurs pour les couvrir d’un risque météorologique inhérent à toute activité agricole parce que, réchauffement climatique ou pas, il fait froid en hiver et chaud en été mais que c’est désormais à la collectivité d’en supporter les conséquences …

Surtout, pas de vagues, même de la part des agriculteurs !

Evidemment, il s’agit de la part d’E Macron d’une stratégie purement électoraliste destinée à ne fâcher ni les fonctionnaires, qui sont la base de son électorat, par le biais d’une diminution de la dépense publique, ni le secteur privé par le biais d’une augmentation des impôts.

Vous me direz qu’on n’a pas attendu E Macron pour financer l’économie par la dette ; mais là on va passer à la vitesse supérieure. Néanmoins, il faut être conscient qu’il ne s’agit pas d’une décision volontariste, c’est seulement le constat d’un échec total dans la gestion des affaires publiques avec une dette publique totalement hors de contrôle.

Des chiffres cataclysmiques

Les dépenses ont progressé de 73,6 Md€ en 2020. La dette des administrations publiques au sens de Maastricht atteint 115,7 % du PIB à fin 2020 (et probablement près de 130% fin 2021) ; le déficit public pour 2020 s’établit à 211,5 Md€, soit 9,2 % du PIB, après 3,1 % en 2019. La France a eu recours, pour financer ces dépenses, à des emprunts massifs (260Md € en 2020) et cela devrait être autant en 2021, et probablement encore plus en 2023 et 2024. Pour 2020, 2021 et 2022, Bercy table sur des déficits respectifs de 9,2 %, 9 % et 5,3 %.

On parle d’ores et déjà d’un cout astronomique de 424 Md€ sur trois ans à raison de 158 Md€ pour 2020, 171 Md€ pour 2021 et 96 Md€ pour 2022.

En outre, la cour des comptes a aussi relevé, pour 2020, une dérive des dépenses publiques de 6 Md€, sans rapport direct avec le Covid ; ce qui démontre que les dépenses publiques sont totalement hors de contrôle.

Mais E Macron fait de la politique au jour le jour ou, plus exactement, à l’échéance de 2022 et il est probable qu’il sait que la reprise tant annoncée par Bruno Le Maire va avoir du mal à démarrer. L’année 2021 pourrait même, et elle est bien partie pour cela, être catastrophique.

Il faut donc anesthésier les français pour qu’ils ne se rendent pas compte de la gravité de la situation et la dette est un excellent amortisseur social, enfin temporairement car en général cela se termine rapidement très mal par de l’inflation ou, pire, de l’hyperinflation.

Et ça, c’est un modèle que je connais bien ! C’est la Grèce qui avait une économie totalement fondée sur l’emprunt (et la dette) pour ses dépenses courantes (et notamment les salaires de ses fonctionnaires et les pensions de retraites) et ne respectait aucune des règles imposées par Bruxelles !

Reprenez mon article sur la Grèce et vous comprendrez ce qu’il va se passer parce qu’il ne faut pas croire qu’en appliquant les mêmes recettes on arrivera à un résultat différent.

Cela fait déjà une bonne vingtaine d’années que la France distribue du pouvoir d’achat aux français par le biais de l’emprunt car c’est une manière de masquer la lente dégradation de la situation matérielle de ceux-ci et leur paupérisation relativement à des pays comme les Etats Unis, l’Allemagne ou pire la Suisse !

C’est le signe que la France s’appauvrit parce qu’elle produit de moins en moins de richesses du fait d’une dégradation constante de la compétitivité de ses entreprises et que cette dégradation est masquée par l’emprunt !

Le problème de la dette que l’on accumule, c’est qu’il faut la rembourser (d’où la demande d’annulation formulée par certains économistes) alors que, parallèlement, il faut faire face au déficit budgétaire courant. La dette monte mécaniquement et finit toujours par s’emballer, à un moment ou un autre, pour des raisons souvent exogènes (comme une remontée fortuite des taux d’intérêts).

Laisser filer la dette, si possible gratuite, constitue la solution de facilité qui permet, en reportant à l’infini par le biais de l’emprunt pour rembourser les emprunts précédents, de ne pas prendre les mesures qui seraient susceptibles de fâcher les français de tous bords !

Restera à faire avaler ces dispositions fiscales au parlement ; ce qui ne devrait pas poser de difficulté d’abord parce que, jamais, à aucun moment le parlement (principalement l’assemblée nationale) ne s’est opposé à un projet de budget présenté par Bercy et encore moins l’a rejeté pour cause de dépenses excessives non financées. En outre, il se trouve qu’E Macron et les parlementaires sont embarqués sur le même navire de leurs intérêts personnels et que réduire les dépenses publiques, ce serait fatalement réduire aussi leurs avantages …

L’argent magique !

E Macron plaide, depuis son arrivée au pouvoir, pour un changement des critères de Maastricht et l’abandon de la règle des 3%. Il n’est qu’à se souvenir de ses propos tenus devant la chancelière allemande à propos « des excédents budgétaires compulsifs de l’Allemagne » !?!

Il faut rappeler que les limites de 3 et 60 %, décidés à la demande de l’Allemagne, en contrepartie de l’adoption de l’€, a pour but d’éviter une dérive incontrôlable des finances publiques des Etats ; dérive qui ne manquerait pas de porter atteinte à la difficile cohésion des 27 membres de l’Union Européenne !

Avec la crise sanitaire, l’Union européenne a suspendu le pacte de stabilité jusqu’en 2022, ce qui arrange bien les petites affaires d’E Macron pour ne pas prendre les mesures qui fâchent mais ce serait tellement mieux si on les jetait définitivement aux oubliettes !

E Macron vient d’ailleurs de déclarer qu’il fallait relancer l’Europe … avec le sous-entendu, trop évident, d’adapter ou plutôt d’en supprimer les règles trop contraignantes !

Autrement dit, quand on ne peut pas respecter les règles … on change les règles. On jette les règles qui gênent par-dessus les moulins ; au diable la rigueur budgétaire (à l’allemande), tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et embrassons-nous Folleville !

Il suffisait d’y penser car quoi de mieux que l’argent gratuit et inépuisable imprimé par la BCE pour financer toutes les lubies du gouvernement et des français !

Cela ne devrait néanmoins surprendre personne tant l’administration française a l’habitude de telles pratiques (changer les règles qui la gênent).

Toutefois, pas sûr que les Allemands acceptent une telle dérogation par trop opposée à leurs conceptions monétaires et budgétaires ; compte non tenu du fait que Mme Merkel, qui a beaucoup cédé aux français, termine sa longue carrière politique en septembre et que son remplaçant pourrait être beaucoup moins compréhensif !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 thoughts on “Il ne faut fâcher personne !

  1. Mars 2021/2020 : + 155 % de faillites en France

    Un psy me l’a confirmé, ça craque de toutes parts. Les gens boivent et se droguent de plus en plus. Son cabinet ne désemplit plus. les pompiers multiplient les interventions pour accidents domestiques qui sont souvent des tentatives de suicide déguisées.

    Mais le mignon n’en a cure. Seule sa réélection compte.

  2. L’administration française a non seulement l’habitude de changer les règles qui la gênent, mais aussi de ne pas respecter les règles (européennes) qui la gênent aussi mais qu’elle ne peut pas changer comme par exemple l’abolition du monopole de l’insécurité sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *