Il faut briser les juges !

Il faut briser les juges !

Nous sommes le 6 juin. Il y a 77 ans, les Alliés débarquaient en Normandie et s’apprêtaient à nous rendre la liberté. Qu’avons-nous fait de cette liberté ?

Pendant les années de reconstruction de la France, nous avons eu à cœur de travailler à cette tâche, et puis tout s’est gâché. Les querelles ont repris, ce dont on ne peut s’étonner, connaissant la nature humaine, mais surtout nous avons progressivement tourné le dos aux principes fondamentaux de 1789, jusqu’à les nier complètement au lieu de nous y référer chaque fois qu’ils étaient remis en cause.

Rappelons que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 proclame que les droits naturels et imprescriptibles de l’Homme sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

Qui peut dire aujourd’hui que dans la France actuelle ces droits sont respectés ?

Le simple énoncé de ces droits devrait être un viatique pour tout citoyen français. Il devrait pouvoir s’en prévaloir en toutes circonstances et notamment quand l’Etat le met en difficulté. Mais se réclamer de ces droits devant un tribunal français suscite le mépris des juges qui estiment n’avoir à respecter que leur propre opinion.

C’est ainsi que s’est noué le drame du monopole de la sécurité sociale. Ce monopole a été abrogé par les directives européennes prises en application du traité de l’Acte unique de 1986, qui avait décidé qu’à partir du 1er janvier 1994 le marché intérieur européen « comporte un espace sans frontières intérieures dans lequel la libre circulation des marchandises, des personnes, des services, et des capitaux est assurée selon les dispositions du présent traité. »

La libre circulation généralisée entraînait l’abrogation de tous les monopoles, y compris celui de la sécurité sociale, car chacun devait pouvoir vivre et travailler dans n’importe quel Etat européen en conservant notamment sa protection sociale.

La date de mise en œuvre de ces dispositions était le 1er juillet 1994. Le gouvernement étant muet, je publiai le 30 juin 1994 dans Le Figaro un article intitulé « La révolution du 1er juillet ». La seule réaction fut un petit communiqué de Mme Simone Veil, ministre des affaires sociales, prétendant qu’en fait cette réforme ne concernait que les assurances complémentaires. Ce fut le premier mensonge d’une très longue série. La France officielle venait de décider de nier ses engagements européens pour préserver un système social désormais illégal et qui, par son coût déraisonnable et ses effets désastreux sur les entreprises, conduisait notre pays à l’abîme !

Vingt-sept ans ont passé. La France officielle continue de refuser la fin du monopole, me poursuit en justice et veut m’envoyer en prison pour avoir simplement dit publiquement que le monopole était abrogé par les lois de la République, ce qui est la stricte vérité.

Cette vérité, en outre, n’a aucun caractère idéologique. Il s’agit de la simple conséquence de la construction européenne. Comment un pays comme la France peut-il se comporter comme s’il n’avait pas signé tous les traités européens, transposé toutes les directives et appelé les électeurs à approuver ces décisions ?

Les principaux responsables sont évidemment les politiciens français, dont un seul, je dis bien un seul, a soutenu notre démarche, alors qu’une immense majorité d’entre eux a voté tous les textes qui libèrent la protection sociale d’un monopole moyenâgeux et catastrophique pour la prospérité de notre pays.

Si l’on veut avoir une idée des bienfaits d’une libération de la protection sociale, on peut considérer que le maintien du monopole coûte plus de 150 milliards d’euros par an, qu’on pourrait économiser et qui bénéficieraient pour l’essentiel aux salariés. En 27 ans, c’est près de 4 000 milliards d’euros qui auraient pu aller à la consommation des ménages, aux investissements des entreprises et donc à l’emploi. Avoir refusé aussi obstinément ces mesures salvatrices ne mérite qu’un seul qualificatif : criminel !

Mais les politiciens ne sont pas, loin de là, les seuls responsables. A égalité dans la trahison de leurs devoirs, il y a aussi les juges. Car en dernière analyse, ce sont eux qui ont volé ces 4 000 milliards aux Français.

Je regrette que tous les Français ne puissent, faute de temps et d’envie, assister au spectacle de ces juges qui massacrent leurs droits et leurs espoirs. S’ils le faisaient, la réforme de la justice serait faite depuis longtemps et on aurait remplacé ces magistrats arrogants, vaniteux et dépourvus de toute humanité par des juges ayant connu le travail et la vie, et qui seraient sévères quand ils ont affaire à des malfaiteurs mais bienveillants quand en face d’eux comparaîtraient des citoyens à la recherche de leurs droits bafoués.

Je ne suis pas pessimiste sur l’issue de ce combat. Plus de 500 000 entrepreneurs se sont libérés et ont, grâce à cela, sauvé leur outil de travail. Les juges ne savent plus quoi inventer pour faire dire aux lois le contraire de ce qu’elles disent. Et la France entière attend cette libération qui la fera pousser un immense cri de joie alors qu’aujourd’hui elle se languit de misère et d’impuissance.

« Tout le malheur de l’homme vient de ce qu’il ne sait pas prendre un langage simple », disait Albert Camus. Alors je prendrai un langage simple : Il faut briser les juges !

 

Claude Reichman

 

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

9 thoughts on “Il faut briser les juges !

  1. J’ai écrit à mon député pour savoir pourquoi je ne pouvais bénéficier des lois de la république qu’il avait votées. Ma lettre est restée sans réponse.

  2. Le mal, c’est le contresens qui est donné à l’expression : indépendance de la justice. La justice doit être indépendante du pouvoir, mais pas du peuple !

  3. « Il y a deux histoires en France sur la justice et NAPOLEON (qui a réduit le pouvoir du peuple après la révolution de 1789, même s’il fût un très grand Général, Le Général De Gaulle par contre a désiré donner + de pouvoir au peuple et il l’a prouvé), l’une que l’on enseigne dans les médias et qui ment, l’autre que l’on tait parce qu’elle recèle l’inavouable ». Certains ne veulent pas lire et entendre la vérité par ce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions se détruisent. Pour les mensonges il faut de la mémoire pour la vérité il faut du « COURAGE » !
    « La justice en FRANCE pour votre curiosité un peu d’histoire mais pas seulement » cliquez pour lire la suite : https://developpement-mental-semantique.com/rappel-historique-de-la-justice-en-france/

      1. J’ai conscience que je vais heurter la conscience et le professionnalisme de certains qui ne sont pas en cause. Mais Démasquons la mafia judiciaire avec Mr Ernest Pardo Doctorant en droit et le Magistrat Georges Domergue qui nous expliquent au travers de leurs expériences les dysfonctionnements du système judiciaire et policier français= cliquez pour écouter et lire la suite : https://developpement-mental-semantique.com/demasquons-la-mafia-judiciaire/?fbclid=IwAR1lhDDrlPPGU0zxuJ9wUT3Ez_k_rGfsZ_yxKNboierHcGRMy6decPBmYxg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *