Haute trahison ! 

Haute trahison ! 

Le refus de l’Etat d’autoriser certains traitements de l’épidémie de coronavirus et, de façon plus générale, de permettre aux médecins généralistes d’exercer leur métier conformément à leur déontologie, suscite des réactions indignées dans certains secteurs de l’opinion, sans qu’on ait analysé les raisons profondes d’un tel comportement étatique.

Certains y voient la patte des mandarins médicaux, désireux de poursuivre leur règne, d’autres, mieux inspirés, pensent que le fait que le Pr Raoult ait mis au point un traitement simple et peu coûteux a constitué une concurrence intolérable pour les hommes de l’Etat, en principe chargés de veiller au bien commun et qui n’avaient aucun remède sous la main.

Mais ces explications n’expliquent pas tout. Car il faut de puissantes raisons pour qu’un pouvoir prive de soins une population. Or c’est bien ce qui s’est passé et se passe encore. Le gouvernement préconise toujours l’abstention face aux premières manifestations de contamination et met tout son espoir dans la réanimation des malades en phase critique. Ce qui veut dire qu’il refuse toute chance de guérison à des dizaines de milliers de malades et ce qui explique qu’on compte actuellement en France plus de 80 000 morts.

Comment qualifier une telle attitude, sinon de crime de masse. Ce n’est pas de gaîté de cœur que j’utilise cette expression. Je n’ai jamais aimé les accusations excessives, et celle-là pourrait en être une. Mais les faits sont là, qui nous obligent à les regarder en face. Et il est impossible de ne pas voir dans l’interdiction délibérée par le gouvernement de certaines thérapeutiques un acte d’une extrême gravité, surtout quand on sait que les thérapeutiques en question sont en toute hypothèse inoffensives.

La puissante raison de ce comportement du pouvoir ne peut être que le pouvoir lui-même. Depuis de longues années, les gouvernements français voient leur légitimité fondre comme neige au soleil. Les citoyens leur reprochent fondamentalement leur incapacité à rétablir la prospérité du pays. Alors les gouvernants ont peur d’être chassés. Ils croient que faire montre d’autorité leur épargnera ce mauvais sort et leur conservera ce pouvoir qui leur procure, selon l’expression de Bertrand de Jouvenel, « une délicieuse expansion du moi ».

Mais ce qu’on ne pouvait pas croire, c’est qu’ils fussent prêts pour garder le pouvoir à sacrifier la vie de leurs concitoyens. Or c’est bien ce qu’ils ont fait, et continuent à faire, en refusant aux Français le droit de se soigner.

A quoi il faut ajouter tous les interdits qui frappent la vie quotidienne des citoyens et que le pouvoir maintient et aggrave comme à plaisir, tout en assurant que c’est pour notre bien, ce qui est très loin d’être prouvé.

Il résulte de ce qui précède qu’il n’y a pas d’autre issue pour la nation que d’accuser ses dirigeants actuels de haute trahison, d’exiger leur démission et de les mettre en jugement.

Loin de nous l’idée d’une basse vengeance. Bien au contraire c’est l’avenir de notre démocratie qui se joue. Si nous acceptons que des hommes politiques puissent se comporter comme ceux qui gouvernent actuellement notre pays, soyons certains que c’est une dictature qui se profile au proche horizon.

Chacun, aujourd’hui, peut aligner des dizaines de mesures liberticides qui, impudemment, paraissent au Journal officiel. Nos gouvernants sont si éperdus de pouvoir qu’ils ne se cachent même plus pour bafouer nos libertés.

Il est beaucoup plus tard que les Français ne le croient. Tous ceux qui ont étudié l’histoire savent qu’il existe, dans les évènements, des points de non retour. Celui que nous vivons actuellement en est un. Que chacun y réfléchisse. Que chacun prenne ses résolutions. Nous avons notre destin entre nos mains pour peu de temps encore.

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (13 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 thoughts on “Haute trahison ! 

  1. Compte tenu de cette analyse politique au sens élevé du terme, ce ne sont pas les dispositions actuelles ouvertes par la loi pénale qui sont susceptibles de fournir un cadre adapté à ce type d’actes criminels.
    Seul le référendum offre le moyen démocratique de connaître la réponse à la mise en accusation de MACRON et son exécutif après un débat cristallin dont les termes et le questionnement ne doivent être biaisés.

    Comme chaque citoyen, Je suis détenteur d’une infime part de la souveraineté du peuple…mais c’est fini Je ne veux plus la déléguer tant que cette consultation ne sera pas tranchée.

    Pour ma part, l’insurrection * -qui couve – doit être conduite à la manière d’un Gandhi, sans violence, avec le sourire, mais sans recul ni faiblesse tant que la date de sa promulgation ne sera pas annoncée, soit par l’actuel Président, soit, s’il démissionnait pat un sursaut de dignité (???), par le Président du Sénat.

    A défaut, et considérant le contexte du désordre mondial, je redoute que la révolte fracassante ne constitue, in fine, la résolution du délitement que la France vit depuis trop longtemps.

    l’insurrection *
     ARTICLE 35 DE LA DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1793 :

    « QUAND LE GOUVERNEMENT VIOLE LES DROITS DU PEUPLE, L’INSURRECTION EST, POUR LE PEUPLE ET POUR CHAQUE PORTION DU PEUPLE, LE PLUS SACRÉ DES DROITS ET LE PLUS INDISPENSABLE DES DEVOIRS «
    
     MACRON, une fois encore commentateur critique de son gouvernement DONC de lui-même !, est un procureur d’une espèce particulière.

    Totalement à l’abri justement des procureurs, car ses actes , ses gestes et ses paroles ne sont susceptibles d’aucune poursuite pendant son mandat !
    MACRON , tel un apprenti dictateur, conduit notre pays au désastre et nos vies vers les cimetières sans que personne ne puisse l’entraver dans sa Marche folle, ni même contester ses décisions et bientôt s’autoriser à penser hors la ligne tracée

    Ainsi, Par son immunité présidentielle, ce gamin est, dans nos institutions, le seul et l’unique responsable public…IRRESPONSABLE ! ( sûrement encore un emprunt à sa formule magique « en même temps » )

    Par conséquent, MACRON est donc bien le seul ne pas avoir à se plaindre de ce que les 66 millions de procureurs que nous sommes peuvent penser !

    « Alors, en me passant de votre autorisation, monsieur le Président MACRON, je vous dis, sans animosité PARTEZ et Vite…et pour le temps de faire votre bagage, laisser nous encore le droit d’exprimer nos doutes, nos craintes, nos critiques et…nos espoirs dans une vie meilleure au moins pour nos enfants et les enfants de nos enfants »

    Et pour ceux qui pensent que ce ne sont que des paroles en l’air, que des bêtises sans perspective, je vous livre la célèbre réplique du film épique Autant en emporte le vent, désormais censuré par le progressisme…
    « Franchement ma chère, je n’en ai rien à faire ! »

    Reproduction d’un commentaire publié par Front Populaire :
    « Emmanuel Macron est pour moi un pervers narcissique, colérique et incapable de la moindre empathie. Or l’empathie, est la capacité de s’identifier à autrui : c’est pour moi synonyme d’intelligence.

    Pour le dire autrement MACRON est pour moi un crétin.
    Il me fait penser à “La solution” de Bertold Brecht :
    “Après l’insurrection du 17 juin, le secrétaire de l’Union des écrivains fit distribuer des tracts dans la Stalinallée.
    Le peuple, y lisait-on, a par sa faute perdu la confiance du gouvernement et ce n’est qu’en redoublant d’efforts qu’il peut la regagner.
    Ne serait-il pas plus simple alors pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ?”

  2. Les traitres font l’objet d’un traitement spécial au petit matin, mais dans ce cas la république généreuse ne fait pas payer les balles . . .

  3. Mais ce qu’on ne pouvait pas croire, c’est qu’ils fussent prêts pour garder le pouvoir à sacrifier la vie de leurs concitoyens.

    Un socialiste n’hésite jamais à utiliser les moyens les plus répugnants pour rester au pouvoir. Staline n’a pas hésité à faire affamer l’Ukraine pour en soumettre la population.

    Quant au conseil pétainiste de l’ordre, on comprend mieux pourquoi il a été créé par l’homme qui voulait intégrer la France à l’Europe supranationale socialiste dominée par le III° Reich. Pendant l’occupation, ses membres n’ont pas dû être offusqués que des médecins juifs fussent envoyés à la mort.

  4. Excellent. C’est exactement ce que je pense et défend. Oui, les choses ne pourraient changer que si les peuples se révoltent. Mais c’est vrai aussi que le point de retour est peut-être dépassé. Et puis il y a tellement “d’imbéciles heureux”…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *