François FLEURY : éloge de la folie fiscale

Nul doute que le temps démontrera l’inanité de la folie fiscale qui tue et de la croyance égalitaire sur laquelle elle s’appuie elle aussi meurtrière.

Erasme, en 1509, décrit la folie de l’église et des princes, celle de l’église perdurera jusqu’à aujourd’hui où elle apparait à tous dans toute sa misère.

Une autre folie, celle du racisme, a eu ses heures de gloire aux 19ème et 20ème siècles, pour finir en catastrophe avec la dernière guerre mondiale.

Il est un point commun à toutes les folies collectives, leurs acteurs les imposent par la force, soit parce qu’ils y croient, soit par sadisme et lâcheté, sans qu’il soit possible de déterminer lequel de ces vecteurs est primordial chez eux.

Naïvement, bêtement ou par prétention, j’ai voulu aller voir les limites de la folie fiscale. Figurez-vous qu’il n’y en a pas. Les acteurs de cette folie sont convaincus de faire le bien. Comme Hitler ils y croient et pensent que le monde un jour les remerciera des meurtres qu’ils commettent pour la bonne cause, ou comme Eichmann ils ne se sentent pas responsables se considérant comme de simples serviteurs aux ordres.

Le cas Fleury est impressionnant.

Ce LIEN va vous permettre de lire les conclusions responsives prises par M. Fleury face à la requête que j’ai déposée devant le TA de Montpellier. Cette requête et ma réponse aux conclusions de M. Fleury sont accessibles avec ce LIEN.

Les faits rapidement exposés :

Ma société SCI Le Mirabeau est avertie d’un contrôle fiscal vengeur, lié au redressement de la succession de ma mère, je décide de filmer ce contrôle.

Alors que j’ai pris la peine de faire en sorte que les contrôleurs ne puissent pas être reconnus sur le film, que la comptabilité de la société est sur la table, ils tournent les talons dès leur arrivée, devant un huissier constatant la situation. Puis ils déclarent que je me suis opposé au contrôle fiscal : gonflés…

De là ils établissent, sans vérification, un redressement d’un million d’€ environ, assorti d’une majoration de 100% pour opposition à contrôle fiscal.

Le Rapporteur Public de la Cour Administrative d’Appel de Marseille affirmera la nullité du contrôle, La Cour sans en tenir compte confirmera le contrôle.

La folie fiscale de FLEURY

– 1 – Après avoir relevé que la forme de ma requête n’est pas conforme aux lois créées par son administration, il conclut que la justice est passée.

Puis, magnanime, il évoque le fond, mais alors il ne développera jamais les motifs du redressement, il se contentera d’en faire porter la responsabilité aux juges qui l’ont entériné : ” Les contrôles fiscaux exercés à l’encontre de la SARL Les Hauts de Cocraud et de la SCI Le Mirabeau n’ont pas été démontrés irréguliers”… sous-entendu “par la justice”, ils sont donc réguliers.

La justice est bien le complice qui évite à M. FLEURY de d’expliquer l’inexplicable.

– 2 – Quant à la médiation demandée ? “L’administration considère qu’au regard de la mise en recouvrement débutant il y a plus de dix ans, suivie d’une multitude d’agissements et propos diffamatoires tenus par M. Dumas, une médiation n’est plus de mise et ne serait que purement dilatoire”. Vue par FLEURY, la médiation suppose que l’affaire soit récente, que le contribuable soit gentil, ne se révolte pas. N’est-ce pas vider de sens le principe même de la médiation, qui deviendrait alors une sorte de récompense pour contribuables consentants ? Comme toutes les commissions déjà existantes organisées par les Services Fiscaux.

– 3 – Un peu plus loin l’effarement de M. FLEURY est magique lorsqu’il parle du refus par ses agents de l’enregistrement du contrôle seul générateur de l’opposition à contrôle fiscal : “M. Dumas réclame la nullité de la forme du contrôle fiscal de la SCI Le Mirabeau, du fait que les contrôleurs aient abandonné leur mission vu les conditions que M. Dumas avait décidé de leur imposer. Il s’insurge en sus des pénalités suite à l’opposition à contrôle fiscal dont il est responsable, générée par son comportement”. M. FLEURY ne vit pas dans le même temps que tout le reste du monde. Partout, y compris dans la police ou au football, l’enregistrement est le garant de la vérité, de la justice. Pas pour le fisc. Mais qu’ont donc à cacher les inspecteurs des impôts pour refuser que le débat oral et contradictoire soit enregistré, alors que la moindre conversation téléphonique avec un fournisseur l’est ?

– 4 – Enfin le bouquet : “M. Henri Dumas ne règle pas ses dettes personnelles. Il ne peut entendre condamner l’administration fiscale pour harcèlement, misère et ruine alors que les faits qui lui sont reprochés ont trait à des distributions occultes et insuffisance déclaratives de bénéfices sociaux perçus, impactant le calcul de l’impôt sur le revenu.”

Les distributions occultes, fichtre. Il invente FLEURY. Il veut me faire passer pour un bandit de haut vol ? Il emploie des termes si inadaptés qu’ils seraient ridicules s’ils n’étaient pas susceptibles de correspondre pour les magistrats qui les lisent à de graves délits, ici imaginaires…

Là, nous sommes dans la diffamation, dans l’accusation sans preuve, l’ostracisme, le procès stalinien, le bouc-émissaire, toutes les armes de la terreur, du pillage, du harcèlement, de la torture, tout ce qui fait la différence entre une société libre et démocratique et une société totalitaire.

Car les magistrats vont suivre FLEURY, évidemment. Ils ont suivi Pétain… n’est ce pas ?

FLEURY est l’agent zélé, probablement sadique, le soldat borné de la folie fiscale qui nous tue. Au profit de qui ?…

Pas de ceux qui croient en être les bénéficiaires et baissent les yeux face à cette folie meurtrière, qui vont déchanter sous peu s’ils ouvrent enfin les yeux.

Nous, nous savons que cette folie fiscale n’est pas un hasard, elle est le garant des faux-monnayeurs qui nous gouvernent, qui distribuent de la fausse monnaie pour être élus et jouir du pouvoir. Rien de changer au cours des siècles et des siècles, amen.

Je suis au fond de la caverne, ce que j’y découvre est pire que ce que je croyais.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 thoughts on “François FLEURY : éloge de la folie fiscale

  1. Je ne sais pas à quels records inimaginables et sans cesse rebattus va atteindre mon écoeurement vis-à-vis des décideurs de l’Etat et de l’armée de leurs sous-fifres.

      1. La réalité de la justice en France pour les amis et connivences = Mr Alexandre Benmakhlouf, était un ancien conseiller de Mr J. Chirac , Avocat Général de la cour de Cassation , il est intervenu afin d’annuler une condamnation de Guy MARIANI en 1996 (Guy Mariani que j’ai fait condamner en 2011 à 7 ans de prison ferme non sans mal), et sur ce lien la Demande d’aide de Guy MARIANI à M. BENMAKLOUF en juin 1996 . Document que j’ai trouvé dans les pièces du juge de l’instruction , l’article 40 aurait dû être activé : Cliquez ici pour lire la suite = http://injustice.blog.free.fr/public/Courrier_de_Guy_MARIANI__A_son_Avocat_Mtre_CAVALLINI.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *