Eloge des fonctionnaires qui fonctionnent

L’histoire se passe dans un petit local d’environ 15m2, situé à moins de 100m du marché de Saint Jean de Luz. Deux tables hautes font office de comptoirs, au fond, un petit bureau vitré est équipé d’une table et de trois chaises. Une grande boite aux lettres permet de déposer des documents à toute heure. Trois employés sont présents aux heures ouvrables. Quatre lettres ornent discrètement la porte vitrée : C P A M.

Chaque jour, de nombreux citoyens se rendent dans ce modeste local pour y exposer leurs petits (et grands) problèmes d’assurance maladie. J’ai pu noter le professionnalisme et la disponibilité des personnels de cette annexe de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) : ils apportent à chacun une aide précieuse avec patience et compétence.

Eloge des fonctionnaires qui fonctionnent

L’exercice n’est pourtant pas aisé : rassurer les vieilles dames, répéter la même réponse des dizaines de fois par jour, traiter le stress des citoyens face à un système kafkaïen, stress qui se manifeste parfois par des énervements voire des comportements carrément désagréables. Etant au bout de la chaine, les préposés de la CPAM doivent traiter tous les dysfonctionnements et lourdeurs de leur organisation, tout en respectant l’avalanche de réglementations bureaucratiques qui rendent leur travail plus difficile.

Ces agents de la CPAM appartiennent à la catégorie des « fonctionnaires qui fonctionnent », au même titre que les enseignants qui enseignent, les personnels soignants qui soignent, les assistantes sociales qui assistent, les  policiers qui gendarment, les services municipaux qui chaque jour s’occupent de nos communes, etc.

Comme tous les Français, j’ai beaucoup de respect pour leur travail : ils sont le véritable service au public. A chaque visite, je me fais la remarque qu’il y a encore des services au public et des fonctionnaires qui fonctionnent.

Ou plutôt en l’espèce, qui fonctionnaient. Car le local a fermé ses portes en Juin 2020. Vous connaissez déjà l’explication officielle : le COVID bien sûr.

La fin annoncée du service au public

Désormais, si vous voulez obtenir un rendez-vous, connectez vous sur le site. La CPAM a probablement en ligne de mire la stratégie mise en place par l’URSSAF dont le site d’Anglet, sur le BAB, est depuis plusieurs années déjà fermé aux visiteurs. La porte d’entrée est cadenassée, il n’y a pas d’interphone, pas la peine de sonner personne ne viendra. D’ailleurs, il n’y a pas de sonnette. Un papier posé dans le sas vous informe que si vous avez une question, vous pouvez envoyer un e-mail.

Le service au public remplacé par des emplois de bureau

La pandémie du Covid a donné à l’Organisation étatique qui nous dirige nos vies (c’est à dire les femmes et des hommes qui ensemble exercent tous les pouvoirs exécutifs, législatifs, judiciaires, administratifs nationaux, régionaux et locaux) l’excuse parfaite pour accélérer l’atteinte de son vieil objectif : supprimer les contacts avec le menu peuple.

Pour l’Organisation, le problème du service au public, c’est que c’est un travail difficile, usant, fatiguant et, au fond, considéré comme inintéressant. La preuve ? Dans l’Organisation, servir le public est un emploi subalterne, déconsidéré par la hiérarchie et surtout mal payé. Servir le public, ce n’est pas pour les chefs. Comme le disait déjà Clemenceau, « les fonctionnaires, c’est un peu comme les livres dans une bibliothèque, ce sont les plus hauts placés qui servent le moins. »

Bien sûr, la communication officielle de l’Organisation encense « les héros du quotidien » comme elle l’a fait au printemps 2020 pour le personnel soignant. Mais c’est pour maintenir le mythe (et faire oublier sa pathétique performance). Car pour un agent, obtenir une promotion c’est quitter le service au public pour un emploi de bureau.

Vous pourriez être tenté de croire que servir le public est la raison d’être du service public, de l’Organisation, mais ce serait une erreur. Je l’ai déjà évoqué, les objectifs de toute organisation, qu’elle soit publique, commerciale, associative, religieuse, militaire ou autre, est de grandir, se développer, augmenter son bien-être, sa richesse, étendre son pouvoir sur son environnement. Pour une organisation, satisfaire sa raison d’être, sa mission devient rapidement un objectif secondaire voire une nuisance : il est en effet plus pénible de travailler que de se prélasser dans l’organisation.

Dans le privé, le patron exige que son organisation remplisse sa mission. C’est pourquoi, quand elle fait du lard, il purge les états-majors des improductifs budgétivores. Rien de tel dans l’Organisation.

Une Organisation perverse

Depuis près de 50 ans, le nombre de bureaucrates inutiles de l’Organisation augmente deux fois plus vite que la population, tandis que décroit celui des fonctionnaires qui fonctionnent. Avec une grande perversité, elle veut faire croire aux Français que la déliquescence du service au public serait de leur faute : ce serait parce que nous ne payons pas assez d’impôts que l’Organisation manquerait des ressources nécessaires à l’accomplissement de sa mission.

L’Organisation exige toujours plus de pouvoir et d’argent. Les fonctionnaires qui fonctionnent, ceux que nous respectons, ne sont qu’un alibi à sa voracité.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Eloge des fonctionnaires qui fonctionnent

  1. Dans une démocratie sociale, il faut acheter des voix pour rester au pouvoir

    Au ministère de l’agriculture, le nombre de fonctionnaires a doublé pendant que celui des paysans était réduit de moitié.

    Les HLM servent à acheter des voix aux locataires qui ont les bons contacts.

    Les hôpitaux ont plusieurs directeurs avec des logements de fonction payés par les impôts. Eux aussi participent de l’achat de voix.

    Les hôpitaux emploient 38 % de personnel non médical. Ce n’est pas un hasard, en 2022, on leur demandera de bien voter.

    Les conseils départementaux et régionaux ne servent strictement à rien mais emploient des gens qui votent bien. Ils sont les principaux responsables du déficit et de l’endettement de l’Etat.

    Ca va durer jusqu’au jour où le pognon des autres finira pas s’arrêter de couler, ce qui est pour très bientôt.

  2. En décembre 1948 : 1 950 000, dont 530 000 pour la Défense (Armées et Armement), 910 000 pour les ministères civils et 510 000 pour les collectivités locales et hôpitaux publics.

    A la fin de 1962, (15 ans) ils augmentent de 550 000, soit 2,5 millions
    Dès le règlement du conflit algérien et l’afflux des rapatriés, c’est l’explosion : en dix ans, du début 1963 à la fin 1972, ils progressent de 800.000 de 2,5 à 3,3 millions ;
    De janvier 1973 à juin 1991, ils s’élèvent encore de 800. 000 (3,3 à 4,1 millions).

    Ainsi en 42 ans – de 1949 à 1991 – les effectifs d’agents publics ont doublé (+ 100%)

    Depuis 1991, soit en 30 ans, les chiffres connus font état de plus de 6,5 millions d’agents publics (+ 2,4 millions soit + de 58% !)

    Envoyé de mon iPhone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *