“Du côté de Youtube” : une vraie ouverture de débat.

En règle générale j’aime beaucoup les articles de Michel Gorgel. Je leur trouve un accent de sincérité rare. Disons qu’ils sont cristallins, qu’ils ne sont pas — comme tant d’autres, sur d’autres blogs évidemment — à lire en cherchant à deviner le message subliminal, voulu ou involontaire de l’auteur.

Son billet, sur notre relation commune à tous “COVID,” est dans cette droite ligne.

Il porte un regard objectif sur les voix qui se lèvent, ou se sont levées, contre l’utilisation politicienne de cette épidémie hivernale nuisible principalement aux vieillards, que sont certains d’entre nous.

Une première remarque

Personne n’attaque frontalement la source du problème : l’irresponsabilité globale de la fonction publique, son ineptie, ses ravages en tout. Conséquence du statut des fonctionnaires, qui leur a permis de prendre le pouvoir.

Car la ridicule succession de décisions imbéciles montrées du doigt dans “du côté de Youtube” n’est pas spécifique au COVID, elle est la même en tout, absolument tout.

Je dirais, au risque de contrarier Michel Gorgel, que la parole est particulièrement libre dans le cadre du COVID.

Je pourrais vous raconter la vie de l’urbanisme en France, de la route, du commerce, de l’industrie, partout les mêmes délires de l’alliance “élus-bureaucrates” qui, financée par les opérateurs en connivence, dévore les forces vives de notre pays, nos libertés fondamentales.

Deuxième remarque

Ce billet de Michel Gorgel me semble démontrer l’impuissance des structures bureaucratiques à produire des décisions réalistes, alors que cependant la majorité suit, voire anticipe, leurs ordres ou conseils.

Ne doit-on pas se poser une question simple : cette bureaucratie ne reflète-t-elle pas tout simplement l’opinion publique ? C’est-à-dire ce que nous pensons majoritairement.

Le fait que l’opinion publique puisse prendre de brusques virages, que la structure bureaucratique se trouve ainsi souvent prise à contrepied, ne change rien à la chose.

Ma conclusion personnelle

La France est religieusement socialo-communiste. Etat structurel final d’une société victime de la prise du pouvoir par les fonctionnaires, par la bureaucratie. Un point c’est tout.

L’épidémie du COVID est traitée selon cette croyance, entièrement “pour et par l’Etat”, sans aucune place pour l’initiative privée dénoncée comme affairiste et volontairement confondue avec les intérêts connivents qui sont la norme.

Une norme globale, du plus petit au plus grand, que Paulo Coelho appelle : “la banque des faveurs”.

Permettez-moi de rapporter ces mots de Simone Veil parlant de la Shoah :

” Appelfeld énonce les raisons pour lesquelles on ne peut plus s’en détacher. Elles sont terribles, et marquent la différence de nature avec la situation des résistants. Eux sont dans la position des héros, leur combat les couvre d’une gloire qu’accroit encore l’emprisonnement dont ils l’ont payée ; ils avaient choisi leur destin. Mais nous, nous n’avions rien choisi. Nous n’étions que des victimes honteuses, des animaux tatoués. Il nous faut vivre avec ça, et que les autres l’acceptent.”

Michel Gorgel oublie ce qu’oublie Simone Veil, un oubli donc excusable et partagé au plus haut niveau de grandeur : l’opinion publique.

Simone Veil avait souffert horriblement des internements délirants dans les camps de concentration, elle ne pouvait pas partager cette souffrance évidente avec le plus grand nombre, elle s’en étonnait et en acceptait une part de responsabilité.

Alors que, tout simplement, le plus grand nombre, l’opinion publique, avait été antisémite et ne pouvait accepter de regarder l’horreur que cela représentait.

Et oui

C’est parce que l’opinion publique — y compris les contestataires du COVID — est religieusement socialo-bureaucratique, étatique, que ceux qui lisent ce blog, qui adhèrent par ailleurs aux critiques formulées sur la gestion du COVID, sont sidérés que le massacre fiscal, la terreur fiscale dont le pire nous attend, est devant nous, ne fassent l’objet d’aucune faveur médiatique, même pas sur des supports marginaux.

Nous sommes seuls, terriblement seuls, face à l’opinion publique “socialo-bureaucratique” qui se terre, se masque, se vaccine en cadence, indépendamment des hommes de l’Etat, tristes pantins au service de cette opinion publique qu’ils suivent tel mon chien, le nez dans le derrière de toutes les chiennes qu’ils croisent.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 4,86 sur 5)
Loading...

5 thoughts on ““Du côté de Youtube” : une vraie ouverture de débat.

  1. Ayant été dans l’impossibilité de consulter mes mails pendant plusieurs jours, je me permets d’exprimer mon grand étonnement de vous voir affirmer que “la parole est particulièrement libre dans le cadre du COVID”. Vous semblez méconnaître que les quelques scientifiques, allant à contre courant des discours officiels ou des thèses généralement exprimées par ces professeurs aux nombreux conflits d’intérêts, s’exprimant régulièrement dans les médias, sont attaqués, même si ce sont de grands scientifiques, reconnus au niveau mondial comme le professeur RAOULT, . A mon avis, cette bureaucratie ne reflète pas du tout l’opinion publique puisque l’unanimité sur la vaccination n’existe pas (40 % contre), celle sur l’utilité du confinement non plus (52 % contre), celle sur la capacité des autorité à gérer la crise non plus (60 % pour le non),…

  2. L’opinion publique a bon dos ! Quand s’exprime t’elle ? Quand lui demande t’on son avis? Il y a des commentateurs de la parole étatiste sélectionnés et contrôlés pour nous transmettre le prêt à penser sou poudré de quelques euros pour la rentrée où pour la fin d’année. Ensuite il y a le formidable trésor détenu par les riches qui peut tout payer à condition qu’ils continuent à produire car c’est un devoir civique national solidaire enfin tout ce qui peut exister en matière de culpabilité

    1. L’opinion publique par exemple c’est de croire qu’il y a “un formidable trésor détenu par les riches” alors qu’il s’agit du capital sans lequel aucune économie n’est possible et la pauvreté naturelle reprend le dessus. Ce capital pourrait-il être détenu par d’autres (ex : les hommes de l’Etat) ? Oui, sans doute, mais cela ne changerait rien, il faut qu’il existe sous peine de voir arriver la grande misère.
      L’opinion publique c’est la somme des avis individuels qui, autorisés ou non, voient le jour sur tous les sujets.
      De cette somme nait une majorité, exprimée ou non, dont on fait souvent partie, y compris à notre insu.
      Ceux qui s’opposent à l’opinion publique sont qualifiés de délinquants, voire de terroristes, eux se qualifient de résistants.

      1. D’abord, je ne peux qu’être touché par les premières lignes de votre billet.
        Pour le reste, je ne sais pas si j’oublie tant que cela le rôle de l’opinion publique. Et oui, il me suffit de quelques pas dans la rue, et d’observer tous ces visages uniformément masqués…
        Le plus désespérant est que cette société “socialo-bureaucratique” que vous décrivez parfaitement n’est même plus une spécificité française, mais devient comme la carte d’identité d’une partie des sociétés occidentales.
        Seuls face à l’opinion publique, oui. Seuls au monde ?
        Pour finir de manière plus optimise, merci et bravo d’avoir initié et d’animer ce blogue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *