Des élections totalement inutiles

Aujourd’hui, on peut dire que rien ne va sans choquer personne. Que ce soit l’hôpital, la justice, l’enseignement, l’économie, la banque, les retraites, les assurances, le monde du spectacle, etc… la liste est inépuisable des activités en galère et de leurs acteurs qui vivent un blocage, une dérive, une insatisfaction, un échec…

Aux élections législatives, qui sont fondamentales, se présentent trois courants :

          – La Macronie, qui prétend que tout va bien et qu’il faut certes aménager mais surtout continuer.

          – Le Front National qui prône la lutte contre l’envahisseur musulman qui serait la cause de tous nos maux. Mais aussi, plus discrètement, contre le capital.

          – Mélanchon, qui lui ne voit que le capital comme cause aux dégâts, qui donc propose de l’éradiquer.

Pas une seule proposition prenant en compte la réalité.

Quelle est-elle ?

La réalité est justement que la désintégration du capital privé tue notre nation.

Nous expliquons régulièrement sur ce blog que capitaliser, c’est-à-dire accumuler et transmettre, est la base de tout progrès, de toute vie, en tout. En sciences, en culture, en philosophie, en sport, etc…et donc nécessairement en économie.

Le capital, où qu’il soit, est toujours privé.

La somme des capitaux privés faisant la force d’une nation. Par exemple, le capital scientifique est dans la tête de chaque scientifique, il est donc leur propriété privée. Il n’empêche que placé là il reste à la disposition, immédiatement ou ultérieurement, de la nation, sauf si le scientifique persécuté part avec ce capital ailleurs, où il devient alors la propriété collective du “ailleurs”.

Le capital, toujours en tout, ne peut être créé ou entretenu et transmis que par ceux qui possèdent les qualités nécessaires à cela… et ce n’est pas monsieur Tout-le-monde, ni les perroquets gavés de l’Education Nationale.

Il en est ainsi en économie.

Par ailleurs, espérer qu’une une nation puisse vivre sans économie est utopique et con à la fois. Et, sans capital pas d’économie.

En France, le capital disparait, cela exclusivement dans le trou noir de Bercy.

De deux façons :

          – La première par l’intervention de l’Etat financé par Bercy, en des lieux où l’Etat n’a rien à faire où il capte et joue avec le capital et le perd régulièrement.

          – Mais aussi, de façon plus perverse, par l’abandon de la gestion du capital des entreprises par les entrepreneurs eux-mêmes.

Cela mérite une explication.

Harcelés par Bercy et par l’opinion publique les entrepreneurs confient le capital de leurs entreprises à des fonds spécialisés, tel que Blackrock, en croyant garder la gestion et les gouvernes de leur société. En cela ils éliminent le risque personnel de la gestion du capital et ils apparaissent comme de simples salariés, égaux aux autres, sauf quand même la plupart du temps pour leurs avantages et le montant de leur salaire…

Pas de problème quand tout va bien. Mais hélas très vite tout va mal.

Le capital d’une société est tout particulièrement utile dans deux cas : pour se développer et pour traverser les crises qui sont à l’entreprise ce que le rhume est à l’individu, de petites maladies à terrasser régulièrement.

Notre entrepreneur déconnecté de son capital a une image lissée socialement, mais il est à la merci de son porteur de fonds pour décider des investissements, et il voit ce dernier se faire la malle rapidement, avec les biens de son entreprise, en cas de difficultés passagères.

En fait, coincé par Bercy qui ne lui laisserait que des miettes si le capital de l’entreprise lui appartenait, l’entrepreneur abandonne donc l’élément clef de son entreprise : la gestion du capital, qui est en réalité à la fois sa garantie de vie et sa raison d’être.

Est-il un candidat qui dénonce cette situation et le pillage mortel de Bercy ?

Non, rien.

On retrouve nos amis de Contribuables Associés qui prennent la roue de la Cour des Comptes pour lister les dépenses inutiles du pays.

Hélas pour eux, ils prennent le problème à l’envers.

Ce ne sont pas les dépenses qu’il faut surveiller, il est toujours possible de les justifier, ce sont les recettes qu’il faut contrôler et limiter, les dépenses devront alors s’en contenter.

Personne ne se présente aux élections avec ce simple programme, elles sont donc sans espoir pour l’avenir immédiat. C’est la ruine qui nous attend, nous ne pouvons espérer qu’une chose : qu’elle ne nous laisse pas morts pour des siècles.

Alors que tout pourrait être si facile…. Quel gâchis…

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 4,63 sur 5)
Loading...

One thought on “Des élections totalement inutiles

  1. Cher Henri en effet vous avez raison car qui s’indigne vraiment dans ce pays, là est la question. L’esprit de Fonctionnaire, de rentier est de mise et rien ne changera. Le goût du risque à disparu avec le capital. La France n’existe plus maintenant, c’est une simple zone commerciale de l’Europe et des USA.
    En effet Bercy invente des taxes pour après inventer des aides pour compenser les taxes…Certains voisins Européens sont morts de rire!
    Pauvres France le ridicule ne tue pas encore ce pays en déclin. Les patis politiques qui parlent d’écologie à longueur de journée sont-ils contents des taxes exagérées soi-disant pour l’écologie, imaginées par BERCY, un mensonge, et qui ne sont créées que pour financer les déficits abyssaux français qui appauvrissent les citoyens les plus en difficultés?
    La réponse des élus devrait passer par la valorisation de solutions basées sur l’innovation et l’investissement, les économies de gestions à réaliser et non, par le traditionnel ‘nouvelles taxes’ et arrosages de subventions fiscales, et non par le développement de la peur. Pour les dirigeants d’un pays le temps long doit primer sur les solutions de court terme.

    Le problème de La FRANCE , c’est donc de choisir des cibles trop modestes, faciles et les atteindre comme les taxes et impôts divers.
    Il n’y a rien de parfait dans ce monde , seul les intentions de nos dirigeants sont médiocres. Vraiment pour moi être français n’a plus aucun sens . La France est comme L’aveugle qui tourne en rond, il s’imagine qu’il marche vers son but parce qu’il avance.
    En fait c’est le travail que l’on reproche à certains comme nous=
    – ceux qui travaillent beaucoup commettent beaucoup d’erreurs.
    – ceux qui travaillent moins commettent moins d’erreurs
    – ceux qui ne travaillent pas ne commettent pas d’erreurs,
    – ceux qui ne commettent pas d’erreurs montent en grade . La France , une réalité qui fait peur , une culture de l’ambition et pas du talent.
    Eh dans la vie il y a des gens qui ont de l’ambition et du talent , moi je préfère ceux qui ont du talent et le goût du Risque.

    Dans ce monde qui est le nôtre maintenant, lire, penser, rêver, rire, découvrir, c’est résister.
    La mascarade et la parodie de concours Eurovision gagné par l’UKRAINE, ont démontré les magouilles et la soumission totale aux USA et l’OTAN. Mais triste en majorité les citoyens du monde sont semble-t-il OK, bien sûr les Français.

    Nelson Mandela que j’ai rencontré, Disait= « Ce qui est fait pour nous, que d’autres ont décidé sans nous, est en réalité contre nous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.