Chassons nos tyrans !

Chassons nos tyrans !

Voir la ministre des armées, Mme Florence Parly, faire la leçon aux militaires auteurs d’une tribune appelant au sursaut de la nation est un plaisir de choix pour qui connaît la valeur des symboles. Voilà donc une femme sans la moindre expérience militaire qui traite de haut des soldats ayant voué leur vie au combat. Déjà, cela ne manque pas de sel.

Mais il y a mieux. Beaucoup mieux. Mme Parly, énarque sortie en rang modeste, est surtout connue pour les deux scandales qu’elle a suscités. Nommée directrice générale adjointe d’Air France, elle quitte la société avec un parachute doré de 675 000 euros, alors que la compagnie est en pertes et subit un plan social. Devenue directrice générale à la stratégie et aux finances de la SNCF, elle défraye la chronique par sa rémunération mensuelle de 52 000 euros, alors que l’entreprise nationale ne survit que grâce aux 12 milliards que lui verse l’Etat chaque année.

Bref Mme Parly a su se servir, alors que les militaires qu’elle fustige de toute sa morgue n’ont su que servir. Cela fait une sacrée différence ! Et surtout cela fait une scène digne d’une grande plume qui lancerait « Bon appétit, messieurs, ô ministres intègres ! » Mais la scène est déjà écrite et il suffit de la mettre au féminin.

Allons plus loin. Ce qu’ordonne Mme Parly aux militaires, c’est de s’agenouiller devant le pouvoir qu’elle représente et qu’ils exècrent. Et donc de valider de toute la légitimité de la nation en armes des individus qui se sont emparés de l’Etat pour en recevoir larges subsides et insistants honneurs sans remplir la mission qu’ils tiennent de l’élection.

Chacun comprend que sous de tels symboles, la nation ne peut que frémir d’indignation et mûrir des projets de châtiment. Tel est donc l’enjeu des évènements de ce printemps d’épidémie et de troubles.

L’histoire est lente, même si l’on n’en retient que les crises brutales. Elle prépare soigneusement ses accomplissements, même si elle les devine plus qu’elle ne les prévoit. Mais dire que le temps passe c’est dire que des évènements s’approchent.

Le régime politique français est né en 1945, c’est-à-dire il y a trois quarts de siècles. C’est la durée d’une vie humaine. C’est aussi une longue durée pour un système que le temps n’a pas eu le loisir d’inscrire dans la patine de l’histoire. C’est donc un régime qui peut tomber.

Après un tel constat, on a envie d’écrire : « Le matin du 16 avril, le docteur Bernard Rieux sortit de son cabinet et buta sur un rat mort, au milieu du palier. » Ou bien encore : « Puisque plusieurs ont entrepris de composer un récit des évènements qui se sont accomplis parmi nous, tels que nous les ont transmis ceux qui, dès le commencement en ont été les témoins oculaires … ». Mais « La peste » et « L’évangile selon Luc » ont déjà été écrits, et les évènements qui vont survenir en France seront forcément originaux, même s’ils doivent, à un moment ou à un autre, en appeler aux mânes des grandes œuvres humaines ou divines.

Alors puisqu’il ne suffit pas d’attendre, « puisqu’il faut apprendre à défaut de le comprendre, à rêver nos désirs et vivre des ainsi-soit-il », comme le chante Goldman, rêvons nos désirs d’une république honnête où la vertu soit récompensée, où « les meilleurs d’entre nous » ne soient pas finalement les pires, où il ne soit plus vrai que « l’Etat enrichit des fainéants de la dépouille des hommes utiles », comme le disait Rousseau, alors prenons notre courage à deux mains et accomplissons les gestes qui sauvent, je veux dire : Chassons nos tyrans !

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Chassons nos tyrans !

  1. Ces politiques sont trop arrogants et humilient tous les jours les citoyens. Aussi je leurs rappelle = Quand vous êtes au sommet n’humiliez jamais ceux qui sont en dessous, vous pourriez les croiser en redescendant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *